Vidéos à la une
Le président chinois Xi Jinping a appelé Donald Trump à la retenue lundi vis-à-vis de la Corée du Nord lors d'un appel téléphonique. Le président américain a contacté son homologue chinois après s'être entretenu pendant près d'une demi-heure avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Les deux hommes sont d'accord pour maintenir une étroite collaboration sur ce dossier. Washington et ses alliés craignent un sixième essai de missile nucléaire de la Corée du Nord malgré les sanctions de l'ONU dont elle fait l'objet. Un porte-avions américain et son escorte sont en route vers les eaux territoriales de Pyongyang. Dimanche, deux bâtiments de la marine japonaise l'ont rejoint pour un exercice bilatéral en mer des Philippines qui doit durer plusieurs jours. Dimanche, le régime nord-coréen a affirmé qu'il était prêt à couler le porte-avions américain qui se rapproche de ses eaux.
Vidéos à la une
La Chine a lancé jeudi son premier vaisseau cargo vers son laboratoire spatial, une nouvelle étape vers le déploiement d'une ambitieuse station habitée chinoise à l'horizon 2022. L'engin, nommé Tianzhou-1 ('Bateau céleste') a été propulsé par une fusée Longue Marche 7, qui a décollé du Centre de lancement de Hainan (sud) à 19h41 heure locale. Des centaines de spectateurs, massés depuis l'après-midi à proximité du site, ont poussé des cris d'exclamation et applaudi au moment où la fusée s'élevait dans le ciel nocturne. Des journalistes et des passionnés ont immortalisé l'instant avec leurs téléobjectifs. Tianzhou-1, le premier vaisseau cargo conçu par la Chine, doit s'arrimer avec le laboratoire spatial chinois Tiangong-2 ('Palais céleste'), placé en orbite en septembre dernier. Ce laboratoire est censé ouvrir la voie au déploiement, prévu en 2022, d'une station spatiale habitée, au moment où la station spatiale internationale (ISS) aura cessé de fonctionner. Le vaisseau cargo lancé jeudi est une 'étape cruciale' dans la construction de cette station chinoise, a souligné l'agence officielle Chine nouvelle. Tianzhou-1 mesure plus de 10 mètres de long et peut transporter jusqu'à six tonnes de matériel ainsi que des satellites, selon la même source. Il réalisera par ailleurs des expériences dans l'espace, avant de chuter vers la Terre, a précisé l'agence. La Chine investit des milliards d'euros dans ses programmes spatiaux pour tenter de rattraper l'Europe et les Etats-Unis. Elle ambitionne également d'envoyer un vaisseau spatial autour de Mars vers 2020, avant de déployer un véhicule téléguidé sur la planète rouge. Avec agence (AFP)
Vidéos à la une
Le dissident chinois Zhang Xiangzhong qui demandait l'asile politique à Taïwan a délibérément pris un avion pour rentrer en Chine, évitant ainsi tout incident diplomatique entre les deux pays. L'annonce a été faite mercredi par le gouvernement taïwanais. Cet homme a laissé un groupe de touristes la semaine dernière à Taïwan déclarant qu'il voulait demander l'asile à l'île autonome en tant que réfugié politique. Zhang Xiangzhong avait été emprisonné en Chine pendant 3 ans à cause de ses activités politiques. Il a été relâché en 2016. Techniquement, Taiwan n'offre pas d'asile politique aux citoyens chinois, même s'il proposent parfois des permis pour une résidence de longue durée.
