Vidéos à la une
Atterrissage sans encombre pour trois astronautes de retour de la Station spatiale internationale. Le Russe Iouri Malenchenko, l'Américain Tim Kopra et le Britannique Tim Peake ont retrouvé la terre ferme, dans les steppes du Kazakhstan, après un voyage de trois heures et demie à bord de la capsule Soyouz. 'C'est réellement étonnant, l'odeur de la terre est tellement forte, s'est émerveillé Tim Peake, le premier Britannique à être allé à bord de l'ISS. C'est formidable d'être de retour en plein air, vraiment agréable. J'ai hâte de revoir ma famille maintenant... La vue va me manquer.' Les trois hommes ont passé six mois dans la Station spatiale internationale, un véritable laboratoire scientifique en orbite lancé à la fin des années 90. Trois co-équipiers sont restés à bord et ils seront rejoints le 7 juillet prochain par trois nouveaux occupants, un Russe, une Américaine et un Japonais. Avec AFP Top 20: a selection of astro_timpeake 's best photos https://t.co/8Cjop3cA1s pic.twitter.com/QrG9CEEE8R- ESA (esa) June 17, 2016
Vidéos Sciences
Un lanceur russe a mis vendredi en orbite le premier 'noeud spatial' du système européen de satellites de relais de données appelé EDRS. Il permettra une meilleure surveillance des catastrophes naturelles et va considérablement accélérer la transmission de mégadonnées entre les satellites et la Terre.
Vidéos à la une
Le Britannique Tim Peake, l'Américain Tim Kopra et le Russe Iouri Malentchenko ont suivi tous les entraînements possible avant leur départ demain pour l'ISS, la Station Spatiale Internationale. Quelques jours seulement après le retour de trois de leurs collègues, ils prennent donc la relève. Tim Peake est le premier 100 % britannique à se rendre dans l'espace pour une mission financée par le Royaume-Uni. Véritable star en Grande-Bretagne, ce sera à 43 ans son premier voyage dans l'espace et il pense être fin prêt. 'L'entraînement nous a préparés à tout' dit-il. 'Il y a un peu d'appréhension bien sûr. Le décollage et l'entrée dans l'atmosphère sont les deux zones à risques. Si j'en ai l'occasion, je ferai une sortie dans l'espace, ça aussi, c'est risqué.' Le lancement de Soyouz, à bord duquel partiront les trois hommes, est prévu demain dans la matinée, arrivée sur l'ISS six heures plus tard. Même avec ses dix-sept ans de carrière dans l'armée, comme pilote et ses trois mille heures de vol, Peake a dû tout réapprendre pour se préparer à cette mission de 173 jours. Mais aujourd'hui, le Britannique est visiblement aux anges à l'idée du voyage et volontaire pour toutes sortes d'expériences. 'Je vais faire plein d'expériences scientifiques dont vingt-cinq sur mon propre corps' raconte-t-il. 'On va surtout étudier les pertes de masse osseuse, de densité, les changements au niveau de la vision des astronautes, les changements du système immunitaire. Le genre de choses qui changent le corps humain dans un environnement de micropesanteur. On étudie de nombreuses maladies, la micropesanteur peut aider à soigner certaines maladies grace à des médicaments et des vaccins. Il y a des recherches médicales importantes en cours là-haut, elles auront des répercussions sensibles pour les gens sur terre.' Le Major Tim Peake passera six mois à bord la station spatiale internationale, à environ 400 kilomètres de la terre, une altitude où le regard englobe toute la planète. 'Je crois que la vue est une des choses dont j'ai le plus hâte' avoue-t-il. La capsule russe Soyuz décollera du cosmodrome Baikonour à midi et 3 minutes heures de Paris
Vidéos Sciences
