Vidéos A la une
'Goat' est un film dramatique américain réalisé par Andrew Neel et dont la sortie est prévue en 2016. L'un des principaux acteurs, Nick Jonas, a été accueilli très chaleureusement par ses fans à Berlin. L'acteur, également auteur, compositeur, chanteur, bien connu aux Etats-Unis grâce à la série télévisé qui le mettait en scène avec ses frères, s'est rendu dans plusieurs établissements scolaires américains, pour décrypter les règles étranges de l'amitié masculine. Nick Jonas, acteur : 'J'ai rencontré beaucoup de fraternités, vous savez, ils ont tous regardé le documentaire, 'Frat House', un film étonnant, qui a contribué à donner une certaine image de ces communautés. Mais j'ai aussi parcouru de nombreux collèges avec le temps, pour mes concerts, environ un mois avant le début du tournage.' Se remettant d'une terrible agression, un jeune homme de 19 ans s'engage dans la confrérie de son frère afin de prouver sa virilité. Ce qu'il se passe là-bas, au nom de la 'fraternité', met à l'épreuve les garçons et leurs relations de manière brutale. Le film dénonce la violence de ces fraternités, un phénomène très fréquent. 'Goat', déjà présent pour une première mondiale au festival du film de Sundance, sera projeté au Festival de Berlin cette année. -------------- Et maintenant le dernier film du cinéaste algérien Rachid Bouchareb, 'Road to Istanbul', avec Pauline Burlet et Astrid Whettnall. Le réalisateur insiste sur le drame de ces parents qui découvrent que leur enfant décident de rejoindre l'Etat islamique en Syrie. Rachid Bouchareb, réalisateur: 'J'ai été très ému par des parents en Europe, des mères, des pères, qui tout d'un coup s'aperçoivent que leurs enfants sont partis vers la Syrie ou l'Iraq. Et ça m'intéressait cette dimension humaine, d'un père ou d'une mère, qui va découvrir quelque chose qu'il n'aurait jamais imaginé avoir à gérer avec son enfant dans sa vie.' Astrid Whettnall, actrice : 'C'est intéressant d'avoir la chance d'apprendre à connaître ce genre de côté sombre et aussi de jouer ces craintes, tout en respectant toutes les mères qui vivent ce genre de drames.' L'actrice belge Astrid Whettnall interprète Elisabeth, une mère célibataire vivant avec sa fille de 18 ans, Elodie, alias Pauline Burlet. La vie change brusquement, un week-end, quand Elodie ne rentre pas à la maison. Sa mère découvre qu'elle est partie avec son nouveau petit ami pour rejoindre la Syrie. Le film, inspiré d'une histoire vraie, a été tourné en Belgique et en Algérie.
Vidéos A la une
C'est sur le tapis rouge de la Berlinale que John Cusack s'est exprimé sur le problème de plus en plus préoccupant des armes à feu aux...
Vidéos A la une
Un film portugais fait partie des 18 longs-métrages en lice pour l'Ours d'Or à Berlin. 'Cartas da guerra' - 'Lettres de guerre' en français - est l'adaptation d'un recueil de lettres publiée en 2005 par le romancier Antonio Lobo Antunes. Il s'agit des propres lettres de l'auteur, écrites à sa jeune épouse lorsqu'il était médecin militaire, envoyé combattre en Angola en 1971. 'La guerre nous transforme tous en insectes' écrivait-il alors. 'Je fais très attention quand je raconte des choses que je n'ai pas vécues, j'aborde cette histoire d'amour très sensible, une très belle histoire. Donc, je donne mon impression sur cette guerre stupide et j'espère que les gens se reconnaîtront d'une certaine façon. Bien sûr, c'est toujours mon interprétation des faits', explique le réalisateur Ivo Ferreira. 'La guerre s'est terminée en 1974 et ma génération sait très peu de choses à propos de ce qui s'est passé. La génération antérieure a maintenu une chape de silence sur cette guerre donc pour moi, c'était très important d'en apprendre plus, de parler avec des gens qui sont allés à la guerre. Et je pense que ce film peut être une leçon pour les jeunes', estime l'actrice principale Margarida Vila-Nova. Tourné en noir et blanc, le film est à la fois un reportage de guerre, un journal intime et une déclaration d'amour. Peu à peu, la camaraderie laisse place à la démoralisation et au désespoir. L'auteur des lettres, qui deviendra un écrivain célèbre, offre une vraie réflexion sur l'inanité de la guerre.
