Vidéos A la une
Le procès de deux des auteurs présumés de l'attentat à la bombe qui a fait 20 morts et plus de 120 blessés le 17 août dernier à Bangkok s'est ouvert ce mardi dans la capitale thaïlandaise. Les deux accusés qui comparaissent devant un tribunal militaire sont des musulmans ouïghours venus de Chine.
Vidéos A la une
La cabine d'une grande roue d'un parc à thème à Bangkok en Thaïlande a pris feu ce samedi, sans faire de blessé car personne n'était à bord au moment où l'incident s'est produit. L'incendie a commencé peu de temps après un orage dans le capital thaï. (Images : APTN)
Vidéos A la une
En Thaïlande, 8 personnes ont trouvé la mort ce dimanche soir dans le sous-sol d'une banque dans le centre de Bangkok. Sept des 8 victimes sont des ouvriers qui effectuaient des travaux. Accidentellement, ils auraient déclenché un système anti-incendie, qui fonctionne avec des produits chimiques censés éteindre les flammes en supprimant l'oxygène. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du drame.
Vidéos A la une
En plein coeur de Bangkok, des carcasses d'avions sont réaménagées par des SDF afin de devenir de véritables maisons !
Monde
La plateforme de réservation de logements de particuliers Airbnb a dévoilé il y a quelques jours sont classement des quartiers à découvrir absolument en 2016. Découvrez-les en images.  
Vidéos A la une
Vers 20h45, les habitants de Bangkok ont pu assister au passage d'un bolide, une météorite des Taurides. L'explosion et la traînée verte...
Vidéos A la une
Plus d'un mois après l'attentat sanglant qui a tué 20 personnes, le sanctuaire en plein centre de Bangkok a été le théâtre ce samedi d'une reconstitution. Solidement entouré, l'homme vêtu d'un t-shirt jaune est selon la police l'auteur de l'attaque qui a endeuillé la Thaïlande. Un rebondissement dans une enquête critiquée pour ses incohérences. Alors qu'il clamait jusqu'alors son innocence, le suspect, détenteur d'un passeport turc, aurait avoué être le poseur de bombe. Une version démentie par son avocat mais l'homme, interpellé au départ pour détention d'explosifs, risque désormais d'être mis en examen pour assassinat, un crime passible de la peine de mort en Thaïlande.
Vidéos A la une
La police thaïlandaise a annoncé samedi rechercher un Ouïghour, minorité musulmane se disant persécutée en Chine, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Bangkok survenu le 17 août.
International
Le phénomène a pu être observé à Bangkok, ce lundi. Les autorités n'ont pas confirmé son origine mais il pourrait s'agir de débris spatiaux.
Vidéos A la une
Deux semaines exactement après l'attentat de Bangkok en Thaïlande, les portraits de deux suspects ont été diffusés par la police. Il s'agit d'une femme de 26 ans portant le hidjab ainsi que d'un homme brun avec un fine moustache. C'est un étranger, avancent les enquêteurs qui n'ont pas pour autant dévoilé sa nationalité. Samedi, un autre individu a été arrêté, un étranger voyageant avec un passeport turc qui pourrait être le poseur de bombe ou bien qui aurait participé à sa fabrication. Dimanche, une perquisition a été menée dans un appartement de la banlieue nord-est de Bangkok où habitait la jeune suspecte. Des matériaux servant à fabriquer des bombes auraient été découverts : sacs d'engrais, montres et systèmes de radios. L'attentat du 17 août qui a fait 20 morts et plus de 120 blessés n'a pas été revendiqué. Après une avalanche de déclarations contradictoires, les autorités affirment d'exclure aucun scénario.
Vidéos A la une
BANGKOK - 30 AOUT 2015 - Douze jours après le drame, la police a arrêté un premier suspect dans l'enquête sur l'attentat de Bangkok. Interpellé samedi à son domicile de la capitale thaïlandaise, l'homme est un ressortissant turc de 28 ans. Il avait en sa possession plusieurs passeports et des matériaux pouvant servir à la fabrication d'une bombe. Cette première avancée dans l'enquête accréditerait, selon les autorités, la piste d'un attentat mené en représailles à l'expulsion en juillet par Bangkok d'une centaine d'Ouïghours, cette minorité musulmane opprimée en Chine. L'explosion dans un sanctuaire hindouiste avait coûté la vie à 20 personnes et blessé plus de 120 autres.
