Vidéos Sciences
Étudier l'infiniment petit pour comprendre l'infiniment grand. C'est le leitmotiv des chercheurs du CERN à Genève. Dans cette édition de The Global Conversation enregistrée au sein du CERN, Fabiola Gianotti, sa directrice générale, évoque la relance du Grand Collisionneur de Hadrons, ses espoirs d'avancées dans l'étude de la matière et de l'énergie sombres de notre Univers, mais aussi ses rêves d'enfant. Claudio Rosmino, euronews : 'L'accélérateur de particules a repris son activité ces derniers jours après quelques mois d'arrêt technique. Pourriez-vous nous expliquer comment fonctionne cette machine gigantesque qui tente de percer les mystères de la matière qui constitue notre Univers ?' Fabiola Gianotti, directrice générale du CERN : 'Le LHC - le Grand Collisionneur de Hadrons -, c'est l'accélérateur le plus puissant jamais construit. Il permet d'accélérer des faisceaux de protons dans des directions opposées à l'intérieur d'un anneau de 27 kilomètres et de les faire entrer en collision à quatre endroits où de grands détecteurs sont installés. Grâce à ces collisions, nous pouvons étudier les éléments fondamentaux de la matière et de l'Univers, mais aussi mieux comprendre les éléments fondamentaux de tout ce qui se trouve dans la nature, ainsi que la structure et l'évolution de l'Univers.' Voici les images des premières collisions pour la physique de cette année, cliquez et admirez!#WhatsUpLHChttps://t.co/SkEiftEktH pic.twitter.com/rzipZEjqmp- CERNpress (@CERNpress) 24 mai 2017 Claudio Rosmino : 'Aujourd'hui, le LHC dispose d'un niveau d'énergie plus élevé que lors de l'identification du boson de Higgs. Quels sont vos objectifs scientifiques désormais ? Qu'espèrez-vous découvrir ?' Fabiola Gianotti : 'C'est par exemple, comprendre ce qui compose la partie sombre de l'Univers. En réalité, ce qui est visible - les étoiles, les planètes et les galaxies - ne représente que 5% de l'Univers, les 95% restants sont constitués de formes de matière et d'énergie que nous ne connaissons pas. C'est un grand point d'interrogation pour nous et c'est pour cela que nous disons que cette matière et cette énergie sont 'sombres'. Cela fait référence au fait qu'elles nous sont inconnues, mais cela indique aussi que ces formes de matière et d'énergie n'interagissent pas directement avec nos instruments comme les téléscopes par exemple. Donc on déduit leur présence d'observations et d'indices indirects.' Claudio Rosmino : 'Vous êtes directrice générale du CERN depuis janvier 2016. Quel regard portez-vous sur ce qui a été accompli depuis votre prise de fonction ? Dans une interview, vous avez dit que c'est comme si vous étiez le maire d'un petit village.' Fabiola Gianotti : 'C'est un travail enrichissant et stimulant qui permet de gérer des aspects très différents. Il y a le côté scientifique qui est bien sûr, ma priorité et me prend la plupart de mon temps : suivre les projets scientifiques, planifier l'avenir... Mais il y a aussi d'autres aspects dont je m'occupe comme le budget, le personnel, les relations internationales... Donc c'est un travail enrichissant et varié et ce que j'apprécie le plus, c'est d'apprendre quelque chose tous les jours. Pour moi, il n'y a rien de plus gratifiant que de rentrer chez soi le soir et de pouvoir se dire : 'J'ai appris tant de choses aujourd'hui'.' Découverte du boson de Higgs : 'Un moment de grande émotion' Claudio Rosmino : 'Revenons à ce 4 juillet 2012 quand au CERN, a été annoncée au monde entier la découverte du boson de Higgs, essentiel pour comprendre l'origine de la masse