Technologies
Une équipe de chercheurs français a évalué la place de l’homme au sein de la chaîne alimentaire, faisant une bien étrange découverte : à défaut d’être le super-prédateur que d’aucun s’imagine, nous ne serions en réalité pas plus dangereux prédateurs qu’un anchois. Les détails.  
Publicité