Vidéos à la une
C'est un bilan de santé du secteur bancaire, qu'a établi la Banque centrale européenne, grâce aux tests de résistance effectués en 2013. Les résultats ont été dévoilés ce dimanche à Francfort. D'après la BCE, le secteur bancaire semble plutôt en bonne santé : sur les 130 banques qui ont subi ces 'stress tests', seules 25 sont pointées du doigt pour un déficit de fonds propres, sachant que plusieurs des mauvais élèves ont déjà rectifié le tir. Aucune des grandes banques françaises n'est épinglée. En revanche, aux yeux de la BCE, 9 banques italiennes sont fragiles, tout comme trois chypriotes et trois grecques. Tous ces établissements ont 15 jours pour présenter aux autorités bancaires européennes leurs mesures pour combler leurs besoins de capitaux. Cet audit était destiné à vérifier la solidité des établissements bancaires face à des scénarios de risques, et ce, alors que la BCE s'apprête à devenir le 4 novembre, l'unique superviseur du secteur bancaire européen. Pour les responsables de la BCE, ces résultats sont un signe encourageant, à même, selon Vítor Constâncio, le vice-président de la BCE, de rétablir la confiance du public et des investisseurs dans le secteur bancaire. 'Cela devrait faciliter la distribution du crédit en Europe, ce qui va soutenir la croissance économique', a-t-il expliqué.
Vidéos à la une
La Banque centrale européenne (BCE) a dévoilé ce dimanche les résultats des 'stress tests' menés en secret sur 130 banques européennes. Et il apparaît que 25 d'entre elles ont échoué à cet examen. Parmi elles figure un seul établissement français : la Caisse de refinancement de l'habitat. Cet audit était destiné à vérifier la solidité des établissements bancaires face à des scénarios de risques. Pour les responsables de la Banque centrale européenne, ces résultats sont un signe encourageant, à même, selon le vice-président de la BCE, Vítor Constâncio, de rétablir la confiance du public et des investisseurs dans le secteur bancaire. 'Cela devrait faciliter la distribution du crédit en Europe, ce qui va soutenir la croissance économique', a-t-il expliqué. Sur les 25 banques pointées du doigt, c'est l'italienne Monte dei Paschi di Siena qui semble la plus fragile. Huit autres banques italiennes figurent sur la liste des mauvais élèves, tout comme 3 chypriotes ou encore 3 grecques. Tous ces établissements ont quinze jours pour présenter aux autorités bancaires européennes leurs mesures pour combler leurs besoins de capitaux.
Vidéos à la une
L'exploitant de Disneyland Paris a annoncé un projet de recapitalisation d'un milliard d'euros soutenu et garanti par sa maison mère américaine, The Walt Disney Company. Objectif : réduire l'endettement du groupe Euro Disney et donner de l'air pour les années à venir. Disneyland Paris est le parc à thème le plus visité de France. Mais la conjoncture morose a entrainé une nouvelle baisse de fréquentation cette année. En outre, depuis ses origines, le groupe souffre d'un problème de dette abyssale. Le plan de recapitalisation et de restructuration financière devrait se traduire par une probable OPA et pourrait à terme aboutir à un retrait d'Euro Disney de la bourse de Paris. Le titre accusait à la mi-journée un fort recul. .
Publicité