Vidéos à la une
Les Bulgares votent ce dimanche, pour le troisième scrutin législatif organisé en quatre ans. Un scrutin pour renouveler ou non la confiance à l'ex-Premier ministre Boïko Borissov, qui a démissionné en novembre dernier, après la défaite de son parti aux élections présidentielles. L'homme a déjà été deux fois Premier ministre. La Turquie est accusée d'ingérence dans le scrutin, pour son soutien à un nouveau parti représentant la minorité musulmane. 'Si les Bulgares décident que c'est nous qui devrions gouverner, nous aurons l'opportunité de parler beaucoup de la Turquie dans les jours à venir. Beaucoup de choses doivent être faites par l'Europe et par la Turquie pour maintenir la paix et la sécurité. Ce ton, ces actions, sont désastreuses pour la Bulgarie', a estimé Boïko Borissov. Le scrutin s'annonce très serré entre le centre droit de Boïko Borissov et les socialistes emmenés par Kornelia Ninova, qui prônent un rapprochement avec la Russie, quitte à provoquer la colère des partenaires européens. 'J'ai voté pour le changement, pour la sécurité aux frontières et dans nos foyers, pour la justice et l'éducation pour chaque enfant, l'accès à la sécurité sociale pour toute personne dans le besoin, pas de pression sur les petites et moyennes entreprises, et plus d'emplois avec des salaires plus élevés', a déclaré la chef de file des socialistes. Ce scrutin anticipé est la conséquence de l'élection à la présidence de Roumen Radev, ancien chef de l'armée de l'air soutenu par les socialistes. Les vainqueurs - gauche ou droite - devront sans doute s'allier aux nationalistes pour gouverner.
Vidéos à la une
Les Bulgares se rendent aux urnes ce dimanche pour des élections législatives anticipées. C'est la cinquième fois qu'ils sont appelés à voter depuis 2013. Une situation qui, selon les analystes, est à l'origine d'un fort sentiment de lassitude parmi la population. Les sondages prédisent un faible taux de participation qui ne dépasserait pas 55%. Le scrutin a été provoqué par la démission du gouvernement conservateur de Boïko Borissov, président du Gerb (le parti des Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie), après la défaite de son parti à la présidentielle de novembre 2016. Elu deux fois premier ministre, il a à chaque fois démissionné. Les sondages placent Gerb au coude à coude, autour de 30 %, avec le Parti socialiste bulgare, dirigé depuis un an par Kornelia Ninova, qui a profondément rénové ce parti héritier du Parti communiste. Une coalition de partis nationalistes pourrait se hisser à la troisième place et fixer ses conditions au vainqueur. Difficile de prédire quel parti sortira en tête du scrutin, mais une chose est certaine, quel qu'il soit, il devra forcément former une coalition. Avec agences
Vidéos à la une
Le scrutin s'annonce très serré en Bulgarie où les élections législatives se jouent en un tour. M. Borissov, le chef du parti conservateur Gerb - nommé deux fois Premier Ministre, il a démissionné à chaque fois - est au coude à coude avec son opposante du parti socialiste. Kornelia Ninova, cette juriste et ancienne femme d'affaires qui a été propulsée vice-ministre de l'Économie en 2005, seulement deux ans après avoir adhéré au PSB, le parti socialiste bulgare, pourrait bien être la première femme élue à la tête du gouvernement dans le pays. Un vote fragmenté Selon la politologue Anne Krasteva : 'la fragmentation des votes peut être perçue comme une critique sévère de l'élite politique'. Pour elle, 'il est clair que 10 ans après l'intégration de l'UE - et c'est une longue période - les Bulgares ne sont pas satisfaits'. Elle conclue : 'Il n'y a pas de changement définitif et incontestable qu'ils pourraient soutenir de leur vote'. Les relations avec la Russie divisent L'envoyé spécial d'Euronews à Sofia, Damian Vodentcharov rapporte que 'selon les sondages, les élections ce dimanche produiront encore un autre parlement fragmenté'. Il ajoute que 'les pourparlers pour une coalition ont déjà commencé, mais ils sont compliqués