Vidéos à la une
L'attitude belliqueuse de la Corée du Nord fait grimper les tensions. Le régime de Pyongyang promet une réponse sans pitié à toute provocation américaine, se disant prêt à une guerre. Donald Trump avait promis la veille que le 'problème' nord-coréen serait 'traité'. Il avait annoncé l'envoi vers les Corées d'un porte-avions et de navires lance-missiles. Le Japon envisage de rapatrier ses 60 000 ressortissants vivants en Corée du Nord. La Chine suspendra ses vols vers Pyongyang dès lundi. Selon Pékin, un 'conflit peut éclater à tout moment' : 'S'il y a vraiment une guerre, le résultat sera un échec général, insiste Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères. Personne ne peut être gagnant. Nous appelons donc toutes les parties à cesser de se provoquer et de se menacer, que ce soit avec des mots ou avec des actions.' Corée du Nord : la Chine craint l'éclatement d'un conflit " à tout moment " https://t.co/rAuJGNJTF3- Le Monde (@lemondefr) 14 avril 2017 De son côté, la Russie, 'très inquiète', appelle à la 'retenue' et met en garde contre 'toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation'. 'Moscou observe l'escalade des tensions dans la péninsule coréenne avec une grande préoccupation, déclare Dmitry Peskov, le porte-parole du Kremlin. Un message qui s'adresse autant au régime nord-coréen qu'à l'administration américaine. Les récentes frappes contre la Syrie et l'Afghanistan semblent attester que la stratégie de la patience est terminée, comme le clament les Etats-Unis. Corée du Nord: les Etats-Unis étudient leurs 'options militaires' (responsable américain) https://t.co/WUZx1boyVD #AFP- Agence France-Presse (@afpfr) 14 avril 2017 Le week-end est à haut risque : c'est le 105e anniversaire de la naissance du premier dirigeant de la Corée du Nord. Et à cette occasion Kim Jong Un pourrait procéder ce samedi à un nouveau tir de missile balistique, ou à son sixième essai nucléaire.
Vidéos à la une
Tous les ans à la même époque est célébré dans la province du Yunnan le festival de Shenyu - le poisson sacré - pour célébrer le nouvel An de la minorité Dai. Plusieurs dizaines de tonnes de poisson sont lâchés dans la rivière Nanlei et un immense concours de pêche est organisé. Les plus grosses pièces avoisinent les 20 kg. Les vainqueurs se partagent des prix en espèces.
Vidéos à la une
Les exportations chinoises ont enregistré en mars leur plus forte croissance en deux ans, selon des données officielles qui semblent confirmer une reprise de la demande mondiale. Elles ont bondi de 16 % sur un an, soit bien plus que les prévisions des analystes. Les importations ont également progressé à un rythme soutenu le mois dernier (+20%). Chine: les exportations surprennent par leur dynamisme >> https://t.co/bAZW6VVxNO pic.twitter.com/NwUxO2vY5f- Les Echos (@LesEchos) 13 avril 2017 Autre donnée importante, dans le contexte actuel, l'excédent commercial avec les Etats-Unis pour le premier trimestre est, selon les chiffres de Pékin, en légère baisse à 49,6 milliards de dollars, contre 50,5 milliards il y a un an. Pour Sun Jiwen, porte-parole du ministère du Commerce, la Chine n'est pas engagée dans une surenchère avec les Etats-Unis : 'Le déséquilibre commercial entre nos deux pays peut être attribué à trois facteurs : des différences de structure économique, de compétitivité industrielle et des différences en matière de travail. La Chine ne cherche pas à avoir un excédent commercial avec les Etats-Unis, qui apporte d'ailleurs des avantages aux deux pays. Nous sommes prêts à importer davantage de biens des Etats-Unis, en fonction de la demande de son marché intérieur.' Après avoir violemment critiqué les pratiques commerciales de la Chine, Donald Trump a adouci son discours après la visite de Xi Jinping en Floride. Le président américain n'accuse désormais plus Pékin de manipuler sa monnaie pour favoriser ses exportations. Et il n'est plus question, non plus, pour l'instant, d'imposer une surtaxe sur les produits importés de Chine.
