Vidéos à la une
Manuel Valls a annoncé, ce mercredi sur BFMTV, qu'il votera pour Emmanuel Macron, le 23 avril prochain, au premier tour de la présidentielle. Après avoir dit qu'il se sentait "triste" de cette décision, Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS, a expliqué dans un communiqué que "ceux qui parrainent En Marche! ne peuvent plus se réclamer du Parti socialiste". Or, l'ancien Premier ministre n'a pas apporté son parrainage à Emmanuel Macron. "Manuel Valls ne semble pas être sanctionné et semble pouvoir apporter son simple soutien et sa simple voix (...) Il semble rester socialiste malgré tout", explique Camille Langlade, du service politique de BFMTV.
Vidéos à la une
Emmanuel Macron a dessiné, ce mardi en conférence de presse, les contours de la majorité sur laquelle il s'appuiera s'il était élu, le 7 mai prochain: "Chacun sera investi sous la bannière de la majorité présidentielle et devra se rattacher politiquement et administrativement à cette majorité". Une sortie qui n'a pas satisfait Jean-Christophe Cambadélis, invité de Ruth Elkrief, ce mardi sur BFMTV. L'ancien Premier secrétaire du Parti Socialiste a notamment évoqué une " énorme faute politique". "Comment, alors qu'il n'est pas encore élu, il définit sa majorité présidentielle? À un mois du scrutin? Mais c'est un délit de démocratie", a-t-il estimé.
Vidéos à la une
"On ne lutte pas contre le FN en faisant barrage, on lutte contre le FN en tarissant sa source", a déclaré ce mardi sur BFMTV Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste et soutien de Benoît Hamon à l'élection présidentielle, répondant à une question de Ruth Elkrief sur le possible soutien de Manuel Valls à Emmanuel macron pour faire barrage au Front national.
Politique
Séisme, attentat, chute... Si la politique est un monde impitoyable, certains hommes politiques ont subi bien pire au cours de leur enfance. 
Vidéos à la une
L'université d'été du PS aura-t-elle lieu à la fin du mois d'août ? "Non", répond Jean-Christophe Cambadélis. Contestation de la loi Travail, opposition à l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, le Premier secrétaire du Parti socialiste redoute que la situation dégénère. Mais l'opposition évoque des raisons politiques, notamment la menace des frondeurs.
Vidéos à la une
Eric Cantona n'a pas été tendre avec le mouvement d'Emmanuel Macron. Mardi soir, l'ancienne star du football, était présent à "C à vous", présentée par Anne-Sophie Lapix sur France 5. Sur le plateau de l'émission, l'acteur est invité à réagir sur la phrase de Jean-Christophe Cambadélis, numéro un du PS, qui avait dit : "Macron c'est plus Cantona que Didier Deschamps". "Je trouve cela plutôt flatteur", a répondu Eric Cantona. Il a ensuite donné son avis sur le mouvement "En Marche" lancé par le Ministre de l'Economie Emmanuel Macron. "Il faut bien trouver quelque chose pour satisfaire tout le monde quoi. Je trouve que c'est plus la preuve d'une dérive de la politique. On ne sait plus à quoi se raccrocher et de dire un truc comme ça, on est en plein dedans". "En marche", lancé par Emmanuel Macron le 6 avril est un nouveau mouvement politique qui se dit "ni de droite, ni de gauche" et qui ne cesse de faire débat au sein de la classe politique.