Vidéos A la une
Le principal suspect de l'attentat de Bangkok il y a douze jours a été arrêté dans un quartier du nord de la capitale ce samedi. Du matériel pouvant entrer dans la composition d'une bombe a été retrouvé dans son appartement.
Vidéos A la une
Trois jours après l'attentat qui a fait 20 morts dans le centre-ville de Bangkok, les autorités thaïlandaises ont demandé l'aide d'Interpol pour retrouver le suspect. De nouvelles images de cet homme, recherché activement, ont été diffusées.
Vidéos A la une
Un homme plutôt jeune, aux cheveux bruns, portant des lunettes : voilà à quoi ressemble le principal suspect recherché par la Thaïlande après l'attentat meurtrier de Bangkok. Son portrait-robot a été diffusé ce mercredi par la police puis un tribunal a émis un mandat d'arrêt contre un 'étranger non identifié'. Le suspect avait été filmé lundi soir par des caméras de surveillance en train de déposer un sac au milieu de la foule dans un sanctuaire religieux et de quitter les lieux peu de temps avant l'explosion. 'Le malfaiteur ne peut pas avoir agi seul, a ajouté le chef de la police. Je pense que beaucoup de personnes sont impliquées et qu'il a eu une sorte de soutien'. Le sanctuaire religieux, qui avait été bouclé après l'attentat, a rouvert ce mercredi matin. Une dizaine de moines bouddhistes ont tenu une petite cérémonie pour cette réouverture à laquelle ont assisté des fidèles et des touristes. '(...) Le sanctuaire religieux rouvre, alors, je veux faire de bonnes actions, indiquait un homme d'affaires. Ce qui s'est passé m'attriste beaucoup. Je ne pensais pas qu'un attentat aurait pu se produire en plein centre de Bangkok'. Une vingtaine de personnes ont été tuées dans l'attentat. Parmi elles, une dizaine d'étrangers dont les quatre membres d'une famille malaisienne. Près de 70 personnes seraient toujours hospitalisées. 12 seraient dans un état critique. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
L'enquête sur les deux attentats qui ont secoué Bangkok lundi et mardi progresse. Le chef de la police thaïlandaise a levé le voile sur le profil du suspect. Il n'a pas agi seul. Précisions de notre correspondant sur place. Arnaud Dubus.
Vidéos A la une
Ce mercredi, le sanctuaire visé par le premier attentat au coeur de Bangkok a réouvert ses portes au public. L'enquête progresse, mais pour le moment, toujours pas d'interpellation ni de revendication.
Vidéos A la une
L'enquête sur l'attentat au centre de Bangkok lundi et l'explosion près d'une station de métro aérien mardi progresse. La police a pu établir un lien entre les deux évènements. Le dénominateur commun : les systèmes explosifs. La piste du terrorisme ouÏghour est fortement privilégiée.
Vidéos A la une
24 heures après l'explosion qui a fait 20 morts dont 11 étrangers, tous asiatiques, dans un lieu touristique de Bangkok, un nouveau quartier très fréquenté a été visé. Cette fois, la déflagration n'a fait aucune victime. L'auteur de l'attaque a été repéré grâce aux caméras de surveillance. Le suspect est toujours en fuite.
Vidéos A la une
A l'aéroport de Roissy, les touristes français présents au moment de l'explosion à Bangkok racontent ce qu'ils ont vécu. "On a demandé des renseignements mais tout le monde se taisait."