Vidéos à la une
Plus d'un millier de personnes ont été exécutées dans le monde en 2016 selon le rapport annuel d'Amnesty International, qui ne comprend pas la Chine, pourtant soupçonnée d'avoir exécuté davantage d'individus que dans tous les autres pays réunis. En tête de ce tableau noir figurent également l'Iran, l'Arabie Saoudite, l'Irak et le Pakistan. Nombre d'exécutions par pays dans le monde, selon Amnesty International #AFP par AFPgraphics pic.twitter.com/ULSppsJGpS- Agence France-Presse (afpfr) 11 avril 2017 Moins d'exécutions mais davantage de condamnations à mort Par rapport à 2015, les exécutions dans le monde sont en baisse. Un chiffre trompeur puisque les condamnations à la peine capitale ont bondi de plus de 50 % en un an : plus de 3.000 dans 55 pays, soit la pire année jamais enregistrée. Des milliers d'individus patientent dans des couloirs de la mort. Amnesty s'inquiète tout particulièrement de la situation en Chine, où de telles statistiques sont classées 'secrets d'Etat'. Certains avancent le chiffre de 1.000 à 3.000 exécutions par an. 'Ce qu'il y a de plus alarmant, c'est que la Chine continue de condamner chaque année des milliers de personnes à la peine de mort et procède à des milliers d'exécutions, dont on ne connaît toujours pas l'ampleur. Nous ignorons les noms de la plupart des condamnés ou encore s'ils ont été représentés par un avocat', souligne William Nee d'Amnesty. En dehors de la Chine, quatre pays réalisent près de 90 % des exécutions. L'Iran est particulièrement pointé du doigt devant l'Arabie Saoudite, l'Irak et le Pakistan. Exécutions en baisse aux Etats-Unis Aux Etats-Unis, les exécutions sont en baisse : 20 en 2016, soit cinq fois moins qu'en 1999. Elles se concentrent essentiellement sur deux États du Sud, le Texas et la Géorgie. Au total dans le monde, 57 pays pratiquent encore la peine de mort, même si une trentaine d'entre eux ne l'appliquent que très rarement. Les méthodes d'exécution vont de la pendaison, à l'injection létale, en passant par le peloton d'exécution, la décapitation et la lapidation, notamment de femmes pour des faits d'adultère.
Vidéos à la une
Melania Trump et l'épouse du président chinois, Peng Liyuan, se sont rendues ensemble dans une école à Palm Beach, en Floride, non loin de la résidence de Donald Trump. L'orchestre de l'école s'est produit devant ces deux invitées de marque. Madame Peng, ancienne chanteuse ayant étudié au Conservatoire de musique de Chine, aura apprécié...
Vidéos à la une
Choc de culture, choc de style, choc de personnalité. Le président américain Donald Trump rencontrait pour la première fois son homologue Xi Jinping dans sa luxueuse résidence de Floride. Il a exhorté le président chinois à faire plus pour empêcher le développement du programme nucléaire de son voisin nord-coréen. Le sujet délicat du déficit des Etats-Unis avec la Chine qui s'élevait à près de 350 milliards de dollars en 2016, a également été abordé, lors d'une rencontre qui a permis 'd'énormes progrès dans leur relation', selon les mots de Donald Trump.
Vidéos à la une
Les condamnations se multiplient après le tir par la Corée du Nord d'un missile balistique en mer du Japon. Le tir a eu lieu mardi à 22h42, heures de Paris. Selon Séoul, le missile nord-coréen a parcouru une soixantaine de kilomètres. Séoul dénonce une 'menace pour la paix' alors que Tokyo parle de 'provocation'. Yoshihide Suga, secrétaire général du gouvernement du Japon : 'Nous ne pouvons absolument pas tolérer les provocations répétées de la Corée du Nord et nous protestons vigoureusement contre ce dernier geste.' Le tir du missile nord-coréen intervient à deux jours d'une sommet sino-américain qui se tiendra en Floride. Xi Jinping doit ainsi rencontrer pour la première fois Donald Trump. Le président américain estime que Pékin pourrait faire d'avantage pour résoudre les inquiétudes soulevées par la Corée du Nord.
Vidéos à la une
Environ six mille personnes se sont rassemblées ce dimanche place de la République, à Paris, pour protester après la mort du père de famille chinois tué par le tir d'un policier. La victime s'appelait Liu Shaoyao. Le policier explique avoir tiré en état de légitime défense, une version que conteste la famille qui réclame justice. Selon la police, Liu Shaoyao agressait un agent avec des ciseaux lorsqu'il a été pris pour cible. La famille de la victime assure qu'il était au contraire en train de cuisiner et coupait des poissons avec des ciseaux. À l'issue de l'hommage place de la République, des heurts ont éclaté lorsque certains manifestants s'en sont pris aux forces de l'ordre. Liu Shaoyao a été tué le 26 mars à son domicile du XIXe arrondissement. Plusieurs policiers étaient présents lors de l'intervention et une enquête a été ouverte sur les circonstances du drame.
