Vidéos A la une
L'attaque d'un hôtel à la voiture piégée ce mercredi soir dans le centre de la capitale, Mogadiscio, revendiquée par les islamistes shebab, a fait au moins quinze morts, dont deux députés, et une quarantaine de blessés. Cet homme a été blessé dans l'explosion : 'J'ai hurlé à l'aide parce qu'il y avait beaucoup de gens sous les décombres, et ils avaient besoin d'aide ou demandaient des ambulances'. Des hommes armés seraient ensuite entrés dans l'hôtel après l'explosion, et des coups de feu ont été entendus. L'hôtel visé par cet attentat est connu pour héberger régulièrement des employés de l'administration ou des députés.
Vidéos A la une
Une attaque suicide dans une raffinerie de gaz en Irak a fait au moins sept morts et 21 blessés. L'agence Associated Press avance pour sa part le chiffre de 14 morts. Huit assaillants se sont introduits sur le site industriel en faisant exploser une voiture piégée à l'une de ses entrées. L'organisation Etat islamique a revendiqué cet attentat survenu à Taji, situé à 20 km au nord de Bagdad. Certains assaillants ont déclenché leur ceinture explosive tandis que d'autres ont été tués par des coups de feu. 'La situation a été contrôlée grâce aux forces de sécurité qui ont détaché les tuyaux alimentant le réservoir en gaz. Les gardes de sécurité étaient là. Ils ont tué deux assaillants et trois autres se sont fait exploser' a expliqué le brigadier général Saad Maan, porte-parole du ministère de l'Intérieur. Même si Daesh a intensifié ses attaques dernièrement, le gouvernement irakien assure qu'il ne contrôle plus aujourd'hui que 14 % du territoire contre 40 % en 2014. Irak: attaque suicide dans une raffinerie de gaz au nord de Bagdad, au moins 7 morts https://t.co/NGxMxtcge2 pic.twitter.com/4E2l8T4Qwv- Courrier inter (@courrierinter) 15 mai 2016 Irak: attentat meurtrier du groupe EI contre une usine de gaz au nord de Bagdad https://t.co/fQ9OIs5iLu pic.twitter.com/kRU6VAlBuC- RFI (@RFI) 15 mai 2016
Vidéos A la une
Journée meurtrière à Bagdad avec 3 attentats successifs : le plus meurtrier a eu lieu en pleine heure de pointe sur un marché du quartier chiite de Sadr City dans le nord de Bagdad : au moins 64 personnes ont été tuées, et plus de 80 blessés, avec l'explosion d'une voiture piégée Le bain de sang a été revendiqué par le groupe Etat islamique. L'incendie s'est rapidement propagé à plusieurs magazins, dont les façades ont été pulvérisées. At least 37 people killed when bomb went off in Baghdad market, officials say. ISIS claims responsibility. https://t.co/4OcSmt8fHW- CNN Breaking News (@cnnbrk) May 11, 2016 Quelques heures plus tard, 2 autres explosions, ont fait une dizaine de victimes, là aussi, avec des voitures piégées, dans d'autres quartiers chiites, Kazimiyah et le quartier mixte Jamea. Ce matin, des dizaines de personnes ont manifesté leur colère pour dénoncer l'impuissance de l'état, face au groupe terroriste Etat islamique. Ces attentats interviennent alors que l'Irak est secoué depuis des semaines par une grave crise politique. Plusieurs partis s'opposent aux plans du Premier ministre de mettre en place un gouvernement de technocrates par peur de perdre certains de leurs privilèges. Cette crise est suivie avec inquiétude par les Etats-Unis qui craignent qu'elle 'ne détourne' les autorités de la lutte contre l'EI. Washington a récemment accru son soutien militaire à Bagdad pour aider l'armée irakienne à reconquérir les vastes territoires tombés aux mains des jihadistes depuis 2014.
Vidéos A la une
Bagdad à nouveau meurtrie par un attentat à la voiture piégée. La charge explosive a tué au moins 14 pélerins chiites lundi durant une procession religieuse, dans le sud de la capitale irakienne. L'attaque, revendiquée par le groupe Etat islamique, intervient alors que l'Irak est en pleine crise politique depuis un mois. Ce week-end, des milliers de manifestants ont occupé le Parlement et envahi la 'Zone verte', ce quartier ultrasécurisé qui abrite les instances du pouvoir. Ils ont dénoncé la corruption et l'incapacité de la classe politique à former un nouveau gouvernement. Les observateurs internationaux, en particulier américains, craignent que cette crise n'empêche l'Etat irakien de lutter efficacement contre le terrorisme islamiste. Dimanche déjà, un attentat revendiqué par Daesh avait tué 33 personnes dans le sud du pays.