Andreas Mogensen est à bord d'un nouveau vaisseau spatial Soyouz, avec deux cosmonautes russe et kazakh. Les trois hommes ont décollé ce matin du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, à destination de la Station spatiale internationale. C'est le premier lancement d'un vaisseau Soyouz depuis le 23 juillet. Trois astronautes avaient alors rejoint l'ISS malgré la défaillance d'un capteur solaire du vaisseau. Le nouvel équipage doit arriver sur la Station spatiale internationale vendredi matin après avoir passé plus de 48 heures dans leur vaisseau. Les trois hommes rejoindront sur l'ISS les six astronautes déjà à bord de la station. Pour la première fois depuis 2013, neuf personnes cohabiteront sur la Station spatiale internationale. We are up and final medical preparations have started! T-8 hours #iriss- Andreas Mogensen (@Astro_Andreas) 1 Septembre 2015 TT esa Décollage du Soyouz TMA-18M à bord duquel se trouvent Astro_Andreas Volkov_ISS et Aidyn Aimbetov pic.twitter.com/fSRfgzDFxv- ESA France (ESA_fr) 2 Septembre 2015
Vidéos à la une
Après 5h45 de vol, la navette Soyouz est arrivée à bon port. Le vaisseau s'est amarré en douceur à la Station spatiale internationale dans la nuit de mercredi à jeudi. La fusée a décollé du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, à 23h02, heure française, avec trois astronautes à son bord : un Russe, un Américain et un Japonais. Initialement prévu fin mai, leur départ avait été reporté suite à un problème de mise en orbite rencontré par le cargo Progress fin avril. Il avait perdu le contrôle avec la Terre et s'était désintégré dans l'atmosphère à cause d'une panne du lanceur, selon les autorités russes. L'équipe restera cinq mois dans la Station spatiale internationale à 400 km au dessus du Pacifique. Un séjour durant lequel les astronautes réaliseront plusieurs expériences scientifiques.
Vidéos à la une
Un vaisseau cargo Progress a décollé vendredi avec succès de la base de Baïkonour, au Kazakhstan. Le lanceur, sans aucun spationaute à bord, doit ravitailler la Station spatiale internationale (ISS). Sur les images, retransmises par la télévision russe, on peut voir le Progress M-28M quitté les steppes kazakhes dans un nuage de fumée blanche. Après un voyage de deux jours à travers l'espace, le Progress M-28M doit s'arrimer dimanche avec trois tonnes de ravitaillement et de matériel scientifique destinées aux personnels de l'ISS. Les trois spationautes, qui se trouvent à bord de l'ISS, attendent avec impatience sa livraison puisque les précédentes tentatives de ravitaillement ont échoué, les 8 mai et 28 juin. "Tout se déroule normalement", a déclaré le Centre russe de contrôle des vols spatiaux (TsUP). Il s'agit du premier Progress à décoller depuis la perte d'un précédent vaisseau cargo Progress, qui s'était désintégré le 8 mai dans l'espace sans réussir à atteindre la station qu'il était censé ravitailler. Son décollage intervient également quelques jours après l'explosion dans la nuit de dimanche à lundi de la fusée Falcon 9 de SpaceX, dont la capsule non habitée Dragon devait approvisionner l'ISS.
Vidéos à la une
BAÏKONOUR (Kazakhstan) - 27 mars 2015 - Après un décollage réussi depuis Baïkonour au Kazachstan, trois cosmonautes ont rejoint l'ISS la station spatiale internationale pour une mission exceptionnelle. Deux d'entre eux, le Russe Mikhaël Kornienko et l'Américain Scott Kelly vont en effet pratiquement passer une année - 342 jours très exactement dans l'espace. Un record depuis la mise en service du module habitable de la station en 2000. Pour les États-Unis, la mission doit permettre de collecter des données sur les séjours de longue durée. Avec un objectif en tête : l'organisation de vols vers la planète mars à l'horizon 2030. Scott Kelly n'a pas été choisi par hasard. Sur terre, son frère jumeau, cosmonaute à la retraite servira de personne test pour étudier précisément les modifications induites par un séjour prolongé dans l'espace. Au terme de ce vol, Scott Kelly deviendra l'Américain qui sera resté en orbite le plus longtemps sans discontinuité. Le record toute nationalité confondue du plus long séjour reste la propriété du Russe Valeri Poliakov. Il a séjourné 14 mois d'affilée à bord de la station spatiale MIR en 1994 - 1995.
Publicité