Insolite
En mangeant sa tomate, un étudiant chinois a découvert une fraise à l'intérieur. Il a ensuite posté des photos de l'étrange fruit sur les réseaux sociaux.
Vidéos à la une
Deux jour après la mort d'un père de famille Chinois abattu par la police dans son appartement à Paris, des centaines de personnes se sont rassemblées ce mardi devant le commissariat du XIXe arrondissement de la capitale pour dénoncer ce qu'il considèrent être une bavure policière. Deux versions s'opposent : celles des policiers de la BAC, selon laquelle Liu Shaoyo, 56 ans, les a agressé avec des ciseaux. Celle de la famille, selon qui le défunt était simplement en train de découper des poissons. Selon une source proche de l'enquête, un voisin avait appelé la police pour signaler la présence d'un homme se déplaçant dans les parties communes avec un couteau à la main. 'On ne connaît pas les détails, mais on sait simplement qu'il a perdu la vie, alors on est venu pour demander des explications à la police. On veut connaître les détails', explique un jeune chinois venu manifester à Paris. Paris - Tensions devant le commissariat du 19eme suite au décès d'un homme lors d'une intervention policière hier soir. #mortdeLiuShaoyo pic.twitter.com/u6y9rlldr5- Remy Buisine (@RemyBuisine) 27 mars 2017 Le préfet de police a reçu des représentants de la communauté asiatique ce mardi. Les cinq enfants de la victime, dont quatre étaient présents au moment des faits, ont été entendus par l'IGPN, la 'police des polices'. La Chine a 'exigé' de la France qu'elle fasse 'toute la lumière sur cette affaire'.
Vidéos à la une
Un ressortissant chinois a été tué par la police, dimanche soir dans le XIXème arrondissement de Paris. Selon les forces de l'ordre, il aurait tenté d'agresser un policier avant d'être abattu. Ulysse Gosset, éditorialiste en politique internationale BFMTV, évoque "une affaire sensible pour les Chinois" et "délicate pour la France". "La chute du tourisme chinois, effrayé par les questions de sécurité, provoque beaucoup d'inquiétudes au Quai d'Orsay (...) Ce que redoute les Français, c'est une forme de boycott spontané de la part des Chinois, qui ne veulent plus venir en France", a-t-il ajouté.
Vidéos à la une
Un ressortissant chinois a été tué par la police, dimanche soir, dans le XIXème arrondissement de Paris. Selon les forces de l'ordre, il aurait tenté d'agresser un policier. Une version démentie par ses proches. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois a protesté contre les autorités françaises, ce mardi: "Paris doit assurer la sécurité et les droits des ressortissants chinois, en France". La presse officielle chinoise fait également largement état des protestations qui ont suivi le décès de cet homme, en France.
Vidéos à la une
Un ressortissant chinois a été tué par un policier, dimanche soir dans le XIXème arrondissement de Paris. Selon la police, un appel aurait signalé aux forces de l'ordre qu'un homme se trouvait dans un immeuble armé d'un couteau. Trois policiers se sont rendus sur place. Ils auraient alors entendu des cris dans un appartement. Ils auraient forcé la porte et un homme se serait jeté sur l'un d'entre eux. "L'homme armé d'un couteau s'en prend au premier collègue (...) Le second collègue fait usage de son arme pour protéger son coéquipier et l'individu décède de ses blessures", indique Loïc Lecouplier, secrétaire national du syndicat de police Alliance. Une version que conteste maître Calvin Job, l'avocat de la famille du ressortissant décédé: "Les fonctionnaires de police rentrent violemment dans le domicile de l'individu. Ils tirent à bout portant avec un fusil à pompe sans sommation".
