Vidéos à la une
Yves Jégo, député UDI de Seine-et-Marne, était sur le plateau de BFM Story. Après les avances de Nicolas Sarkozy ou d'Alain Juppé à droite, c'est au tour du Premier ministre Manuel Valls de faire un nouveau pas, ce matin, vers l'ouverture au centre, mais sans aucun succès tant au MoDem de François Bayrou qu'à l'UDI. Le chef du gouvernement a déclaré, sans l'ombre d'une hésitation, qu'il n'aurait "pas de problème" à gouverner avec le centre et plus généralement avec les "forces progressistes". "Pourquoi refuser la main de ceux qui se reconnaissent dans le centre, le centre-gauche, ou en tout cas ceux qui ne se reconnaissent pas dans les partis politiques traditionnels ?", a-t-il justifié. À noter que grâce à leur progression aux sénatoriales, les centristes comptent désormais 80 parlementaires. Yves Jégo a souligné qu'un rapprochement pourrait être possible si les actes suivent les mots.
Vidéos à la une
"Les pro-européens" ce sont eux : voilà le message martelé par les listes UDI-MoDem. Ils appellent au sursaut alors que le FN est donné favori le 25 mai prochain. Jean-Louis Borloo lui même s'est exprimé lors d'un message vidéo diffusé durant le meeting. Thomas Soulié et Charles Villanove
Vidéos à la une
"Dans le monde comme il est, qui est terriblement dangereux", il faut "que nos pays soient plus unis", a déclaré François Bayrou, président du Modem, au micro de BFMTV dimanche, à l'occasion du meeting des centristes à Paris.
Publicité