Vidéos à la une
"Au nom de quoi je devrais être contre ?" Invité mercredi de l'émission Questions d'info sur LCP, Jean-Christophe Cambadélis a évoqué l'hypothèse d'une primaire de la gauche pour l'élection présidentielle de 2017. Le premier secrétaire du Parti socialiste s'est dit favorable à ce mode de désignation avec des candidats allant "de Macron à Mélenchon". Une hypothèse que Jean-Luc Mélenchon a néanmoins déjà écarté. Toutefois, ce refus n'est pas insurmontable, estime Jean-Christophe Cambadélis : "Mélenchon peut être convaincu, ce n'est pas un homme obtus", a assuré le premier secrétaire du Parti socialiste, qui appelle "ceux au PS qui sont proches (de lui), (le) rencontrent, d'essayer de le convaincre". Le leader socialiste estime néanmoins que cette question de la primaire relève de la "grossesse nerveuse" puisque François Hollande ne s'est pas (pour l'instant) déclaré candidat. Mais si tel était le cas, le président de la République "aurait quelques atouts à faire valoir", notamment grâce à "son expérience" : "Il a affronté l'adversité et la guerre, c'est l'homme à gauche qui a démontré le plus, jugé par les Français comme étant capable dans un moment d'affrontement avec les terroristes." Une candidature de François Hollande "s'imposerait à tous", a ajouté Jean-Christophe Cambadélis, qui assure que dans cette hypothèse il n'a "pas de doute sur ce que fera le PS".
Vidéos à la une
Au sortir de son rendez-vous avec François Hollande à l'Elysée vendredi, Jean-Christophe Cambadélis s'est déclaré favorable à l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution. Le premier secrétaire du Parti socialiste a toutefois indiqué être opposé à la déchéance de la nationalité si elle "crée une séparation entre les Français" et si elle crée des apatrides.
Vidéos à la une
Jean-Christophe Cambadélis a tranché : le PS ne maintiendra pas ses listes en PACA et dans le Nord-Pas-de-Calais Picardie. Le premier secrétaire s'est opposé vivement à la position de Nicolas Sarkozy qui refuse tout retrait ou fusion : "L'histoire sera sévère pour ceux qui disent plutôt l'extrême droite que la gauche" a déclaré M. Cambadélis. "La gauche est le dernier rempart de la France républicaine contre l'extrême droite." >> Suivez le premier tour des régionales en direct
Vidéos à la une
Christophe Cambadélis était l'invité de Ruth Elkrief lundi soir. Le Premier secrétaire du parti socialiste est revenu sur les nombreux déplacements du président de la République ces dernières semaines: "Moi, je préféré qu'il soit présent plutôt qu'absent". Christophe Cambadélis a ensuite implicitement suggéré que François Hollande serait probablement candidat en 2017 a l'élections présidentielle: "Vous en connaissez beaucoup qui ne préparent pas 2017? ". Le député de Paris a ensuite voulu préciser ses propos : "le président en place, gouverne la France et en gouvernant la France et en réussissant, il prépare 2017, oui ce n'est pas un problème"
Politique
Les hommes politiques font eux aussi la rentrée littéraire... mais tous ces livres sont-ils lus ? Découvrez quel ouvrage s'est vendu à seulement 326 exemplaires...
Politique
Le premier secrétaire avait annoncé un vote citoyen sur l’unité de la gauche, à quelques mois des régionales. Un projet dont visiblement le chef de l’Etat n’était pas au courant…
Vidéos à la une
A trois mois des régionales, la gauche semble dans une impasse. Les sondages sont alarmants et la fragmentation se fait de plus en plus ressentir. Un appel à l'unité a donc été lancé notamment après la défaite à Noisy-le-Grand, car les partenaires réagissent plutôt mal à ce qui se passe en ce moment au sein du parti. Renaud Pila décrypte cela.
Politique
Le premier secrétaire du Parti socialiste redoute une victoire du Front national qui provoquerait, selon lui, "une guerre civile".
Vidéos à la une
Le premier secrétaire du PS installe ce samedi la nouvelle composition de deux instances du parti : le bureau national et le secrétariat national. Les précisions de Justine Corbillon, correspondante pour LCI.
Politique
Le ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a sa petite idée sur la question qui taraude les socialistes à l’égard du ministre de l’Economie (qui n’a pas sa carte au PS).
Vidéos à la une
Le Parti socialiste s'est réuni ce week-end à Poitiers, pour son congrès. Un rendez-vous marqué par une publication d'Arnaud Montebourg. Dans la presse, ce dernier critique vivement la politique du gouvernement. Sur place, si les ténors du parti prônaient le rassemblement, la réalité est un peu plus complexe...
Vidéos à la une
Lors de son discours de clôture du congrès du Parti Socialiste, Cambadélis annonce vouloir "faciliter la vie des Français" en "allégeant la fiscalité", "facilitant les démarches administratives" et "facilitant le compte personnel".