par un autre facteur - l'influence étrangère, à savoir la Turquie et la Russie'. La Bulgarie, est économiquement et culturellement étroitement liée avec la Russie et énergiquement dépendante de Moscou pour son approvisionnement en gaz. Antony Galabov, analyste politique, décrit la situation : '_une partie de la propagande pro-russe est en fait anti-turque. La Bulgarie peut sembler être aussi proche de ses deux voisins, mais il n'y a pas de propagande pro-turque en Bulgarie.' Les relation entre la Bulgarie et la Turquie se sont tendues dans ce contexte d'élections. Sofia accuse Ankara de s'ingérer dans les affaires intérieures du pays par un soutien affiché à un nouveau parti pro-turc et pro Erdogan en Bulgarie, Dost. Les Bulgares attachés à l'Europe Les Bulgares restent cependant majoritairement attachés à l'Union européenne. Ils sont 49% d'euro-optimistes, un chiffre bien supérieur à la moyenne européenne, contre seulement 34% d'eurosceptiques. Un attachement qu'aucun des partis en lice pour les élections législatives ne remet en cause. Avec agences
Monde
Comme chaque année, le site Hoppa, spécialisé dans le transport aérien, a publié en février son classement 2017 des destinations les plus chères et les moins chères au monde. Découvrez les plus abordables du palmarès en images.  
International
Le thermomètre a affiché jusqu’à -18°C en Bulgarie, où sept personnes sont mortes en raison du froid cette semaine. Découvrez les photos de cette vague de froid qui frappe l’Europe.
Vidéos Sport
VIDEO FOOT - Le sélectionneur semble parti pour associer Kevin Gameiro voire Nabil Fekir à Antoine Griezmann, en attaque, vendredi (20h45), contre la Bulgarie. Mais il ne veut pas que l'on oublie Gignac.
Vidéos à la une
À Sofia en Bulgarie, les archéologues ont trouvé les maisons de la première civilisation en Europe. Ces vestiges de l'ère néolithique seraient vieux de 8000 ans, soit 3000 ans avant la civilisation égyptienne antique. À cette époque, l'agriculture et l'élevage n'étaient pas encore pratiqués en Europe occidentale.
Vidéos à la une
Aujourd'hui, un actif européen sur trois est peu, voire n'est pas compétent dans les technologies numériques. Or miser sur les talents dans ce domaine permet de booster la compétitivité des PME européennes. Quelles performances peuvent atteindre les entrepreneurs qui parient sur ces compétences ? Pour répondre à cette question, nous nous sommes rendus en Bulgarie. C'est dans la capitale bulgare, Sofia que notre reporter Serge Rombi a rencontré Vessela Kalacheva : à la tête de l'Association bulgare des technologies de l'information, elle représente la campagne européenne eSkills for jobs. Serge Rombi, euronews : 'Il est nécessaire de développer les talents numériques parce que c'est comme cela que l'on va encourager la compétitivité des PME en Europe, n'est-ce pas ?' Vessela Kalacheva, représentante de la campagne eSkills for jobs : 'Oui, tout-à-fait, parce qu'un tiers de la population active dans l'Union européenne a peu, voire pas de compétences digitales. Le manque de diplômés en technologies de l'information et de la communication fait que d'après les estimations, 800.000 emplois risquent de ne pas être pourvus d'ici 2020.' A 21 ans, il a des compétences et le sens du business En Bulgarie, justement, nous avons fait la connaissance d'un jeune entrepreneur qui pour sa part, a tout compris. A seulement 21 ans, Lyubomir Yanchev dirige une start-up baptisée Melissa Climate, l'une des plus en vue de Sofia. L'an passé, il a décroché le titre de 'Talent digital de l'année' dans le cadre de la campagne eSkills for jobs. 'J'ai commencé à programmer à l'âge de 8 ans, je me suis mis au taekwondo, un art martial qui m'a appris la persévérance et l'esprit sportif, raconte le jeune dirigeant. Melissa a débuté sous la forme d'un projet scolaire, mais comme mes parents sont entrepreneurs, j'y ai vu l'opportunité que ce produit devienne un vrai business,' insiste-t-il. Melissa, ce n'est pas le nom de sa petite amie, c'est le nom d'un petit gadget particulièrement ingénieux : une petite boîte associée à une application qui permet de contrôler à distance tous les climatiseurs quelle que soit leur marque. 