des particules. Quel souvenir gardez-vous de ce jour-là ?' Fabiola Gianotti : 'Il est clair que c'était un jour merveilleux d'un point de vue professionnel, voire peut-être le jour le plus palpitant de ma vie.Ce jour-là, je représentais une communauté de physiciens de toute la planète, mais aussi de nombreux jeunes qui ont travaillé avec enthousiasme et application à la construction de notre machine et ensuite à l'analyse des données. Donc j'étais fière de pouvoir dire : 'Aujourd'hui, nous avons contribué à faire avancer d'un petit pas, les connaissances de l'humanité.' C'était vraiment un moment de grande émotion.' Claudio Rosmino : 'Grâce à cette incroyable machine qu'est le LHC, êtes-vous tout proche de comprendre le Big Bang ?' Fabiola Gianotti : 'Nous touchons du doigt, les caractéristiques et l'évolution de l'Univers tel qu'il était juste après le Big Bang. Nos connaissances se situent à un millionième de millionième de seconde après le Big Bang. Cela semble peu, mais en fait beaucoup de choses se sont produites entre temps. Nous sommes encore loin de comprendre ce qui s'est vraiment passé au moment exact du Big Bang. Aujourd'hui, nous avons des hypothèses diverses, nous avons fait d'importants progrès pour nous faire une idée de ce qui s'est vraiment passé de manière globale dans les toutes premières phases de l'évolution de l'Univers.' 'La créativité et l'imagination sont fondamentales' Claudio Rosmino : 'Quelle est votre vision de la recherche scientifique en Europe ? Y a-t-il assez d'opportunités pour les jeunes chercheurs ?' Fabiola Gianotti : 'En général, il existe un problème d'accès aux fonds pour la recherche fondamentale. Ces financements devraient être encore plus importants dans certains pays. La recherche appliquée a tendance à trouver plus facilement des fonds parce qu'elle donne des résultats à court terme. C'est important de financer la recherche appliquée - bien entendu -, mais il est essentiel de ne pas oublier que la recherche fondamentale est tout aussi importante même si ses résultats ne sont pas visibles immédiatement, mais plutôt à long terme.' Claudio Rosmino : 'Einstein a dit : 'La logique vous conduira d'un point A à un point B, l'imagination vous emmènera où vous voulez.' Quel rôle jouent l'imagination et la passion dans le travail d'un scientifique ?' Fabiola Gianotti : 'Elles sont fondamentales. La science et la recherche s'appuient sur les idées et la créativité. Les idées, la créativité et l'imagination sont fondamentales, mais elles doivent s'accompagner d'une grande implication pour être capable de mettre ces idées en pratique. La passion, la motivation et la créativité sont fondamentales pour ce que nous faisons ici.' Pressrelease: Article in Nature Physics. New #ALICEexperiment resultsshow novelphenomenain proton collisions. https://t.co/xXJJu7RA3f pic.twitter.com/SmeaEDxEwL- ALICE Experiment(@ALICEexperiment) 24 avril 2017 'Cette quête de réponses' Claudio Rosmino : 'De l'imagination aux rêves, il n'y a qu'un pas. Qu'est-ce qui vous faisait rêver quand vous étiez enfant ? Quand avez-vous réalisé que vous vouliez devenir scientifique ?' Fabiola Gianotti : 'Quand j'étais enfant, j'avais l'habitude de faire des rêves farfelus qui n'étaient peut-être pas évidents à réaliser. A une époque quand je faisais de la danse classique, je voulais devenir danseuse. Ensuite, j'ai fait du piano et j'ai pensé à faire carrière dans la musique. La musique occupe encore une place importante dans ma vie. J'étais une petite fille très curieuse et souvent, je posais beaucoup de questions. A