Politique
A l'Assemblée nationale, mardi, le député (LR) Christian Jacob a pris la parole. En plein discours, il s'en est pris à Bernard Cazeneuve, trop occupé selon lui à "lire ses textos".
Vidéos à la une
Invité sur BFMTV ce mardi, Christian Jacob a estimé que les violences qui émaillent les manifestations contre la loi travail et les "Nuits debout" étaient le résultat d'"un laisser-faire et un laxisme", de la part du gouvernement. Le but, selon le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée, serait de "donner des signaux aux anars et à l'extrême gauche", à un moment où François Hollande semble multiplier les gestes pour reconquérir son électorat en vue de 2017. Il a par ailleurs envoyé une pique au chef de l'Etat qui a assuré qu'il ne plierait pas sur la loi Travail. "François Hollande il tient quoi? Il tient rien", a fustigé le député LR de Seine-et-Marne, dénonçant un "texte creux", une "coquille vide".
Vidéos à la une
Christian Jacob a réagi ce mardi sur BFMTV, à la promesse de François Hollande de sécuriser le concert de Black M s'il était reprogrammé. La venue du rappeur en marge des commémorations du centenaire de la bataille de Verdun a été définitivement annulée par le maire de la ville à la suite de pressions et de polémiques lancées par l'extrême droite. Le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée a fustigé un "ridicule à tous les niveaux", ajoutant que l'invitation du chanteur était "une erreur". "François Hollande essaye de charger gentiment le maire de Verdun", a-t-il par ailleurs accusé, alors que le gouvernement et l'élu municipal se rejettent mutuellement la paternité du projet controversé. Pour le député LR de Seine-et-Marne, il est peu probable que seul le maire de Verdun ait "géré le centenaire" de l'événement historique.
Vidéos à la une
"Sur quelle légitimité votre gouvernement peut-il encore s'appuyer?", a demandé mardi Christian Jacob à Manuel Valls mardi. "Nous vivons une farce, une véritable mascarade avec la loi Travail", a lancé le chef de file de Les Républicains à l'Assemblée pour qui le report de la loi El Khomri n'est "rien d'autre qu'une humiliation".
Vidéos à la une
L'INVITÉ LCI-Metronews-Les Indés Radios. Ce mercredi, le président du groupe Les Républicains Christian Jacob a évoqué la récente mise en examen de Nicolas Sarkozy. Il lui a apporté son soutien, ainsi que celui de tous les parlementaires de son camp.
Vidéos à la une
Le chef de file Les Républicains, Christian Jacob a confirmé, ce mardi, la création prochaine d'une commission d'enquête parlementaire sur les moyens utilisés par l'Etat pour lutter contre le terrorisme. Une commission critiquée à gauche. Trente membres en feront partis, et la commission durera six mois. Elle devrait être opérationnelle d'ici quinze jours.
Vidéos à la une
Dans " Bureau politique ", chaque semaine, une personnalité politique nous reçoit " chez elle ", dans son bureau. Un objet, une photo, un livre servent d'amorce à un dialogue plus intime. Entre promenade nostalgique et regard sur l'actualité la plus brûlante, " BP " nous donne à voir une facette plus personnelle des politiques.
Vidéos à la une
Cette semaine dans "Bureau Politique", le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, accueille Christophe Jakubyszyn dans son bureau. Il s'exprime sur la réforme constitutionnelle proposée par François Hollande.
Vidéos à la une
Christian Jacob était l'invité du Grand Rendez-vous Europe 1- Le Monde - I-Télé. Il s'est exprimé sur les primaires du parti Les Républicains.
Vidéos à la une
Christian Jacob était l'invité du Grand Rendez-vous Europe 1- Le Monde - I-Télé. Il est revenu sur les incidents qui ont lieu en Corse depuis trois jours.
Vidéos à la une
Invité jeudi dans Politique matin, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, ne s'est pas montré opposé à l'idée d'avancer les primaires des Républicains, prévues pour novembre 2016, afin de désigner le candidat à l'élection présidentielle de 2017. "S'il y a une possibilité de les avancer et que cette position est consensuelle, je crois que c'est un débat qui mérite d'être posé, a appuyé le député de Seine-et-Marne. Mais ça ne peut se faire que de manière consensuelle et si c'est possible techniquement (...) la force aujourd'hui de la droite, c'est que nous n'avons pas ce qu'il y a à gauche, cette fracture idéologique".
