Vidéos A la une
Le journal "Libération" accuse l'État d'avoir menti sur le dispositif de sécurité mis en place à la promenade des Anglais, à Nice, le soir du massacre. L'Etat aurait initialement indiqué que l'entrée du lieu a été barré par des policiers alors que ce n'était pas vraiment le cas. En réalité, il n'y avait que deux voitures de police et six policiers nationaux le long de la promenade des Anglais et non à l'entrée. Face à cette accusation, comment le ministère de l'Intérieur réagit-il ? - Bourdin Direct, du jeudi 21 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Gilbert Collard, le député RBM du Gard, était ce jeudi matin l'invité de BFMTV et RMC. L'avocat, en revenant sur les "manifestations, le véhicule de police incendié, les incidents à Marseille pendant l'Euro", a attaqué le gouvernement en affirmant qu'il était "incapable de maîtriser un état d'urgence". Pour lui, il "ne sert" à rien car "le pouvoir ne sait pas l'utiliser".
Vidéos A la une
Après plus de sept heures de débats nocturnes, le maintien de l'état d'urgence a été largement voté à l'Assemblée nationale avec 489 voix. La soirée avait commencé par une séance de commission de loi extrêmement mouvementée. Mais au final, la droite comme la gauche se sont mises d'accord sur les propositions de fouilles et de contrôles d'identité. Les députés ont également consenti à durcir l'application des peines concernant les terroristes. Par contre, la gauche refuse toujours de rejoindre la droite sur la rétention préventive. - Bourdin Direct, du mercredi 20 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
La prolongation de l'état d'urgence va probablement être adoptée à l'Assemblée nationale ce soir. En effet, toutes les classes politiques y sont favorables, et cela malgré les quelques conditions imposées par Les Républicains. Une question se pose: qui osera désormais arrêter l'état d'urgence ? Ce qui est sûre, c'est qu'il sera prolongé au moins jusqu'aux élections de 2017. - Bourdin Direct, du mardi 19 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Trois jours après l'attentat à Nice, la classe politique française est divisée. D'après Apolline de Malherbe, il n'y a pas eu d'unité nationale entre les politiques et actuellement, elle se dégrade. Les réponses du gouvernement face aux questions de terrorisme sont devenues classiques. L'état d'urgence est prolongé et l'opération "Sentinelle" est maintenue, mais cela n'a pas permis d'éviter ce massacre. Quelles solutions proposent les politiques ? Qu'attendent les Français ? - Bourdin Direct, du lundi 18 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas est ce mercredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. Il a déclaré :" Nous allons sortir de l'état d'urgence à la fin du mois", affirmant posséder assez d'"outils de répression". Selon lui, aucune prolongation n'est prévue pour le moment.
Vidéos A la une
Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, a été ce mardi matin l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. Elle a annoncé la mise en place d'une indemnisation pour les personnes touchées par les grèves à la SNCF. Cela concerne toutes les lignes dans lesquelles le "service minimum n'a pas été effectué". Elle a notamment tenu à préciser que ce remboursement partiel du passe Navigo concerne aussi les personnes n'ayant pu bénéficier d'un service minimum à cause des inondations
Vidéos A la une
Pour le lancement de sa campagne, Emmanuel Macron va tenir un premier meeting ce soir, à Paris. D'après Apolline de Malherbe, il s'agit d'un faux départ. Le président du mouvement "En Marche" avait prévu de quitter le gouvernement en juin et de faire son bilan en septembre avant de se lancer en automne. Son problème, c'est qu'il ne choisit jamais le bon moment. Jusque-là, on se demande toujours s'il va se lancer et avec qui il va le faire. Discours après discours, il vante la prise de risque et pourtant, il donne l'image d'un plongeur sur le plongeoir qui hésite au moment de sauter. Quoi qu'il en soit, la potentielle ambiguïté et l'indépendance d'Emmanuel Macron font toute sa force. - Bourdin Direct, du mardi 12 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Hier soir, François Hollande a assisté à la victoire des Bleus face à l'Allemagne, les qualifiant pour la finale de l'Euro 2016. Il a profité de l'occasion pour une séance de selfies avec l'équipe de France. Sur le terrain politique, cette victoire pourrait-elle être une aubaine pour le président de la République ? À l'époque, Jacques Chirac avait largement profité de la victoire de la France pour gagner en popularité. Cependant, dans le contexte politique actuel, il n'est pas sûr qu'il y aurait un impact positif pour François Hollande. Il y aura seulement une certaine fierté à pouvoir dire que malgré les menaces terroristes, le pays a bien su organiser cet événement. - Bourdin Direct, du vendredi 8 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes est ce jeudi l'invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. Heureuse du vote des députés pour le texte contre la fessée, elle affirme que ce geste ne devient pas illégal : "Çela ne relève pas du code pénal. Mon but n'est pas de traîner devant les tribunaux les parents qui seraient prêts à y recourir". Il n'y aura donc ni interdiction ni punition des parents.
