Vidéos A la une
Ahmed Ziani, un Villeurbannais, est un habitué des transactions d'oeuvres d'art. Au printemps 2014, il verse 700 euros à un particulier alsacien contacté sur Le Bon Coin pour acquérir une toile. Peu après, Ahmed découvre une signature: celle d'Auguste Renoir. Depuis, il n'en démord pas. Il multiplie les démarches pour faire authentifier le tableau. Mais sa théorie ne convainc pas les experts.
Culture
La saga de la "Renoir girl", nom donné par les médias américains, s'est terminée. La toile prétendument trouvée sur un marché aux puces des Etats-Unis a été restituée par la justice au Musée des arts de Baltimore, où elle a été volée en 1951.
Publicité