Vidéos A la une
Le calme après la tempête ? Pas vraiment. Dans le nord-est des États-Unis, les habitants entendent plutôt faire les fous dans la neige, trop heureux de pouvoir enfin sortir de chez eux. Jonas a frappé la côte Est des États-Unis vendredi. Pendant 36 heures, des quantités incroyables de neige sont tombées sur une dizaine d'États. Ici, à Washington, un manteau blanc d'une cinquantaine de centimètres a recouvert tout le paysage. Alors dès dimanche, petits et grands en ont profité pour sortir les luges. Et pour ceux qui n'en ont pas, aucun problème, un carton fait tout aussi bien l'affaire. D'autres ont préféré se livrer à des activités plus bagarreuses. Une bataille de boules de neige géante a notamment été organisée dans la capitale américaine. Les habitants de Baltimore ont eu la même idée et ils s'en sont donné à coeur joie. Jonas a par ailleurs eu des conséquences dramatiques. 25 personnes ont trouvé la mort ce weekend, dans cette tempête historique.
Vidéos A la une
Les procès des policiers inculpés dans la mort du jeune Freddie Gray à Baltimore viennent de commencer. Quentin Tarantino et de nombreuses...
Vidéos A la une
La maire de Baltimore aux Etats-Unis a annoncé dimanche la levée du couvre-feu nocturne dans la ville. Il avait été mis en place après les manifestations qui ont suivi la mort du jeune Noir Freddie Gray. Elle a annoncé la fin de cette mesure d'urgence par un message posté sur son compte Twitter. La Garde Nationale déployée après les émeutes qui ont suivi l'enterrement du jeune homme devraient se retirer progressivement des rues de la ville, où le calme est revenu après l'inculpation des six policiers qui avaient arrêté Freddie Gray. Vendredi soir, un groupe de manifestants a été frappé, puis arrêté pour avoir violé le couvre-feu. Les manifestants l'avaient jusqu'ici respecté, mais ils ont décidé ce soir-là de célébrer la mise en examen des policiers, dont l'un pour meurtre. La colère s'est transformée en espoir de changement. Samedi, des milliers de manifestants ont marché en direction de la place de l'hôtel de ville, où la procureure avait annoncé la veille les inculpations. Aucune date n'a été fixée pour l'ouverture du procès.
Vidéos A la une
Malgré quelques violences policières, comme le montre l'usage d'une bombe lacrymogène contre un homme la nuit dernière à Baltimore, aux Etats-Unis, la plupart des manifestations de samedi se sont déroulées dans le calme. Les rassemblements sont quasi quotidiens depuis la mort, il y a deux semaines, de Freddie Gray, ce jeune Noir victime d'une grave blessure au cou après avoir été menotté mains dans le dos par les forces de l'ordre. De 2000 à 3000 personnes, pour beaucoup des jeunes et des Noirs, ont bravé le couvre-feu pour dénoncer une nouvelle fois les brutalités policières et demander justice pour Freddie Gray. La police a procédé à une dizaine d'arrestations. Le calme et même parfois la liesse avaient prévalu vendredi quand la procureure avait annoncé à la surprise générale des poursuites pénales contre six policiers, trois Blancs et trois Noirs, dans cette affaire Freddie Gray.
Vidéos A la une
Interrogé sur la situation à Baltimore, Barack Obama a déclaré vendredi qu'il était "absolument crucial" que toute la vérité soit faite après le décès de Freddie Gray, 25 ans. Le président américain s'exprimait depuis la Maison Blanche quelques minutes après l'annonce de poursuites, notamment pour homicide involontaire, à l'encontre de six policiers. Selon l'enquête et l'autopsie, le jeune homme est mort d'une "blessure qui lui a été fatale alors qu'il ne portait pas de ceinture dans le fourgon de police où il avait été embarqué". "Ce que les habitants de Baltimore veulent, plus que toute autre chose, c'est la vérité", a conclu le président américain. Le drame de Baltimore et plusieurs faits divers similaires, comme à Ferguson, ont réveillé les tensions raciales aux Etats-Unis entre la communauté noire et la police. D'autant que les policiers, dans la grande majorité des cas, ont échappé à des poursuites.
Vidéos A la une
Des scènes de joie ce vendredi dans plusieurs quartiers de Baltimore, cette ville américaine théâtre de violence en début de semaine. La joie a été causée par l'annonce de l'inculpation de 6 policiers dans le cadre de l'enquête sur la mort de Freddie Gray. 'On a eu ce qu'on voulait', déclarait ainsi une femme de 25 ans, au milieu des klaxons et des poings levés. Beaucoup ici pensaient qu'à l'instar de ce qui s'est passé ces derniers mois ailleurs dans le pays, les policiers allaient échapper à des poursuites. Là, six agents ont donc été inculpés. Ils devront répondre devant la justice, dire ce qui s'est vraiment passé le 12 avril dernier lors de l'arrestation de Freddie Gray. Ce jeune homme est décédé quelques jours plus tard, des suites des blessures subies lors de son interpellation. 'Nous sommes satisfait de cette décision, a indiqué Richard Shipley, le beau-père de la victime. Ces inculpations sont une étape importante afin de rendre justice à Freddie. Nous demandons à tous, ici dans cette ville, de rester calme et pacifique'. De son côté, la police a regretté la décision prise par la procureur de la ville. Michael Davey est l'avocat du syndicat de l'Ordre fraternel de la police de Baltimore. 'Nous pensons que cette décision a été prise précipitamment, a-t-il déclaré. Et nous avons de sérieux doutes quant à l'impartialité du processus qui a conduit à l'inculpation de nos agents'. Dans la soirée, les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs interpellations pour non-respect du couvre-feu. Les autorités de la ville ont en effet instauré mardi dernier un couvre-feu nocturne suite aux violences de la veille. Et la mesure est toujours en vigueur.
