Pour George Soros, "le premier à blâmer" pour la crise financière n'est autre qu'Alan Greenspan, l'ex président de la Federal Bank, qui a gardé les taux d'intérêt bas trop longtemps...

Alan Greenspan, responsable de la crise ?

Le constat se veut cinglant. Pour George Soros, "le premier à blâmer" pour la crise financière n'est autre qu'Alan Greenspan, a-t-il confié en marge du Forum économique mondial de Davos. Et le financier américain d'enfoncer le clou : "il a mal géré la politique monétaire en gardant les taux d'intérêt bas trop longtemps, ignorant le danger de la bulle immobilière".

Il y a quelques jours, ce célèbre investisseur américain publiait une tribune dans les colonnes du ''Financial Times'' (22/01), dans laquelle il soulignait que la crise actuelle était la pire qu'aient connue les marchés depuis 60 ans. Il concédait toutefois "une différence profonde : la crise actuelle marque la fin d'une période d'expansion du crédit basée sur un dollar jouant le rôle de monnaie de réserve internationale".

Publicité
L'homme qui a "fait sauter la Banque d'Angleterre" pointe le "coup de grâce" donné "lorsque les prêts interbancaires, qui sont au cœur du système financier, ont été désorganisés par le fait que les banques conservaient leurs ressources et ne se faisaient plus confiance. Les banques centrales ont du injecter des sommes sans précédent, en étendant à un niveau encore inconnu la gamme des collatéraux acceptés en contrepartie de prêts accordés à un nombre jamais atteint de banques".
Publicité