Vidéos A la une
Qu'est-ce que cela fait de tout perdre ? Le dernier film de la réalisatrice allemande Doris Dörrie 'Fukushima mon amour', en course dans la catégorie Panorama de la Berlinale, a pour thème le passé, la souffrance et la manière de construire l'avenir. Marie se rend à Fukushima après la catastrophe nucléaire, avec l'organisation Clowns4Help pour remonter le moral aux réfugiés, pour la plupart âgés. Elle est pleine de doutes. Beaucoup de gens ici ont perdu toute leur vie. Marie se lie d'amitié avec Satomi, la dernière geisha de Fukushima. 'Je voulais savoir ce que l'on ressent quand tout est radiocatif, et que vous ne savez pas quoi faire. Que ressent-on quand tout ce qui nous entourait a disparu. Pour moi, c'était très important d'expérimenter tout cela physiquement avec mon propre corps. Sinon, c'est impossible de raconter une histoire sur ce sujet', estime la réalisatrice. 'Il y a un vrai parallèle avec les réfugiés. Mon film parle de gens qui ont tout perdu pendant la catastrophe de Fukushima. Les réfugiés qui viennent à nous ont eux aussi tout perdu. Ce qui nous manque, c'est de comprendre ce que signifie d'avoir dans ces bagages tous ces 'fantômes. Et les 'fantômes' signifient bien sûr tous les gens que vous avez perdu, qui vous manquent. Et toutes les mémoires, les odeurs, les images de la maison, tout ce qui est parti de votre propre vie. C'est quelque chose que nous devons tous apprendre pour imaginer ce que cela signifie et le ressentir avec eux', poursuit-elle. A 28 ans, Rosalie Thomass est étoile montante du cinéma allemand. Elle a déjà gagné de nombreux prix dans son pays. 'Doris Dörrie te laisse complètement libre comme actrice et je peux imaginer que certains de mes collègues n'aiment pas ça. Moi, j'adore. Dès que l'on s'est mis d'accord sur les bases de mon personnage, elle m'a laissé tellement de liberté et d'espace que je pouvais littéralement danser. Il y a beaucoup d'éléments documentaires dans le film. Parfois, il n'y avait pas d'autre choix que de laisser les acteurs improviser, c'était super', s'enthousiasme la jeune actrice. La jeune humanitaire et la geisha ne pourraient pas être plus différentes, mais elles apprennent petit à petit à se connaître, et se trouvent confrontées aux fantômes de leurs passés respectifs.
Vidéos A la une
L'artiste chinois dissident Ai Weiwei a dévoilé ce samedi à Berlin une oeuvre dédiée au drame des migrants. Il a suspendu sur la façade du Schauspielhaus, une grande salle de concert, des milliers de gilets de sauvetage utilisés par les réfugiés lors de la traversée de la Méditerranée. L'artiste souhaite profiter de l'effervescence liée au Festival international du cinéma (Berlinale), pour attirer l'attention sur le sort des migrants.
Vidéos A la une
Une levée de rideau très politique à la Berlinale avec sur le devant de la scène le dossier des réfugiés et en ouverture hors compétition le très attendu 'Ave, César', des frères Cohen avec entre autre George Clooney, Josh Brolin et Tilda Swinton. #GeorgeClooney and #TildaSwinton#redcarpet#Berlinale#BerlinaleMoments#Berlin#Berlino... https://t.co/AEt6OS46ui pic.twitter.com/E5V2bSXSd4- elENA tUBARO (@eltubaro) 11 Février 2016 Live #GeorgeClooney action at today's red carpet for HailCaesarMovie #Berlinale #Berlinale2016 pic.twitter.com/kLeVomwvti- Berlinale (berlinale) 11 Février 2016 Les pays de l'Union européenne sont confrontés à la plus grave crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale, la Berlinale a donc décidé de porter cette année une attention particulière à ce sujet. 'Ici on est à Berlin et la discussion en Allemagne est très vive et controversée sur les réfugiés explique le directeur du festival Dieter Kosslick. Nous avons beaucoup de films sur le destin des réfugiés et nous avons choisi comme titre du festival 'La recherche du bonheur' ou 'Le droit au bonheur', et cela concerne aussi les réfugiés.' Que peut apporter un film sur cette question ? 'La compréhension dit-il. La compréhension de l'autre et d'autres pays, des religions et des philosophies. La compréhension des peuples et, d'ailleurs, c'était déjà le thème de la toute première Berlinale en 1951. Aujourd'hui, nous avons à nouveau besoin de ce thème, et c'est bien dommage. Mais les choses sont comme ça, alors, nous l'utilisons.' George Clooney lui aussi s'implique dans la crise des réfugiés. A peine a-t-il annoncé vouloir s'entretenir avec la chancelière Angela Merkel que la rencontre a été organisée. L'acteur l'annonçeait déjà en conférence de presse. 