Vidéos à la une
Une nouvelle découverte archéologique surprenante à Chypre. Une grande et rare mosaïque datant de l'époque romaine et en très bon état a été mise au jour dans la ville de Larnaca lors de travaux de voirie. Cette mosaïque large d'au moins quinze mètres illustre les Douze Travaux d'Hercule, l'un des plus célèbre héros de la mythologie grecque, selon le département des Antiquités qui souhaiteraient transférer l'objet dans un musée.
Vidéos à la une
Deux pompiers qui luttaient contre un incendie à Chypre sont morts après que leur camion a chuté d'une falaise, un troisième est blessé. Un feu de forêt sans précédent s'est déclaré dimanche sur l'île méditerranéenne, près d'un village situé dans les contreforts des montagnes du Troodos, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale Nicosie. Les flammes ont déjà détruit 10 km2 de forêts selon les autorités et plusieurs maisons ont été évacuées dans la région. Plus de 300 pompiers et 56 véhicules sont mobilisés pour venir à bout de ce gigantesque incendie qui comporte plusieurs foyers. Les vents forts et la vague de chaleur qui s'abat sur la région compliquent leur tâche. La fumée qui recouvre certaines zones réduit aussi parfois l'efficacité des avions britanniques, grecs et israéliens venus à la rescousse des soldats du feu. L'Italie et la France doivent envoyer d'autres avions ce mardi à Chypre. Deux personnes suspectées d'avoir allumé ce feu intentionnellement ont été placées en garde à vue, selon la police. Avec agences
Vidéos à la une
Les Chypriotes grecs n'auront plus besoin de visa pour se rendre en Turquie, et ce dès que l'Union européenne lèvera de son côté l'obligation de visa pour les visiteurs turcs. C'est ce qu'il ressort de la mise en application imminente de l'accord entre Ankara et l'Union Européenne sur la libéralisation des documents de voyage. Mais l'information, publiée au Journal officiel turc, n'implique pas non plus la reconnaissance par la Turquie de la partie grecque de l'île. L'armée turque a envahi Chypre en 1974, en annexant de fait sa partie Nord, non reconnue aujourd'hui par la communauté internationale. L'accord sur les visas fait partie d'une série de points actuellement en négociation avec Bruxelles, qui voudrait que la Turquie reconnaisse officiellement Chypre, membre de l'Union européenne depuis 2004 et de la zone euro depuis 2008.
Vidéos à la une
Les contrôles ne sont pas défaillants dans les aéroports égyptiens, c'est sans doute ce que veut démontrer le ministre égyptien de l'Intérieur sur sa page Facebook, en publiant cette vidéo : le pirate de l'air présumé en train de passer les contrôles à Alexandrie. Sherif Ismail, le Premier ministre explique les conditions du détournement : 'Le pirate de l'air a demandé à un moment de rencontrer un représentant de l'Union européenne et à un autre moment il a demandé que l'avion décolle vers un autre aéroport. Il n'y avait pas vraiment de demande spécifique. Evidemment il va y avoir une enquête approfondie sur le pirate de l'air, un Egyptien, pour connaître les raisons de son acte.'
Vidéos à la une
Un avion a été détourné ce mardi matin vers l'aéroport de Larnaka à Chypre par un pirate de l'air. Selon les autorités, il s'agirait d'un officier de l'armée égyptienne opposant au régime Sissi.Il a demandé la libération de plusieurs femmes incarcérée dans une prison du pays. L'homme, qui portait une ceinture d'explosifs, a retenu pendant près de 5h plusieurs passagers à bord. Tous sont désormais sains et saufs, mais la position du preneur d'otage n'est pas encore confirmée.
Vidéos à la une
Un avion de ligne Égyptien a ce mardi matin été détourné par un pirate de l'air vers Chypre. L'appareil est en ce moment stationné sur le tarmac de Larnaka. Trois des passagers sont encore retenus en otage. Selon le président Nicos Anastasiades, il ne s'agit pas d'un acte terroriste.
Vidéos à la une
Les motivations du pirate qui a détourné l'avion d'EgyptAir vers Chypre ne sont pas d'ordre politique mais personnel. Il est en instance de divorce avec sa femme qui est chypriote. La plupart des passagers ont été libéré mais il en reste encore, l'avion est toujours isolé sur le tarmac.
