Vidéos à la une
Suite aux attentats survenus à Paris vendredi dernier, des accusations de dysfonctionnement pèsent sur la sécurité intérieure. À ce stade, ces accusations ne cessent de s'alourdir. Le 13 novembre, la B.R.I (Brigade de Recherche et d'Intervention) manquait gravement d'hommes et de moyens. Du coup c'est la brigade anti-criminalité qui a dû assurer la première riposte. Selon Thomas Génolé, si ces accusations sont infondées, il faudrait mettre en place une commission d'enquête parlementaire pour laver de tout soupçon les forces de l'ordre. Toutefois, si c'est vrai, les dirigeants liés à ce service devraient assumer ces reproches en présentant leur démission. - Bourdin Direct, du mardi 17 novembre 2015, sur RMC.
Publicité