'Melissa est un outil intelligent qui sait comment gérer votre climatisation avec la meilleure efficacité énergétique possible et il peut vous permettre d'économiser 25% sur votre facture d'électricité,' assure Lyubomir Yanchev. How well do you know your AC? See how to #reduce #humidity with your #AC : https://t.co/zWmYitnXRF pic.twitter.com/gEa4zbGb1k- Melissa Climate (@MelissaClimate) 11 mai 2016 Rançon du succès Le jeune entrepreneur travaille déjà sur un nouveau produit qui sera commercialisé à l'automne prochain. Il faut dire que les investisseurs s'intéressent de très près à lui. Il a déjà réussi à lever quelque 600.000 euros dont un tiers grâce au programme européen JEREMIE. 'On a lancé la commercialisation de Melissa il y a deux mois à peine et on est déjà présent dans 13 pays avec plus de 8000 commandes, même nos investisseurs sont surpris !' lance Lyubomir Yanchev. Nice #BusinessPlanet filming in Sofia eSkills4JobsBG euronewsbiz pic.twitter.com/zU1SYr0YRH- Serge Rombi (@SergeRombi) 22 avril 2016 Poursuivons notre entretien avec Vessela Kalacheva, représentante de la campagne eSkills for jobs. Serge Rombi : 'La campagne eSkills for jobs a démarré l'an passé. Elle se poursuit jusqu'à la fin de l'année et vous avez déjà d'excellents résultats !' Vessela Kalacheva : 'Absolument. Jusqu'à maintenant, plus de 800 évènements ont été organisés avec plus de 300.000 participants. Par exemple, des jeunes sont allés dans des entreprises, des responsables d'entreprise se sont rendus dans des lycées.' Et chaque année, il y a donc un concours dans le cadre de cette campagne. Il est ouvert à tous les jeunes Européens. Wanted:creative ideas 4 #mobile app! Get a chance to win scholarship AppAcademyNL https://t.co/4SAWslfFtJ#eSkills pic.twitter.com/zPtIJkHDZh- eSkills for Jobs (eskills4jobs) 23 mai 2016 Serge Rombi : 'Si un jeune veut participer comme Lyubomir Yanchev à la compétition eSkills for jobs, c'est toujours possible bien sûr ?' Vessela Kalacheva : 'Bien sûr. Cette année, la compétition comporte trois catégories : jeune talent numérique, développeur de compétences digitales d'excellence et développeur d'application innovante. L'inscription est ouverte jusque fin juillet et toutes les informations sont à retrouver sur notre site.' eSkills Aujourd'hui, tous les emplois nécessitent de disposer au minimum de connaissances de base en matière de technologies de l'information et de la communication (TIC). Pour l'instant, dans l'Union européenne, un citoyen sur deux n'a pas ou a peu de compétences digitales. De nombreuses entreprises sont confrontées à un manque crucial de candidats pour des postes dans les TIC. L'Europe pourrait faire face à une pénurie de main-d'oeuvre qui pourrait représenter jusqu'à 756.000 emplois de professionnels des TIC non pourvus d'ici 2020. Ce qui remet en cause la croissance, la création d'emplois en général et la compétitivité. La campagne eSkills for Jobs entend inciter à la mobilisation en faveur de l'enseignement, des emplois et des carrières dans le domaine du numérique et montrer la nécessité pour tous les citoyens de parfaire leur maîtrise des compétences digitales. Lyubomir Yanchev est un entrepreneur bulgare qui a directement bénéficié de la campagne eSkills for Jobs. Liens utiles eSkills eSkills for Jobs Programme européen JEREMIE Association bulgare des technologies de l'information
Vidéos à la une
Venue présenter son ouvrage "Maman" sur LCI, conçu comme un hommage à sa mère, Sylvie Vartan a reconnu son émotion devant le sort des migrants tentant de rejoindre l'Europe. "Je peux très bien me mettre à la place de ces enfants qui sont perdus, qui gardent l'espoir et se disent : "on va peut-être trouver une vie meilleure." Une situation semblable à celle vécue dans son enfance estime la chanteuse, arrivée à l'âge de 8 ans en France pour fuir le régime communiste de Bulgarie.