un moment donné, grâce aux cours de physique et de maths au lycée, j'ai découvert que travailler dans le domaine de la physique - peut-être la matière scientifique la plus fondamentale de toutes - me permettrait de satisfaire cette quête de réponses, cette curiosité naturelle.' Claudio Rosmino : 'Au CERN, vous êtes entourée de machines extrêmement perfectionnées, mais dans la vie de tous les jours, quel est votre rapport à la technologie ?' Fabiola Gianotti : 'Je l'utilise habituellement comme un outil qui nous rend la vie plus facile et plus agréable. Mais la technologie a aussi un impact négatif sur notre vie quotidienne : parfois, elle nous rend esclaves d'une certaine manière puisqu'aujourd'hui, nous devons être tout le temps joignables au téléphone, par mail ou sms. Il faut donc faire attention à ne pas laisser trop de place à ces innovations et à ne pas en devenir accroc.' Veryinterestinginterview with#Cern DG Fabiola #Gianotti. Sheisa veryhigh-leveland passionatescientist. Soonon euronews pic.twitter.com/wkewWLDUuA- stroclaudio(@RosmiNow) 24 mai 2017
Vidéos Sciences
La recherche nucléaire franchit une nouvelle étape, un espoir pour le traitement des cancers. Le CERN à Genève a inauguré un nouvel accélérateur linéaire, appelé ''Le Linac 4'':https://www.letemps.ch/sciences/2017/05/09/cern-presente-un-nouvel-accel.... La structure va remplacer un appareil vieux de 39 ans qui produisait le flux de particules pour le LHC, le plus grand et le plus puissant accélérateur de particules du monde. Le LHC a notamment permis l'identification du boson de Higgs. 'Le défi maintenant pour nous est d'imaginer ce que sera le futur, explique Maurizio Vretenar, chef du projet, parce que ça prend tellement de temps de concevoir et construire ces machines, que vous devez absolument être sûrs que ce sera utile une fois construit. Et c'est le cas pour Linac 4.' Sciences: Le CERN inaugure son nouvel accélérateur - News Suisse: Suisse romande #Actualité Ce n'est pas ... https://t.co/VeF28hXcHC pic.twitter.com/LgdEqKEC1R- Actualité Suisse (@ActuSuisse) 10 mai 2017 'Vous savez en physique, on a besoin de beaucoup de statistiques, ajoute Frederick Bordry, directeur des accélérateurs du CERN. On a besoin de beaucoup d'expérimentations pour faire de nouvelles découvertes, alors oui, avec plus d'intensité, plus de protons, de meilleure qualité, ce sera une source de découvertes dans le futur.' Linac 4 va subir de nombreux tests avant d'être relié au complexe d'accélérateurs du CERN lors du prochain long arrêt technique, en 2019-2020. A 12 mètres sous terre, le Linac mesure près de 90 mètres de long. Sa construction a pris 10 ans pour un coût de 82 millions d'euros. Quand le champion du monde Chad Novak fait décoller son drone dans le Centre de données du #CERN (vidéo intégrale: https://t.co/hJj0l9Ppna) pic.twitter.com/ZPlSICru5m- CERN en français (@CERN_FR) 10 mai 2017
Société
Un homme a filmé une scène troublante il y a quelques jours dans l’enceinte du Centre européen pour la recherche nucléaire (CERN), à Genève. Une femme semble se faire poignarder au cours d’un sacrifice humain. Le CERN parle de "fiction". 
Société
Un énorme nuage d’orage s’est formé au-dessus du Cern, le 24 juin dernier. Des photos du phénomène circulent depuis sur la toile et déchaînent les passions des anti-complotistes : et si ce nuage n’en était pas un ?
Technologies
Dès la semaine prochaine, les chercheurs du CERN (L'Organisation européenne pour la recherche nucléaire) vont tenter de créer des mini-trous noirs afin de détecter de potentiels univers parallèles.