'Je pense qu'on n'en parle pas assez dans les médias, surtout aux Etats-Unis. C'est malheureusement une période politique ce qui fait que nous ne parlons pas beaucoup de ce qui se passe ailleurs dans le monde. Mais je vais rencontrer Angela Merkel pour lui demander quels messages nous pouvons faire passer et ce que nous pouvons faire (...) pour aider'. Kanzlerin #Merkel empfing George + Amal Clooney zum Gespräch über Flüchtlingspolitik + deren Engagement für #theIRC pic.twitter.com/MnAAl3qXde- Steffen Seibert (@RegSprecher) 12 Février 2016 Toujours dans la même veine, le documentaire en compétition 'Fuocoammare' de l'Italien Gianfranco Rosi, consacré à l'île italienne de Lampedusa. Il fait partie d'une douzaine d'autres films dans les sections parallèles du Festival portant sur l'impact des migrations dans un monde globalisé. Have a look at FUOCOAMMARE - a documentary that captures life on the Italian island Lampedusa. (B.Competition 2016) https://t.co/JAYY9s3fke- Berlinale (@berlinale) 30 Janvier 2016 La Berlinale organisera aussi diverses initiatives pour les migrants, collectes de dons, invitations aux projections -avec des centaines de billets qui leur sont réservés -, ou stages avec l'équipe du festival. La Berlinale avec Meryl Streep comme présidente du jury s'achève le 21 février. C'est parti pour la 66e berlinale ! Meryl Streep, le jury et le président du festival sur le tapis rouge pic.twitter.com/m7ZP8PY2Mg- Eloi Rouyer (EloiRouyer) 11 Février 2016
Vidéos A la une
Ca y est, le coup d'envoi de la Berlinale a été donné. Jeudi, on a pu voir du beau monde sur le tapis rouge de Berlin !
Vidéos A la une
L'objectif des 'Yes Men', un duo d'activistes venu faire la promotion de leur troisième film, est de sensibiliser l'opinion aux causes qu'ils...
Vidéos A la une
En ce deuxième jour de la Berlinale, les grandes stars ont fait leur apparition sur le tapis rouge. Nicole Kidman était présente pour son rôle dans 'Queen of the desert', de Werner Herzog. James Franco y joue à ses côtés. Le réalisateur allemand est très satisfait de ses équipes : 'Ce sont tous des professionnels merveilleux et ils ont préparé chaque détail, ça rend toujours le travail facile', a-t-il déclaré. Nicole Kidman a donné son avis au micro d'euronews sur le réalisateur : 'J'adore tout simplement qu'il fasse toujours des films avec autant de passion et de verve. Il était là-bas dans le désert, sans effets spéciaux. Il est du genre fonceur. Et moi, je dis, 'ok Werner, je te suis.' La reine du désert, qu'incarne Nicole Kidman est Gertrude Bell, femme de lettres, archéologue et espionne britannique au Moyen-Orient. On la compare souvent à Lawrence d'Arabie pour le rôle politique qu'elle a joué dans la région. 'Peut-être que cette fois Werner Herzog va ramener chez lui un Ours d'or', pronostique notre envoyé spécial Wolfgang Spindler. 'Il a de bonnes chances avec ce film, au casting de première catégorie, avec Nicole Kidman dans le rôle principal de Lawrence d'Arabie au féminin. C'est certainement un atout. Nous verrons bien.'
Vidéos A la une
Berlin ne se contente pas d’accueillir l’un des festivals du film les plus importants au monde. A côté du tapis rouge, lors des “Berlinale Talents”, on rencontre aussi de jeunes pousses du...
Vidéos A la une
Le cinéma asiatique a été largement mis à l’honneur au Festival du film de Berlin, la Berlinale, dont la 64ème édition s’est achevée ce samedi. L’ours d’or a été attribué au...
Vidéos A la une
C’est ce soir qu’on connaîtra le palmarès de la 64ème édition de la Berlinale. Un des derniers temps forts du festival, ça a été, ce vendredi, la projection de “La Belle et la...
Vidéos A la une
Il s’est une nouvelle fois fait remarquer par son comportement étrange avant et pendant la conférence de presse du film Nymphomaniac, le dernier Lars Von Trier, présenté au Festival de Berlin....
Vidéos A la une
La dernière facétie de l’Américain Wes Anderson a donné le coup d’envoi du 64e Festival de Berlin. Œuvre burlesque mais "profondément personnelle", le film bénéficie d’un casting aussi...
Vidéos A la une
Un tapis rouge on ne peut plus glamour pour le coup d’envoi de la 64ème Berlinale, avec une pléiade de stars à l’affiche du film d’ouverture “The Grand Budapest Hotel” de l’Américain...
Vidéos A la une
Il s’appelle Nazif Mujic, il est rom, originaire de Bosnie-Herzégovine, et il est en train de vivre son quart d’heure de gloire. Face à un parterre de stars et aux caméras du monde entier, il...
Publicité