Vidéos A la une
François Hollande sera présent au stade Vélodrome, à Marseille, pour assister à la demi-finale des Bleus contre l'Allemagne. Hormis sa passion du foot, le chef d'État joue gros. Que l'équipe de France gagne ou pas, il s'agit avant tout de prouver que malgré un contexte de sécurité difficile, la France est capable d'assurer l'organisation de l'Euro. Puis, il y a l'enjeu de sa réélection en 2017. Dans ce défi de l'Euro 2016, une réussite n'implique pas forcément sa victoire aux élections. Un échec garantit par contre sa défaite aux présidentielles. - Bourdin Direct, du jeudi 7 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée Les Républicains de l'Essonne et candidate à la primaire à droite et du centre, accuse son propre parti de verrouiller la primaire à droite, ce mercredi face à Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. NKM dénonce notamment les conditions de préparation de cette primaire en affirmant que "le parti ne fait rien non plus pour que ses adhérents se mobilisent pour parrainer un candidat".
Vidéos A la une
Hier, Manuel Valls a une nouvelle fois utilisé le 49-3 pour faire adopter la controversée loi Travail à l'Assemblée nationale. Si la droite ne déposera pas de motion de censure, serait-ce aussi le cas à gauche ? En réalité, ce camp ne dispose pas de majorité pour le faire. Et les députés qui souhaiteraient s'associer aux frondeurs risquent d'être exclus du Parti socialiste. Selon toute vraisemblance, la gauche est largement divisée. Est-ce une stratégie de Manuel Valls ? - Bourdin Direct, du mercredi 6 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Il y a une semaine, les Britanniques ont voté pour leur sortie de l'Union européenne. C'est une décision qui finalement enchante François Hollande. Car contrairement aux idées reçues, il n'a pas eu l'air abattu à Bruxelles. D'après Thierry Arnaud, le président de la République estime que le Brexit représente une opportunité historique pour l'Europe. Il pense que cela va tourner à la catastrophe et il en tirera parti. De plus, Angela Merkel ne pourra plus s'appuyer sur les soutiens de David Cameron. Le Brexit permettra également François Hollande de ringardiser les arguments de Marine Le Pen concernant la sortie de la France de l'UE. - Bourdin Direct, du vendredi 1er juillet 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Dans une longue interview accordée aux "Échos", François Hollande n'a plus évoqué un ton hésitant mais plutôt un ton concurrent, celui d'un candidat. En effet, il n'y a presque plus de doute, le chef d'État se présentera à l'élection présidentielle de 2017. Le plus difficile pour lui sera de se faire aimer en tant que candidat étant donné qu'il est si mal aimé en tant que président. Mais pour une fois, dans cet entretien, François Hollande a osé dire "non". Si d'habitude il a du mal à trancher, cette fois il a affirmé que l'article 2 de la loi Travail sera maintenue. - Bourdin Direct, du jeudi 30 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Face au Brexit, la position ferme prise par François Hollande diverge sensiblement de celle d'Angela Merkel. Paris et Berlin affichent leur désaccord sur le rythme à suivre dans la procédure de divorce entre le la Grande-Bretagne et l'UE. Hier, Matteo Renzi s'est entretenu avec Angela Merkel et François Hollande à Berlin pour évoquer l'avenir de l'Europe. Finalement, la vision française est sortie gagnante de ce trio. D'après Nicolas Sarkozy, le couple franco-allemand est vital. La France et l'Allemagne sont condamnées à s'entendre. - Bourdin Direct, du mardi 28 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Depuis hier, tous les pays du monde ont les yeux braqués sur le Royaume-Uni, qui a organisé un référendum sur son éventuelle sortie de l'UE. D'après les résultats, le camp du "Leave" l'emporte avec 51,9% des voix. Pour rappel, le Royaume-Uni est la deuxième puissance économique européenne. Thierry Arnaud estime que l'Europe devra faire face à une crise majeure de plus. Les résultats de ce vote sont une très mauvaise nouvelle pour François Hollande. Des appels au référendum se multiplient de plus en plus. Il va falloir en tirer des leçons et agir dès maintenant, ajoute-t-il. - Bourdin Direct, du vendredi 24 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