Vidéos à la une
Elle est la première femme à diriger un gouvernement à Hong-Kong. Elle était surtout la favorite du régime de Pékin. Carrie Lam a été désignée dimanche cheffe du gouvernement par un comité électoral tout acquis à la Chine. Ses deux concurrents n'étaient pour autant pas des opposants au régime communiste : l'un, John Tsang, était qualifié de plus modéré ; l'autre, Woo Kwok-hing, de plus progressiste. Ce scrutin a été qualifié d'imposture par le camp démocrate, qui s'inquiète d'une main-mise croissante du régime chinois sur l'île, avec pour conséquence un recul des libertés. 'Actuellement, l'élection du chef du gouvernement est en réalité une sélection', déplore un député du comité électoral issu du camp démocrate, Nathan Law. Les démocrates ont, d'autorité, droit au quart des membres de cet organisme. 'Ainsi, poursuit-il, le gouvernement de Pékin a toujours le dernier mot sur les nominations. C'est la raison pour laquelle j'ai voté blanc. Parce que, tant que ce système est fermé, une sélection et non une élection, il n'a aucune légitimité.' Sur le papier, Hong Kong bénéficie jusqu'en 2047 d'une autonomie par rapport à la Chine, en vertu d'un principe nommé 'un pays, deux systèmes' décrété lors de la rétrocession par la Grande-Bretagne de sa colonie à la Chine, en 1997. Dans la réalité, c'est de moins en moins vrai. En témoigne cette première désignation du dirigeant de l'exécutif depuis la 'révolte des parapluies' de 2014, qui avait conduit des dizaines de milliers de personnes à manifester pour réclamer le suffrage universel.
Vidéos à la une
HSBC confirme son appétit pour la Chine : la banque britannique va embaucher cette année 1 000 personnes au sein de sa filiale de gestion de fortune, qui s'ajouteront aux 2 400 salariés déjà présents dans le pays. La plupart des embauches seront réalisées dans le Delta de la rivière des Perles, dans le sud de la Chine. Une mégalopole constituée de onze villes industrielles (dont Canton, Hong Kong, Macao...). Son économie en forte croissance est supérieure à celle de l'Indonésie. Exclusive: HSBC to boost China staff by up to 1,000 employees in 2017, mostly in Pearl River Delta https://t.co/zcEomskQQ7 by Sumeet_Chat- Reuters Business (ReutersBiz) 24 mars 2017 Le nouveau directeur de la première banque européenne Mark Tucker maintient ainsi l'orientation stratégique son prédécesseur, qui voulait faire de la Chine un pivot du développement du groupe. Après avoir multiplié les plans de restructurations en Europe, HSBC prévoit 4 000 embauches en Chine d'ici 5 ans.
Vidéos à la une
Après avoir déclaré vendredi que toutes les options étaient sur la table (y compris militaires) contre le régime nord-coréen, le secrétaire d'Etat américain a rencontré samedi à Pékin son homologue chinois. Sur un ton nettement plus conciliant, le ministre des affaires étrangères de Donald Trump s'est engagé à travailler aux côtés des Chinois pour amener Pyongyang à stopper son programme nucléaire. Corée du Nord: les Etats-Unis 'vont travailler' avec la Chine https://t.co/JLovEyLfQV pic.twitter.com/P08yLN6cyf- Courrier inter (@courrierinter) 18 mars 2017 Vendredi sur twitter, Donald Trump a remis la pression sur la Chine accusée selon lui d'en faire trop peu pour calmer son allié nord-coréen. Pour sortir de l'escalade, la semaine dernière Pékin a proposé que Pyongyang suspende son programme nucléaire mais qu'en échange les Etats-Unis stoppent leurs manoeuvres militaires en Corée du Sud. Pour l'instant Washington a répondu par une fin de non recevoir. Trump accuse la Chine d'avoir 'peu fait' sur la Corée du Nord https://t.co/JjmLJj3Sd1 #AFP- Agence France-Presse (@afpfr) 17 mars 2017 Avec Agences
Vidéos à la une
Un cachalot qui a été piégé dans des filets de pêche à Shenzhen, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, attend maintenant de l'aide pour être guidé vers la mer profonde. Le cachalot a été retrouvé par plusieurs pêcheurs locaux empêtré dans des filets de pêche dimanche.
