Vidéos à la une
Non, Manuel Valls ne cédera pas. Malgré la défaite électorale du PS aux départementales, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de maintenir son cap économique. Aucun remaniement, ni changement de politique, ne semble être à l'ordre du jour. La priorité, c'est " l'emploi, l'emploi, l'emploi " a tonné Manuel Valls le soir du deuxième tour des départementales. Ainsi, le Premier Ministre nous présente aujourd'hui ses propositions pour le soutien à l'investissement et à la valorisation du travail, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire. Au programme : faciliter l'emploi dans les PME, relancer l'investissement, et favoriser la flexibilité pour encourager l'embauche. Parallèlement, l'examen de la loi Macron a commencé au Sénat ce mardi 7 avril. La droite a clairement affiché sa volonté de modifier le texte. " Le temps des demi-mesures est terminé " a déclaré Bruno Retailleau, le président du groupe UMP au Sénat. Face à ce détricotage qui annonce une longue bataille entre les deux chambres, la loi Macron ne risque pas d'être appliquée de sitôt... Une partie de la gauche a beau accuser la politique économique du gouvernement d'être responsable de la déroute électorale du PS, un sondage IFOP semble indiquer le contraire. 60% des personnes interrogées considèrent que Manuel Valls doit maintenir "avant tout le cap des réformes en faveur des entreprises et de la relance de l'activité économique". Le gouvernement a-t-il tort de ne pas infléchir sa politique malgré le vote sanction des départementales ? Les nouvelles mesures proposées par Manuel Valls permettront-elles une reprise de la croissance économique ? Le gouvernement parviendra-t-il à renouer avec sa majorité malgré sans faire de compromis sur sa ligne économique ? Invités : Christine Kerdellant, directrice de la rédaction de L'Expansion et directrice adjointe de la rédaction de L'Express Pierre Larrouturou, économiste et co-président de la Nouvelle Donne Philippe Doucet, député PS du Val d'Oise Laure de la Raudière, députée UMP d'Eure-et-Loir Question JDD : Les choix économiques de Manuel Valls vont-ils créer de l'emploi ? Réagissez également avec le hashtag #CVR.
Vidéos à la une
Les chiffres du chômage pour le mois de mai sont attendus aujourd'hui. Alors qu'à la fin avril, le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité avait augmenté de 0,4% pour atteindre un nombre record de 3 364 100 chômeurs, le ministre du Travail François Rebsamen mise sur une " stabilisation " du taux de chômage cette année sous le seuil des 10%, avant une diminution espérée l'an prochain. François Hollande n'a eu de cesse de vouloir prouver que les solutions pour l'emploi constituaient le noeud de sa politique, de son engagement, pour l'heure non tenu, d'inverser la courbe du chômage, aux effets escomptés du pacte de responsabilité. Quand l'aile gauche du Parti socialiste lui reproche sa politique de l'offre et une dérive sociale-libérale, le gouvernement n'a de cesse de justifier son choix pour, à terme, créer des emplois. Le Président tiendra-t-il ses promesses ? À quand le retour de la croissance permettant une reprise massive de l'embauche ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Vidéos à la une
"Si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, je n'ai, ou aucune raison d'être candidat, ou aucune chance d'être réélu". Cette phrase, François Hollande l'a prononcée il y a quelques semaines...
Vidéos à la une
François Hollande est-il en train d’amorcer un tournant social-libéral ? A l’occasion de ses vœux, le Président s’est engagé à faire baisser les charges des entreprises. Officiellement,...
Publicité