Vidéos à la une
Au discours de clôture du congrès du PS, Jean-Christophe Cambadélis "rappel" aux Républicains que "la devise de la République est liberté, égalité, fraternité et ce n'est pas Fouquet's, Rolex et Kärcher".
Vidéos à la une
Le premier secrétaire du ps, Jean-Cristophe Cambadélis au discours de clôture du congrès du Parti Socialiste, compare Nicolas Sarkozy à enfant de deux ans en soulignant un comportement "infantile, puérile, inutile" avant d'ajouter "pathétique".
Vidéos à la une
Ce dimanche 7 juin, à son discours de clôture du congrès du PS, Jean-Christophe Cambadélis que "la bataille de France a commencé le jour de notre victoire, le 6 mai 2012" et ajoute que "la bataille politique connaîtra de prochains piques".
Vidéos à la une
Jean-Christophe Cambadélis, au congrès du Parti Socialiste à Poitier s'exprime sur le déclin de la gauche, "nous n'avons plus le monopole des coeurs et de l'esprit" et ajoute "c'est ainsi que nous avons perdu la bataille culturelle".
Vidéos à la une
Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du parti socialiste, a été confortablement réélu jeudi soir, avec 70 % des voix.
Vidéos à la une
Avec ces résultats, le gouvernement devrait avoir plus ou moins les mains libres. Le risque de cacophonie ou de paralysie est en partie effacé, mais le gouvernement espère seulement qu'il n'y aura pas de contestations. Avec la victoire de Jean-Christophe Cambadélis, les frondeurs devraient avoir moins de poids.
Politique
Pour accéder aux plus hautes marches du pouvoir, certains ont été accusés de gonfler leur nombre de diplômes. 
Vidéos à la une
Il "souhaite" la candidature de François Hollande à l'élection présidentielle de 2017 mais "ne sait pas" si le chef de l'Etat "le veut". Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis était l'invité de BFMTV vendredi matin. Sa motion, soutenue par le gouvernement et Martine Aubry, a été plébiscitée jeudi par les militants socialistes. Pour le premier secrétaire du PS, ce succès est aussi celui du gouvernement: "La contestation sur François Hollande dans le Parti socialiste s'est éteinte. Elle est résiduelle", a affirmé Jean-Christophe Cambadélis. Si François Hollande souhaite être le candidat socialiste à la prochaine élection présidentielle, "il sera en situation de force", a poursuivi le premier secrétaire du PS.
Vidéos à la une
La motion A avait reçu le soutien du gouvernement et de Martine Aubry. Portée par Jean-Christophe Cambadélis, elle a semble-t-il été plébiscitée par les militants socialistes. Elle recueillerait 60% des voix selon un tweet du premier secrétaire du PS. Les militants votaient jeudi entre quatre textes programmatiques avant le congrès à Poitiers début juin. Les résultats définitifs du scrutin devraient être connus au plus tôt vendredi en fin d'après-midi.
Vidéos à la une
Martine Aubry ne rate jamais une occasion de tacler le chef de l'Etat. Lors d'une intervention à la fédération socialiste de Seine-Saint-Denis, la maire socialiste de Lille a rappelé mercredi à François Hollande qu'il n'avait proposé ni référendum ni modification de la Constitution pour accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales. Pour l'ancienne première secrétaire du PS, cette mesure aurait dû être prise dès 2012.
Vidéos à la une
Invité de l'émission "BFM Politique" sur BFMTV, dimanche, l'ancien ministre de l'Education nationale est revenu sur le ralliement de la maire de Lille, Martine Aubry, à la motion du premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, en vue du prochain congrès du parti. "J'aurais préféré qu'elle soit avec nous", a regretté Benoît Hamon, signataire de la motion B, celle du député Christian Paul.
Vidéos à la une
"Il ne s'agit pas d'une synthèse de plusieurs contributions, mais d'une thèse qui est celle de la cnécessité du renouveau socialiste", a commenté ce samedi le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis au sujet de sa motion, l'une des quatre entérinées en vue du Congrès du PS.

Pages

Publicité