Vidéos Argent/Bourse
La méga-fusion entre Bayer, le géant allemand de la chimie et Monsanto, son rival américain n'aura pas lieu. Du moins pas pour l'instant. Monsanto rejette l'offre de rachat de Bayer mais reste ouvert à des négociations https://t.co/5lS5lDawmi #AFP pic.twitter.com/jhkcupjzAL- Agence France-Presse (@afpfr) 24 mai 2016 Mardi le conseil d'administration de Monsento a rejeté l'offre d'achat de 55 milliards d'euros déposée par Bayer au motif que ce montant n'était pas assez élevé. Si Monsento n'est pas hostile à un rapprochement, le numéro un mondial des OGM entend clairement faire monter les enchères. Pas sûr cependant que Bayer puisse renchérir. Mardi, l'agence de notation Moody's a mis en garde le groupe allemand face aux risques financiers encourus. Les écologistes européens, eux, y sont hostiles et rappellent les scandales qui ont émaillé la vie de Monsento. A défaut, BASF, un autre allemand, pourrait monter au créneau et faire une offre d'achat. Le marché des semences transgéniques suscite beaucoup de convoitises. En février, ChemChina, une entreprise chinoise, a proposé le rachat du groupe suisse Syngenta tandis que les américains Dow Chemical et DuPont sont en train de peaufiner leur fusion. Cette course à la fusion est notamment due à la chute des prix des produits agricoles et à la forte dépréciation des monnaies des pays émergents qui affecte les exportations. Avec AFP et Reuters
Vidéos Argent/Bourse
62 milliards de dollars, soit 55 milliards d'euros cash : c'est la somme astronomique que l'Allemand Bayer est prêt à débourser pour mettre la main sur Monsanto. Pour les actionnaires de l'Américain, cela représente une prime de 37% sur le cours de l'action Monsanto début mai. Le père du Roundup, le pesticide controversé, s'est contenté de confirmer avoir reçu 'une offre non ferme et non sollicitée.' Cette offre, la plus grosse jamais faite par un groupe allemand sur une entreprise étrangère, pourrait donner naissance au numéro un mondial des pesticides, des engrais et des semences. Un pari fou signé Werner Baumann, PDG de Bayer depuis le début du mois. Il est d'ailleurs venu en personne vanter l'intérêt de l'opération devant la presse. 'Aujourd'hui est un grand jour pour Bayer. Aujourd'hui, nous faisons aussi un grand pas vers le renforcement de notre activité agriculture. Ensemble, nous pouvons assurer une hausse de la production alimentaire mondiale en dépit de conditions environnementales et de culture plus difficiles que jamais,' s'est-il félicité. Today we're announcing our proposal to create a global #ag leader. #AdvancingTogether https://t.co/zFRZrCDvU7 pic.twitter.com/BZViKMhMe0- Bayer AG (@Bayer) May 23, 2016 Cette consolidation du secteur est stimulée par la chute des cours des matières premières, notamment agricoles, qui entame les marges des industriels. En avalant Monsanto, Bayer espère dégager environ 1,5 milliard de dollars d'économies d'ici trois ans doper son bénéfice par action de 5% la première année, de 10% au moins les années suivantes. L'opération n'est pas sans risque pour l'inventeur de l'aspirine. Elle fera en effet exploser sa dette, déjà astronomique. L'Allemand pourrait devoir se résoudre à une augmentation de capital, voire des cessions d'actifs dans la pharmacie. Sans compter qu'en fusionnant avec le 'Méchant des OGM', Bayer expose aussi sa réputation en Europe.
Vidéos Argent/Bourse
Bayer a lancé une OPA de 62 milliards de dollars, l'équivalent de 55 milliards d'euros, sur Monsanto. Cette offre représente la plus grosse opération jamais lancée par une entreprise allemande. Le groupe de chimie-pharmacie allemand souhaite acquérir la firme américaine spécialisée dans les biotechnologies afin de créer un géant mondial de l'agrochimie. - Le regard de Pierre-Henri de Menthon, directeur adjoint de la rédaction de Challenges. - 18h l'heure H, du lundi 23 mai 2016, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services (New York), a décrypté les tendances sur les marchés américains, du lundi 23 mai 2016. Il est revenu sur l'offre de 62 milliards de dollars de Bayer pour racheter Monsanto. Le groupe de chimie-pharmacie allemand souhaite acquérir le groupe américain spécialisé dans les biotechnologies afin de créer un leader mondial de l'agrochimie. - Intégrale Bourse, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Le groupe de chimie-pharmacie allemand a annoncé lundi une offre d'achat sur le groupe américain spécialisé dans les biotechnologies. Objectif: créer un leader mondial de l'agrochimie.
Vidéos A la une
Condamné hier pour fraude fiscale, Uli Hoeness a écopé de trois ans et demi de prison sans remise de peine pour avoir fraudé le fisc de plus de 27 millions d’euros. Il a indiqué ce matin...
Vidéos A la une
Condamné hier pour fraude fiscale, Uli Hoeness a écopé de trois ans et demi de prison sans remise de peine pour avoir fraudé le fisc de plus de 27 millions d’euros. Il a indiqué ce matin...
Publicité