Vidéos A la une
Le projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement était de retour mardi à l'Assemblée nationale. Il s'agit du premier texte examiné lors de la session extraordinaire de la rentrée. Il a été adopté en première lecture par les députés il y a un an et par les sénateurs en mars dernier. Pour le gouvernement, il s'agissait de répondre à une demande forte des Français d'anticiper les conséquences du vieillissement de la population alors qu'en 2060, un tiers des Français aura plus de 60 ans et que les plus de 85 ans seront près de 5 millions, contre 1,4 millions aujourd'hui. Ce sont plus de 650 millions d'euros par an qui seront alloués aux mesures présentes dans le projet de loi. La mesure phare du texte, chiffrée à 375 millions d'euros par an, est la revalorisation de l'APA (l'allocation personnalisée à l'autonomie) à domicile. Une aide financière qui devrait alléger le reste à charge pour près de 700 000 personnes âgées dépendantes qui n'ont pas quitté leur domicile. La mesure est financée par les 650 millions d'euros collectés avec la CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie), une taxe instaurée en 2013 sur les pensions des retraités imposables. Mais cette somme ne semble pas être à la hauteur des besoins urgents dont ont besoin les personnes âgées. Pourquoi un sujet qui concerne autant de français ne bénéficie-t-il pas d'un budget plus conséquent ? Faut-il repenser entièrement le financement aux personnes âgées ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités. Invités : - Michèle Delaunay, député PS de Gironde, ancienne ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie - Marie-Anne Montchamp, Secrétaire nationale à la protection sociale Les Républicains, ancienne ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale - Docteur Jean-Pierre Aquino, Gériatre à la clinique médicale de la Porte Verte à Versailles et médecin de santé publique - Jean-Hervé Lorenzi, fondateur de la Chaire " Transitions démographiques, transitions économiques " à l'Université Paris-Dauphine
Vidéos A la une
Emoi après l'évacuation musclée des migrants installés rue Pajol, dans le 18ème arrondissement de Paris. Plus de quatre-vingts migrants ont été délogés, et emmenés au commissariat, où il leur a été demandé, s'ils voulaient solliciter l'asile. Une quarantaine de militants, de riverains et une poignée d'élus sont venus les soutenir face à de nombreux CRS. Les migrants, des Erythréens, des Soudanais et des Ethiopiens pour la plupart, dormaient là depuis plusieurs jours faute d'endroit où aller après l'évacuation, le 2 juin, par la police, d'un campement proche de La Chapelle. Face à cet afflux de migrants, la France semble désemparée. Selon le HCR, depuis le début de l'année 2015, 103 000 personnes sont arrivées en Europe via la Méditerranée. Conséquence : la Commission européenne appelle à la solidarité des pays membres de l'Union. Ainsi la Commission souhaite que la France accueille 6 750 demandeurs d'asiles et 2 375 réfugiés. Une demande refusée par Paris. Samedi, lors d'une visite à Menton, le Premier ministre, Manuel Valls, a affirmé qu'il était opposé à l'instauration de " quotas de migrants ". La France, estime en faire déjà beaucoup. " 5.000 réfugiés syriens et 4.500 Irakiens ont été accueillis en France depuis 2012 ", a rappelé Manuel Valls ce week-end. Alors la France doit-elle accepter " les quotas de migrants " imposés par Bruxelles ? Arnaud Ardoin et ses invités en parlent ce soir dans " Ça Vous Regarde " Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche Catherine de Wenden, directrice de recherche au CNRS, docteur en science politique de Sciences Po. Auteure de "l'Atlas mondial des migrations. Nouvelle édition", Paris, Autrement, 2012, 96 p. (Coll. Atlas/Monde) Arno Klarsfeld, ancien président de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, avocat et membre du Conseil d'Etat - Aurélien Legrand, directeur de campagne de Walleyrand de Saint Just pour l'Ie-de-France. Chargé de la communication de la fédération Front national de Paris. Question jdd : la France doit-elle accepter " les quotas de migrants " imposées par Bruxelles ?
Vidéos A la une
Le gouvernement souhaite accélérer les réformes. Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, a annoncé mercredi sur le plateau de Ça vous regarde - L'info la tenue cet été d'une session extraordinaire du Parlement. "Il y a beaucoup de travail (...) On ira, jusqu'au 23, 24 juillet, je ne sais pas..." Jean-Marie Le Guen a par ailleurs assuré que la candidature à l'investiture socialiste de Claude Bartolone dans le cadre des élections régionales en Ile-de-France est "un signal important". "Il est un des principaux animateurs du Parti socialiste et de la gauche", a ajouté le secrétaire d'État. Selon lui, Claude Bartolone pourra "évidemment" continuer à présider l'Assemblée nationale durant la campagne.
Vidéos A la une
Moment tendu pendant le débat de Ça vous regarde diffusé ce vendredi soir à 19h45. "On va finir par vous appeler David Naphtaline" lance Florian Philippot à David Assouline. "Vous êtes en plein...
Vidéos A la une
Invité lundi de Ça vous regarde, Jean-Vincent Placé a critiqué le projet de loi sur la transparence de la vie publique. Le sénateur EELV estime qu’il s’agit d’une "réforme à la hollandaise". Ajoutant : "On part avec des grandes intentions, des cocoricos et des trompettes de Jéricho et puis à un...
Vidéos A la une
Invitée de Ça vous regarde, Christine Boutin s’est emportée lundi après qu’un internaute a rappelé que la présidente du Parti chrétien-démocrate était mariée avec son cousin germain. "La république autorise à me marier avec mon cousin germain", a insisté Christine Boutin qui souligne qu’elle est...
Publicité