Environnement
Notre planète aurait eu une toute autre allure sans la présence humaine, indique une étude danoise. Des éléphants et des rhinocéros auraient même pu être visibles jusqu’en Europe du nord.
Vidéos A la une
Zoom sur les activités proposées lors de la semaine européenne du développement durable qui débute samedi.
Vidéos A la une
La moitié des espèces vivantes pourraient disparaître d'ici à un siècle. Le projet de loi sur la biodiversité, examiné à partir de lundi à l'Assemblée nationale, a pour but de d'endiguer ce phénomène. Le texte, qui fait suite à une promesse de François Hollande formulée dès 2012, est enfin inscrit à l'agenda parlementaire. "La loi pose les principes de la protection de la biodiversité (et) sanctionne les dégradations de la biodiversité", explique Ségolène Royal, la ministre de l'Écologie. La principale mesure du texte est la création de l'agence française de la biodiversité, dotée de 1.200 agents et de 126 millions d'euros de budget. Elle regroupera dans une même entité plusieurs organismes déjà existants comme l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques ou encore les parcs nationaux. Seulement, certaines ONG critiquent déjà cette agence, qu'elles qualifient d'"unijambiste" : l'Office national de la chasse et de la faune sauvage échappe à la fusion, privant selon elles la future agence de la moitié des moyens qui lui seront nécessaires pour accomplir ses missions. Un reportage d'Aurélien Ideale avec Jérémie Hartmann
Vidéos Argent/Bourse
Métiers d'art, Métiers de luxe avec Alexia Foucher-Charraire, fondatrice du Comptoir des Producteurs. - Paris est à vous, du 31 décembre, présenté par Karine Vergniol, sur BFM Business.
Environnement
Un rapport alarmant publié ce lundi pointe l'importante disparition de nombreuses espèces sauvages. L'homme serait le principal responsable de cette extermination à grande échelle.
Vidéos A la une
Vous ne verrez probablement plus de sacs plastiques à partir du mois de janvier. Dans le cadre d'un projet de loi sur la biodiversité, un amendement gouvernemental a été voté par les députés dans la nuit de mardi à mercredi. Cet amendement prévoit l'interdiction des sacs plastiques à usage unique à partir du 1er janvier 2016. Ces sacs non-dégradables à base de pétrole ont un impact considérable sur l'environnement.
Publicité