Politique
Quatre anciens membres de l’UMP et de la dernière campagne de Nicolas Sarkozy ont récemment été mis en examen pour de nouvelles dépenses suspectes, distinctes de Bygmalion et estimées à 13 millions d’euros.
Politique
Ce mardi, Nicolas Sarkozy est convoqué au pôle financier du tribunal de Paris. Il sera entendu sur l'amende pour dépassement des frais de la campagne présidentielle de 2012 que son parti avait finalement supportée.
Politique
Nicolas Sarkozy sera une nouvelle fois convoqué devant les juges mardi 31 mars. S'il risque une mise en examen, le patron de l'UMP est serein.
Politique
Selon les informations de L'Express, le parti d'opposition s'est déclaré créancier de la société Bygmalion, exigeant par ce fait le remboursement de la somme de 28 millions d'euros.
Politique
Mediapart affirme ce jeudi 27 novembre que la société des proches de Kader Arif a travaillé pour le candidat François Hollande en 2011 et 2012.
Politique
Ce matin, Éric Cesari a été placé en garde à vue dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Planet.fr revient sur le parcours de cet homme de confiance de Nicolas Sarkozy.
Politique
La suspension de Jérôme Lavrilleux a été confirmée mardi soir par l'UMP qui doit statuer sur une éventuelle exclusion. Une sanction qui serait lourde de conséquences pour le parti d'opposition qui devra faire face aux révélations de l'intéressé. 
Politique
Selon Le Figaro, François Hollande se prépare depuis le lendemain de la présidentielle de 2012 au retour de l'ex-chef de l'État.
Politique
Selon une étude réalisée par l'Ifop est révélée par L'Essor de la Gendarmerie, les scores du FN explosent à proximité des casernes. Explications.
Politique
En plein affaire Bygmalion, Libération a révélé lundi une partie des frais réels engagés par l’UMP pendant la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Plus de 21 millions d’euros auraient ainsi été dépensés pour des meetings "dignes des Stones".
Politique
La communication, le spectacle et l'envie d'en mettre plein la vue ont grandement contribué à l'explosion du plafond du budget de la campagne de Nicolas Sarkozy. De la confection de la loge à la relative improvisation de son organisation, le meeting de la Concorde incarne la dérive budgétaire révélée par l'affaire Bygmalion. 
Politique
Comment une révélation de presse soupçonnant des surfacturations de prestations a pu conduire à la démission du président de l'UMP ? Planet.fr fait le point si vous avez perdu le fil de cette affaire.
Politique
L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé, Jérôme Lavrilleux, s’est confié lundi soir à BFM TV sur "l’engrenage" dans lequel il s’est laissé prendre en 2012. Emu et au bord des larmes, le conseiller général de l’Aisne a vivement regretté de s’être tu à propos de l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans.
Vidéos A la une
BFM Politique: Jean-François Copé, président de l'UMP, répond aux questions d'Apolline de Malherbe sur la facture de 20 millions d'euros versés par l'UMP à la société d'événementielle Bygmalion lors de la campagne présidentielle de 2012, sur la réforme territoriale et sur les élections européennes.
Politique
Nouveau rebondissement dans l’affaire Bygmalion : Libération révèle ce jeudi que l’UMP a réglé près de 20 millions d’euros à une filiale de cette entreprise pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Selon le quotidien, certains évènements généreusement facturés étaient fictifs.
Politique
En fouillant dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, l'hebdomadaire L'Express a fait de très intéressantes trouvailles.
Politique
Au lendemain de la parution d’un numéro du Point accusant Jean-François Copé d’avoir surfacturé à l’UMP des prestations pour la campagne présidentielle de 2012 et du tollé qu’il a provoqué, une nouvelle question se pose : Nicolas Sarkozy savait-il ce qui se passait au sein de son parti ?
Politique
Selon les informations du Point, Jean-François Copé, le président de l’UMP, aurait surfacturé au parti des prestations pendant la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Au total, 8 millions d’euros auraient ainsi été payés à deux de ses proches.
Publicité