Vidéos A la une
Un attentat à la voiture piégée a tué une personne, un policier, et fait entre 19 et 23 blessés à Gaziantep, la grande ville du sud-est de la Turquie. Ces différents bilans sont fournis par des médias turcs. La plupart des personnes blessées sont des policiers. La bombe a explosé devant le quartier général de la police et la déflagration aurait été suivie de coups de feu. Gaziantep, tout près de la frontière syrienne, compte 1 million et demi d'habitants et abrite un grande nombre de réfugiés ayant fui la guerre en Syrie.
Vidéos A la une
Le cessez-le-feu Syrie en vigueur depuis samedi dernier reste précaire. Mercredi dans le village d'Al Isha, dans le sud ouest du pays, 18 personnes ont été tuées après un violent attentat à la voiture piégée. La Russie qui a négocié le cessez-le-feu avec les Etats-Unis estime que l'arrêt des combats a été violé au moins 31 fois ces trois derniers jours. Washington tout en saluant la baisse de la violence a décidé d'enquêter sur de possibles violations commises par le régime d'El Assad. De multiples vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux depuis dimanche montrent que les attaques aériennes n'ont pas cessé, elles non plus. La trêve a quand même permis de relancer l'aide humanitaire. L'ONU a annoncé qu'elle porterait assistance dans les prochains jours à 154.000 personnes dans des localités syriennes assiégées par les belligérants. Des premiers secours ont été livrés dès lundi au sud-ouest de Damas. Mais les besoins sont énormes : entre les blessés et les déplacés, ce sont des centaines de milliers de personnes qui attendent d'être secourues.
Vidéos A la une
'Une bombe au coeur de l'Etat', 'Une attaque abjecte contre notre peuple' 'Nous condamnons'.Voilà quelques uns des titres qui faisaient la Une ce matin de la presse turque. A Ankara, les habitants sont sous le choc et vivent désormais dans la peur de nouveaux attentats : 'Tout le monde a peur, dit cette femme. Hier soir, dans la rue, on pouvait lire cette peur dans tous les regards. Les gens couraient pour s'éloigner du site de l'explosion au lieu de s'approcher pour voir ce qu'il s'était passé. Maintenant, on appréhende quand on est dans des lieux très fréquentés, au milieu de la foule. On est moins à l'aise qu'avant.'' 'C'est un jeu orchestré par des puissances étrangères, hostiles à notre pays, dit cet homme. Aujourd'hui, il est grand temps d'afficher notre solidarité. Il ne faut pas se critiquer les uns les autres. Il faut s'élever ensemble contre ça. Je suis très attristé. ' Il s'agit du deuxième attentat contre la capitale turque en l'espace de quatre mois. En octobre dernier, 103 personnes avaient été tuées par deux kamikazes lors d'un rassemblement de militants pro-kurdes devant la gare centrale.
