Vidéos Argent/Bourse
Avec: Jacques Généreux, professeur d'économie à l'IEP. Alain Madelin, président du fonds Latour Capital. Et Jean-Charles Simon, économiste et président de la société d'études et de statistiques Facta. - Les Experts, du mardi 14 juin 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
La région parisienne fait face au blocage des principaux sites de traitement des déchets, en raison de la grève des éboueurs. Alors que des milliers de touristes sont attendus pour l'Euro 2016, les rues de Paris sont jonchées de détritus. C'est une très mauvaise publicité pour la capitale et pour tout le pays. Suite au mouvement de grève nationale reconductible, le réseau ferroriviare s'annonce perturbé vendredi, jour J pour le championnat d'Europe, et 10ème journée de grève pour la SNCF. Puis, mardi se tiendra une manifestation nationale à l'appel des sept syndicats opposés à la loi Travail (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL, Fidl). - Avec: Emmanuel Lechypre, éditorialiste à BFM Business. Christian Schubert, correspondant à Paris du quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. Véronique Jérôme, polito-économiste chez ElectionScope. Et Philippe Vivien, directeur général d'Alixio. - Les Décodeurs de l'éco, du jeudi 9 juin 2016, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Pascal Bonnefille, fondateur d'Immoweek, Pierre Chevillard, rédacteur en chef des publications immobilières PAP, et Marie Coeurderoy, chroniqueuse de BFM Business, ont commenté l'actualité immobilière. Au sommaire: Les taux immobiliers français figurent parmi les plus bas d'Europe. Malgré les grèves, les blocages et les inondations, tous les indicateurs dans le monde de l'immobilier sont dans le vert. Zoom sur les pratiques douteuses de certaines municipalités pour retarder la construction. - Intégrale Placements, du mercredi 8 juin 2016, présenté par Cédric Decoeur, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Après la plainte pour diffamation déposée par la CGT contre Pierre Gattaz, c'est au tour du Medef d'en appeler à la justice. Mardi dernier, l'organisation patronale a appelé les entreprises touchées par les blocages des manifestants à porter plainte pour entrave à la liberté du travail. Pierre Gattaz a même qualifié de "terroristes" les méthodes de la CGT dans la contestation contre la loi Travail. Mais pourquoi le Medef a-t-il agit ainsi ? Jean-Charles Simon estime que face à des situations de grandes tensions, il faut que le Medef soit virulent dans son expression publique. Pierre Gattaz a haussé le ton car il a surement senti une sorte d'exaspération qui pouvait aller jusqu'à la volonté de ne pas respecter la loi. - Avec: Jean-Charles Simon, fondateur de Factamedia. - Good Morning Business, du vendredi 3 juin 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Philippe Martinez a laissé entendre dimanche soir sur BFMTV qu'il n'exigeait plus le retrait de la loi Travail. Malgré ce signe d'ouverture, le mouvement de contestation autour de ce texte n'est pas prêt de faiblir. Le leader cégétiste doit s'engager dans un très complexe jeu d'équilibre interne pour tenter de mettre au même diapason les "intransigeants" et les "conciliants" de la CGT. - Le regard de Pierre-Henri de Menthon, directeur adjoint de la rédaction de Challenges. - 18h l'heure H, du mardi 31 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Christophe Sirugue, rapporteur de la loi Travail à l'Assemblée nationale, député PS de Saône-et-Loire, était l'invité de 18h l'Heure H, du mardi 31 mai 2016. - 18h l'heure H, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Pour peser sur les négociations, les trois syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, UNSA et SUD) menacent d'une grève reconductible dès mardi soir. La CGT-Cheminots et SUD-Rail y ont joint la revendication du retrait de la loi travail. La CFDT a, quant à elle, annoncé dans la foulée lever son préavis. Alors, pourquoi l'Unsa a-t-il décidé de maintenir son appel à la grève, malgré les nouvelles propositions pour réorganiser le travail des cheminots ? - Éléments de réponse avec Luc Bérille, secrétaire général de l'UNSA. - 18h l'heure H, du lundi 30 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Alaune
Interrogé à propos des blocages dans les raffineries par des opposants de la loi Travail ce lundi sur BFMTV et RMC, Florian Philippot s'est refusé à prendre position quant à la légitimité de leurs actions. "Je ne suis pas un responsable syndical mais un responsable politique", s'est justifié le vice-président du Front national, disant comprendre la colère des travailleurs mais aussi celle des usagers qui pâtissent de ces grèves. "Vous avez peut-être l'habitude de recevoir tous les matins des gens qui ont zéro conviction, moi j'en ai", a-t-il tempêté après avoir été titillé à plusieurs reprises par Jean-Jacques Bourdin. "Je ne condamne pas une action syndicale", a-t-il assuré, imputant toute le responsabilité "de la situation dans le pays" à l'action politique du gouvernement.