Vidéos à la une
Des défenseurs des droits de l'Homme ont exigé l'ouverture d'une enquête après la diffusion lundi en Bulgarie d'images de migrants ligotés par des civils et couchés par terre, alors que se multiplient les incidents impliquant des milices privées.
Vidéos à la une
À Pazardzhik, dans le centre de la Bulgarie, 14 Roms musulmans étaient mercredi dans le box des accusés pour "incitation à la haine raciale et religieuse". Ils vendaient sur internet des t-shirts, chapeaux avec le logo des jihadistes. Leur chef est l'imam de la ville, déjà condamné deux fois pour propagande jihadiste.
Vidéos à la une
À Staro Zhelezare, un village bulgare de 400 âmes, un artiste local du nom de Ventsislav Piryankov a dessiné des portraits de personnalités politiques et religieuses sur les murs. Il les a croqués en compagnie de quelques habitants du village. L'objectif ? Attirer les touristes et relancer une économie morose. (Crédits : APTN)
Vidéos à la une
La danse sur le feu 'Nestinarstvo' est une ancienne coutume en Bulgarie, pratiquée seulement par les rois au début. Maintenant, cette tradition...
International
La découverte d’un chat vert dans la ville de Varna, en Bulgarie, avait agité les internautes l’an dernier. Après s’être éclipsé durant de longs mois, le félin est récemment réapparu.
Vidéos à la une
Les chefs d'États de plusieurs pays des Balkans vont se retrouver avec l'Allemagne et la Grèce à Bruxelles sous l'égide du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker qui a appelé à un sommet sur la crise migratoire pour éviter un drame dans les Balkans.
Vidéos à la une
Un migrant afghan a été abattu dans la nuit de jeudi à vendredi par la police des frontières bulgare. C'est le premier cas connu de tir mortel de forces de l'ordre depuis le début de la crise migratoire. La victime afghane faisait partie d'un groupe de 54 hommes, repérés à une trentaine de kilomètres au nord de la frontière avec la Turquie. 'Trois gardes aux frontières sont tombés sur un groupe de migrants qui ont résisté lors de leur arrestation. L'un des officiers a tiré plusieurs fois, l'une des balles a fait ricochet et l'un des migrants a été touché'. Membre de l'Union européenne mais pas de l'espace Schengen, la Bulgarie reste globalement en marge du principal flux de migration vers l'Europe. Une clôture longue de 30 km se dresse sur une partie de la frontière avec la Turquie, où sont mobilisés policiers et militaires. Le président bulgare a dit regretter 'un incident tragique'.
Vidéos à la une
Un manifestation en soutien aux réfugiés a eu lieu hier soir dans les rues d'Athènes, au moment où les dirigeants européens discutaient de la crise migratoire à Bruxelles. Quelques centaines de manifestants ont marché vers la représentation de la Commission européenne dans la capitale grecque. Pour Katerina, un seul message : ' Nous devons ouvrir les frontières et faire tomber le mur d'Evros à la frontière avec la Turquie, pour créer un passage qui soit sûr pour les réfugiés qui viennent de Syrie et d'Afghanistan. Qu'ils puissent traverser le pays et aller où ils le souhaitent en Europe. ' La Grèce est l'un des premiers points d'entrée des migrants en Europe. Près de 400.000 y ont afflué depuis le début de l'année. Hier comme la plupart des jours précédents, quelque 2.500 personnes ont été transférées à bord d'un ferry de l'île de Lesbos, en Mer Egée, vers le port du Pyrée, près d'Athènes. D'autres n'ont pas eu cette chance. Au large de Lesbos, une embarcation est entrée en collision avec un bateau des gardes-côtes et sept personnes sont mortes noyées, dont trois enfants et un bébé.