Vidéos à la une
Mardi, le ministre de l'Intérieur a tenu à préciser que les différentes mesures de l'État d'urgence s'appliquaient "dans le respect du droit". Concernant les échauffourées survenues avant la COP21, seuls "les individus violents" ont été assignés à résidence a-t-il déclaré. De son côté, Christian Jacob, président du groupe Les Républicains, ne comprend pas comment ces militants d'extrême gauche "on pu arriver" sur la place de la République dimanche.
Vidéos à la une
Lundi lors du Congrès réuni à Versailles, la quasi-unanimité des parlementaires ont chanté à l'unisson la Marseillaise. Mais sur le fond, l'opposition ne compte pas faire de concessions au gouvernement. Christian Jacob, le chef de file des députés Les Républicains, a rejeté à la tribune la proposition de François Hollande de réviser la Constitution. Si Les Républicains ont salué les inflexions du gouvernement, qui a tenu compte de leurs demandes, beaucoup d'entre eux estiment que ces mesures arrivent trop tard. À l'intérieur du parti, une autre voix se fait entendre, celle d'Alain Juppé. Le candidat aux primaires et ses proches défendent depuis vendredi l'impératif d'unité nationale, préférant reporter débat politique à plus tard.
Vidéos à la une
Selon Christian Jacob, président du groupe Les Républicains, "la proposition de révision de la Constitution n'est pas justifiée car elle offre clairement tous les outils juridiques pour faire face à toutes les situations", alors que François Hollande a annoncé vouloir adapter celle-ci aux nouvelles technologies et aux nouvelles menaces auxquelles la France est confrontée.
Vidéos à la une
Après le discours de François Hollande face au Congrès à Versailles ce lundi, le président du groupe Les Républicains Christian Jacob s'est exprimé sur les attentats du 13 novembre à Paris. Selon lui, l'ennemi est "à l'extérieur mais aussi à l'intérieur". "Des fils de France n'hésitent plus à devenir des bombes humaines pour semer la terreur" a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Invitée de l'émission "On n'est pas couché" sur France 2 samedi soir, Nadine Morano a proclamé que la France était un "pays de race blanche". Thierry Solère et Christian Jacob, deux membres des Républicains, ont affirmé ce mardi "ne pas partager ses propos".
Vidéos à la une
Pour Frédéric Delpech, chef du service politique de LCI, la droite a porté "une charge très forte" contre le gouvernement, par l'intermédiaire de Christian Jacob, chef de file des députés Les Républicains à l'Assemblée nationale. Ce dernier a critiqué les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la crise de l'élevage.
Vidéos à la une
Avant le vote à l'Assemblée, sur l'accord trouvé pour le maintien de la Grèce dans la zone euro, le président du groupe Les Républicains Christian Jacob a fustigé mercredi l'attitude du Premier ministre Alexis Tsipras. Il a aussi mis en cause l'Eurogroupe qui a été "au rendez-vous des turpitudes grecques".
Vidéos à la une
Appelé jeudi au perchoir, pour présenter la motion de censure de la droite après le recours au 49-3 de la loi Macron, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale Christian Jacob a moqué le congrès du PS à Poitiers qui s'est tenu récemment.
Vidéos à la une
Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a condamné mardi le décompte des élèves selon leur religion effectué par le maire apparenté FN de Béziers, Robert Ménard, jugeant que c'était "une bonne chose" que la justice soit saisie. "C'est complètement interdit par la loi de la République! Si c'est avéré, c'est tout à fait condamnable. On est Français, on est républicain, on est sur le sol de la République, à ce moment-là, chacun, quels que soient ses origines, se conforme aux règles de la République, et il n'y a pas de sujet pour savoir d'où on vient", a déclaré Christian Jacob, interrogé dans les couloirs de l'Assemblée.