Vidéos Argent/Bourse
C'est l'une des conséquences de la pénurie d'essence et de la situation sociale tendue en France: les touristes annulent leur séjour pour ce week-end de la fin-mai. Les professionnels subissent de plein fouet cette baisse de fréquentation, notamment en Normandie, comme à Trouville et à Deauville.
Vidéos Alaune
Selon le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies, la quasi-totalité des blocages des dépôts pétroliers ont été levés par les forces de l'ordre ce vendredi. Seul celui de Gargenville, dans les Yvelines, est encore d'actualité. Pour faciliter les réapprovisionnements, les camions-citerne pourront exceptionnellement circuler ce week-end. La situation aux terminaux pétroliers du Havre, qui alimentent notamment les aéroports parisiens, reste en revanche compliquée. Le mouvement de grève a été reconduit pour 72 heures, mais des pompages limités permettront tout de même d'assurer l'alimentation d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle.
Vidéos Alaune
En visite au Japon dans le cadre d'un sommet du G7, le président de la République a tenu à réaffirmer sa position de fermeté face à la...
Vidéos Argent/Bourse
La contestation contre la loi Travail ne faiblit pas. Une huitième journée de mobilisation se déroule ce jeudi partout en France dans plusieurs filières. Blocages des routes, ralentissements, les grévistes affichent leur fermeté et attendent un geste du gouvernement.
Vidéos Alaune
Hier à l'Assemblée nationale, l'exécutif a tenu à rester ferme en s'exprimant sur les blocages de raffineries par la CGT. D'après Apolline de Malherbe, plusieurs scénarios sont actuellement envisageables. Si le gouvernement finit par craquer et décide de retirer la loi Travail, Manuel Valls pourrait démissionner. Cette option serait humiliante pour lui car il aurait dû quitter Matignon lors de l'échec de la déchéance de nationalité. Mais si cela arrive, François Hollande pourrait désigner Emmanuel Macron à la tête du gouvernement. Ce serait d'ailleurs une manière pour lui d'éviter que le ministre de l'Economie se présente à la présidentielle de 2017. Que se passerait-il si la loi Travail est maintenue ? - Bourdin Direct, du jeudi 26 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Michel Sapin a déclaré ce jeudi sur LCP qu'il faudrait "peut-être toucher à l'article 2". Quelques minutes plus tard, Manuel Valls contredisait son ministre des Finances sur RMC, affirmant qu'il était hors de question de le modifier, alors que cette partie du texte du projet de loi Travail est celle qui constitue le principal point de crispation entre syndicats et gouvernement. Une cacophonie entre les locataires de Bercy et de Matignon qui intervient aux prémices de la huitième journée de mobilisation contre la réforme El Khomri.
Vidéos Alaune
Hier à l'Assemblée nationale, l'exécutif a tenu à rester ferme en s'exprimant sur les blocages de raffineries par la CGT. D'après Apolline de Malherbe, plusieurs scénarios sont actuellement envisageables. Si le gouvernement finit par craquer et décide de retirer la loi Travail, Manuel Valls pourrait démissionner. Cette option serait humiliante pour lui car il aurait dû quitter Matignon lors de l'échec de la déchéance de nationalité. Mais si cela arrive, François Hollande pourrait désigner Emmanuel Macron à la tête du gouvernement. Ce serait d'ailleurs une manière pour lui d'éviter que le ministre de l'Economie se présente à la présidentielle de 2017. Que se passerait-il si la loi Travail est maintenue ? - Bourdin Direct, du jeudi 26 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
L'ancien ministre de l'Economie Eric Woerth, invité ce mercredi de BFM Story sur BFMTV, a considéré que la CGT "n'a pas de raisons d'emmerder tout le monde" en bloquant les raffineries et les dépôts de carburant. Selon le député de l'Oise, le syndicat au fonctionnement "archéo-stalinien" "le fait pour de très mauvaises raisons, qui lui sont internes". Enfin, Eric Woerth a estimé que le gouvernement ne devait pas reculer sur cette loi "parce qu'on ferait reculer la démocratie".