Vidéos à la une
Un avion de ligne Egypt Air effectuant la liaison Alexandrie-Le Caire a été détourné ce mardi matin. Il a atterri à l'aéroport de Larnaka à Chypre. Un homme, muni d'une ceinture explosive, a laissé sortir tous les passagers d'origine égyptienne et aurait gardé à bord l'équipage et quatre personnes de nationalité étrangère. Ils seraient, selon notre correspondante Anna Dupont, américains ou britanniques. L'agresseur, lui serait égyptien et pourrait agir pour des motifs personnels. Une cellule de crise a été ouverte à l'aéroport et tous les vols devant y atterrir ont été détournés.
International
Un avion de la compagnie Egypt Air a été détourné ce mardi matin vers l’aéroport de Larnaca, à Chypre. L'appareil transportait 82 personnes. Plus de détails. 
Vidéos à la une
A quelques heures d'un nouveau sommet européen consacré à la crise des réfugiés, le président du Conseil européen essaie de rapprocher les positions entre les États membres sur le projet d'accord avec la Turquie. Donald Tusk s'est rendu à Chypre. Le président chypriote, Nicos Anastasiades, menace en effet de ne pas signer le compromis avec Ankara " si la Turquie ne remplit pas ses engagements comme décrits dans le cadre des négociations ". La France et l'Espagne sont aussi critiques à propos du projet d'accord car il pourrait être contraire au droit international. Mais le ministre néerlandais des Affaires étrangères, dont le pays assure la présidence de l'Union européenne, estime qu'un compromis est possible. Selon Bert Koenders " l'attitude de tous les États membres a été très constructive " lors de la dernière réunion des 28 ministres des Affaires étrangères. Dans le cadre de ce projet la Turquie se dit prête à réadmettre des migrants présents en Grèce. En contrepartie l'Union européenne s'engage à accueillir autant de réfugiés installés en Turquie. Mais ce mécanisme soulève de nombreuses questions juridiques et politiques.
Vidéos à la une
Une poignée de main très symbolique, et un discours qui ne l'est pas moins entre le président de la République de Chypre Nicos Anastasiades et le président de la partie turque de l'île, Mustafa Akinci... Les deux hommes sont apparus côte à côte sur les chaînes de télévision publiques, et on présenté leurs voeux, chacun dans la langue de l'autre. 'Je souhaite que cette nouvelle année apporte la paix permanente, le calme et la prospérité pour tous les Chypriotes, joyeux Noël et meilleurs voeux !', a déclaré en grec Mustafa Akinci. 'Je souhaite que la nouvelle année permette aux Chypriotes grecs et aux Chypriotes turcs de vivre dans leur pays natal réunifié à nouveau en paix, meilleurs voeux !', a quant à lui déclaré, en turc, le président de la République de Chypre Nicos Anastasiades. L'île de Chypre est coupée en deux depuis l'invasion en 1974 de sa partie nord par la Turquie. Le chef de la communauté chypriote turque Mustafa Akinci, qui a remporté la présidence à la surprise générale en avril dernier, a affiché sa détermination à agir pour la réunification. Les négociations de paix ont repris en mai sous l'égide de l'ONU. Les deux dirigeants chypriotes ont à nouveau rendez-vous, à trois reprises, en janvier, avec l'objectif de parvenir à un accord. Avec agences
Vidéos à la une
La cérémonie a été présidée par Recep Tayyip Erdogan alors que cet ambitieux projet a connu une dizaine d'années de retard. La République turque de Chypre du nord reconnue uniquement par Ankara souffre d'une pénurie d'eau chronique à l'instar de la République de Chypre, la partie grecque située au sud de l'île divisée depuis 1974.
