Ces nouveaux radars contrôlent la vitesse moyenne des véhicules sur une distance établie. Un premier appareil vient d'être installé, et une quarantaine devrait suivre cette année.

Le voilà désormais parmi nous, le premier radar tronçon. Attendu par le gouvernement et redouté par les automobilistes, l'appareil vient d'être installé ce mercredi. Il se trouve dans le tunnel sur la RN57 contournant Besançon, sur la commune de Beure, dans le Doubs. Et sera précédé par deux radars pédagogiques (qui signalent leur vitesse aux automobilistes sans sanctionner).

Pas de flash

Contrairement aux radars classiques, les radars tronçons permettent de contrôler la vitesse moyenne des véhicules entre deux points d'un tronçon routier. Autre nouveauté : pas de flashs mais un système de détection infrarouge.

Zones limitésLa réglementation limite cependant leur installation aux "endroits particulièrement sensibles en terme de sécurité".  Comme par exemple, les ponts, les tunnels ou les zones limitées à 30 km/h…

Le second radar tronçon sera posé le 26 juin en Loire-Atlantique sur le pont de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), en raison des accidents survenus sur ce tronçon depuis 3 ans.

Publicité
Le troisième radar tronçon sera posé courant juillet sur la RN21 à Pujols (Lot-et-Garonne), où de nombreux excès de vitesse ont été contrôlés sur cette déviation ouverte à la circulation depuis 2010.

Période de test

Les automobilistes en infraction seront verbalisés au mois d’août, après une période de test. Une quarantaine d’équipements supplémentaires seront installés d’ici la fin de l’année. 

Au 1er juin, la France comptait 2.190 radars fixes, 1209 radars pédagogiques, 933 radars mobiles, 659 radars aux feux rouges, et 8 radars sur des passages à niveau.