Vidéos A la une
Simona Volta, Euronews : 'Nous sommes en ligne avec la jeune journaliste italienne Sofia Nitti, à Bangkok, en Thaïlande. Comment est la situation à Bangkok ?' Sofia Nitti : 'Ici, dans le quartier des affaires, la situation est calme, même trop calme pour un mardi du mois d'août. Les marchands ambulants sont moins nombreux et plus silencieux que d'habitude. On peut dire la même chose des touristes : beaucoup ont préféré rester dans leur hôtel. Le quartier est beaucoup plus animé habituellement. La population a été choquée par la première bombe et aussi par la deuxième, même si celle-ci n'a pas fait de blessés. Les gens ont aussi peur qu'une autre attaque ait lieu.' Euronews : 'Est-ce que vous sentez que les attaques ont déjà un impact sur le tourisme, la principale source de revenus du pays ? Sofia Nitti : 'Je pense qu'il est encore trop tôt pour dire si ces explosions auront ou non un impact sur le tourisme. Mais bien sûr, ces attaques peuvent aggraver une situation déjà difficile. Les chiffres du tourisme cet été ne sont pas très bons. J'ai pu discuter avec certains touristes qui reconnaissent avoir peur. Par exemple, une touriste australienne m'a confié qu'elle pense quitter Bangkok dès que possible, une fois qu'elle aura terminé les examens médicaux pour lesquels elle est venue ici.' Euronews : 'Vous avez parlé des touristes. Mais qu'en est-il des habitants ? Avez-vous parlé avec eux ?' Sofia Nitti : 'Les habitants méritent vraiment le surnom que l'on donne à la Thaïlande, le 'Pays des sourires'. Bien qu'ils aient très peur, ils le disent avec le sourire, parfois en riant, même s'ils ont l'air un petit peu nerveux. Il y a peu, j'étais sur le site de la deuxième explosion, près de la Rivière Chaopraya. Natat, qui vend des vêtements près de l'endroit où les bateaux défilent jour et nuit, m'a expliqué qu'elle attendait seulement que la police libère le passage pour pouvoir appeler son mari afin qu'il vienne la chercher. Elle m'a dit qu'elle n'avait pas pu vendre beaucoup de vêtements ces dernières semaines. Elle est assez effrayée, suffisamment pour ne pas rester ici.' Euronews : 'Comment réagit le gouvernement militaire, qui dirige le pays depuis mai 2014 ?' Sofia Nitti : 'Les autorités tentent d'éviter que la panique ne gagne la population. Les enquêtes se déroulent sans qu'il n'y ait de véritables fuites pour l'instant. Ces enquêtes ont lieu sur les sites des explosions mais aussi dans les zones considérées comme à risque, comme le quartier des noctambules, des bars, des marchés du soir ou les endroits près des arrêts de bus ou des gares. Ce qui est sûr, c'est que l'explosion d'hier et celle d'aujourd'hui provoquent un électrochoc dans une population anesthésiée par plus d'un an de junte militaire. Cette fois, malgré ses efforts, elle aura du mal à apaiser l'inquiétude très longtemps.'
Vidéos A la une
Voici l'homme suspecté d'avoir perpétré l'attentat de lundi dans un temple de Bangkok. Sur ces images de télésurveillance, on le voit retirer son sac à dos à l'intérieur du sanctuaire, avant de s'en aller. Cet homme pourrait être membre d'un groupe d'opposition à la junte militaire qui a pris le pouvoir l'an dernier en Thaïlande. Mais pour l'instant, l'action n'a pas été revendiquée. Cette attaque a eu lieu dans un quartier très fréquenté de Bangkok, où se mêlent habitants et touristes. Il s'agit de 'la pire jamais' commise dans le pays, a déclaré le Premier ministre thaïlandais. Vingt personnes ont trouvé la mort, dont onze étrangers. 'Ma famille m'a envoyé des messages pour savoir si j'allais bien, et oui, je vais bien, mais c'est très effrayant, témoigne une touriste suisse. Quelque chose de très dangereux est arrivé et personne ne sait qui c'était, donc oui ça fait peur.' Un Australien était hier soir à 50 mètres du lieu de l'explosion. 'J'ai entendu un énorme boum, raconte-t-il, j'ai regardé derrière moi, j'ai vu les gens crier et j'ai commencé à courir' Ce mardi, une nouvelle explosion a eu lieu dans un quartier touristique de Bangkok. Un petit engin explosif a été lancé sur des passants près d'une station de métro aérien, cette fois sans faire de victimes.
