Société
Alors que le journaliste de "BFMtv/RMC" vient de s'écharper avec François Fillon par médias interposés, retour sur tous ces clashs entre l'animateur vedette de la chaîne info et les hommes politiques.
Présidentielles
D'après le journaliste, le candidat aurait refusé de venir à son émission matinale. Interrogé jeudi par Ruth Elkrief, le candidat est revenu sur son interview soi-disant annulée.
Magazine
Vêtue d'une minjupe imprimée, Fanny Agostini n'a pas laissé les téléspectateurs de BFMTV indifférents lors de la présentation de son bulletin météo de ce mercredi 12 avril. Images !
Vidéos à la une
L'éditorialiste de BFMTV Laurent Neumann s'est réjoui du déroulé du grand débat de mardi, qui réunissait pour la première fois les onze candidats à l'élection présidentielle. Selon lui, "il y avait un moment de sincérité qui a fait bouger les lignes"." La façon de faire de la politique a changé, les codes ont volé en éclat", a-t-il estimé, jugeant que les petits candidats avaient compliqué la tâche des plus gros, notamment de Marine Le Pen. "Elle a été mise en difficulté par Jean-Luc Mélenchon sur la religion, par les petits candidats sur le terrain du social et par plus souverainiste qu'elle sur les questions européennes", a-t-il observé.
Vidéos à la une
Pour la première fois, l'intégralité des candidats à l'élection présidentielle étaient réunis pour débattre. Ce format inédit a permis aux petits candidats de bénéficier d'une large exposition. Ils en ont profité pour marquer leurs différences, quitte à parfois détonner, à l'image de Philippe Poutou, qui a enchaîné les attaques contre les gros candidats au cours des quatre heures de débat.
Vidéos à la une
Le grand débat présidentiel avait lieu mardi sur BFMTV. Avant de prendre l'antenne, les onze candidats à l'élection se sont salués en coulisses puis ont pris la pose le temps de réaliser une photo de groupe. Philippe Poutou est le seul qui a refusé de se joindre au cortège pour le cliché, alors qu'Emmanuel Macron est venu le chercher. A la fin du débat, tous étaient contents mais frustrés de n'avoir pu dire tout ce qu'ils voulaient dire.
Vidéos à la une
Avant le grand débat de ce mardi soir, à partir de 20h40 sur BFMTV, chaque candidat se prépare à sa façon. Pour les plus petits, pas question d'afficher le moindre stress. Sérénité, expérience et originalité sont les maîtres mots de leur préparation. Aucun d'entre eux n'entend sacraliser le rendez-vous et tous affichent une certaine décontraction. C'est la première fois qu'un tel débat réunit tous les candidats à l'élection présidentielle avant le premier tour.
Vidéos à la une
Avant le grand débat de ce mardi soir, à partir de 20h40 sur BFMTV, les candidats se préparent chacun à leur façon. Benoît Hamon se prépare psychologiquement à l'aide de son équipe, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon s'attardent eux sur un travail de fiches. Dans le camp de François Fillon, on assure que le candidat du parti Les Républicains adoptera un ton offensif et qu'il est déjà prêt à affronter ses adversaires.
Vidéos à la une
A partir de 20h40 ce mardi soir, les onze candidats à l'élection présidentielle se retrouvent pour débattre sur BFMTV. Chacun d'entre eux aura environ 17 minutes pour exposer ses idées, avec une minute pour s'introduire, un quart d'heure pour répondre aux questions et une dernière minute pour conclure. L'ordre de passage a lui été décidé au hasard par les organisateurs. Enfin, par souci d'égalité, les téléphones portables seront interdits à tous les candidats.
Vidéos à la une
Quelques heures avant les candidats eux-mêmes, ce sont leurs équipes de campagne qui ont investi le plateau du grand débat de la présidentielle. Micros, temps de parole, espace entre les pupitres et même les loges, tout a été passé au peigne fin et photographié sous tous les angles par les soutiens des candidats. Le grand débat aura lieu ce mardi à partir de 20h40 sur BFMTV.
