Vidéos A la une
Le pape François est allé à Cuba vendredi pour rencontrer le patriarche russe Kirill. C'est une rencontre historique car depuis le grand schisme des Eglises chrétiennes d'Orient et d'Occident en 1054, jamais un pape n'avait pu s'entretenir avec le chef de la principale Eglise orthodoxe. L'Eglise russe compte 130 millions de fidèles. Le Vatican cherchait depuis des décennies à renouer les liens avec l'Eglise russe au plus haut niveau mais le patriarcat était très réticent. C'est en fait la persécution des chrétiens du Moyen-Orient, où ils ont été victimes, en Irak ou en Syrie, des exactions du groupe Etat islamique qui a rapproché les deux Eglises. La rencontre intéresse aussi beaucoup les diplomates dans la mesure où l'Eglise orthodoxe russe est également très proche du président Vladimir Poutine, dont le rôle en Syrie est crucial.
Vidéos A la une
Le 6 janvier, les chrétiens du monde entier célèbrent l'Epiphanie. Pour certaines églises orthodoxes, cette fête est l'une des plus importantes de l'année. Alors pour honorer l'anniversaire du baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain, on sort le grand jeu. C'est notamment le cas à Istanbul, en Turquie. Ici, pas de galettes, mais des prières et d'autres rituels plus originaux. L'un d'entre eux : une plongée dans l'eau glacée pour aller récupérer un crucifix, jeté par les prêtres. Cette année, c'est le Patriarche Bartholomée 1er, chef spirituel des chrétiens orthodoxes, qui était chargé de cette mission. Ce même rituel se pratique aussi en Grèce. Selon la tradition, celui qui récupère la croix est béni pour toute l'année à venir. En Bulgarie, dans la ville montagnarde de Kalofer, les croyants vont encore plus loin. Pour célébrer l'épiphanie, des dizaines d'hommes vêtus de costumes traditionnels ont dansé pendant une heure dans l'eau gelée, au son de la cornemuse.
Publicité