Vidéos A la une
À Ouagadougou, au Burkina Faso, l'assaut des forces spéciales se poursuit à l'hôtel 'Splendid', où des hommes armés sont retranchés depuis plusieurs heures dans cet établissement fréquenté par des Occidentaux. Un bilan provisoire fait état d'au moins vingt morts. La situation à l'heure actuelle reste floue. On sait que 30 personnes, dont un ministre burkinabé, ont pu sortir 'saines et sauves' et que 33 blessés ont été évacués. Mais il y aurait encore des otages. L'assaut, qui a débuté vers 2h00 du matin, est mené avec l'appui de militaires français. Les soldats progressent lentement. Ils font face à trois ou quatre hommes armés déterminés, membres d'un groupe lié à Al Qaïda au Maghreb islamique, qui a revendiqué cette attaque. Le commando a fait irruption devant l'hôtel 'Splendid' vers 19h00. Avant de pénétrer dans l'établissement, il a incendié des véhicules ainsi qu'un café-restaurant, 'Le Cappuccino', sur lequel il a également ouvert le feu. Une dizaine de corps ont été retrouvés sur la terrasse de ce café. Les assaillants pourraient s'être retranchés dans les étages supérieurs de l'hôtel où des tirs nourris ont été entendus. Le ''Splendid'', un établissement de luxe, accueille régulièrement des hommes d'affaires, du personnel des agences onusiennes et des militaires français, en mission dans le cadre de la lutte anti-djihadistes menée dans le Sahel. Cette attaque rappelle celle qui avait visé en novembre dernier un hôtel de Bamako au Mali. #Ougadougou Des soldats US et Français en position autour du #SplendidHotel (CNN) pic.twitter.com/8VGguGFeYG- Breaking3zero (@Breaking3zero) 15 Janvier 2016 Burkina: coups de feu et détonations dans le centre de Ouagadougou https://t.co/mSuItU5zlv via RFIAfrique- Loubna ANAKI (Loubna_Anaki) 15 Janvier 2016 Les forces armées ont encerclé tout l'hôtel Splendid Il y aurait 3 à 4 assaillants à l'intérieur. #BurkinaFaso pic.twitter.com/XoFeVhhOfb- Moëz BHAR (@moezbhar) 15 Janvier 2016
Vidéos A la une
En Afghanistan, un attentat suicide à la voiture piégée a visé ce vendredi le restaurant de cuisine française 'Le Jardin' du centre de la capitale, Kaboul. L'attaque, revendiquée par les talibans, aurait fait au moins un mort et onze blessés, selon les autorités citées par l'agence de presse EFE. L'établissement, très prisé, est situé dans un quartier fréquenté par de nombreux étrangers et diplomates. Il s'agit du premier attentat de l'année à Kaboul. Il intervient à quelques jours d'une importante rencontre quadripartite entre la Chine, les Etats-Unis, le Pakistan et l'Afghanistan, destinée à relancer les pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les rebelles talibans.
Vidéos A la une
Seize personnes ont péri dans un attentat à la voiture piégée à Homs, en Syrie. On dénombre également plus de 50 blessés. Cela s'est déroulé dans un quartier pro-régime, où réside la communauté alaouite, à laquelle appartient le président syrien Bachar al-Assad. Le gouvernement syrien a condamné ce qu'il a qualifié d''explosion terroriste lâche'. Selon le directeur de l'OSDH et des militants sur place, cet attentat a eu lieu alors que des camions d'approvisionnement de l'ONU s'apprêtaient à entrer dans le quartier de Waer, dernier quartier contrôlé par les rebelles à Homs, et qu'ils sont en train de quitter par centaines en vertu d'un rare accord de cessez-le-feu supervisé par l'ONU. Le régime pourrait ainsi reprendre le contrôle de cette grande ville du centre, la troisième ville de Syrie, qui fut un bastion de la contestation contre Bachar el-Assad il y a plus de 4 ans et demi. Une grande partie de la province de Homs reste cependant toujours sous le contrôle des insurgés, notamment du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, dans le nord et du groupe Etat islamique dans l'est, dont la célèbre ville antique de Palmyre. Avec AFP
Vidéos A la une
La police a été une nouvelle fois la cible d'un attentat dans la banlieue du Caire la nuit dernière. Une voiture piégée a explosé près d'un bâtiment de la Sécurité d'État. Au moins six policiers ont été blessés. Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur, l'attentat a été commis par un automobiliste qui a stoppé brutalement sa voiture avant de s'enfuir en moto. 'Tout ce qui était autour de moi a tremblé fortement. Des gens ont commencé à courir dans les rues. J'ai vu un homme blessé sur le sol, une fenêtre était tombée sur lui tellement l'explosion a été puissante', a raconté un résident. 'Je rentrais du boulot. J'étais dans ma voiture sur le pont appelé Orabi, a ajouté un autre homme. Brusquement, le pont a fortement tremblé. On aurait dit un séisme'. L'attaque n'avait toujours pas été revendiquée ce jeudi. Les regards se tournent vers Province du Sinaï, la branche égyptienne de l'État islamique qui commet régulièrement des attentats. L'attentat survient quelques jours après que le président égyptien a approuvé une nouvelle loi antiterroriste qui donne aux forces de l'ordre plus de pouvoirs pour lutter contre les attaques qui continuent de secouer l'Egypte. Avec AFP, Reuters et notre correspondant Mohammed Shaikhibrahim
Vidéos A la une
Au moins 5 morts à Kaboul : un attentat-suicide a été perpétré par les rebelles talibans à l'entrée de l'aéroport international, avec une voiture piégée. Dans un communiqué l'attentat a été revendiqué par le porte-parole des insurgés islamistes, qui affirme que des véhicules de troupes étrangères étaient visés. Mais un convoi avec des membres du gouvernement pourrait avoir été aussi la cible. Tous les vols ont été suspendus. L'explosion a fait 16 blessés, tous des civils. Ahamd Fraidoon, victime : 'J'étais à l'aéroport, quand l'explosion nous a touché, c'était un attentat suicide, j'ai reçu plusieurs éclats d'obus dans tout le corps.' Cette explosion est la dernière en date d'une série meurtrière depuis une semaine, et surtout depuis la nomination du nouveau chef taliban le mollah Akhtar Mansour. Le président afghan fustige, lui, le Pakistan qui hébergerait des mercenaires.
