Vidéos A la une
Le procès du général Christian Piquemal, qui avait bravé samedi l'interdiction par les autorités d'une manifestation anti-migrants convoquée par l'extrême droite à Calais, a été ajourné. Deux hommes interpellés en même temps que lui ont écopé respectivement de trois et deux mois de prison ferme. L'ancien commandant de la légion étrangère est revenu mardi sur BFMTV sur les conditions de sa garde à vue. "Je critique les conditions dans lesquelles j'ai été mis en garde à vue. Cela a été une agression véritablement sauvage. Les photos et les vidéos le prouvent. J'estime qu'on aurait pu m'appréhender différemment ", a-t-il déclaré.
Publicité