Vidéos à la une
Garde d'honneur pour la visite à Bagdad du ministre britannique de la Défense, Michael Fallon. Arrivé lundi en Irak, le ministre a discuté avec son homologue irakien Khaled al Obeidi du soutien britannique dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique, l'EI. La Grande-Bretagne fait partie de la coalition internationale menant des frappes aériennes contre l'EI. 'Ma visite ici a pour but de réaffirmer le soutien britannique à l'Irak et nous prendrons d'importantes mesures pour intensifier ce soutien en ce qui concerne la formation des forces irakiennes, les forces terrestres irakiennes, et aussi la fourniture de formation dans la lutte contre les engins explosifs qui sont le plus grand défi auquel font face les forces irakiennes', a déclaré le ministre. Michael Fallon a également indiqué ce mardi que Londres allait prolonger jusqu'en mars 2017 l'utilisation des vieux avions Tornado de la Royal Air Force, ce qui repousse encore leur départ à la retraite. Ils ont effectué des centaines de frappes en Irak, a précisé le ministre. Leur mission pourrait s'étendre à la Syrie en cas de feu vert du parlement. Avec AFP et AP
Vidéos à la une
Espoirs de paix, de réunification, en tous cas de rapprochement, c'est ce que semble avoir amené le nouveau président Akinci à la partie turque de Chypre. C'est ce qu'en attendent les Chypriotes turcs et tous ceux qui l'ont élu. Nouveau dirigeant de cette république autoproclamée en 1983, modéré, il a axé sa campagne sur un rapprochement rapide avec le sud, après 40 ans de division de l'île. Entre le nord et le sud, une zone tampon, la ligne verte, de 346 m2 administrée par les forces de l'onu et partiellement laissée à l'abandon. 1960, Chypre devient indépendante du Royaume Uni. A cette époque, Turcs et Grecs vivent ensemble, sur cette île dont la majorité de la population est grecque. La paix post-indépendance sera de courte durée. Les nationalistes grecs veulent rattacher l'île au pays. En 1974, des officiers grecs, sous la houlette des colonels, tentent un coup d'Etat contre Chypre. La Turquie intervient militairement pour officiellement protéger la minorité turque. Deux jours suffiront pour qu'à l'issue de l'opération Attila, Ankara occupe 38 % du territoire. A Athènes, la dictature des colonels tombe, mais la Turquie refuse de se retirer, et impose la partition du pays. Depuis, l'île de Chypre est donc divisée entre le nord, reconnu seulement par la Turquie et sous perfusion du pays, qui fournit près de 900 millions d'euros d'aide chaque année, et le sud, indépendant mais grécophone. Officiellement, pour la communauté internationale, cet Etat 'fantôme' à 65km des côtes turques n'existe pas. Ici, tout est sous contrôle de la Turquie, non seulement le poumon économique du nord, mais aussi son mentor. Elle y investit et y exploite aussi les richesses naturelles. Une partition qui représente une épine dans le pied d'Ankara, qui a vu ses négociations d'adhésion à l'Union européenne bloquer sur ce dossier. Des années de tentative de négociations en vue d'une réunification n'ont rien donné. Officiellement, les autorités turques, qui ne manquent pas une occasion d'affirmer leur influence sur le nord de l'île, souhaitent un accord de réunification. Mais cet accord bute toujours sur les mêmes dossiers, dont le retrait des troupes, et le retour des réfugiés, les colons notamment. Bora Bayraktar, euronews: Félicitations M.Akinci, vous l'avez emporté de façon écrasante. Vous êtes devenu le président des Chypriotes turcs et tout le monde se demande ce qui va changer. Il y a des paramètres bien établis sur la question chypriote. Allez-vous sortir de ces paramètres? Qu'est-ce qui va changer? Mustafa Akinci, Président des Chypriotes turcs: J'ai dit que je vais mener une politique axée sur la recherche de solution et le renforcement de la confiance. Cela concerne le problème chypriote. Mais il y a aussi