Vidéos Sciences
Avec succès, son LHC, le plus grand accélérateur de particules du monde a entamé une nouvelle phase d'expériences inédites avec une énergie presque doublée. Après deux ans de maintenance et de réparations, l'objectif est de comprendre les mystères de la matière et d'ouvrir sur des perspectives sur des territoires inexplorés de la physique. 'Cela signifie que nous pouvons faire des tests avec des énergies plus élevées pour produire des particules de masse plus élevées et à des distances plus courtes qu'auparavant. C'est donc un vrai pas en avant dans la quête d'une éventuelle nouvelle physique', explique ce responsable du CERN. Situé à la frontière franco-suisse, le LHC comprend un tunnel en forme d'anneau de 27 kilomètres. En 2012, la première saison d'exploitation du LHC avait permis de confirmer l'existence du boson de Higgs, considéré comme la clef de voûte de la structure fondamentale de la matière. With new data from the #13TeV LHC, what do we hope to discover? Check out our first episode https://t.co/onEqmNmVDG pic.twitter.com/mDHpuLmn6m- In Particular (@particlepodcast) 3 Juin 2015 Watch the highlights from today's #13TeV events via this playlist: https://t.co/3v21BLVNGE- CERN (@CERN) 3 Juin 2015
Vidéos à la une
Une prouesse saluée par des applaudissements des équipes basées à la frontière franco-suisse. Ce redémarrage du grand collisionneur de hadrons suscite un réel engouement au sein au sein de la communauté scientifique. Il ouvre la voie à l'exploration de nouveaux territoires de la physique, tels que la matière noire ou l'antimatière. 'Maintenant, nous avons tout juste réussi à faire la première étape : un faisceau de protons a fait le tour de l'anneau de 27 kilomètres dans un sens puis un deuxième a accompli le même circuit en sens inverse. Mais l'étape la plus importante est devant nous, lorsque nous porterons l'énergie des faisceaux à des niveaux record'. L'accélérateur de particules avait été placé en arrêt technique pendant deux ans afin de permettre à des centaines d'ingénieurs et de techniciens de le réparer et le consolider afin qu'il fonctionne avec une énergie plus élevée. Lors de sa première phase d'exploitation, il avait permis de confirmer l'existence du boson de Higgs. [Press Release] Proton beams are back in the LHC http://t.co/OMgJ6w84Cr #RestartLHC pic.twitter.com/rdTsuCkWLk- CERNpress (@CERNpress) April 5, 2015 Beam 1, the second to circulate, is successfully through all sectors of the LHC! Startup complete! #RestartLHC pic.twitter.com/ZgI0E1J8k6- CERN (@CERN) April 5, 2015
Vidéos Sciences
Après deux ans de travaux, l'accélérateur de particules LHC du Cern reprend du service ce week-end. L' anneau de 27 kilomètres de long du centre de recherche situé près de Genève est un instrument de recherche fondamentale pour sonder l'infiniment petit. En 2012, il a permis aux scientifiques de faire la découverte du Boson de Higgs, qui a de nombreuses applications concrètes. 'Sans le champ de Higgs, il n'y aurait pas d'atomes, pas de noyaux, il n'y aurait pas de molécules, qui sont les éléments fondamentaux de la matière, alors il n'y aurait pas d'étoiles, pas de galaxie, pas de système planétaire, pas de Terre et donc pas de vie sur Terre', explique le physicien Rudiger Voss. Avec l'anneau de nouvelle génération, L'énergie des collisions sera telle qu'elle pourra produire des particules cinq fois plus lourdes que les plus grosses connues actuellement. Des milliards de protons vont d'abord être injectés dans l'accélérateur. L'énergie va être augmentée progressivement avant les premières collisions entre faisceaux de protons prévues au mois de juin.
Vidéos Insolite
Ce jeune physicien mexicain de 19 ans a construit, seul, un accélérateur de particules de poche pour un coût dérisoire. Rencontre avec le...
Vidéos Sciences
Une chose est sûre : aujourd'hui encore, notre compréhension de l'univers reste très lacunaire. Ce que nous pouvons voit autour de nous - de la planète Terre aux lointaines galaxies - ne représente ainsi que 5 % de l'univers. Alors, qu'y-a-t-il au-delà ? De la matière noire et de l'énergie sombre, nous disent les scientifiques sans pour autant en avoir percé le mystère. Deux outils sont à leur disposition pour essayer de résoudre cette énigme cosmique. À commencer par le Grand collisionneur de hadrons ou LHC. C'est l'accélérateur de particules le plus grand et le plus puissant du monde et se trouve au CERN, près de Genève. Il y a trois ans, c'est lui, par exemple, qui a détecté le Boson de Higgs. En 2015, il est fin prêt pour d'autres prouesses scientifiques. Dans quelque temps, le LHC va, en effet, tourner à plein régime pour la première fois et donc être en mesure d'identifier de la matière noire. Deuxième outil : Euclid, le télescope spatial construit actuellement par l'ESA, l'Agence spatiale européenne. Sa mission : étudier l'action de la gravitation de la matière noire sur les galaxies et dire comment cette matière noire contribue à l'expansion de notre univers. Car oui, l'univers est en constante expansion tout comme l'énergie sombre. Pour en savoir plus sur la matière noire et l'énergie sombre, ne manquez pas le dernier numéro de Space, réalisé par Jeremy Wilks, spécialiste des questions spatiales à euronews.
