Vidéos A la une
Les droits de l'Homme sont en danger en France estime Amnesty International. Dans son rapport annuel, l'organisation estime que la France a apporté une réponse "liberticide" aux attentats de novembre, notamment en prolongeant l'état d'urgence. Pour Amnesty International, la France stigmatise même une partie de la population.
Vidéos A la une
Depuis le 13 novembre, les quartiers touchés par les attentats ont doucement repris leurs activités. Mais autour du Bataclan, après le choc psychologique, les commerces continuent de souffrir des conséquences économiques. La salle mythique attirait une foule nombreuse qui faisait vivre plusieurs établissements voisins. Aujourd'hui seuls les clients habitués continuent de faire vivre ces établissements.
Vidéos A la une
Les appels anonymes de menaces dans des lycées parisiens la semaine dernière en sont l'exemple parfait. Depuis les attentats de novembre, le nombre d'appels au 17 est en hausse selon les syndicats de police, avec souvent de fausses alertes. Si la vigilance est importante, le risque d'engorgement est lui aussi bien présent.
Vidéos A la une
La légitime défense permet actuellement aux policiers d'utiliser leur arme dans le seul cas où leur intégrité physique, ou celle d'un tiers, est mise en danger. Mais après les attentats de janvier et de novembre, le gouvernement envisage de renforcer le pouvoir des forces de l'ordre. Un policier pourrait alors utiliser son arme même s'il n'est pas directement menacé face à un individu ayant déjà commis un crime. Des mesures que certaines associations critiquent déjà. Elles craignent que les forces de l'ordre puissent tirer sans savoir si quelqu'un est coupable ou non. Le texte ne devrait pas être présenté au Conseil des ministres avant février.
Publicité