les affaires intérieures. Je représente une approche différente dans les affaires intérieures, dans les relations avec la Turquie. Je serai un président impliqué non pas dans les affaires des partis politiques, mais dans les problèmes du peuple. Un modèle présidentiel indépendant et impartial, gardant sa distance vis-à-vis de toutes les parties, et traitant avec tout le monde. Bora Bayraktar, euronews: Les réactions à votre élection sont positives coté grec. Quel est votre message aux Chypriotes grecs? Mustafa Akinci, président des Chypriotes turcs: Lorsque j'ai été élu maire de Nicosie après l'intervention de 1974, c'est moi qui ai initié le premier projet bi-communautaire sur l'île. Le coeur de la vieille ville de Nicosie manquait d'eau courante. Il a eu l'eau grâce à ce projet. Des canalisations ont vu le jour grâce à ce projet. Un plan de développement de la ville est né de ce projet. Et les Chypriotes grecs savent que j'ai compris ce qu'est la coopération pour le bien des deux communautés. Bien sûr, ils savent que je vais défendre les droits de mon peuple. Mais, à coté de cela, ils savent que je vais agir pour le bien des deux peuples. La question chypriote dure depuis un demi-siècle. Mon espoir, c'est qu'avec le dirigeant chypriote grec, sur la base d'une même vision des choses, nous parvenions à une île de Chypre qui partage les bienfaits, pas les souffrances, pour les générations futures. J'espère, les jeunes générations. Cette île fait 9 000 km carrés. Les deux communautés devraient partager cette terre d'une manière juste et équitable. Bora Bayraktar, euronews: Qu'en est-il des préoccupations enTurquie suite à la campagne électorale? Mustafa Akinci, président des Chypriotes turcs: En fait, jusqu'à maintenant, je n'ai pas constaté de telles préoccupations en Turquie. Les autorités turques ont fait ce qu'elles devaient faire. Elles n'ont pas interféré officiellement dans les élections. C'est rare dans notre histoire. Feu le président Denktas avait l'habitude de dire "aucun candidat peut gagner les élections contre la volonté de la Turquie', et il a eu raison tout le temps. Mais maintenant, les temps ont changé. C'est une nouvelle époque, où chacun en Turquie, comme partout dans le monde, doit accepter le fait que le meilleur, c'est celui qui a été élu par son peuple.
Vidéos à la une
Les espoirs de réunification vont bon train de part et d'autre de la 'ligne verte' à Chypre. L'opposant Mustafa Akinci, qui a plaidé durant sa campagne électorale pour un rapprochement avec le sud de l'ìle, remporte le second tour de l'élection présidentielle dans la République turque de Chypre du nord. Il est crédité de plus de 60% des suffrages selon les premières projections, ce qui le place loin devant le sortant Dervis Eroglu, proche d'Ankara, et partisan d'une solution à deux Etats à Chypre. L'île est coupée en deux depuis que la Turquie a envahi en 1974 un tiers du territoire, et les négociations de paix entre cette partie chypriote turque et la République de Chypre, membre de l'Union européenne, sont au point mort depuis octobre 2014. Avec Reuters
Vidéos à la une
Les électeurs de la République autoproclamée de Chypre du Nord, la partie turque de l'île, sont appelés à choisir leur président ce dimanche lors du deuxième tour du scrutin. Le président sortant, Dervis Eroglu, fait la course en tête avec plus de 28% des suffrages réunis au premier tour. Il est talonné par son adversaire Mustafa Akinci, qui a, lui, recueilli près de 27% des voix. Ce dernier représente l'ouverture et porte sur son nom les espoirs de réunification des chypriotes turcs. L'île est divisée depuis près de quarante ans entre Grecs et Turcs. La partie grecque est, elle, reconnue internationalement et fait partie de l'Union européenne. Les pourparlers de réunification, à l'arrêt depuis plus de six mois, pourraient reprendre dans les prochaines semaines, sous l'égide des Etats-Unis.