Vidéos A la une
La police avait maintenu pour la troisième nuit consécutive le couvre-feu à Baltimore, dans la nuit de jeudi à vendredi. Mais ailleurs, comme à Philadelphie, de nouvelles manifestations ont éclaté. Les manifestants exigent que la lumière soit faite sur l'arrestation du jeune Noir de 25 ans, Freddy Gray, décédé des suites d'une fracture des vertèbres cervicales une semaine après avoir été arrêté par la police. Vendredi, la procureure, Marilyn Mosby, a annoncé que six policiers étaient poursuivis pour "homicide involontaire". Selon l'enquête et l'autopsie, le jeune homme est mort d'une "blessure qui lui a été fatale alors qu'il ne portait pas de ceinture dans le fourgon de police où il avait été embarqué".
Vidéos A la une
Mobilisation à nouveau hier soir à Baltimore pour demander justice pour Freddie Gray, ce jeune Noir mort en garde à vue dans un poste de police la semaine dernière. Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans le calme et aucun incident sérieux n'a été signalé. La police était déployée en force pour faire respecter le couvre-feu, décrété pour toute la semaine après les graves violences de lundi soir. Catherine Pugh, sénatrice du Maryland : 'Nous ne nous calmerons pas. Nous ne nous calmerons pas tant que nous n'obtiendrons pas justice pour Freddie Gray. Nous voulons une enquête claire et transparente au sein de la police et des officiers impliqués dans sa mort'. Le procureur de Baltimore a affirmé pourtant que les résultats de l'enquête interne ne seraient pas rendus publics. Rassemblements également dans d'autres villes, comme Seattle, Denver, Boston ou New York, où la police a arrêté plus de soixante personnes pour des violences ou provocations. A Washington, c'est devant la Maison Blanche qu'une manifestation a eu lieu, rassemblant un millier de jeunes... Barack Obama lui-même a évoqué ces derniers jours une 'fracture' entre la police et la jeunesse noire.
Vidéos A la une
Un semblant de calme est revenu à Baltimore, cette ville américaine de 620 000 habitants non loin de Washington. Des émeutes avaient éclaté lundi à l'issue des funérailles d'un jeune Noir mort après son arrestation par la police. Depuis la municipalité a instauré un couvre-feu nocturne, et ce sont les habitants de la ville qui ont appellé les casseurs éà rentrer chez eux. Quelques échauffourées ont cependant eu lieu, 10 personnes ont été arrêtées pour violation du couvre-feu. Rien à voir avec la violence des jours précédents. La mort de Freddy Gray n'est pas un cas isolé à Baltimore. Selon une association de défense des libertés (American Civil Liberties Union), 31 personnes sont mortes ici après une confrontation avec la police entre 2010 et 2014.
Vidéos A la une
Les émeutes de Baltimore sont parmi les plus graves qui se sont produites aux Etats-Unis ces derniers mois. Commerces vandalisés, 15 bâtiments incendiés, 202 arrestations, 15 policiers blessés, déploiement de la Garde Nationale, une ville sous couvre-feu. Située sur la côte est des Etats-Unis, Baltimore était la sixième ville du pays, avec 950 000 habitants en 1950. Aujourd'hui, ils sont 620 000, dont 63% de noirs. Les émeutes ont éclaté dans le quartier de Sandtown-Winchester, où habitait Freddie Gray, le jeune noir décédé. Un quartier où le chômage touche 20% des adultes, et où la moitié des foyers ont un revenu annuel inférieur à 25 000 dollars, c'est-à-dire au bord de la pauvreté. Dans les quartiers pauvres de l'est et de l'ouest de Baltimore, on a le sentiment d'être laissé pour compte, brutalisé par la police. 'Je suis triste pour les jeunes pris dans tout cela, dit cette habitante. Je comprends qu'ils soient en colère, ils ont l'impression que personne ne veut d'eux, mais Martin Luther King le disait pacifiquement.' Car il y a un autre Baltimore, celui de son port rénové, que les autorités locales érigent en vitrine d'une ville qui pour la première fois depuis un demi-siècle renoue avec la croissance démographique, et attire les investissements. C'est le Baltimore avec un taux de chômage à 8,4%, celui des gagnants de la reprise économique. Car en termes d'inégalités, Baltimore se place en douzième position parmi les 50 grandes villes des Etats-Unis. Elle affiche aussi un taux de pauvreté à près de 24% alors que dans l'état de Maryland est à 9,8% Trop de coïncidences entre Baltimore et les évènements de Ferguson en 2014, comme l'a souligné le président Obama. Depuis, il y a eu trop d'exemples d'interactions entre police et afro-américains souvent pauvres, qui soulèvent des questions. Une crise qui vient de loin, nourrie par l'exclusion sociale et le désespoir économique. Barack Obama a insisté : 'Nous ne pouvons pas laisser cela seulement entre les mains de la police. Ils doivent faire leur auto-critique. Certaines communautés doivent faire leur auto-critique. Je pense aussi que nous, en tant que pays, nous devons faire notre auto-critique.'
