Vidéos à la une
La police colombienne a annoncé dimanche une saisie record de huit tonnes de cocaïne dans une bananeraie du nord-ouest du pays, où le clan Usuga, principal gang criminel du pays, avait dissimulé la drogue sous une chape de ciment. La drogue était empaquetée dans 359 sacs de toile et dissimulée sous une chape de ciment recouvrant une cache de 2,50 de profondeur.
Vidéos à la une
ALMOLOYA DE JUAREZ (Mexique) - 14 juillet 2015 - Un petit tour et puis s'en va, c'est ainsi que l'on pourrait résumer l'évasion d'"El Chapo" Guzman. Le baron de la drogue mexicain s'est fait la belle samedi soir, en disparaissant dans un trou creusé sous la douche. Les autorités mexicaines viennent de diffuser les images filmées par les caméras disposées dans sa cellule. On y voit Guzman faire des allées et venues entre le milieu de la pièce et le coin des sanitaires. L'homme s'accroupit derrière le muret de la douche, puis disparaît. La suite se déroule loin des regards, dans ce tunnel d'un kilomètre et demi . Des rails, des bouteilles d'oxygène, du matériel de construction. Bref du travail de professionnel pour permettre l'évasion du chef d'un des cartels les plus puissants du Mexique, responsable des trois quarts du trafic de drogue vers les États-Unis. "El Chapo" Guzman est ressorti à l'air libre à l'intérieur d'une maison en construction. Il est désormais l'homme le plus recherché du pays. Une récompense de plus de 3 millions d'euros attend celui qui permettra son arrestation.
Vidéos à la une
ALMOLOYA DE JUAREZ - 12 juillet 2015 - Une maison de brique en construction au milieu d'un champ. C'est dans ce lieu retiré que l'un des plus importants barons de drogue mexicains s'est évadé. Samedi, Joaquin Guzman, surnommé "El Chapo", s'est fait la belle. Son mode opératoire : un tunnel de 1500 mètres de long creusé sous la douche de la cellule.... tunnel équipé d'un système de ventilation, aboutissant dans cette demeure rudimentaire. Depuis, la traque est lancée. Des centaines de policiers sont sur le terrain et les interrogatoires de plus de trente gardiens sont en cours. Car il y a peu de doute sur l'existence de complicités au sein même de la prison d'Altiplano où Guzman purgeait sa peine. Surnommé "El Chapo", une allusion à sa petite taille, le narcotrafiquant avait été mis sous les verrous en février 2014, après s'être fait la belle une première fois en 2001. Cette nouvelle évasion signe un revers pour le président mexicain. Depuis son arrivée au pouvoir il y a trois ans, Enrique Pena Nieto avait pourtant multiplié les arrestations spectaculaires de chefs de cartels.
Publicité