Vidéos à la une
Se souvenir des Dardanelles. Chaque année, le 25 avril, on commémore la mémoire des soldats tombés lors du premier débarquement sur la péninsule Gallipoli en 1915, le lancement d'une campagne militaire sanglante, et cuisante pour les alliés. A l'aube, ce jour-là, les Anzac, les troupes australiennes et néo-zélandaises, débarquent à l'extrémité sud de la péninsule. La plage gardera à jamais leur nom... L'opération des Alliés pour tenter de prendre le contrôle du détroit aux Ottomans sera l'une des pages les plus mémorables de la Première guerre mondiale. Le terrain difficile, l'impréparation alliée et la résistance ottomane vont vite provoquer l'enlisement du front et les tentatives des deux camps pour débloquer la situation se soldèrent par de sanglants revers. 100 ans après, toutes les nations qui ont participé à la bataille n'ont pas oublié, et l'on vient de loin se recueillir dans les nombreux cimetières de la péninsule : 'Je suis venue jusqu'ici, je voulais voir les Dardanelles explique cette touriste britannique. J'ai découvert que mon grand-père avait servi ici comme prêtre militaire en soutien aux troupes britanniques. J'étais curieuse de connaître l'endroit. J'ai lu beaucoup de choses là-dessus.' 'C'est vraiment fascinant de voir l'emplacement et de pouvoir se remémorer ajoute cet autre visiteur. C'est émouvant. Il y a eu des pertes humaines incroyables des deux côtés. C'est pourquoi nous sommes ici. C'est plein de sens sur l'histoire, sur ce qui est arrivé ici.' Entre 56 000 et 68 000 Ottomans et quelque 53 000 Britanniques et Français sont morts au combat. Beaucoup plus en tenant compte des maladies. Pour cet historien turc, une même famille: 'Des liens d'amitié se sont tissés sur le champ de bataille au plus fort des combats, et après les années il n'est pas question d'hostilité. Même Ataturk a dit 'vos enfants sont nos enfants'. Aujourd'hui, tous ceux qui viennent visiter le site, les Anzacs, les Britanniques et toutes les autres nations, sont nos amis et nos hôtes.' Un enfer de 8 mois, et une bataille qui restera à jamais aussi, comme la victoire d'Ataturc et le fondement de la Turquie moderne. 'Les premières années, des parents sont venus à Gallipoli en la mémoire de leurs proches. En ce 100e anniversaire de la guerre, ce sont des petits-enfants et des passionnés d'histoire qui ne veulent pas laisser seuls ces soldats et ces cimetières', conclut notre correspondant sur place, Bora Bayraktar.
Vidéos à la une
Les réactions et les commentaires vont bon train au lendemain de l'élection dans la partie nord de Chypre. Ce scrutin est destiné à élire le dirigeant de la République turque de Chypre nord (RTCN), une entité non reconnue par la communauté internationale. Lors du 1er tour, Dervis Eroglu, le dirigeant sortant, est arrivé en tête, mais avec une courte avance sur Mustafa Akinci. Cet indépendant se pose en candidat du changement. Raison qui explique son score, d'après Okan afakli, professeur à l'Université européenne de Lefke. 'La partie nord de Chypre est gangrenée par le népotisme, commente-t-il. Le taux de chômage est très élevé. Et les habitants en ont assez de cette situation. Ils veulent du changement. Pour eux, M. Akinci incarne cette aspiration au changement, l'espoir d'une solution pour l'avenir'. Le processus de paix entre Chypriotes-grecs et Chypriotes-turcs est au actuellement suspendu. Et cela ne peut pas durer, estime le professeur Okan afakli. 'Si Chypre ne parvient pas à retrouver un climat de paix, dit-il, alors les 2 communautés resteront en marge de la mondialisation et n'atteindront jamais un développement durable. Vous le savez, dans une déclaration conjointe, les deux parties ont convenu qu'un statu-quo n'était pas tenable'. La partie nord de Chypre est occupée depuis 1974 par la Turquie, en réaction à un coup d'Etat de Chypriotes grecs au sud. Depuis, l'île est divisée. Les différentes tentatives de réunification n'ont jusque-là pas abouti.
Vidéos à la une
Alors qu'on connaît le nom des deux finalistes du second tour, le président sortant plutôt nationaliste Eroglu et son rival plus modéré Akinci, l'espoir d'une reprise rapide des négociations de paix sur l'île divisée est ravivée. 'Nous sommes prêts à collaborer avec celui que les Chypriotes turcs choisiront comme chef, dans l'espoir que la troisième phase des pourparlers puisse bientôt commencer et avec la contribution de la Turquie pour essayer de trouver une solution tant désirée à la question chypriote', explique le porte-parole du gouvernement chypriote-grec, Nikos Christodoulides. Mais du vainqueur à l'élection dépendra aussi le futur rapport de forces dans les négociations selon cette analyste : 'le futur leader des chypriotes-turcs peut façonner la position politique de sa communauté en penchant plus du côté de la Turquie et d'Ankara si c'est Monsieur Eroglu, plus du côté chypriote-grec si c'est Monsieur Akinci', selon Rallou Papageorgiou. Le second de la présidentielle chypriote-turque aura lieu ce dimanche. 'Officiellement, la partie chypriote grecque n'exprime pas de préférence pour l'un des deux candidats à la présidence chypriote turque, mais le sentiment ici à Nicosie, c'est qu'une victoire du modéré Mustafa Akinci pourrait permettre des progrès essentiels sur la question chypriote après des années de suspension', affirme notre envoyé spécial à Nicosie, Stamatis Giannisis.