Vidéos à la une
Invités : - Christian Jacob, président du groupe UMP - Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des Lois
Vidéos à la une
Ce mardi, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Christian Jacob a chargé Manuel Valls après les résultats des élections départementales. "Le résultat de dimanche c'est votre échec, c'est vous qui avez hyst...
Vidéos à la une
"L'Assemblée a fait son travail, tout simplement." Christian Jacob, invité de Questions d'info sur LCP, est revenu mercredi sur la levée de l'immunité parlementaire de Patrick Balkany. Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale déclare "prendre acte" de cette décision, qu'il n'a "pas à commenter". Interrogé sur la proximité entre Nicolas Sarkozy et Patrick Balkany, qui pourrait affaiblir le président de l'UMP, Christian Jacob assure "ne pas voir le sujet".
Vidéos à la une
Christian Jacob, le chef de file des députés UMP, prend la parole jeudi après-midi dans l'hémicycle lors de l'explication de vote de la motion de censure du gouvernement Valls déposée par son groupe. "Les masques tombent. Vous êtes à la merci de votre majorité", déclare le député, moquant Manuel Valls, en difficulté sur un "texte insignifiant". "En choisissant la procédure d'exception, vous avez entamé la procédure d'enterrement de cette loi", continue le président du groupe UMP. Christian Jacob assure que le recours à l'article 49.3 est "l'arme qu'utilisent les faibles". "Vous êtes faible Monsieur le Premier ministre", s'exclame-t-il, avant de conclure : "Pour votre gouvernement, c'est le début de l'immobilisme et au pire le début de la fin."
Vidéos à la une
Christian Jacob, président groupe UMP à l'Assemblée nationale et député-maire de Provins (Seine-et-Marne) était sur le plateau de BFM Story. Les députés se sont prononcés ce mardi 2 décembre en faveur d'une résolution du groupe socialiste visant à reconnaître l'État palestinien. Ils ont adopté ce texte par 339 voix contre 151. 68 députés n'ont pas pris part au vote et 16 se sont abstenus. Cette résolution "invite le gouvernement à reconnaître l'État de Palestine en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit" et juge que "la solution des deux États, promue avec constance par la France et l'Union européenne, suppose la reconnaissance de l'État de Palestine aux côtés de celui d'Israël". Mais le gouvernement n'est cependant pas tenu de suivre cette résolution.
Vidéos à la une
Christian Jacob, président groupe UMP à l'Assemblée nationale, et député-maire de Provins (Seine-et-Marne) était sur le plateau de BFM Story. Les députés français ont adopté mardi par 339 voix contre 151 la proposition de résolution socialiste non contraignante. Celle-ci a essentiellement pour objectif d'inviter le gouvernement français à reconnaître l'État de Palestine en vue de faire pression sur Israël afin d'arriver à une reprise du processus de paix au Proche-Orient alors que la situation sécuritaire est extrêmement tendue à Jérusalem-Est et dans les territoires palestiniens de Cisjordanie. Mais le gouvernement n'est cependant pas tenu de suivre cette résolution.
Vidéos à la une
D'après l'un de ses proches Gérard Limat, Serge Dassault aurait reçu plus de 50 millions d'euros entre 1995 et 2012. Une somme qui aurait notamment servi au paiement d'électeurs dans le cadre des municipales. Invité de LCI mercredi matin, le président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale Christian Jacob a affirmé qu'il fallait "laisser la justice travailler à son rythme" et que la présomption d'innocence prévalait.
Vidéos à la une
Dans l'affaire opposant Jean-Pierre Jouyet à François Fillon, Christian Jacob et Henri Guaino ont interpellé le Premier ministre Manuel Valls. Ils lui demande de remettre la démission du secrétaire général de l'Elysée, lequel a botté en touche. Interrogé, Alain Juppé lui a préféré s'amuser de cette histoire. Il préfère parler de l'exploit spatial européen.
Vidéos à la une
PARIS - 12 nov 2014 - Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, a solennellement réclamé mercredi la démission du secrétaire général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet, accusé d'avoir diffamé l'ancien Premier ministre François Fillon dans une conversation avec des journalistes.
Vidéos à la une
Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, ironise sur la proposition de Ségolène Royal de rendre les autoroutes gratuites chaque week-end.

Pages

Publicité