Vidéos A la une
Partout en France, le temps s'est figé à midi. Une minute de silence a été observé en hommage aux victimes de l'attentat. Le président, François Hollande, a suivi cette minute de silence Place Beauvau avec Bernard Cazeneuve. Manuel Valls, et la ministre de la santé, Marisol Touraine, étaient eux, à Nice, où des milliers de personnes se sont recueillies au monument du Centenaire de la réunion à la France, sur la Promenade des Anglais.
Vidéos A la une
Une minute de silence a été observée par des milliers de Niçois, avant de se transformer en minute d'applaudissements. La foule a ensuite entamé une Marseillaise, puis l'hymne de la ville, Niça la bèla. Une salve d'applaudissement a eu lieu, également, pour les pompiers, les secouristes, les médecins, les infirmiers, les policiers, les psychologues mobilisés auprès des blessés et des familles. La minute de silence a été précédée par des sifflets à l'arrivée sur place du premier Ministre Manuel Valls.
Vidéos A la une
La France est à la croisée des chemins, divisée entre la résignation et une voie plus sécuritaire et radicale. La droite a opté pour la deuxième possibilité. Les Français, eux, semblent indécis. Le débat reste ouvert.
Vidéos A la une
Trois personnes mises en garde à vue ont été transférées et interrogées à la sous-direction de l'antiterrorisme de Levallois-Perret. Un homme de 37 ans qui fait partie de l'entourage du tueur, Mohamed Lahouaeij-Behlel et un couple d'albanais. L'homme est soupçonné d'avoir fourni le pistolet. Les précisions de notre envoyée spéciale, Sehla Bougriou.
Vidéos A la une
Ce lundi se tient le 3e conseil de défense depuis l'attentat de Nice, jeudi dernier. Une manière pour François Hollande de faire le point sur l'enquête en cours et "de dire aux français que le gouvernement est mobilisé". Les précisions de notre spécialiste politique, Frédéric Delpech.
Vidéos A la une
Après le drame, des psychologues ont pris en charge de nombreuses victimes et des témoins directs de l'attentat. En état de choc, plus de 500 personnes ont afflué en l'espace de quarante-huit heures dans les cellules d'accueil médico-psychologique de Nice. Certaines décrivent des états de stress et d'angoisse.
Vidéos A la une
"Hommage aux victimes", "Faire face"... Les Unes de vos quotidiens sont très largement consacrées à l'attentat de Nice, commis par Mohamed Lahouaeij-Bouhlel.
Vidéos A la une
L'ancien président a estimé dimanche sur TF1 que l'appel du gouvernement à rejoindre la réserve opérationnelle civile après l'attentat de Nice n'était pas de nature à "résoudre le problème du terrorisme"."Personne ne pense que faire appel à la bonne volonté des citoyens pour les sortir de leur retraite et pour venir participer une opération de sécurité ne soit pas bien. Mais il n'y a personne qui pense qu'on va résoudre le problème du terrorisme avec ça", a déclaré le président du parti Les Républicains.
Vidéos A la une
EXTRAIT SEPT À HUIT. Adrien, père de deux enfants, était avec un collègue lorsque Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a foncé, au volant d'un camion, sur la foule réunie sur la Promenade des Anglais, à Nice, pour le feu d'artifice du 14-Juillet. Il raconte cette soirée d'horreur et comment il a réussi à échapper au camion fou.
Vidéos A la une
Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi à Nice, fauchées par un camion qui a foncé sur la foule. Au moment du drame, c'est la panique. Dans ce restaurant en contrebas de la Promenade des Anglais, certains se jettent et courent pour se réfugier.
Vidéos A la une
EXTRAIT SEPT À HUIT. Anaïs, 14 ans, a été témoin du drame. Sur les réseaux sociaux, elle décrit les images qui la hantent. Le soir de l'attentat, elle était avec ses amis et sa petite soeur de 13 ans. Depuis, les deux adolescentes ont beaucoup de difficultés à retourner sur la Promenade des Anglais.
Vidéos A la une
Trois jours après l'attentat qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais à Nice, Nicolas Sarkozy était l'invité du journal de 20h de TF1 ce dimanche. Pour l'ancien chef d'État, "Tout ce qui aurait dû être fait depuis dix-huit mois ne l'a pas été" pour éviter ce drame.