Vidéos à la une
Pour les Chypriotes grecs, les élections chypriotes turques sont d'un grand intérêt puisqu'une victoire d'un des candidats de la ligne dure pourrait avoir comme résultat un sérieux revers pour le processus politique qui pourrait conduire un jour à la réunification de l'île, selon notre reporter Stamatis Giannisis. Les Chypriotes-grecs souhaitent l'élection d'un candidat modéré et progressiste qui aidera à sortir de l'impasse. 'Le problème majeur tant pour les sociétés chypriote-grecque que chypriote-turque, c'est qu'elles doivent acquérir une nouvelle vision, un nouveau grand programme qui fournira la solution suprême au problème de Chypre via notre participation en tant que société unie dans l'Union européenne', indiquait Larkos Larkou, dirigeant de l'agence de presse chypriote. Costas Yennaris, analyste politique, s'interroge sur la position de la Turquie. 'La grande question, c'est jusqu'où la Turquie va continuer à dicter sa volonté politique et ses plans stratégiques au candidat que la communauté chypriote turque choisira comme dirigeant. 'La grande question, c'est jusqu'à quel point la Turquie va continuer à dicter sa volonté politique et ses plans stratégiques au candidat que la communauté chypriote turque choisit comme dirigeant?' Comparée à la partie chypriote-grecque, celle des Chypriotes-turcs est quasiment coupée du monde et survit économiquement grâce à la Turquie. Outre la participation à hauteur de 30% au budget de l'île, Ankara finance une grande partie des infrastructures et encourage ses hommes d'affaires à investir. Avec notre reporter Stamatis Giannisis et l'AFP
Vidéos à la une
Le chef de l'État chypriote-turc sortant est en tête du premier tour de l'élection présidentielle. Dervis Eroglu, 77ans, a obtenu quelque 28 % des voix selon des résultats officiels partiels, indiquait l'agence de presse italienne Ansa. Vu qu'aucun des sept candidats qui étaient en lice n'a obtenu 50 % des voix, un second tour sera organisé le 26 avril. Dervis Eroglu devrait affronter l'ancien maire de Nicosie-nord Mustafa Akinci qui a récolté près de 27 % des suffrages.
Vidéos à la une
La communauté chypriote turque est prête à dialoguer avec les chypriotes grecs indépendamment de l'élection de son dirigeant. C'est ce qu'affirme le Docteur Meltem Samani, qui est membre de l'Association pour le Dialogue et la Recherche Historique, au sein de la Maison de la Coopération, à Nicosie : 'Dans cette élection, l'espoir d'un changement est très grand. Quand on parle de changement, on ne parle pas seulement de changer de personne au poste de président, non, en fait l'attente de la communauté est essentiellement qualitative. On attend un changement de politique, de type de gouvernance. Ce que je veux dire, c'est que pour les Chypriotes turcs, la solution du problème de Chypre est une nécessité absolue. Avant de choisir un dirigeant, les gens recherchent d'abord un négociateur qui pousserait en faveur d'une solution de paix et de réunification.' 'Peut-on dire que les négociations reprendront immédiatement après ces élections ?' demande notre correspondant Bora Bayraktar. 'Cela en a tout l'air. Toutes les données le montrent. La situation a changé, le tableau évolue, il y a eu une mobilisation sans précédent autour de ce processus de paix avant les élections de la part du secrétaire des Nations Unies et de ses représentants sur le terrain. Les négociations de paix devraient normalement reprendre fin mai. Il y a en tout cas une forte attente de la part de la population pour que ce soit le cas. C'est pour cela que tous les candidats ont insisté sur le fait qu'ils sont prêts à négocier.'
