Vidéos A la une
Une marche silencieuse était organisée à Abuja, capitale du Nigeria, pour marquer le premier anniversaire de l'enlèvement des 219 adolescentes du lycée de Chibok par le groupe islamiste Boko Haram. Le kidnapping, le 14 avril 2014, de ces lycéennes a suscité une émotion sans précédent à travers le monde. Mais s'il a été très médiatisé, c'est loin d'être le seul crime de ce type commis par Boko Haram, rappelle Amnesty International, selon qui au moins 2000 femmes et fillettes ont été enlevées au Nigeria depuis le début de l'année dernière. Plusieurs personnalités ont apporté leur soutien au mouvement #BringBackOurGirls dont la Première Dame des Etats-Unis et Malala, jeune lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix.
Vidéos A la une
Boko Haram nie tout accord de cessez-le-feu avec les autorités nigérianes. Dans une vidéo publiée vendredi soir, le chef du groupe islamiste a exclu toute perspective de négociation. Il a également évoqué le sort des lycéennes kidnappées. Abubakar Shekau affirme que celles-ci ont toutes été converties à l'islam et mariées. Les 219 jeunes filles avaient été enlevées par la secte islamiste le 14 avril à Chibok, dans le nord-est du pays. Dans cette vidéo, le leader du groupe explique qu'elles se trouvent désormais dans leurs " foyers conjugaux ". Mi-octobre, l'armée et la présidence nigérianes avaient annoncé avoir conclu un accord de cessez-le-feu avec Boko Haram, prévoyant notamment la libération des otages de Chibok. Un " mensonge " selon Abubakar Shekau. Boko Haram a également revendiqué dans cette vidéo le kidnapping d'un otage allemand, enlevé le 16 juillet dans le nord-est du pays.
Publicité