Vidéos A la une
La responsabilité reviendra au Raid ou au GIGN. Tout sera millimétré pour acheminer l'ennemi public numéro un de Bruges à la région parisienne. Plusieurs options se présentent aux autorités pour le convoi : la voie terrestre, aérienne. Dates et heures seront tenues secrètes jusqu'au dernier moment.
Vidéos A la une
Le JDD publie ce matin le constat alarmant du garde des sceaux sur l'état de la justice française, ainsi que le portrait d'Antoine Leiris, qui a perdu sa femme dans les attentats de Paris. Il relate aussi un incident inquiétant survenu à la centrale nucléaire de Paluel en Seine-Maritime. Le Parisien se penche pour sa part sur la façon dont le pape aborde les scandales de pédophilie dans l'église. Retrouvez la revue de presse de ce dimanche 03 avril.
Vidéos A la une
À quelques jours de son extradition vers la France, la défense de Salah Abdeslam se dessine. Selon les propos rapportés par son frère qui a pu lui rendre visite en prison, le terroriste présumé minimise son implication dans les attentats de Paris. Selon lui, Salah Abdeslam a "volontairement refusé" de se faire sauter.
Vidéos A la une
A quelques semaines, voire jours, de son extradition vers la France, la défense de Salah Abdeslam commence à se dessiner. Le terroriste présumé prend des distances avec la notion de kamikaze, et minimise son implication dans les attentats de Paris. L'un de ses frères aînés a pu le rencontrer vendredi dans sa prison de Bruges. Il a rapporté aux enquêteurs les propos de son frère. Selon lui, si Salah Abdeslam l'avait voulu, " il y aurait eu plus de victimes ".
Vidéos A la une
La ligne de défense de Salah Abdeslam se précise. Alors que son transfèrement en France est désormais une question de jours, il tente de minimiser ses responsabilités dans les attentats de Paris en affirmant entre autres avoir volontairement refusé de se faire exploser. Les propos ont été rapportés par son frère aîné, qui a pu s'entretenir avec lui dans sa prison de Bruges. Les enquêteurs sont cependant perplexes. La version du terroriste est invérifiable.
Vidéos A la une
La justice belge a donné son feu vert vendredi à l'extradition vers la France de Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats du 13 novembre. Son frère Mohamed Abdeslam affirme lui avoir parlé pendant plus d'une heure vendredi à la prison de Bruges. "Heureusement, je n'ai pas été jusqu'au bout" lui aurait confié Salah Abdeslam avant d'exprimer des regrets.
Vidéos A la une
Promis après les attentats du 13 novembre, notamment pour lutter contre la menace terroriste, les portiques de sécurité seraient en passe d'être abandonnés. Plusieurs failles ont en effet été relevées concernant la détection d'objets potentiellement dangereux. Une commission de la SNCF doit rendre son évaluation dans les prochaines semaines et devrait conclure que les portiques ne sont pas la meilleure solution pour garantir la sécurité des usagers. De nouveaux outils de surveillance devraient ainsi être développés.
Vidéos A la une
Il n'a rien a voir avec les attentats de Bruxelles, c'est ce qu'a affirmé Reda Kriket lors de son audition. Arrêté pour être soupçonné d'avoir projeté un attentat "imminent", il a été entendu par les enquêteurs pendant six jours. Il affirme avoir été recruté pour garder un appartement et ce qu'il y avait dedans mais nie être impliqué dans toute organisation terroriste. "J'ai du mal à refuser", s'est-il justifié.
Vidéos A la une
Salah Abdeslam, seul membre présumé du commando des attentats du 13 novembre à Paris encore vivant, a consenti à son transfert en France. "Selon la procédure, il pourrait être en France d'ici 10 jours", précise Louis-Milano Dupont, au Palais de justice de Bruxelles. L'homme pourrait alors être incarcéré à Fleury-Mérogis ou à Fresnes.
Vidéos A la une
La sécurité avant la santé, c'est l'argument des lycées pointés du doigt par plusieurs associations et une pneumologue. Plusieurs établissement ont délibérément ignoré la loi Evin, en autorisant les élèves à fumer dans la cour pour éviter qu'ils ne sortent sur le trottoir et s'exposent à un potentiel danger. Une conséquence inattendue de l'état d'urgence.
Vidéos A la une
Près de quatre mois après les attaques du 13 novembre 2015, l'équipe de France a refoulé la pelouse du Stade de France mardi. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est rendu juste avant la rencontre dans le PC de sécurité.
Vidéos A la une
Défendre des jihadistes ou terroristes présumés, cela fait partie du quotidien de Xavier Nogueras. L'un de ses clients est un membre présumé d'un réseau de recrutement de candidats au jihad. "Aujourd'hui c'est très malheureusement une délinquance comme une autre" affirme-t-il. Les dossiers sensibles liés au terrorisme sont confiés à des jeunes avocats lauréats d'un prestigieux concours d'éloquence au barreau de Paris.
Vidéos A la une
France, Belgique, Pays-Bas : les arrestations se multiplient dans le cadre des perquisitions anti-terroristes et mettent du même coup l'accent sur le caractère international de la cellule responsable des récentes attaques contre Bruxelles et Paris. Mais quels liens unissent exactement ses membres ? Deux commandos mais une seule cellule franco-belge avec, à sa tête,feu Abdelhamid Abbaoud, chef opérationnel des attentats de Paris, tué lors de l'assaut de St-Denis le 18 novembre dernier...
Vidéos A la une
Vous avez décroché de l'actualité ce week-end ? Tempête de Pâques dans le Nord-Ouest, hommage aux victimes des attentats de Bruxelles perturbé par des hooligans, concert historique des Rolling Stones à Cuba... Comme chaque semaine, MYTF1News vous offre une session de rattrapage en images.
Vidéos A la une
Présent sur le plateau de LCI dans le "12-14", le journaliste politique de MYTF1News Renaud Pila décrypte la réaction de la classe politique après les attentats de Bruxelles la semaine dernière. Selon lui, il y a un manque d'unité et "chacun essaye d'y aller de son diagnostic, de sa proposition" alors que les Français attendent "des actes".
Publicité