Vidéos Argent/Bourse
Marc Roche, PDG d'Air Caraïbe, était l'invité de C'est votre argent, du vendredi 13 mai 2016. - C'est votre argent, présenté par Marc Fiorentino, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Les liens entre l'Union européenne et l'Amérique Latine ne sont pas distendus, ils ne demandent même qu'à être renforcés... Ce slogan, c'est un peu le mantra du sommet qui réunit les 28 et 33 pays d'Amérique Latine et des Caraïbes, au moment où la Chine investit plus que jamais dans ces pays. Dès lors, un petit effort linguistique est toujours le bienvenu. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a donc fait son introduction dans un espagnol laborieux, mais applaudi par le président de l'Equateur, Rafael Correa. Tandis que les dirigants de 61 pays ou leurs représentants se retrouvaient dans le bâtiment du Conseil, à quelques dizaines de mètres de là plusieurs manifestations appelaient l'Union européenne à promouvoir des relations équilibrées avec l'Amérique Latine pour mieux contribuer au respect des droits de l'Homme. Parmi ces manifestations, celle de Mexicains venus dénoncer le règne de la violence et la corruption dans leur pays, encore marqué par l'enlèvement et la disparition de 43 étudiants à Iguala en septembre dernier. ' Nous sommes ici pour représenter la société civile, pour dire au gouvernement mexicain que ce n'est pas possible d'être aussi cynique et de venir ici pour négocier des traités internationaux alors que dans notre pays les droits de l'Homme ne sont pas respectés ', s'est indignée une manifestante. ' Il y a beaucoup de cas non résolus et une impunité galopante dans notre pays. La corruption est impressionnante et nous en avons assez ', a expliqué une autre. L'un des objectifs de ce sommet n'en reste pas moins de faire avancer les négociations sur des accords commerciaux, notamment entre les Européens et le Mercosur.
Vidéos à la une
Agés d'un an et demi, ils sont dix et mesurent un mètre de long. En provenance d'un zoo de Stockholm, ils ont renoué avec leur île d'origine depuis quelques jours. En attendant d'être libérés dans un marais, ils ont été placés en quarantaine. Car leur histoire est particulière. C'est Fidel Castro en personne qui a donné leurs parents à un cosmonaute russe. Ce dernier les a amené à Moscou avant de les confier au zoo de Moscou puis à celui de Stockholm. 'Fidel Castro doit être étonné parce que quelque chose qu'il a donné, qu'il a montré à des amis à produit un résultat. je pense que cela doit le rentre très heureux', explique ce vétérinaire. De race pure, les bébés crocodiles font partie d'un programme de conservation pour cette espèce en grave danger d'extinction et dont la chasse est illégale. Quant à leurs parents qui ont été symboliquement renommés Hillary et Castro, ils coulent toujours des jours heureux en Suède.
Publicité