Stanley Ho, l'empereur des casinos de Macao, voit son monopole ébranlé par l'arrivée de concurrents américains...

Le roi des jeux de Macao face à la concurrence

Les temps sont durs pour Stanley Ho, l'empereur - actuel - des casinos à Macao. Si, jusqu'en 2002, son "bébé", la Sociedade de Jogos de Macau (SJM, STDM en anglais) avait pu surfer allégrement sur les bénéfices, jouissant pendant quarante ans d'un somptueux monopole, ce n'est plus désormais le cas. L'Oncle Sam et ses descendants casinotiers ne l'entendent pas de cette oreille...

Désormais, la bataille fait rage entre Stanley Ho et les opérateurs étrangers (Wynn Resorts de Steve Wynn, Las Vegas Sands de Sheldon Adelson, MGM Mirage...), arrivés avec un appétit vorace, comptent également faire leur trou à Macao, ancien comptoir portugais de Chine situé en face de Hong Kong.

Publicité
La preuve : l'ouverture, en août dernier, du casino-hôtel Venetian par le groupe Las Vegas Sands. Les dimensions - gigantesques - parlent d'elles-mêmes : 870 tables de jeu, 3 000 chambres, 12 000 employés (5 % de la main-d'oeuvre locale)... mais tout ceci a un coût : 2,4 milliards de dollars.

En février 2007, Stanley Ho, qui détient 40 % du marché local des jeux, avait marqué son territoire en érigeant le Grand Lisboa. Mais cela ne suffit pas...

Publicité