Vidéos Sciences
Le CERN, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, célèbre ses soixante ans. Un anniversaire fêté dignement lundi au siège près de Genève, avec la présence de représentants d'une trentaine de pays. Fondé en 1954, le CERN est aujourd'hui le plus grand centre de physique des particules au monde, dont les travaux ont permis le développement de technologies comme l'imagerie médicale ou des traitements contre le cancer. Il a même été un pionnier du web. Sa mission première reste d'étudier la physique fondamentale pour mieux comprendre notre univers. Rappelez-vous, son gigantesque accélérateur de particules avait permis la découverte du fameux boson de higgs. Le CERN c'est aussi et surtout, une communauté d'hommes : pas moins de 10.000 scientifiques du monde entier. Un véritable modèle de coopération pour son directeur général Rolf Heuer : 'C'est étonnant de voir comment des scientifiques et des ingénieurs, qui du fait de leur nationalité ne sont normalement pas très à l'aise entre eux, peuvent travailler ensemble, se parler et fêter ensemble. Et je pense que cela devrait être un modèle pour tout le monde.'' Après une phase de travaux, le grand collisionneur de particules sera bientôt remis en service, avec de nouvelles perspectives pour les chercheurs. ''Avec le fameux boson de Higgs, on a compris notre modèle standard qui décrit tout juste 5 % de l'univers. 95 % de l'univers est noir, de la matière noire, de l'énergie sombre. A mon sens, il est grand temps d'entrer dans l'univers sombre. Et cela doit être l'un des principaux objectifs pour l'avenir proche.'' De notre correspondant à Genève, Claudio Rosmino : 'Durant ces soixante ans, le CERN n'a pas seulement révolutionné notre connaissance scientifique, il a aussi créé un modèle gagnant de coexistence entre les différentes cultures et de partage des objectifs.''
Société
Les bacheliers en section scientifique (S) passent ce mardi matin l’épreuve de physique-chime. Et cette année, le boson de Higgs est mis à l’honneur. Plus de détails.
Vidéos Sciences
Le radiotélescope du Pôle Sud BICEP-2 a pu observer l’une des premières lumières émises par l’univers, il y a 14 milliards d’années. Résultat, des ondes gravitationnelles, autrement dit...
Vidéos Sciences
Ces dernières années, deux missions scientifiques portées par le satellite Planck de l’Agence spatiale européenne et le Grand Collisionneur de Hadrons du CERN, l’Organisation européenne pour...
Vidéos à la une
Science has rarely seduced so many. CERN’s atom smashing Large Hadron Collider has had the world transfixed and probably, for the first time in history, turned a particle into a global celebrity. Last year scientists sent shockwaves around the world when they announced the discovery of the Higgs...
Vidéos à la une
La science a rarement passionné les foules, mais le grand collisionneur de hadrons du CERN a attiré l’attention du monde entier en faisant d’une particule, une célébrité internationale, probablement pour la première fois de l’Histoire. L’an dernier, les scientifiques ont provoqué une onde de choc...
Vidéos Sciences
Les scientifiques du CERN et de la NASA pensent pouvoir bientôt faire toute la lumière sur le mystère de la “matière noire”. Une expérience menée dans la Station spatiale internationale (ISS) a permis de détecter ce que les scientifiques pensent être des traces de positrons. Le Prix Nobel de...
Vidéos Sciences
Il y a 20 ans, le scientifique britannique Tim Berners-Lee inventait le Web. Pour marquer l’anniversaire de la publication du document qui permit la libre utilisation de la technologie sur internet, le CERN, le laboratoire européen de recherches nucléaires, a lancé un projet visant à remettre en...
Publicité