Vidéos à la une
De nombreux gangs de trafiquants exploitant l'afflux migratoire vers l'Europe seraient bulgares ici à la frontière entre la Hongrie et la Serbie. D'où la présence de policiers venus de Bulgarie prêter main forte à leurs collègues hongrois. Beaucoup de migrants choisiraient de payer des sommes élevées à ces gangs pour qu'ils les aident à ne pas être pris par les forces de l'ordre. Des hommes fuiraient également le camp de réfugiés de Rozske petite ville frontalière, pour qu'on ne leur prenne pas leurs empreintes digitales. Pas question pour eux en cas de futurs contrôles d'être renvoyés un jour vers la Hongrie et éventuellement chez eux. Une vidéo provenant de Radio Free Europe montre des hommes poursuivis par un police. Ils s'échappent, sauf un qui crie son désespoir. Beaucoup souhaitent aller en Allemagne. C'est ce que réclamaient hier des centaines de migrants manifestant dans la gare Keleti à Budapest. Ils demandaient plus précisément qu'on les laisser prendre des trains partant pour l'Allemagne. La Macédoine et la Serbie sont les deux principaux points de passage des dizaines de milliers de migrants qui tentent de rejoindre la Hongrie et donc l'Union européenne. Ces deux pays ont appelé les 28 à adopter un plan d'action. Avec AFP, AP et EBU
Vidéos à la une
De nombreuses correspondances ferroviaires ont été définitivement supprimées dans le but d'économiser 24 millions d'euros. Pour des milliers...
Vidéos à la une
HASKOVO - 14 jan 2015 - L'enquête sur les attentats de Paris traverse les frontières. Bien encadré par des policiers, Fritz-Joly Joachin était entendu ce mardi par la cour de justice d'Haskovo, dans le sud de la Bulgarie. Une audience qui doit permettre l'extradition prochaine vers Paris de ce français âgé de 29 ans. L'homme est soupçonné d'avoir eu des liens avec Chérif Kouachi, l'un des deux auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo. Sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, l'homme a été arrêté le 1er janvier à la frontière turque.Il tentait alors de se rendre en Syrie avec son fils sans le consentement de sa compagne. L'accusé a accepté le principe de son extradition. La justice bulgare rend sa décision vendredi.
Vidéos à la une
Le 6 janvier, les chrétiens du monde entier célèbrent l'Epiphanie. Pour certaines églises orthodoxes, cette fête est l'une des plus importantes de l'année. Alors pour honorer l'anniversaire du baptême de Jésus dans les eaux du Jourdain, on sort le grand jeu. C'est notamment le cas à Istanbul, en Turquie. Ici, pas de galettes, mais des prières et d'autres rituels plus originaux. L'un d'entre eux : une plongée dans l'eau glacée pour aller récupérer un crucifix, jeté par les prêtres. Cette année, c'est le Patriarche Bartholomée 1er, chef spirituel des chrétiens orthodoxes, qui était chargé de cette mission. Ce même rituel se pratique aussi en Grèce. Selon la tradition, celui qui récupère la croix est béni pour toute l'année à venir. En Bulgarie, dans la ville montagnarde de Kalofer, les croyants vont encore plus loin. Pour célébrer l'épiphanie, des dizaines d'hommes vêtus de costumes traditionnels ont dansé pendant une heure dans l'eau gelée, au son de la cornemuse.