Vidéos à la une
La production industrielle en Chine a résisté mieux qu'attendu en janvier et février, dopée par les investissements dans les infrastructures et l'immobilier. Après avoir vu sa croissance glisser au plus bas depuis vingt-six ans en 2016, la Chine commence bien 2017 : l'activité manufacturière s'accélère, les exportations redémarrent et l'industrie retrouve le sourire. La production industrielle a augmenté de 6,3 % sur un an en janvier-février, par rapport à 6 % en décembre. Les investissements dans les infrastructures et l'immobilier ont bondi de près de 9 %. La consommation des ménages, elle, progresse plus lentement. Pékin entend continuer le rééquilibrage de son modèle économique vers la consommation intérieure et les services, qui représente plus de 50 % du PIB.
Vidéos à la une
Boeing met le cap sur la Chine, avec la construction d'une nouvelle usine d'assemblage, qui doit débuter d'ici la fin du mois. Elle sera basée à Zhoushan, à environ 300 kilomètres de Shangaï, en emploiera quelque 2.000 personnes. Il s'agit davantage d'un centre de finition : les appareils de Boeing y seront peints puis équipés intérieurement : de l'installation des sièges aux revêtements de sols, notamment. Des services de réparation et de maintenance seront également assurés. Le nouveau site devra livrer à terme cent appareils par an, les premiers dès 2018. Dévoilée en 2015, cette usine sera gérée conjointement par Boeing et le constructeur aéronautique chinois, Comac. C'est la première fois qu'un centre de finition de Boeing voit le jour en dehors des Etats-Unis. Premier Boeing 737 complété en Chine pour 2018 https://t.co/1EtIAzMLTf pic.twitter.com/6YmmDWSoWg- Air & Cosmos (@AiretCosmos) 13 mars 2017
Vidéos à la une
Des affrontements ont éclaté entre des manifestants tibétains et la police, aux abords de l'ambassade de Chine, à New Delhi. Le rassemblement avait lieu à l'occasion de la Journée hommage au soulèvement national tibétain en 1959.
Vidéos à la une
Deux bébés tigres abandonnés par leur mère se baladent tranquillement dans le parc zoologique de Xi'an Qinling, au nord-ouest de la Chine. Leur mère a eu quatre tigreaux mais deux des félins sont morts peu après leur naissance à cause du froid et du manque de nourriture. Les deux autres ont été retrouvés dans un état critique, mais après deux mois de soins intensifs ils sont désormais en pleine forme.
Vidéos à la une
La Chine, seul allié de Pyongyang, a proposé un compromis suggérant que le Nord suspende son programme nucléaire en échange de l'arrêt des manoeuvres militaires lancées par les Etats-Unis au Sud. L'ambassadrice américaine auprès des Nations-Unies, Nikki Haley, a condamné avec force ces derniers tirs de missiles nord-coréens et a défendu la riposte de son pays : 'Dites moi pourquoi on utiliserait pas le THAAD devant 24 missiles balistiques, devant des tests nucléaires, en sachant qu'on protège nos alliés. On ne va pas laisser la Corée du Sud sous la menace de la Corée du Nord sans l'aider. Le THAAD est là en raison des actes de la Corée du Nord.' Le bouclier antimissile américain THAAD déployé en Corée du Sud #AFP pic.twitter.com/Y7IDSvvZYx- AFP USA (@AFPusa) 7 mars 2017 THAAD n'est autre que le bouclier anti missile américain. Il a été déployé ce mardi en Corée du Sud. Un déploiement vu d'un très mauvais oeil par Pékin qui le considére comme une menace pour sa sécurité.
