Vidéos Argent/Bourse
Philippe Martinez a laissé entendre dimanche soir sur BFMTV qu'il n'exigeait plus le retrait de la loi Travail. Malgré ce signe d'ouverture, le mouvement de contestation autour de ce texte n'est pas prêt de faiblir. Le leader cégétiste doit s'engager dans un très complexe jeu d'équilibre interne pour tenter de mettre au même diapason les "intransigeants" et les "conciliants" de la CGT. - Le regard de Pierre-Henri de Menthon, directeur adjoint de la rédaction de Challenges. - 18h l'heure H, du mardi 31 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Pour peser sur les négociations, les trois syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, UNSA et SUD) menacent d'une grève reconductible dès mardi soir. La CGT-Cheminots et SUD-Rail y ont joint la revendication du retrait de la loi travail. La CFDT a, quant à elle, annoncé dans la foulée lever son préavis. Alors, pourquoi l'Unsa a-t-il décidé de maintenir son appel à la grève, malgré les nouvelles propositions pour réorganiser le travail des cheminots ? - Éléments de réponse avec Luc Bérille, secrétaire général de l'UNSA. - 18h l'heure H, du lundi 30 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Alaune
Thomas Misrachi reçoit Marc Bacuher, secrétaire général de l'UNSA-cheminots qui revient sur l'appel de la CGT-cheminots et SUD-Rail à "poursuivre et amplifier" le mouvement. Il estime que la grève est l'ultime moyen en cas d'échec du dialogue social.
Vidéos Alaune
Thierry Nier, porte-parole de la CGT-cheminots, répond aux questions de Thomas Misrachi sur le maintien de la grève à la SNCF. Les deux syndicats ont appelés ce jeudi 12 juin à "poursuivre et amplifier" le mouvement entamé mardi. Ils protestent contre le projet de réforme ferroviaire qui sera examiné à partir du 17 juin au Parlement.
Vidéos Alaune
La CGT-cheminots a annoncé la reconduction de la grève pour 24 heures. Quatre syndicats ont appelé à une grève nationale, mardi soir. Mercredi, le mouvement a provoqué de fortes perturbations sur le trafic ferroviaire. Les syndicats devraient rencontrer le ministre des Transports, jeudi à 11 heures: ils menacent même de durcir le mouvement si leurs revendications ne sont pas acceptées.
Publicité