Société
Un été ne se savoure jamais sans ses boissons phares. Cette année, la fraicheur est à l'honneur avec le "Frozé" ou encore le "Frozen Ricard". Découvrez-les en images. 
Vidéos A la une
Sopexa est une agence internationale de communication et de marketing spécialisée dans l'alimentaire, les boissons et l'art de vivre. Présente sur le marché américain et disposant d'un large réseau, elle offre un accompagnement sur mesure aux entreprises françaises qui souhaitent s'y implanter, tout en les associant aux tendances d'aujourd'hui et de demain. Pauline Oudin, responsable de Sopexa USA, nous livre alors ces tendances "Food & Drink", qui pourraient séduire les consommateurs américains, cette année. En effet, "pour réussir aux États-Unis, il faut analyser et comprendre le marché", selon elle. - Le Grand Journal de New York, du samedi 9 janvier 2016, présenté par Sabrina Quagliozzi, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Et voici l'objet du délit, le gobelet rouge au chapeau blanc. Pas assez chrétien, selon un vidéaste qui se décrit lui-même comme un évangéliste américain, personnalité internet et des réseaux sociaux. Il a lancé le mouvement grâce à une vidéo devenue virale en trois jours et ce hastag #MerryChristmasStarbucks. Ce sujet, heureusement, ne mobilise pas tous les Américains : 'Moi, je l'aime bien, je pense que certaines personnes n'ont pas assez de problèmes, il faut bien qu'elles s'occupent avec quelque chose. Oui, je l'aime bien, c'est rouge, ça fait Noël, c'est la couleur de Noël. Peu importe, s'il y a des flocons ou pas dessus.' 'Je pensais exactement l'opposé, je pensais que les gens protesteraient parce que ça fait trop Noël, parce que c'est rouge. J'ai été très surpris d'apprendre que ça ne faisait pas assez Noël !' 'Je ne pense pas que vous trouverez l'esprit de Noël sur un gobelet. Je pense que l'esprit de Noël vient d'un peu plus profond que cela, et d'ailleurs, je dois dire qu'ils font un super job, ce gobelet interpelle tout le monde'. La compagnie Starbucks a pourtant dû justifier son design, les chrétiens extrémistes et les autres se battent par tweet interposés, même Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle, a évoqué le boycott de Starbucks, c'est vous dire les proportions prises par cette guéguerre culturelle... La saga des #StarbucksRedCup expliquée par voxdotcom. (via EricLarouche) https://t.co/oCnuldfCfo pic.twitter.com/YnWRs9Bhks- Carole Aoun (@caroleaoun) 10 Novembre 2015 This is important. #RedCups pic.twitter.com/gEX8gPTzrv- Mikey What's Good? (@Mikey_Sul) 10 Novembre 2015 Et pour aller plus loin : http://www.vox.com/2015/11/10/9707034/starbucks-red-cup-controversy
Vidéos A la une
Les produits en provenance des colonies israéliennes implantées dans les territoires palestiniens devront être signalés sur l'étiquetage. La décision controversée, attendue depuis des mois, mais reportée à plusieurs reprises, a été approuvée mercredi lors d'une réunion du collège des commissaires européens à Bruxelles. Elle concerne en majorité des produits agricoles, fruits, légumes, vins et des cosmétiques en provenance de Cisjordanie, Jérusalem-Est et du plateau du Golan. Débattue depuis 2012, cette décision qui s'impose aux 28 États membres vise à informer et protéger les consommateurs européens de l'origine des produits qu'ils consomment, conformément à la législation commerciale de l'UE. L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) salue un 'pas dans la bonne direction', quoique 'insuffisant'. Israël a vivement réagi, du moins verbalement, convoquant le représentant de l'UE en Israël. L'UE minimise : 'C'est une question technique, pas une prise de position politique souligne le vice-président de l'exécutif européen Valdis Dombrovskis. Les produits originaires d'Israël, dans ses frontières internationalement reconnues bénéficient d'un traitement tarifaire préférentiel lors de leur entrée dans l'UE. Cette situation ne changera pas. L'UE ne soutient aucune forme de boycott ou de sanctions contre Israël.' 'L'Union européenne devrait avoir honte' : Benjamin Netanyahu, en visite aux Etats-Unis ne décolère pas et parle de décision 'hypocrite et dictée par une politique du deux poids, deux mesures'. Israël qui met en garde les 28 contre les 'répercussions' de cette mesure. Plus que son impact sur la balance commerciale, le gouvernement israélien craint que la mesure ne 'soutienne et encourage' le mouvement international BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre l'Etat hébreu, qui monte en puissance.