Vidéos à la une
Dans cette course électorale qui s'achève ce dimanche, le sortant Dervis Eroglu, favorable à la réunification de l'île de Chypre, serait talonné de près par la présidente de l'Assemblée, Sibel Siber. Au total sept candidats sont en lice pour cette élection dite 'présidentielle'. 176 000 électeurs sont appelés à se prononcer. C'est en tout cas le nombre inscrit sur les listes de ce petit bout de territoire, qui représente un tiers de l'île. Les premiers résultats sont attendus dans la soirée. La tâche essentielle du futur dirigeant sera de reprendre les négociations de paix après 40 ans de partition. 'C'est important pour l'avenir des chypriotes turcs. Nous élisons le dirigeant qui ira négocier. C'est important parce qu'il ou elle défendra nos droits à cette table' a expliqué un électeur en sortant du bureau de vote. La République turque de Chypre nord n'est pas reconnue par la communauté internationale. De sévères restrictions ont ainsi été imposées pour les échanges commerciaux et les liaisons aériennes. Et elle vit en grande partie grâce à l'aide de la Turquie qui contribue à 30 % de son budget, et à la présence de plusieurs milliers de soldats. 'Bien que la campagne électorale ait été calme comparé aux précédentes', explique notre correspondant Bora Bayraktar de conclure, 'il y a une véritable compétition pour le leadership de la communauté chypriote turque. Ces élections sont tout spécialement importantes pour remettre à l'ordre du jour les négociations.'
Vidéos à la une
Va t-on vers une reprise des pourparlers de paix, gelés l'année dernière en raison d'un différend sur des réserves offshore en hydrocarbures? Le conseiller spécial de l'ONU à Chypre, Espen Barth Eide, a récemment déclaré qu'il ne voyait aucun obstacle à une reprise rapide, une fois achevé le processus électoral dans le nord de l'île. Chypre est divisée depuis l'annexion de sa partie nord en 1974 par Ankara, en réaction à un coup d'Etat nationaliste visant à rattacher Chypre à la Grèce. Selon les chiffres de l'ONU, 165 000 Chypriotes grecs ont fui ou ont été expulsés du nord, et 45 000 Chypriotes turcs du sud. En novembre dernier, les Chypriotes turcs commémoraient le 31e anniversaire de la création, en 1983, de la République turque de Chypre du Nord, qui n'est reconnue que par Ankara. Plusieurs décennies de négociations de paix sous l'égide de l'ONU n'ont pas permis de résoudre le conflit. En 2004, un plan élaboré par le secrétaire général de l'ONU de l'époque, Kofi Annan était soumis à référendum. Adopté par les Chypriotes turcs, il était massivement rejeté par les Chypriotes grecs, laissant l'île divisée au moment de son entrée dans l'UE . En mars 2008, la destruction hautement symbolique d'un mur érigé depuis des décennies à la frontière entre la République de Chypre et la zone tampon de l'ONU, au coeur de Nicosie, est un nouveau signe d'espoir.. Suivent plusieurs années de réchauffement entre nord et sud, et en 2014, les dirigeants des communautés chypriotes grecque et turque, Nicos Anastasiades et Dervis Eroglu publient enfin une déclaration conjointe, exprimant leur volonté de réunifier de l'île. Mais la présence d'un navire sismique turc à la mi-octobre dans les eaux riches en hydrocarbures au large de Chypre vient tout stopper, les Chypriotes grecs accusent la Turquie de mener des activités d'exploration dans leur zone économique exclusive et se retirent des discussions. Depuis,le retrait des bateaux turcs de la zone a permis un nouveau rapprochement. Désormais, les deux camps semblent donc prêts à reprendre les négociations .
Vidéos Insolite
Ce flamant rose de couleur noire a été filmée pour la première fois au sud de Chypre, sur le lac d'Akrotiri. Selon les experts, avec cette particularité, ce flamant rose noir pourrait être unique au monde.
Vidéos à la une
Cette fois-ci nous nous intéressons aux perspectives de l'économie iranienne après l'accord-cadre signé à Lausanne entre les iraniens et les grandes puissances sur la question du nucléaire iranien et qui ouvre la voie vers la levée de longues années de sanctions pour le pays. Que faut-il attendre pour l'économie iranienne : la deuxième de la région Moyen Orient et Afrique du nord après l'Arabie Saoudite selon la Banque mondiale ? Daleen Hassan, journaliste à Euronews en a discuté avec Nour eldeen Al Hammoury, chef stratégiste Marchés de ADS Securities à Abou Dhabi. Notre programme dédié aux technologies de l'information répondra à la question suivante : que se passe-t-il autour de Snapchat, une application de messagerie sociale très populaire parmi les adolescents qui leur permet d'envoyer des images qui s'autodétruisent au bout d'un moment pré-déterminé ?