La manifestation contre la loi Travail qui était dans un premier temps interdite est finalement autorisée grâce à un compromis trouvé entre le gouvernement et les syndicats. Manuel Valls, François Hollande et Bernard Cazeneuve prenaient ensemble cette décision mais en réalité, ils n'étaient pas tout à fait ensemble. Entre l'interdiction et l'impossibilité d'autoriser le parcours demandé par les syndicats, la gauche se déchire. Les manifestants tournent en rond autour de la place de la Bastille face à un gouvernement qui est incapable de gérer la situation. Au fond, tout le monde tourne en rond et au final chacun retrouve sa place, estime Apolline de Malherbe. - Bourdin Direct, du jeudi 23 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
La gauche et la droite organiseront des primaires pour désigner leurs candidats en vue de la présidentielle de 2017. Au début, la primaire a été mis en place afin d'éviter un éparpillement des voix. Actuellement, elle donne plus de transparence aux partis politiques tout en recréant un lien avec les Français. Pour Apolline de Malherbe, la primaire est surtout une prime pour celui qui saura se distinguer des autres. - Bourdin Direct, du mardi 21 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
À moins d'un an de la présidentielle, le PS a décidé d'organiser une primaire. François Hollande, président sortant, devra lui aussi se soumettre à cette consultation électorale, s'il décide de se porter candidat. Apolline de Malherbe estime que le chef de l'Etat n'a pas réussi à apparaître comme le candidat évident du parti car il n'a jamais voulu être président. C'est donc normal qu'il se soumette à une primaire. François Hollande pourrait même tendre un piège à ses adversaires, ajoute-t-elle. - Bourdin Direct, du lundi 20 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Au lendemain de l'assassinat du couple de policiers, le ton politique a repris ses droits. La droite demande des comptes au gouvernement sur les résultats obtenus en matière de terrorisme. Elle estime que le gouvernement ne maîtrise plus rien du tout. Dans le parti LR, Nicolas Sarkozy tape sur la CGT et veut leur faire payer des dommages causés par les manifestations. Alain Juppé, lui, veut incarner la rigueur. Il veut l'interdiction ponctuelle des manifestations. Dans le cas d'une présidence de droite, parviendra-t-on à éradiquer le terrorisme ? - Bourdin Direct, du jeudi 16 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Hier, François Hollande a évoqué la possibilité d'une réquisition face aux grèves qui perturbent le pays à la veille de l'ouverture de l'Euro 2016. Il a également annoncé qu'il n'aura recours à cette mesure que si elle est vraiment indispensable. Pour Thierry Arnaud, le président de la République a changé de ton et de tactique. Jusqu'à présent, l'attitude du gouvernement notamment sur la loi El Khomri et les mouvements sociaux n'ont produit aucun effet positif. C'est pour cela que Matignon a changé de registre et fait planer la menace de réquisition. - Bourdin Direct, du vendredi 10 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Les manifestations contre la loi Travail deviennent de plus en plus violentes. Hier, la grève nationale a donné lieu à des débordements massifs, selon la préfecture. Comment en est-on arrivé là ? Selon Apolline de Malherbe, ces drames s'expliquent, en partie, par la faillite de l'autorité de l'État, en particulier celle de François Hollande. Il ne s'est jamais comporté comme un chef. En réalité, l'État donne l'impression qu'il est impuissant. - Bourdin Direct, du mercredi 15 juin 2016, sur RMC
Vidéos A la une