Vidéos Insolite
À Baltimore, après l’enterrement de Freddie Gray, un jeune noir décédé lors de son arrestation par la police, des émeutes ont fait rage dans la ville. Toutefois, une scène insolite a été filmée ce jour-là. Dans la...
Vidéos A la une
Renfort policier, nettoyage des rues et couvre-feu nocturne ce mardi à Baltimore aux Etats-Unis après des émeutes et des pillages. D'après la mairie, les manifestants ont incendié une quinzaine de bâtiments et 144 véhicules, en marge des obsèques du jeune noir Freddy Gray, mort après avoir été blessé lors de son interpellation. Les écoles étaient également fermées ce mardi tandis que dans la matinée des employés de la ville et des bénévoles nettoyaient les rues. Le gouverneur a décrété l'état d'urgence dans cette ville de 620.000 habitants et un couvre-feu nocturne devait être instauré à compter de ce mardi soir à partir de 22h, heure locale jusqu'à 5h du matin tous les jours et pour une semaine. Les incidents ont commencé peu après la cérémonie d'obsèques de Freddie Gray. Cérémonie qui s'est déroulée dans le calme et la sérénité. La mère du jeune Noir a ensuite publiquement condamné les violences. 'Je suis blessée, mais je ne veux pas de ce qui se passe là-bas, a-t-elle déclaré. Je veux que vous obteniez justice pour mon fils, mais ne le faites pas de cette façon. Ne détruisez pas toute la ville, juste pour lui. C'est mal.' Le décès de Freddie Gray est le dernier d'une série de bavures policières qui ont ravivé les tensions entre la communauté noire et les forces de l'ordre. 'Il n'y a aucune excuse pour ces violences', a déclaré le président Barack Obama ce mardi tout en indiquant que le pays devait faire un examen de conscience sur les problèmes liés à la police. Avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
BALTIMORE - 27 avril 2015 - C'est une mère qui ne s'en laisse pas compter. Alors que la ville de Baltimore est secouée depuis plusieurs jours par des émeutes et des pillages, cette femme a reconnu son fils à la télévision parmi les manifestants. Plus efficace que la police, la mère de famille a su apparemment trouver les mots et les gestes pour le ramener à la maison. Les violences ont éclaté à Baltimore à la suite des funérailles d'un jeune Noir décédé quelques jours après son interpellation musclée. Les protestations ont dégénéré à point tel que la garde nationale a été appelée en renfort pour ramener le calme.
Vidéos Insolite
Lundi 27 avril, à l'heure où de violentes émeutes faisaient rage dans la ville, à la suite des obsèques de Freddie Gray, un jeune homme noir décédé quelques jours après son interpellation par la police le 19 avril dernier, un...
Vidéos Insolite
Cette maman est devenue une héroine pour de nombreux parents. Elle réprimande un jeune garçon, probablement son fils lorsqu'elle l'aperçoit...
International
Ce lundi, la ville de Baltimore aux Etats-Unis a été le théâtre de violentes émeutes peu de temps après les funérailles de Freddie Gray. Le jeune noir de 25 ans est mort après avoir été arrêté par la police.
Vidéos Insolite
Le 30 avril 2014 à Baltimore, aux Etats-Unis, un homme a filmé une dizaine de voitures se faire engloutir par la route. La scène s’est passée dans la rue 26th street dans le quartier Charles Village de Baltimore. Les véhicules ont fait une chute de 20 m...
Vidéos A la une
 Mercredi 30 avril dernier, un glissement de terrain a fait s'effondrer toute une rue dans la ville de Baltimore, aux Etats-Unis à cause des pluies diluviennes survenues dans la région.Un habitant de la ville a filmé la scène. On voit le sol de la rue qui est pench...
Culture
La saga de la "Renoir girl", nom donné par les médias américains, s'est terminée. La toile prétendument trouvée sur un marché aux puces des Etats-Unis a été restituée par la justice au Musée des arts de Baltimore, où elle a été volée en 1951.
Vidéos Auto
Subscribe for more car videos: http://bit.ly/AutoMotoTV Fiat 500L Arrives at the Port of Baltimore Follow us @AutoMotoTV - http://www.twitter.com/AutoMotoTV ...
Publicité