Présidentielles
Invités de "BFMTV/RMC" ce matin, la candidate à l’élection présidentielle et le député de gauche René Dosière se sont attaqués par interviews interposées. Le ton est aussi monté dans les loges.
Politique
Pour la première fois, Rachida Dati est sortie de son silence depuis le début de l'affaire Penelope Fillon. Elle a expliqué ce matin sur "BFMtv" ne pas être la taupe qui a donné des informations au "Canard enchaîné".
Politique
Lors du meeting de François Fillon à la Villette dimanche, la journaliste de "BFMTV", Juliette Wallon, a été bousculée et insultée par la foule de militants présents sur place.
Magazine
En l'absence de Fanny Agostini, c'est Daniela Prepeliuc  qui assure la présentation du bulletin météo de BFMTV. Focus sur la nouvelle Miss Météo de la chaîne d'information en continu.
Magazine
Ce lundi 28 novembre, Fanny Agostini n'a pas laissé les téléspectateurs de BFMTV indifférents. Et pour cause, la présentatrice météo est apparue dans une robe noire ultra courte lors de son passage à l'antenne. Planet.fr vous propose de revenir en images sur les tenues les plus sexy de la Miss Météo !
Vidéos Vu à la télé
Ce lundi 28 novembre, Fanny Agostini a fait grimper les normales de saison lors de la présentation du bulletin météo sur BFMTV. En effet, la Miss Météo de la chaîne d'information en continu est apparue dans une très courte robe noire qui met indéniablement en valeur ses magnifiques jambes.
Vidéos Vu à la télé
La matinale de BFTMV a consacré son actualité du jeudi 11 août aux violents incendies qui ont sévi dans le Sud de la France. Lors d'un duplex aux Pennes-Mirabeau, une journaliste, qui n'était visiblement pas prête pour passer à l'antenne, lâche un juron en direct !
Vidéos à la une
BFMTV a recueilli le témoignage de Bruno, le fils de la concierge de l'immeuble situé en face de l'endroit où la voiture de police a brûlé, ce mercredi, quai de Valmy à Paris. "J'ai vu une cinquantaine d'individus surexcités, encagoulés", raconte ce riverain à notre micro. Ils "ont cassé les vitres, mis deux, trois fumigènes à l'intérieur de la voiture. A ce moment-là, les policiers sont sortis de la voiture, ils ont aussi été sortis de force par les casseurs", juste avant que le véhicule ne s'embrase.
Société
Selon l’"Obs", le médiatique consultant sur les questions de djihadisme international est en fait "fiché S" par les services antiterroristes depuis plusieurs années.
Société
Le député (LR) Henri Guaino devait être l’invité du journaliste sur "BFMtv/RMC" ce mercredi matin, mais il n’est pas arrivé à l’heure. Agacé, Jean-Jacques Bourdin a annulé son interview.
Vidéos à la une
Dans la nuit de lundi à mardi, la TNT passe à la HD. L'ensemble des chaînes ont désormais l'obligation d'émettre en Haute Définition. BFMTV passera le cap dès ce dimanche. En coulisses, on se prépare à cette révolution technologique. Le logo de BFMTV va lui aussi évoluer, ainsi que l'habillage de l'antenne.
Vidéos à la une
D'après un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi, pour 56% des sondés, Manuel Valls incarnerait mieux la "gauche moderne et progressiste" que Martine Aubry. Qualifié de déterminé, courageux et dynamique par les Français, le Premier ministre ne serait toutefois pas capable de rassembler son camp, selon les sympathisants du Parti socialiste.