Hier soir, un homme armé d'un couteau a tué un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Face à ce drame, François Hollande a très vite réagi. Dans quelques minutes, il organisera une réunion à l'Elysée avec Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas. L'Elysée considère qu'il faudrait d'abord comprendre ce qui s'est réellement passé avant de prendre des décisions. Apolline de Malherbe estime qu'actuellement, on fait face à deux formes de terrorisme: les terroristes classiques ainsi que les terroristes solitaires. - Bourdin Direct, du mardi 14 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Même si une victoire de la droite républicaine à la présidentielle de 2017 est quasiment assurée, Jean-Christophe Cambadélis fait tout pour rendre inéluctable et plus vite la candidature de François Hollande. Car ses objectifs sont clairs: préserver l'unité du parti socialiste. Si le président de la République est écarté et qu'une primaire à gauche est organisée, la dislocation du PS sera inévitable. Et sa débandade finale serait confirmée en 2017. D'après une étude menée par le PS sur la carte électorale, appelée le calcul de combat, il n'y aurait plus que 80 députés socialistes en juin 2017. - Bourdin Direct, du jeudi 9 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Quelle est la véritable ligne économique du Front National ? D'un côté, Marion Maréchal-Le Pen veut que le FN se substitue littéralement à la droite. Car pour gagner, il faut selon elle, se placer face à la gauche. Libérale et pro-entreprise, elle a choisi le camp du patronat et adopte les mesures fiscales de droite. De l'autre côté, le parti semble suivre la ligne de Florian Philippot, celui à qui Marine Le Pen confie toutes les questions économiques. Aux yeux de la société et à l'international, ce parti se situe du côté de l'extrême droite. Mais économiquement, il tatonne entre droite et gauche. Il appartient à Marine Le Pen de trancher sur sa véritable position. - Bourdin Direct, du mercredi 8 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Aujourd'hui, François Ruffin lance une campagne contre le vote socialiste intitulée "Nous ne voteront plus PS". A l'origine du mouvement Nuit debout et réalisateur du film "Merci patron!", ce journaliste veut sortir d'une longue parenthèse libérale qui a débuté en 1983, quand le PS a basculé économiquement à droite. François Ruffin plaide en faveur d'un mouvement populiste de gauche dont le but est de réconcilier le peuple et les élites. - Bourdin Direct, du mardi 7 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
François Baroin et Laurent Wauquiez ont annoncé qu'ils soutiendront Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017. D'après Apolline de Malherbe, François Baroin est un bel homme, très souriant et apprécié de tous, mais il ne tranche jamais. Il a décidé de soutenir le chef de file des Républicains car il déteste Alain Juppé. Ce n'est donc pas un choix mais une répulsion dont le motif reste incompréhensible. En cas de victoire, Nicolas Sarkozy a promis à François Baroin d'être son Premier ministre. Laurent Wauquiez, lui, sera le président du parti LR. A quoi joue Nicolas Sarkozy ? - Bourdin Direct, du lundi 6 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Pour maintenir la loi Travail, le gouvernement veut lâcher tout le reste. Thierry Arnaud trouve que cette stratégie est assez spectaculaire. Ce qui se passe actuellement au sein de la SNCF en témoigne. Les syndicats de cette entreprise ont compris que l'ajout de demandes spécifiques, qui portent sur leur temps de travail et leur statut dans la revendication concernant la loi Travail, est un très bon coup. Sous pression, le gouvernement a alors dessaisi la direction de la SNCF sur cette affaire et a accepté leurs demandes. Quelles en sont les conséquences ? Jusqu'où le gouvernement est-il prêt à payer pour défendre la loi El Khomri ? - Bourdin Direct, du vendredi 3 juin 2016, sur RMC.
Vidéos A la une
Ségolène Royal, qui était absente depuis un mois, est revenue. Elle était en retrait et même de retour, elle ne réapparaît que rarement. D'après Apolline de Malherbe, concernant les inondations, elle a annoncé la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle dans la ville de Nemours. Elle n'a pas dit grand-chose que d'être désolée. Par ailleurs, beaucoup de choses se sont produites ces dernières semaines notamment la pénurie d'essence. Mais en tant que ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie en charge des transports, Ségolène Royal ne s'est pas exprimée sur ce sujet. Elle estime en effet que la situation est trop politique et polémique et a mis Alain Vidalies sur le devant de la scène. - Bourdin Direct, du jeudi 2 juin 2016, sur RMC.

Pages

Publicité