Vidéos Alaune
Le directeur de l'Institut supérieur du travail Bernard Vivier, invité de BFMTV ce mercredi, a expliqué quelles étaient les raisons de la colère de la CGT. Il a rappelé que la CGT, préoccupée par la montée de la CFDT et mise à l'écart lors des négociations sur la loi Travail, veut se remettre "au centre de la pièce". "Il y aussi une évolution interne de la CGT qui est vers le blocage. Philippe Martinez n'a pas ouvert le débat", a également pointé du doigt Bernard Vivier.
Vidéos Alaune
Le secrétaire national du Parti Communiste français (PCF) Pierre Laurent, invité de News et Compagnie sur BFMTV mardi, a apporté son soutien au mouvement des blocages et des grèves qui secoue la France, estimant qu'il "faut l'amplifier". "Le gouvernement a pris une très grande responsabilité il y a quelques semaines, qui est de faire passer en force cette loi au Parlement, alors qu'il n'y avait déjà pas de majorité dans l'opinion publique ni au Parlement", a-t-il déclaré. Pierre Laurent a jugé "normal que les gens essaient de se faire entendre autrement".
Vidéos Alaune
Manuel Valls s'est engagé dimanche soir depuis Tel Aviv où il est en déplacement à "continuer à évacuer un certain nombre de sites et notamment les dépôts", alors que la CGT et FO ont appelé les chauffeurs routiers à bloquer les raffineries et dépôts de carburants pour protester contre le projet de loi Travail. "Ce mouvement n'a pas lieu d'être", a affirmé le Premier ministre dans une interview sur BFMTV et i24 News, affirmant sa "détermination à faire lever ces barrages".
Vidéos Alaune
La mobilisation des VTC se poursuit vendredi, aux abords de l'aéroport Roissy où ils ont mis en place des barrages filtrants. Ils manifestent leur colère face aux annonces du gouvernement qui menaceraient, selon eux, entre 10.000 et 15.000 emplois dans leur secteur. Conséquence de ces blocages, notamment aux accès du Terminal 2, des voyageurs accèdent à l'aéroport à pied.
Politique
Les services du Premier ministre ont récemment confié à L’Opinion la technique quasi-imparable pour réussir à faire plier le gouvernement. Découvrez de quoi il s’agit.
Vidéos Alaune
Le gouvernement a débloqué plus de 600 millions d'euros pour son plan d'urgence en faveur des éleveurs français en difficulté, mais ce jeudi matin, de nombreux barrages persistent sur les routes et le mouvement s'étend à la moitié sud. Alors qu'à Caen, les éleveurs normands ont levé les barrages, ceux d'Auvergne et de Rhône-Alpes ont décidé de bloquer les accès à Lyon et à Clermont-Ferrand. Les éleveurs de Haute-Normandie qui bloquent les trois grands ponts sur la Seine, veulent eux aussi maintenir leur mouvement.
Vidéos Alaune
Une belle pagaille sur les routes en perspective. Ce dimanche soir, dès 22 heures, les routiers entament une grève reconductible. Au programme: blocage de routes, de dépôts pétroliers, de centrales d'achat et sites industriels. Les routiers espèrent ainsi peser sur les négociations salariales avec le patronat prévues mardi et jeudi. Ils dénoncent des salaires anormalement bas. Portrait de Thomas, un routier de 48 ans qui conduit chaque jour des semi-remorques, pour un salaire horaire équivalent au smic.
Vidéos Alaune
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière était sur le plateau de BFM Story. Retour le projet de loi d'Emmanuel Macron. Le ministre de l'Économie a dévoilé, ce mercredi, les grandes lignes de son projet et a affirmé vouloir en finir avec l'accumulation de normes qui fait souffrir les TPE que les grands groupes. Ce texte s'attaque notamment aux "trois maladies" françaises qui sont; la défiance, la complexité et le corporatisme. Selon lui, elles nous empêchent "de libérer, d'investir et de travailler.
Vidéos Alaune
Nicolas Doze a donné son point de vue sur l'application du compte de pénibilité. Après les syndicats de patrons, Manuel Valls affronte cette-fois ci la colère des syndicats de salariés.
Publicité