Vidéos à la une
BODRUM (Turquie) - 19 déc 2015 - Naufrage meurtrier en mer Égée :18 migrants qui tentaient de rallier l'île grecque de Kalymnos sont morts noyés dans la nuit de vendredi à samedi. Partie de la station balnéaire de Bodrum en Turquie, leur embarcation a sombré à trois kilomètres des côtes turques. Quatorze rescapés, originaires de Syrie, d'Irak et du Pakistan ont été hospitalisés dans un état grave. Fin novembre, Ankara et Bruxelles ont conclu un accord de soutien à la Turquie afin qu'elle contrôle davantage ses frontières. Depuis le début de l'année, 650.000 migrants ont rejoint la Grèce depuis la Turquie. 500 d'entre eux seraient décédés lors de la traversée.
Vidéos à la une
C'est sur une plage de Bodrum que le corps du petit Aylan a été retrouvé avec celui de sa mère et de son frère, c'est d'ici que des milliers de réfugiés tentent la traversée vers les îles grecques au péril de leur vie. Et c'est dans cette ville que la consule honoraire de la France a été suspendue après la diffusion d'un reportage de la télévision publique France 2. Comment ? Une équipe de journalistes a voulu savoir d'où viennent les canots pneumatiques sur lesquels embarquent les réfugiés pour tenter de rallier une île grecque. C'est ainsi, disent-ils, qu'ils ont découvert ce magasin d'articles maritimes qui abrite une agence consulaire de France. La propriétaire du commerce, interrogée en caméra cachée, a créé le scandale en France en reconnaissant alimenter le trafic d'êtres humains. Elle s'appelle Françoise Olcay et vit en Turquie depuis 20 ans. Voici l'échange intégral du reportage de France 2 : 'Vous êtes consciente qu'il y a de gens qui partent à la mort avec les équipements que vous leur vendez ?' Françoise Olcay: 'Absolument, absolument. Et on parle avec les autorités et on leur dit 'empêchez-les de partir.'' 'Vous pourriez décider de ne plus vendre aussi...' Françoise Olcay : 'Oui, si nous on ne vend plus, celui d'à côté vendra, celui de derrière vendra. Ca ne change absolument rien.' 'Sauf que si vous commencez vous, peut-être que les autres feront pareil ?' Françoise Olcay : 'Absolument pas'. 'Vous êtes consul honoraire de France ici ?' Françoise Olcay : 'Oui'. 'Vous vous rendez compte que le consul honoraire de France ici alimente le trafic ?' Françoise Olcay : 'Oui. La Mairie alimente le trafic, le capitaine du port alimente le trafic, le sous-préfet alimente le trafic...' 'C'est-à-dire ?' Françoise Olcay : 'Ils les laissent passer, ils les laissent partir. Je ne sais pas, je ne voudrais pas faire un reportage parce qu'on est fautif quand même. On est fautif quand même, malgré tout. Mais, je vous dis, si ce n'est pas nous, ce sera d'autres.' Françoise Olcay attend maintenant une probable révocation. Elle était consule honoraire depuis octobre 2014. A ce titre, elle avait reçu le droit d'arborer l'écu et le pavillon français et recevait une subvention, en échange de la défense des intérêts de la France et de ses ressortissants... Ils possèdent la prérogative de délivrer certains documents et en perçoivent les droits de chancellerie. Avec AFP et France 2
Vidéos à la une
'Je blâme le monde entier qui n'en fait pas assez pour venir en aide aux réfugiés syriens', dixit la tante d'Aylan Kurdi, l'enfant de 3 ans, mort noyé dans le naufrage d'une embarcation qui tentait de rejoindre la Grèce et dont les photos ont suscité une forte émotion. Le frère d'Aylan âgé de cinq et sa mère ont subi le même sort. Seul le père des enfants, qui est le frère de Teema Kurdi a survécu. '(Mon frère) était énervé contre le passeur, a expliqué hier Teema Kurdi qui vit au Canada. Il lui a dit : je vous ai payé le double de la valeur du bateau pneumatique. Nous ne pouvons pas y être à douze, c'est trop lourd. Le passeur a répondu : ne vous inquiétez pas nous l'avons fait des centaines de fois et c'est sans danger'. Le père a décidé de rentrer en Syrie pour y enterrer sa famille. Abdallah Kurdi devrait se rendre aujourd'hui à Suruç, à la frontière turco-syrienne, et regagner la ville de Kobané, au nord de la Syrie, ville kurde dévastée par la guerre dont il est originaire, ainsi que l'était sa famille.
Publicité