A 56 ans, Bill Clinton est le retraité le plus populaire et le plus à l'aise du monde. Il passe sa vie à courir la planète, de conférence en conférence, et ne se pose que pour signer de fructueux contrats : sa bio, et maintenant, son futur talk-show sur CBS, avec des millions de dollars à la clé...

Bill, un retraité heu-reux !

Qui est à la retraite et exerce les jobs les plus rémunérateurs au monde ? Tel jour, il est à Stockholm pour participer à un tournoi de golf caritatif où il finit huitième, tel autre, il siège à une table ronde à Barcelone, à l'occasion de la XIVe Conférence internationale sur le sida, où il proclame que "les pays riches doivent savoir qu'il faut qu'ils payent et qu'ils s'engagent à le faire".

Et tel autre jour encore, juste il y a un an, il traîne dans les boutiques de Sao Paolo en bermuda-baskets-tee-shirt avec son copain Anthony Hopkins, l'acteur, pour acheter des bikinis (si si !), profitant d'une pause dans un programme de conférences à la fondation Armando Alvares Penteado.

Plus récemment, on l'a vu souffler dans son saxo au célèbre Apollo de Harlem, en compagnie de Michael Jackson et de Tony Bennett, au profit d'une campagne d'incitation à s'inscrire sur les listes électorales.

Eh bien, c'est Bill ! Bill Clinton lui-même. L'ex-président des Etats-Unis, l'ex-gouverneur de l'Arkansas, mais le toujours démocrate, le toujours "tendre époux" d'Hillary et Papa gâteau de Chelsea.

William Jefferson Clinton, 56 ans, retraité à 54 ans, et une formidable incarnation du retraité actif. Il illustre à merveille le fait que l'on puisse être à la retraite et néanmoins exercer encore des jobs rémunérateurs...

Sa recette ? Sim-plis-si-me !

Quelques conférences (quinze millions de dollars par an...), un peu d'écriture (douze millions de dollars, c'est le montant de l'avance que lui a consentie la maison d'édition américaine Alfred A. Knopf pour ses mémoires), et aussi un peu de télé.

Publicité
C'est tout récent, mais le quotidien professionnel du Hollywood "Variety" et du "New York Times" sont formels : la chaîne CBS lui a proposé d'animer un "Clinton talk-show" pour la modique somme de 50 millions de dollars à l'année. Qui a dit que les retraités américains avaient des problèmes financiers en ce moment ?
Publicité