Vidéos A la une
EXTRAIT SEPT À HUIT. Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi sur la Promenade des Anglais à Nice, fauchées par un camion qui a foncé sur la foule. Ce groupe de musique qui jouait le soir du drame a assisté à l'horreur. "Au début, je me suis dis merde, le mec a perdu le contrôle de son véhicule", témoigne l'un d'entre eux.
Vidéos A la une
EXTRAIT SEPT À HUIT. Alors qu'un bilan toujours provisoire fait état de 84 morts après l'attentat de Nice jeudi, le profil du tueur se précise. Son ex-voisine évoque des comportements déviants : "Ce qu'il a fait à ses enfant, "uriner" et "faire ses excréments". "Vraiment sur les jouets et sur les matelas de ses enfants". "C'est pas un homme normal quoi", a-t-elle ajouté.
Vidéos A la une
EXTRAIT SEPT À HUIT. Quelques heures après l'attentat de Nice, les réactions déferlent sur les réseaux sociaux. Tous publient des messages de soutien mais aussi des dessins en hommage. Dans le monde entier, les monuments se sont habillés de bleu blanc rouge.
Vidéos A la une
Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi sur la Promenade des Anglais à Nice, fauchées par un camion qui a foncé sur la foule. Retour en images, de la nuit du drame aux hommages.
Vidéos A la une
Un peu avant midi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a tenu un point presse. L'occasion d'évoquer un nouveau bilan humain lié à l'attentat sur la promenade des Anglais : 85 personnes sont hospitalisées, le pronostic vital est engagé pour 18 personnes dont un enfant.
Vidéos A la une
121 personnes toujours hospitalisées, 26 en réanimations, le bilan humain est le même depuis samedi soir. La ministre de la Santé est en déplacement à Nice. Marisol Touraine s'entretient avec les autorités sanitaires. Les précisions de notre envoyée spéciale, Marlène Seguin.
Vidéos A la une
Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées devant l'ambassade de France à Montréal pour entonner en choeur une Marseillaise en hommage aux 84 victimes de l'attaque de Nice. (Crédit : EVN/ IESTCU).
Vidéos A la une
D'abord en Arabe puis en Français, Daech a revendiqué l'attaque de Nice ayant fait 84 morts. Le tueur, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel y est qualifié de "soldat", ce qui laisse entretenir des liens entre l'homme et l'organisation. Cette revendication publiée 36 heures après les faits parle d'un appel auquel il aurait répondu.
Vidéos A la une
Trois jours après l'attaque qui a coûté la vie à 84 personnes, la vie reprend tout doucement sur le Promenade des Anglais. "Rien à voir avec d'habitude", précise notre envoyée spéciale, Alison Tassin. "Les bars et les restaurants sont un peu plus remplis". Ce dimanche matin, il y a "toujours des gens qui viennent se recueillir".
Vidéos A la une
À 10 km de la ville balnéaire tunisienne, c'est ici que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a grandi, l'homme qui a foncé dans la foule, jeudi soir. Dans le quartier, personne ne comprend ce qui a pu se passer. Son frère raconte l'incrédulité qui règne dans le coin depuis le drame.
Vidéos A la une
Deux jours après l'attentat du 14 juillet, les lieux d'hommage et de recueillement se multiplient sur la promenade des Anglais. Les mines sont graves même si parfois, un mariage vient apporter quelques sourires.
Vidéos A la une
Au moins 84 personnes ont été tuées jeudi à Nice, fauchées par un camion qui a foncé sur la foule. De nombreuses questions se posent sur les liens entre Daech et le terroriste présumé. L'organisation État islamique ayant revendiqué ce samedi cet acte meurtrier. "Daech adouble à titre posthume le terroriste présumé et le reconnaît parmi les siens", Vincent Hervouët, chef du service "Étranger" de LCI.
Vidéos A la une
Patrick Touron, directeur adjoint de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, dirige les opérations menées sur les lieux de l'accident en Gironde où 43 personnes ont trouvé la mort vendredi. Interviewé en direct depuis Puisseguin, il affirme que dix corps ont déjà été extraits du bus, dont huit ont été transférés à Bordeaux pour procéder à leur identification.
Publicité