Vidéos à la une
Hervé Gattegno était sur BFMTV ce mercredi matin. L'éditorialiste politique de RMC a analysé comment la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour financement illégal de sa campagne en 2012, pouvait impacter la primaire à droite. "Il peut encore se présenter il n'y a pas de décision de justice qui l'en empêche", a expliqué le journaliste. Mais cette nouvelle "bataille judiciaire" vient s'ajouter à une "primaire qui est une bataille d'image". Et de ce point de vue-là, "Nicolas Sarkozy a déjà du retard". Selon Hervé Gattegno, "Nicolas Sarkozy n'est pas traité comme un justiciable ordinaire". "Il y a une compétition entre les magistrats pour avoir Nicolas Sarkozy dans son bureau", a-t-il estimé, ajoutant que ce n'était pas un "fonctionnement de la justice sain".
Vidéos à la une
Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, lundi, Nadine Morano a estimé que Nicolas Sarkozy "a été un grand président qui a su prendre les bonnes décisions, notamment durant la crise financière". Elle a par ailleurs affirmé que le président des Républicains se présenterait en 2017. "Il est candidat à l'élection présidentielle, ne vous faites aucune illusion", a-t-elle assuré.
Vidéos à la une
Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, lundi, Nadine Morano a dénoncé "l'afflux migratoire en Europe". "La France a une politique d'immigration irresponsable", a-t-elle déclaré. La députée européenne a expliqué qu'il y avait une "augmentation des demandes d'asile acceptées", de 33%. "L'Europe fait face à une vague migratoire de masse qu'elle ne contrôle pas et qu'elle a encouragée", a-t-elle estimé. Selon elle, "la politique de quotas de migrants ", a renforcé l'immigration dans l'Union Européenne.
Vidéos à la une
Pour François Bayrou, "il n'y a plus de gauche, la gauche est en guerre civile". Invité de Ruth Elkrief sur BFMTV, le président du MoDem a rappelé que l'idéologie est le plus important, et que la gauche avait oublié cette idée au prix d'"un affrontement de fond", tout en précisant que le même constat pouvait être fait à droite. "On est devant un tohu-bohu de tous les repères de la vie collective et du débat public", a-t-il dénoncé. "On est devant le chaos de la pensée, de la vie", s'est plaint François Bayrou, en concluant que "plus personne ne s'y retrouve".
Politique
Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll n'a pas hésité à hausser le ton pour faire savoir au patron de BFMTV qu’il n’a pas apprécié que l’une de ses interviews faites par la chaine ne soit pas diffusée. Retour sur sa grosse colère.
Vidéos à la une
Laurence Parisot était l'invitée de Nathalie Levy sur BFMTV ce mardi soir. L'ancienne présidente du Medef a réagi au mouvement de grève des taxis contre la concurrence des VTC. "Il est hors de question d'interdire les VTC", a-t-elle déclaré. "On ne va pas par la loi interdire l'évolution naturelle et demandée par les consommateurs et les clients", a-t-elle ajouté. Cependant, elle s'est montrée favorable à une indemnisation pour les chauffeurs de taxis. "Si on doit changer les règles du jeu, il est tout à fait normal de penser à une indemnisation", a-t-elle estimé. Selon elle, ces nouvelles règles devront être "claires et acceptées par toutes les parties".
Vidéos à la une
Florian Philippot était l'invité de Ruth Elkrief sur BFMTV ce lundi. Le vice-président du FN s'est exprimé à propos du projet de loi sur la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour actes terroristes. Selon lui, il faudrait étendre cette mesure "à l'ensemble des criminels de sang". Le député européen a estimé que "les binationaux", qui commettent "des crimes de sang en haut de l'échelle", devraient être déchus de leur nationalité française. Pour Florian Philippot, "la nationalité française est un honneur", qu'ils ne méritent plus dès lors qu'ils ont commis des crimes de sang. "Ca nous permettrait de les expulser du territoire national", a-t-il ajouté.
Politique
Le journaliste vedette de BFMtv/RMC a moqué le président des Républicains parce qu’il refuse de venir dans son émission alors qu’il s’y était engagé.

Pages

Publicité