Vidéos à la une
Le géant chinois des télécommunications ZTE sanctionné aux Etats-Unis pour exportation illégale vers l'Iran et la Corée du Nord. Le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé que le groupe avait été condamné à 1,2 milliard de dollars d'amende pour violation de l'embargo imposé par Washington à ces deux pays. .SecretaryRoss Announces $1.19 Billion Penalty for Chinese Company's Export Violations to Iran and North Korea https://t.co/cVgYnBpN8i- U.S. Commerce Dept. (CommerceGov) 7 mars 2017 De janvier 2010 à janvier 2016, ZTE a vendu pour 32 millions de dollars de matériel électronique à l'Iran et à la Corée du Nord sans autorisation. Pire, il a donné de fausses informations aux autorités pour tenter de dissimuler ses malversations. Le groupe devra verser 892 millions de dollars sur le champ et restera passible d'une pénalité supplémentaire de 300 millions sur les sept années à venir, en cas de récidive. Avec AFP, Reuters.
Politique
Les Etats-Unis viennent de déployer un bouclier anti-missiles en Corée du Sud après que son voisin du Nord a lancé lundi quatre missiles en direction du Japon. Mais la Chine ne voit pas tout ça d'un bon oeil.
Vidéos à la une
En 2017, l'économie chinoise risque de ralentir : c'est ce qu'a annoncé dimanche le Premier ministre Li Keqiang aux 3000 membres du parlement chinois réunis pour leur grande messe annuelle. La croissance de l'économie chinoise pourrait ne pas dépasser les 6,5%, contre 6,7% en 2016. Ce serait la pire performance pour la Chine depuis ses 26 dernières années. La Chine revoit la baisse son objectif de croissance, à 6,5% en 2017 https://t.co/L8g3lNbVg5 par Julien_Girault #AFP pic.twitter.com/mszxbRgS4g- Agence France-Presse (afpfr) 5 mars 2017 _Mais 'les fondamentaux de l'économie chinoise demeurent robustes', a déclaré Li Keqiang, le Premier ministre chinois. Nous disposons de plusieurs outils et d'instruments financiers qui peuvent être activés. Nous avons la capacité et les moyens de prévenir les risques systémiques', a t-il souligné._ Malgré ce message rassurant, l'économie chinoise est sur la corde raide : la bulle immobilière n'a pas désenflé; la dette du pays a dépassé les 270% du PIB en 2016; et le déficit public continuera d'augmenter cette année (pour financer de gigantesques projets d'infrastructures). La Chine devrait toutefois réduire sa dépendance au charbon pour que le ciel redevienne bleu, a promis le Premier ministre chinois alors que l'atmosphère du pays reste très polluée. Avec Agences
Vidéos à la une
Le budget militaire de la Chine va augmenter de 7% cette année. Une hausse qui n'a rien de significatif, mais qui fait écho à l'augmentation de 10% des dépenses militaires américaines, annoncée par Donald Trump, soit plus de 50 milliards de dollards supplémentaires. La Chine, 2ème budget de défense de la planète, ne représente qu'un quart de celui des Etats-Unis. Cependant, ses initiatives en mer de Chine méridionale suscitent des craintes.La porte-parole de l'Assemblée nationale populaire (ANP), a voulu balayer ces préoccupations : regardez la dernière décennie, il y a eu tant de conflits, de guerres dans le monde, ce qui a causé un grand nombre de victimes et de... réfugiés démunis et sans abri. Quelle a été la responsabilité de la Chine? La Chine n'a jamais fait de mal à aucun pays. La Chine accroît ses dépenses militaires depuis les années 1980 pour combler son retard sur les armées occidentales. Cette hausse de 7%, similaire à l'an dernier, est l'une des plus faibles de ces 20 dernières années. Dans un contexte de croissance économique relativement basse pour la Chine, autour de 6.5 . Les dépenses militaires se maintiennent à 1.3 du PIB, comme les années précédentes. Avec agences
Vidéos à la une
Pour la première fois en six mois, la production industrielle au Japon a reculé de manière inattendue en janvier, affectée par un ralentissement des exportations de voitures vers les Etats-Unis. C'est ce que montrent les données préliminaires publiées mardi par le ministère de l'Economie. En janvier, la production industrielle a enregistré une baisse de 0,8 , contre un gain de 0,7 en décembre. Les ventes au détail ont quant à elles progressé de 1 % le mois dernier par rapport à janvier 2015. C'est leur troisième mois consécutif de hausse, signe d'une reprise graduelle des dépenses de consommation au Japon.

Pages

Publicité