Vidéos à la une
A Rome, le pape François a donné une messe à St Pierre pour marquer la venue du Messie, Jésus, incarné dans le monde et recevant la visite des trois rois mages, Gaspard, Balthazar et Melchior, venus lui apporter des cadeaux : l'or, la myrrhe et l'encens. A Istanbul, les popes grecs orthodoxes ont célébré la fête de la 'Théophanie', l'équivalent orthodoxe de l'épiphanie catholique. Ils ont lancé une croix dans les eaux du Bosphore pour commémorer le bâptème du Christ dans le Jourdain et sa manifestation comme fils de Dieu selon les Ecritures. Des jeunes hommes ont rivalisé pour plonger et rapporter la croix jetée dans les eaux froides. En Bulgarie, des scènes similaires agrémentées d'une danse traditionnelle exécutée par des hommes baptisée le Horo dans les eaux glacées.
Insolite
Depuis plusieurs jours, un chat au pelage vert intrigue les habitants de Varna, en Bulgarie. Des théories sur le sujet ont affolé la toile, mais aujourd’hui il semblerait qu’une explication rationnelle lève le voile sur ce mystère.
Vidéos à la une
Il est trop tôt pour enterrer South Stream. C'est en substance le message du président de la Commission européenne qui a reçu à Bruxelles le Premier ministre bulgare. Il y a trois jours, la Russie a annoncé qu'elle abandonnait le projet de gazoduc. ' South Stream peut être construit. Les conditions ont été clarifiées depuis longtemps. Il n'y a rien de nouveau. La balle est dans le camp de la Russie ', a déclaré Jean-Claude Juncker à l'issue de son entrevue avec Boïko Borissov. L'Europe exige en particulier que ce gazoduc ne soit pas exclusivement réservé à Gazprom, le fournisseur russe. Les ministres européens de l'Energie en reparleront mardi. ' Nous voulons que South Stream soit construit, dans le respect des règles européennes. Et le 9 décembre à Bruxelles, nous déciderons précisément comment appliquer ces règles européennes ', a pour sa part déclaré le Premier ministre bulgare. Pour la Bulgarie, qui dépend à 100% du gaz russe, ce projet est primordial. Il est censé acheminer le gaz depuis la Russie jusqu'en Bulgarie en passant sous la mer noire. Mais les tensions entre l'Europe et Moscou ont contribué à le fragiliser.
Vidéos à la une
L'Europe de l'Est entre dans un hiver de mécontentement et de révolte. C'est en tout cas ce que pensent de nombreux experts régionaux. Selon eux, internet et les réseaux sociaux seraient derrière les récents et de plus en plus récurrents mouvements anti-gouvernementaux. À l'origine de l'agitation en Hongrie par exemple, la tentative maladroite du gouvernement d'introduire une taxe spéciale sur le trafic Internet. En Roumanie, les électeurs ont pris d'assaut internet pour dénoncer le manque de bureaux de vote pour la présidentielle. Lucian Mandruta, activiste roumain des réseaux sociaux, a vu son compte Facebook littéralement exploser entre les deux tours du scrutin. Pour lui, internet permet aux gens de défier les autorités facilement. 'Avant nous avions le petit écran, la télévision. Les tablettes et autre smartphone arrivaient en deuxième position. Ils ont désormais pris la tête. Le deuxième écran a supplanté le premier et est devenu plus puissant. Cela s'explique par le fait que face à un écran de télévision, il n'y a pas d'interactivité. Il y a seulement des gens qui vous disent quoi penser, comment voter et de quelle façon vous comporter', analyse Lucian Mandruta. Plus de 10 000 Hongrois se sont rassemblés à Budapest ce lundi pour protester contre la corruption qui gangrène les institutions de leur pays. Un événement baptisé 'journée de l'indignation publique' par les organisateurs. Ces derniers avaient demandé qu'aucun parti politique ne soit officiellement représenté. Une idée très bien accueillie par les jeunes et les moins jeunes, réunis pour l'occasion par les réseaux sociaux. 'Aujourd'hui, Facebook est aussi important pour des personnes de ma génération, pas seulement pour les jeunes', dit une femme. 'De plus en plus de personnes âgées se rassemblent via Facebook. Et nous en sommes fiers. Ça nous rend même très heureux', ajoute une autre. Les organisateurs de cette manifestation, un collectif regroupant des étudiants, des activistes et des artistes, ont déclaré tirer simplement parti d'une indignation générale qui pourraient à présent, selon eux, être canalisée contre la politique du gouvernement. En tête de cortège, Zsolt Varaday, fondateur d'un réseau social hongrois plus gros que Facebook. Il a récemment annoncé son intention de lancer un site de partage destinés à ceux qui veulent faire bouger les choses en Hongrie. En Bulgarie, des manifestations de rues quasi-quotidiennes avaient poussé le gouvernement précédent à la démission. Des milliers de personnes s'étaient rassemblées pour dénoncer la hausse du prix de l'électricité et la corruption. Reste à savoir si le nouveau gouvernement de coalition sera assez solide face à la mobilisation en ligne des électeurs mécontents.
