Vidéos A la une
Pour réaliser un Rob Roy, choisissez un bon whisky blended, un martini de haute volée et un peu de tabac à pipe : envolez-vous vers une ivresse...
Vidéos A la une
CHARLESTON - 28 JUILLET - Elle l'ignore encore à cet instant mais Heather, une escort girl américaine, vient par sa bravoure de neutraliser un potentiel serial killer. La scène se déroule à Charleston, une ville modeste au nord-est des États-Unis. Après avoir pris contact avec la jeune femme, via un site dédié aux rencontres tarifées, le dénommé Neal Falls se rend chez elle avec une ferme intention, la tuer. Armé d'un pistolet, il tente alors de l'étrangler. Elle parvient à répliquer et l'homme meurt sur le coup. Et la fouille menée dans son véhicule par la police va révéler qu'il n'en était pas à son coup d'essai. Les enquêteurs mettent la main sur plusieurs armes, dont l'une d'elle est reliée à une scène de crime remontant à 2005. Neal Falls est désormais suspecté d'être lié à la disparition de neuf femmes, toutes des travailleuses du sexe, dans trois États différents. En le tuant, Heather a sans doute sauvé beaucoup de vies.
Vidéos Insolite
La Caroline du Sud a hébergé un bien triste événement : une manifestation des sympathisants du Ku Klux Klan pour réclamer la préservation du...
Vidéos A la une
Vendredi 26 juin, Barack Obama a rendu un vibrant hommage à Charleston au pasteur noir abattu, avec huit paroissiens, par Dylan Roof, un partisan de la suprématie blanche. Devant plusieurs milliers de personnes, le président des Etats-Unis a surpris tout le...
Vidéos A la une
Des hommes et des femmes ont convergé de tous les États-Unis vers Charleston pour assister aux cérémonies d'hommage aux neuf noirs assassinés mercredi dans une église de la ville. Le drame de Charleston vient s'ajouter à une longue série de tuerie de masses aux États-Unis où les partisans d'un contrôle accru sur les armes à feu n'arrivent pas à contourner le poids du lobby des armes. Mais la tuerie de Charleston renvoie aussi, un demi-siècle après les grandes marches du mouvement pour les droits civiques et la lutte contre la ségrégation, aux tensions raciales qui sont réapparues avec force ces derniers mois aux États-Unis à la suite de la mort de plusieurs Afro-Américains abattus par des policiers alors qu'ils n'étaient pas armés.
Vidéos A la une
Impassible, le regard fixe, Dylann Roof, vêtu d'un uniforme de prisonnier rayé, n'a montré aucune émotion devant les propos de la fille d'Ethel Lance, 70 ans, une des neufs victimes de la tuerie de Charleston. Le jeune homme de 21 ans, comparaissait par vidéo interposée depuis la prison, pour une audience de pure forme. Il risque la peine de mort, qui est toujours en vigueur en Caroline du Sud. Un peu plus tôt dans la journée, le suspect avait été inculpé pour l'assassinat de neuf personnes et possession d'arme en relation avec un crime violent. Arrêté jeudi, il a reconnu devant la police être l'auteur de la pire tuerie raciste aux États-Unis depuis des décennies, en ouvrant le feu avec un pistolet automatique mercredi soir dans une église noire de Charleston. Les hommages se sont multipliés face à ce que la justice américaine nomme "un acte de terrorisme intérieur". Une cérémonie a réuni Noirs et Blancs dans un stade couvert. Une cinquantaine de proches des victimes était aux premiers rangs. Barack Obama a affirmé quant à lui que la tuerie de Charleston montrait que le " fléau " du racisme est toujours présent aux États-Unis.
Vidéos A la une
Les drapeaux sont en berne en Caroline du Sud après la tuerie de Charleston, à l'exception notable du drapeau confédéré qui flotte devant le siège du parlement local, relançant la controverse autour de ce symbole du passé esclavagiste aux Etats-Unis. Par ailleurs, Dylann Roof, qui a avoué à la police être l'auteur de la pire tuerie raciste aux Etats-Unis depuis des décennies, a été inculpé vendredi pour les assassinats de neuf personnes. Les précisions de notre envoyé spécial à Charleston, Jean-Bernard Cadier.
Vidéos A la une
Pour Barak Obama, le problème central de la tuerie de Charleston est l'accessibilité des armes à feu aux personnes qui souhaitent faire...
Vidéos A la une
Vêtu d'une combinaison rayée blanche et noire, Dylan Roof a débarqué en Caroline du Sud. L'auteur présumé de la tuerie de Charleston a été transféré jeudi en fin d'après-midi dans la ville où a eu lieu la fusillade et placé en détention. Quelques heures plus tôt, le jeune homme de 21 ans avait été arrêté lors d'un contrôle routier à Shelby, en Caroline du Nord et s'était rendu aux forces de l'ordre sans opposer de résistance. Dylan Roof est suspecté de s'être joint à un groupe de prière mercredi soir dans une église historique de Charleston fréquentée par la communauté noire, puis d'avoir ouvert le feu, tuant neuf personnes. Ce drame, qui constitue l'une des pires tueries motivée par la haine raciale depuis des années aux États-Unis, a profondément choqué le pays. Sur son profil Facebook, Dylann Roof apparaît vêtu d'un blouson sur lequel sont accrochés l'ancien drapeau de l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid, symbole du régime ségrégationniste et celui de la Rhodésie, devenue Zimbabwe. Deux régimes très admirés par des groupuscules américains qui promeuvent la suprématie des Blancs.
Vidéos A la une
La traque se poursuit pour tenter de retrouver l'auteur de la fusillade de Charleston. Au lendemain du drame, la police a diffusé la photo du suspect. Ce jeune homme blanc est soupçonné d'avoir tué neuf personnes mercredi soir, dans une église de la ville fréquentée par la communauté noire. Âgé de 20 à 25 ans, le suspect mesure près d'un mètre 80 et porte un sweat-shirt. Selon les autorités son crime est sans aucun doute motivé par la haine des noires. L'église dans laquelle s'est déroulée la tuerie n'a visiblement pas été prise pour cible au hasard. Construite en 1891, elle est la plus vieille de la côte Est et un symbole pour les Afro-américains.
International
Une fusillade a éclaté mercredi soir dans une église de la communauté noire de Charleston (Caroline du Sud), faisant neuf victimes. Le principal suspect est toujours en fuite.
Vidéos A la une
Le jazz était mis à l'honneur ce week-end à Manhattan à l'occasion de la 10ème édition du festival 'Jazz Age Lawn'. C'est sur l'île de...
Publicité