Vidéos A la une
Un non qui fait trembler l'Europe. Un scénario déjà rencontré en 2005 lors du référendum relatif au traité constitutionnel européen se rejoue aujourd'hui. Il y a dix ans, le projet a été rejeté à plus de 54,7 % des Français. Dimanche, le référendum grec fait de nouveau émerger les crispations au sein du paysage politique français. Les hypothèses envisageables sont réduites : négociation d'un nouvel accord soutenu par le PS, via Jean-Christophe Cambadelis, premier secrétaire du parti ; un départ à l'amiable dit le " grexit " défendu par Alain Juppé, candidat à la primaire des Républicains, ou une sortie de manière anarchique soit le " grexident ". Hier, les pays de la zone euro se sont retrouvés pour un sommet exceptionnel et la Grèce a annoncé de manière "imminente" une nouvelle demande d'aide financière à la zone euro à l'issue d'une nouvelle réunion des ministres des Finances de la zone euro. Côté français, un débat, sans vote a lieu aujourd'hui à l'assemblée, débat qui portera "sur la situation du moment, sur la position, bien sûr, de la France. Parce que je crois que, dans ce moment-là, il faut informer les parlementaires et à travers eux (...) les Français. Il faut faire preuve de responsabilité et aussi d'unité et de rassemblement", assuré le Premier ministre. Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien 50% des français se disent pour un "Grexit" et 49% contre. La France est divisée. Dans quelles mesures le " non " Grec ravive-t-il le souvenir référendaire de 2005 ? Quelles conséquences pour la zone euro ? La Grèce va-t-elle sortir de la zone euro ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités. Invités : - Danielle Auroi, députée écologiste du Puy-de-Dôme, Présidente de la commission des Affaires européennes - Hervé Mariton, député Les Républicains de la Drôme - Xavier Timbeau, Directeur principal de l'OFCE - Benjamin Masse-Stamberger, Grand Reporter à l'Express, Co-auteur de " Casser l' uro pour sauver l'Europe ", Editions Les Liens qui Libèrent, 2 avril 2014 Question LeJDD.fr : un accord est-il encore possible entre la Grèce et la zone euro ?
Vidéos Argent/Bourse
Le 18 août, David Dauba a reçu Bruno Jeudy, rédacteur en chef du service politique du JDD et Benjamin Masse-Stamberger, grand reporter économique à L'Express, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le 18 août, David Dauba a reçu Bruno Jeudy, rédacteur en chef du service politique du JDD et Benjamin Masse-Stamberger, grand reporter économique à L'Express, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le 22 août, David Dauba a reçu Benjamin Masse-Stamberger, journaliste à l'Express, et Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le 22 août, David Dauba a reçu Benjamin Masse-Stamberger, journaliste à l'Express, et Guillaume Duval, rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 août, David Dauba a reçu Caroline Michel, grand reporter au service économie du Nouvel Observateur et Benjamin Masse-Stamberger, grand reporter au service économie de L'Express, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le 20 août, David Dauba a reçu Caroline Michel, grand reporter au service économie du Nouvel Observateur et Benjamin Masse-Stamberger, grand reporter au service économie de L'Express, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos A la une
En vigueur depuis vendredi dernier, le " décret Montebourg " étend à l'énergie et aux transports le mécanisme de protection des entreprises stratégiques contre d'éventuelles velléités étrangères. Un dispositif, qui intervient au moment où l'Américain General Electric et l'Allemand Siemens cherchent à reprendre la majeure partie de la branche énergie d'Alstom. Bruxelles n'a pas hésité à mettre la France en garde jeudi dernier contre ce qu'elle considère comme étant une tentation protectionniste. Tout en ne rejetant pas les offres de Siemens et de GE, l'État français, qui n'est propriétaire que de 0, 9% d'Alstom via la Caisse des Dépôts et des Consignations, pourrait en outre augmenter sa participation dans l'entreprise, comme en 2004, afin de fortifier son ancrage hexagonal. Alstom, jusqu'ici considéré comme un fleuron de l'aéronautique français, pourra-t-il être sauvé ? L'Europe peut-elle pénaliser l'État pour son patriotisme économique, alors qu'Arnaud Montebourg a assuré qu'au travers de son fameux décret, la France ne faisait que se doter des mêmes armes que ses voisins ? Autour d'Arnaud Ardoin, les invités du débat de ça vous regarde en parlent ce soir.
Publicité