Vidéos à la une
Le franco-russe Nikolay Koblyakov ne sera pas extradé de Bulgarie vers la Russie, où il est accusé de fraudes. La justice bulgare a refusé l'extradition ainsi que l'interdiction de voyager à l'étranger de cet opposant au chef du Kremlin Vladimir Poutine. Agé de 44 ans, Nikolay Koblyakov est un des fondateurs de l'association 'Russie-Libertés', qui est à l'initiative de manifestations contre le président russe en France. Il a été arrêté fin juillet à l'aéroport de Sofia sur mandat d'Interpol et avait demandé l'asile politique à la Bulgarie. 'Je suis vraiment, vraiment reconnaissant, témoigne-t-il, et j'espère pouvoir apporter beaucoup à la Bulgarie, à travers mes établissements d'aide sociale. Une fois encore, c'est là pour moi un exemple de justice européenne, de principes européens réels et nous pouvons voir maintenant que oui, la Bulgarie fait partie de l'Europe.' Le tribunal de Sofia a motivé son refus d'extrader Nikolay Koblyakov à Moscou par le manque de clarté sur les raisons de son arrestation. Le ministère public a par ailleurs estimé qu'il pourrait être persécuté en Russie.
Vidéos à la une
L'ancien Premier ministre de centre-droit Boïko Borissov est arrivé en tête du scrutin d'hier, le deuxième en 18 mois, mais il doit former une coalition. Une tâche ardue et incertaine. D'après le dépouillement de 97 % des suffrages annoncé ce matin, son parti Gerb obtient 32,66% des voix ce qui lui donnerait 85 élus au Parlement, où la majorité absolue est de 121 sièges. Il manque donc au moins trente sièges pour créer une coalition viable, mais Borissov n'entend pas se rapprocher des deux autres grandes formations. Les socialistes ont recueilli 15,43 % des voix et une quarantaine de sièges, et sont talonnés par le parti de la minorité turque MDL, qui empocherait 39 sièges. Borissov tente de séduire les petits partis, mais faute de coalition, Borissov a martelé qu'il y aura 'de nouvelles élections en Bulgarie' sur fond de crise économique, de pauvreté et de corruption galopante. Dernière option, un gouvernement d'experts que ne dirigerait pas Borissov, mais quelqu'il soit, ce cabinet sera confronté à d'énormes défis.
Vidéos à la une
L'opposition de centre-droit de l'ex Premier ministre Boïko Borissov est arrivée en tête des élections législatives, d'après des estimations des instituts de sondage. Le parti de Borissov, Gerb, obtiendrait environ 33 % des voix, mais resterait loin de la majorité absolue. Il devancerait largement les socialistes qui obtiendraient 16 % des suffrages. 'Ces résultats sont décevants', a reconnu un porte-parole du Parti socialiste ce dimanche soir. Des analystes estiment que la mise en place d'un gouvernement de large coalition est la seule solution pour éviter la poursuite de l'instabilité politique en Bulgarie.