Vidéos A la une
Une belle robe rouge et un doux parfum de cerise. La kriek lambic est l'un des joyaux de la gatronomie bruxelloise. Brassée selon un procédé unique et artisanal. Mais depuis 10 jours les cuves sont vides, toute la production est à l'arrêt. Un coup dur pour le patron de la Brasserie Cantillon. 'La cuve est vide', déplore Jean Van Roy, patron de la brasserie Cantillon. 'Normalement, aujourd'hui, on aurait dû brasser. Mais vu les températures, tout a été annulé.' Le responsable, c'est la météo très clémente des derniers jours. Car une fois brassée, la bière doit refroidir toute une nuit dans un bassin. Et pas question d'utiliser un système de refroidissement, ici c'est le souffle de l'air qui fait le travail, tradition oblige! 'La bière ne peut pas refroidir, tout simplement parce qu'on a des nuits beaucoup trop chaudes', explique Jean Van Roy. 'Donc la masse de liquide, arrive ici à 85-90 degrés et doit atteindre 18 à 20 degrés avec des nuits de 15 à 16 degrés, c'est strictement impossible.' Le week-end dernier, la Belgique a connu la nuit la plus chaude jamais enregistrée pour un mois de novembre. Depuis la création de la brasserie, il y a plus d'un siècle, le réchauffement climatique a provoqué une profonde modification de la production. 'Mon grand-père débutait de brasser à la mi-octobre pour terminer aux Saintes-Glaces, début mai', se souvient Jean Van Roy. 'Aujourd'hui, on commence la plupart du temps fin octobre, si tout va bien, voire début novembre, pour terminer fin mars, début avril.' A l'approche de la conférence internationale sur le climat, COP21, ce brasseur espère que son problème va permettre de réveiller les consciences.
Vidéos A la une
L'Italie redevient le premier producteur mondial de vin, détrônant ainsi la France qui redescend sur la deuxième marche du podium devant l'Espagne, l'Allemagne et le Portugal. Les dernières estimations des vendanges 2015 montrent une production de raisin en hausse de 13 % en Italie, qui aurait ainsi récolté plus de 48 millions d'hectolitres contre 46 millions pour la France et 36 millions pour l'Espagne, ces trois pays représentant à eux seuls près de la moitié de la production mondiale. Dans l'ensemble de l'Union européenne, la production vinifiée attteint 163 millions d'hectolitres. Comme chaque année, c'est la météo qui a fait la différence. Les vignes italiennes ont bénéficié de conditions météos plus favorables que l'an passé, alors que les vignobles français, qui affichent des rendements en baisse de 1 %, ont davantage souffert de la sécheresse, mais moins de maladies liées à l'humidité, ce qui est un bon signe pour la qualité du vin. Les experts disent s'attendre à un très bon millésime 2015.
Vidéos A la une
Une manifestation a eu lieu dans le quartier européen de Bruxelles pour appeler à sauver le secteur du lait. Quelques dizaines de producteurs venus de 12 pays ont mis en scène le débordement de la production laitière dû aux grandes exploitations. L'embargo russe sur les produits laitiers européens n'a rien arrangé à leurs affaires, et le prix du litre dépasse à peine les 25 centimes. ' On demande aujourd'hui à la Commission européenne de diminuer immédiatement la production européenne de lait de 3% et de cette façon on arriverait à équilibrer le marché ', explique Erwin Schöpges, membre du European Milk Board. ' Si on laisse la liberté à de grosses exploitations de produire du lait dans des quantités énormes, on va faire disparaître un tas d'exploitations et à terme, le risque, c'est que plus personne n'arrive à vivre et qu'on manque de lait en Europe ', ajoute l'éleveur Paul de Montvalon Les producteurs sont particulièrement inquiets de la suppression des quotas en avril prochain. Ils proposent d'instaurer un système de bonus/malus pour réguler la production en période de crise.
Vidéos A la une
Munich a donné ce samedi le coup d'envoi de la 181ème Fête de la bière. Après le traditionnel défilé, le maire de ville a percé le fût de 200 litres, sous les hourras des Bavarois et autres touristes du monde entier. Pendant deux semaines, les chopes de bière vont tourner à plein régime dans d'énormes tentes surpeuplées, où l'on est bercé par la musique populaire. Une ambiance festive, bon enfant et, bien entendu, un peu alcoolisée. L'an passé, ce sont plus de six millions et demi de litres de bières qui avaient été engloutis par les visiteurs. Si les Bavarois ont tendance à laisser leur place aux innombrables touristes le temps du week-end, ils réinvestissent les lieux en semaine, beaucoup d'entre eux avec le costume traditionnel : pantalon de cuir, et chapeau pour les hommes, robe avec tablier pour les femmes. ''Trinquons, trinquons à la joie d'être ensemble'', chantent inlassablement les Bavarois durant l'Oktoberfest, qui demeure l'une des plus grandes fêtes populaires au monde.
Publicité