Vidéos A la une
Le principal suspect de l'attentat qui a fait 20 morts et une centaine de blessés ce lundi à Bangkok a été identifié par les caméras de vidéosurveillance. L'homme est toujours en fuite. Les autorités ont qualifié cet attentat de "pire attaque jamais commise" dans le pays.
Vidéos A la une
Alors qu'une nouvelle explosion a eu lieu à Bangkok ce mardi, la police thaïlandaise est toujours à la recherche du suspect de l'attentat qui a fait 20 morts et une centaine de blessés hier dans la capitale thaïlandaise. Un homme a été identifié par les caméras de vidéosurveillance mais est toujours en fuite. La junte au pouvoir a qualifié cet attentat de "pire attaque jamais commise" dans le pays.
Vidéos A la une
L'ampleur de l'attentat, ce lundi soir à Bangkok a surpris les Thaïlandais. Faute de revendication et face au mode opératoire de l'attaque, les questions se multiplient. 'C'est un incident très grave, soulignait ce mardi à Bangkok Matthew Wheeler, expert de l'Asie du sud-est. À ma connaissance, c'est l'attaque terroriste la plus meurtrière qui s'est produite Bangkok. Elle ne ressemble certainement pas aux attaques motivées par des considérations politiques que nous avons vu dans le passé, destinées généralement à attirer l'attention, mais pas à faire des victimes. Elle ne ressemble pas aux attaques menées par les militants musulmans malais qui se battent dans le sud de la Thaïlande qui limitent généralement leurs attaques au sud. (...) C'est un nouveau type d'attaque pour Bangkok et c'est quelque chose qui va avoir des conséquences importantes pour la sécurité en Thaïlande.' Matthew Wheeler n'écarte pas une possibilité de désinformation de la part de la junte au pouvoir. 'C'est un environnement difficile pour essayer de trouver la vérité en Thaïlande en ce moment. De grandes institutions sont politisées, les médias sont largement sous la coupe du gouvernement militaire. (...) Je pense que nous devons prendre en considération les annonces des autorités avec précaution. Matthew Wheeler s'exprimait avant l'annonce par la police d'une nouvelle explosion près d'une station de métro de Bangkok. Avec AP
Vidéos A la une
Au lendemain de l'attentat survenu en plein centre de Bangkok, une nouvelle explosion a retenti près d'un métro aérien. Aucun blessé n'est à recenser. Arnaud Dubus, correspondant en Thaïlande, a donné de plus amples précisions sur les circonstances de cet incident.
Vidéos A la une
Invité de BFMTV, Olivier Guillard, directeur de recherches sur l'Asie à l'IRIS, a jugé la thèse du gouvernement thaïlandais sur l'explosion d'une bombe à Bangkok "peu crédible". Les autorités thaïlandaises ont sous-entendu que l'attentat était lié aux chemises rouges, groupe anti-junte qui soutient l'ancien gouvernement. "Ce sont tous sauf des gens qui auraient quelque chose à gagner à mettre une bombe dans le centre de la capitale".
Vidéos A la une
L'identité des auteurs de l'attentat perpétré contre le royaume de Thaïlande lundi soir est désormais connue, mais ne peut pas être révélée au grand jour. Parmi les pistes envisagées, celles de l'acte politique et terroriste.
Vidéos A la une
Ce mardi, les enquêteurs vont s'ateler à l'expertise du matériel explosif dans l'attentat qui a secoué le coeur de Bangkok lundi soir. Une seule certitude pour le moment : le but de l'attaque qui a fait 20 morts et une centaine de blessés était de faire le plus de dégâts possible.
International
Les autorités thaïlandaises ont annoncé avoir identifié un suspect dans l’attentat qui a fait 21 morts et plus d’une centaine de blessés dans la capitale, lundi.
Vidéos A la une
Une explosion dans un centre commercial aurait fait plusieurs victimes, à Bangkok, lundi 17 août 2015.

Pages

Publicité