Vidéos à la une
Malgré l'instauration du scrutin paritaire, peu de femmes ont accédé jeudi à la tête d'un conseil départemental. Christophe Borgel, chargé des élections au PS, indique que son parti a demandé que la vice-présidence soit assurée par une femme quand la présidence était accordée à un homme pour "avoir ce minimum symbolique de parité". "Mais je reconnais qu'il y a des efforts à faire", a-t-il concédé.
Vidéos à la une
Invités : - Alain Marleix, député UMP du Cantal - Eva Sas, députée EELV de l'Essonne - Christophe Borgel, député PS de la Haute-Garonne - Nicolas Bay, secrétaire général du FN
Vidéos à la une
" Ce gouvernement n'a plus de majorité ". C'est le constat que dressent l'UMP et l'UDI dans la motion de censure déposée suite à l'utilisation de l'article 49-3 par le gouvernement, mardi, à l'Assemblée, pour passer outre le vote des députés sur la loi Macron. " Il n'y a plus ni majorité, ni gouvernement ", a même twitté Nicolas Sarkozy. De son côté, le Front de Gauche a annoncé son intention de voter, avec la droite, la censure du gouvernement. " C'est le seul moyen que l'on a pour nous opposer à la loi Macron et c'est dans la continuité de notre refus d'accorder la confiance à Manuel Valls ", tranche le président du groupe de la Gauche démocrate et républicaine, André Chassaigne. Le ministre de l'Economie fustige cette alliance " Vous vous retrouvez de part et d'autre d'une forme d'union, ceux qui ne veulent pas changer le pays ". Mais la colère du gouvernement est essentiellement dirigée vers sa propre majorité qui lui a fait défaut mardi. Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, prévient " Je verrai dès la semaine prochaine ceux qui nous ont manqué dans ce moment pour essayer de voir avec eux si nous pouvons continuer à travailler ensemble ". Les députés " frondeurs " ont pourtant indiqué qu'ils ne voteraient pas la censure. " Le but de notre démarche n'est pas de faire tomber le gouvernement ", explique Christian Paul. La motion de censure n'a donc aucune chance d'être adoptée, puisque les écologistes aussi ont fait savoir qu'ils ne comptaient pas l'approuver. Pourtant, l'utilisation de l'article 49-3 et l'union communiste avec la droite montrent clairement une fracture à gauche. La gauche peut-elle se reconstruire ? Les frondeurs doivent-ils quitter la majorité ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde. Invités : Christophe Borgel, député PS de Haute-Garonne Isabelle Le Callennec, députée UMP d'Ille-et-Vilaine Guillaume Tabard, rédacteur en chef et éditorialiste politique au Figaro Question JDD : Pensez-vous que les députés UMP auraient dû soutenir la loi Macron ?
Vidéos à la une
Le projet de loi de finance rectificative est débattu en séance publique à l'Assemblée nationale à partir de ce lundi. Le texte vise à engager la première étape de mise en oeuvre de la stratégie d'économies budgétaires du gouvernement, et inscrit dans la loi les mesures du Pacte de responsabilité et de solidarité. Ce collectif budgétaire prévoit notamment l'annulation de 1,6 milliards d'euros de crédits pour l'État, portant à 3,3 milliards la diminution des dépenses de l'État en 2014 par rapport à 2013. Il met également en oeuvre une réduction exceptionnelle de l'impôt sur le revenu pour les ménages dont le revenu fiscal de référence n'excède pas 1,1 SMIC pour un célibataire et le double pour un couple, le montant de la réduction étant fixé à 350 euros pour une personne seule et à 700 euros pour un couple. Une mesure ayant pour objectif de compenser les effets du gel du barème de l'impôt sur le revenu au titre des années 2011 et 2012. Le gouvernement met donc en oeuvre sa politique de l'offre, compensée par des mesures sociales destinées aux plus modestes. Cela suffira-t-il à satisfaire les députés frondeurs de la majorité ? Voteront-ils ce PLFR, et si ce n'est pas le cas, le gouvernement usera-t-il de l'article 49-3 de la constitution, arme ultime du Premier ministre, permettant l'adoption d'une loi sans vote ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos à la une
C'est un raz-de-marée populiste qui s'est abattu sur l'Europe. En France, avec un score de 25,2%, le Front national exultait dimanche soir. " Le peuple souverain a clamé qu'il voulait reprendre en mains les clés de son destin ", a déclaré la présidente du parti Marine Le Pen, opposant sa formation politique triomphante aux " partis du renoncement ". Le gouvernement, lui, a essuyé un vote sanction, avec seulement 14,7% des suffrages exprimés pour le Parti socialiste. En outre, l'euroscepticisme s'est aussi matérialisé dans le score de l'abstention, qui au niveau national s'élève à 57%. Un chiffre qui, s'il est légèrement inférieur à celui de 2009, démontre le peu d'intérêt, voire la défiance d'un grand nombre de Français vis-à-vis de Bruxelles. Quelle analyse doit-on tirer de ce scrutin ? Quel est l'avenir de l'Europe ? Qui sera le futur président de la Commission, et sera-t-il en mesure de réorienter l'Europe, pour mettre un terme au désamour des peuples à son endroit ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos à la une
"Si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, je n'ai, ou aucune raison d'être candidat, ou aucune chance d'être réélu". Cette phrase, François Hollande l'a prononcée il y a quelques semaines...
Vidéos à la une
Le nouveau gouvernement qui marque l’acte II du quinquennat Hollande, est désormais quasiment installé. La traditionnelle photo de famille a ouvert le premier conseil des ministres vendredi. Ses...
Vidéos à la une
C’est un test majeur pour le gouvernement. Les 23 et 30 mars ont lieu les élections municipales. La crainte du vote sanction est réelle pour le Parti socialiste. En plus de l’impopularité de...
Vidéos à la une
Un seul mandat à la fois : tel est l’objet du projet de loi sur le non-cumul des mandats qui arrive demain à l’Assemblée. Présenté par le Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, le texte prévoit l’interdiction pour un parlementaire d’exercer une fonction exécutive locale comme celle de maire,...
Vidéos à la une
Émission quotidienne présentée par Brigitte Boucher Invités : -  Daniel Fasquelle, député UMP du Pas-de-Calais -  Christophe Borgel, député PS de Haute-Garonne Incontournable rendez-vous d’information de la mi-journée, LCP Actu propose un panorama complet de l’actualité politique et...
Publicité