Vidéos à la une
L'explosion d'une usine de munition en Bulgarie a fait quinze morts. Selon le directeur de la défense civile, une erreur humaine est sans doute à l'origine du drame de Gorni Lom. Les procédures de sécurité du site sont vivement critiquées : ainsi, de nombreuses irrégularités avaient été relevées il y a deux semaines. 'L'usine a été littéralement incinérée. Les bâtiments ont été détruits. Il n'y a plus rien. La police utilise des caméras thermiques pour essayer de retrouver des signes de vie, mais pour l'instant, aucun signe de vie n'a été détecté', explique le secrétaire général du ministère de l'Intérieur. La déflagration a été extrêmement puissante, deux bâtiments ont été totalement détruits. Quelque 200 kg d'éclats de munitions ont été projetés à des centaines de mètres, blessant également six personnes. 'Nous étions en train de quitter l'usine, nous nous trouvions près de la sortie. C'est à ce moment-là qu'il y a eu une terrible explosion, et quelque chose m'a touché, un projectile, et je suis tombé et je ne me souviens de rien d'autre.' Le président Bulgare a communiqué son indignation, face à un drame qui n'est, dit-il, malheureusement pas un précédent'. Ainsi, deux autres explosions étaient déjà survenues en 2007 et 2010 dans cette même usine, sans faire de morts toutefois. Une cinquantaine de personnes sont employées sur le site où sont produits mais aussi détruits des mines et des explosifs. L'industrie d'armement bulgare, florissante à l'époque communiste, a été rachetée dans les années 1990 par des entrepreneurs privés. La sécurité de ces établissements fait souvent l'objet de polémiques. Le gouvernement a décrété une journée de deuil national vendredi. L'explosion d'une usine de munition en Bulgarie a fait quinze morts. Selon le directeur de la défense civile, une erreur humaine est sans doute à l'origine du drame de Gorni Lom. Les procédures de sécurité du site sont vivement critiquées : ainsi, de nombreuses irrégularités avaient été relevées il y a deux semaines. 'L'usine a été littéralement incinérée. Les bâtiments ont été détruits. Il n'y a plus rien. La police utilise des caméras thermiques pour essayer de retrouver des signes de vie, mais pour l'instant, aucun signe de vie n'a été détecté', explique le secrétaire général du ministère de l'Intérieur. La déflagration a été extrêmement puissante, deux bâtiments ont été totalement détruits. Quelque 200 kg d'éclats de munitions ont été projetés à des centaines de mètres, blessant également six personnes. 'Nous étions en train de quitter l'usine, nous nous trouvions près de la sortie. C'est à ce moment-là qu'il y a eu une terrible explosion, et quelque chose m'a touché, un projectile, et je suis tombé et je ne me souviens de rien d'autre.' Le président Bulgare a communiqué son indignation, face à un drame qui n'est, dit-il, malheureusement pas un précédent'. Ainsi, deux autres explosions étaient déjà survenues en 2007 et 2010 dans cette même usine, sans faire de morts toutefois. Une cinquantaine de personnes sont employées sur le site où sont produits mais aussi détruits des mines et des explosifs. L'industrie d'armement bulgare, florissante à l'époque communiste, a été rachetée dans les années 1990 par des entrepreneurs privés. La sécurité de ces établissements fait souvent l'objet de polémiques. Le gouvernement a décrété une journée de deuil national vendredi.
Vidéos à la une
La Bulgarie dispose d'un nouveau gouvernement. C'est le président bulgare Rossen Plevneliev qui en a annoncé la composition. Il s'agit d'un gouvernement intérimaire d'experts conduit par le juriste Gueorgui Bliznachki. Rossen Plevneliev : 'Les récents événements de notre système bancaire ont montré la nécessité de rejoindre le Mécanisme de surveillance unique, premier jalon pour rejoindre l'union bancaire européenne. Le gouvernement intérimaire entamera la procédure d'adhésion.' La Bulgarie n'est pas membre de la zone euro, mais sa devise est rattachée à l'euro par un cours fixe dans le cadre d'un régime d'austérité. Depuis début 2013, la Bulgarie pâtit d'une instabilité politique chronique sur fond de pauvreté, de corruption et de crises bancaires.

Pages

Publicité