Vidéos à la une
Marianne Chandernagor, directrice du Salon du tourisme, décline les destinations en vogue cette année. Parmi elles, Chypre, les Canaries ou encore le Portugal. Le Salon du tourisme se tient à Paris jusqu'à dimanche soir.
Vidéos à la une
Depuis l'envoi le mois dernier d'un navire turc pour explorer les fonds marins au large de Chypre, la tension est de nouveau à son comble entre les autorités chypriotes et la Turquie. Dans une résolution votée ce jeudi, le Parlement européen condamne cette intrusion. Si la Turquie s'intéresse à ces eaux, c'est parce que les chypriote-grecs y ont découvert des gisements de gaz. Réaction de l'eurodéputé chypriote Dimitris Papadakis : ' Il n'est pas concevable que la Turquie veuille devenir membre de l'Union européenne avec la logique qu'elle a poursuivi jusqu'ici, son autoritarisme et le rôle de gendarme qu'elle entend jouer dans la région aux dépens des petits Etats. ' Côté turc, on s'indigne du blâme européen qui n'a de fait aucun caractère contraignant. S'il y a des réserves de gaz dans les eaux chypriotes, Ankara exige que les deux parties de l'île puissent en profiter. ' Le Parlement européen vient de prendre une position regrettable qui ne relève pas de sa compétence et à moment où mieux ne vaut pas interférer. C'est inutile, invalide et cela n'aide personne. La Turquie ne tiendra donc pas compte de cette résolution ', martèle Selim Yenel, le représentant permanent de la Turquie auprès de l'Union européenne. L'île, divisée depuis 40 ans entre les chypriotes-grecs et chypriotes-turcs, avait pourtant tenté récemment une relance du dialogue. Début octobre, en réponse à cette affaire, le gouvernement chypriote a suspendu les négociations avec la partie turque pour mettre fin à la partition de l'île. Il conditionne par ailleurs le partage des revenus de ces gisements à un accord de paix avec le nord. 0'24 ' Il n'est pas concevable que la Turquie veuille devenir membre de l'Union européenne avec la logique qu'elle a poursuivi jusqu'ici, son autoritarisme et le rôle de gendarme qu'elle entend jouer dans la région aux dépens des petits Etats. ' 0'37
Vidéos à la une
La Grande-Bretagne a rejoint la coalition mise en place par les Etats-Unis pour combattre les djihadistes de l'Etat Islamique (Daesh) en Irak et en Syrie. Deux avions de chasse Tornado de la Royal Air Force ont décollé ce samedi d'une base chypriote pour aller rejoindre les appareils déjà en opération dans le nord de l'Irak. David Cameron, Premier ministre britannique : 'Nous ne sommes que l'un des membres d'une large coalition internationale. L'élément crucial est que cette coalition est emmenée par le gouvernement irakien, le gouvernement légitime d'Irak, et ses forces de sécurité. Nous sommes là pour jouer notre rôle et aider à lutter contre cette organisation terroriste écoeurante'. Les frappes aériennes, lancées d'abord par les Etats-Unis, touchent depuis le début de la semaine la Syrie. C'est là où les combats font rage entre les combattants kurdes Peshmergas, à l'image, et les djihadistes. La ville stratégique de Kobané était encore ces dernières heures extrêmement disputée.
Vidéos à la une
LIMASSOL - 25 sept 2014 - Après plus de 6 heures de négociations, le dénouement. Tôt ce vendredi, près de 280 réfugiés, Syriens pour la plupart ont finalement accepté de débarquer du navire de croisière qui les avait secourus. Leur souhait initial : être conduits en Italie et non dans le port chypriote de Limassol. Si certains d'entre eux avaient accepté de débarquer, la plupart refusait de quitter le bateau, provoquant la colère du directeur de la compagnie.Le paquebot qui était déjà arrivé à son port d'escale était reparti en mer dès qu'il avait reçu un message de détresse. Embarqués sur un chalutier en difficulté, les 345 passagers dont 52 enfants ont alors été sauvés après trois jours en mer. Finalement des négociateurs ont convaincu les migrants qui vont être pris en charge dans un centre d'accueil près de Nicosie.

Pages

Publicité