Vidéos A la une
Deux explosions à la voiture piégée ont fait au moins dix morts et 22 blessés dans le Nord de Bagdad, la capitale irakienne. Le premier véhicule a explosé dans le quartier chiite de Sadr City, près du siège du gouvernement local, et le deuxième dans celui d'al-Husseiniya. On compte des enfants parmi les victimes. Aucune des deux attaques n'a été revendiquée, mais la communauté chiite est souvent ciblée par des insurgés sunnites. Les explosions sont quotidiennes en Irak, et souvent attribuées à l'organisation Etat islamique qui contrôle une bonne partie du territoire. Il y a un mois, l'armée irakienne a lancé une vaste offensive pour reprendre le contrôle des villes de la vaste province occidentale d'Anbar, dont Ramadi sa capitale. Mais les jihadistes de l'organisation Etat islamique n'entendent pas laisser la ville aux mains des forces gouvernementales. De violents affrontements se déroulent en ce moment. Les insurgés ont tué ce mercredi sept policiers.
Vidéos A la une
Le procureur général égyptien, Hicham Barakat, est décédé de ses blessures ce lundi au Caire. Il a été visé plus tôt dans la journée par un attentat à la bombe. Son convoi, dans le quartier d'Héliopolis, a été touché par une énorme déflagration qui a détruit au moins cinq voitures. Hicham Barakat, ainsi que les principaux juges du pays, sont dans le collimateur des islamistes radicaux égyptiens depuis la répression sans merci lancée contre les Frères musulmans par le régime du président al-Sissi. Et le groupe djihadiste Etat islamique a de son côté promis de s'attaquer au corps judiciaire pour venger l'exécution et la mise en détention de ses partisans. Hicham Barakat, depuis le coup d'Etat de l'armée en 2013, a déféré devant la justice égyptienne des milliers d'islamistes présumés. Sa mort est un coup dur pour les autorités en place, et la promesse sans doute d'une répression encore plus forte de la dissidence.
Vidéos A la une
A Bagdad en Irak, l'explosion de deux voitures piégées sur les parkings d'hôtels de luxe ont une dizaine de morts cette nuit. Il s'agit des hôtels les plus prestigieux de la capitale, l'Ishtar et le Babylone, qui venaient tous deux d'être rénovés. Les explosions se sont produites juste avant minuit heure locale. Elles ont résonné dans tout le centre-ville. La première s'est produite à l'Ishtar, la seconde à l'hôtel Babylone. Les forces de sécurité auraient aussi repéré une autre voiture piégée sur le parking de ce deuxième hôtel. Elles sont parvenues à la déminer. Etat islamique, qui a revendiqué dernièrement la plupart des grosses attaques dans le pays, combat les forces irakiennes, à 30 kilomètres à peine de Bagdad. En 2010, ces deux hôtels avaient déjà été frappés simultanément par des attentats-suicides, revendiqués par Al-Qaïda en Irak.
Vidéos A la une
Cinq voitures piégées ont explosé dans Bagdad ces dernières heures, dans des attaques devenues de plus en plus nombreuses depuis qu'un couvre-feu vieux de dix ans a été levé en février. Les attentats ont fait 17 morts au total, et même dans la capitale irakienne, où les combattants d'Etat Islamique ne dictent pas encore leur loi, les habitants ne se sentent plus en sécurité. 'Comme vous le voyez l'explosion a fait beaucoup de dégâts, déclare ce riverain. Quel crime avons-nous commis ? Même dans nos maisons on ne se sent plus en sécurité'. Dans le même temps plusieurs dizaines de familles sont venues grossir les rangs des réfugiés à Bagdad. 700 personnes, arrivées de la région d'Anbar, et qui vont vivre désormais dans ce camp d'al-Khadhra, à Bagdad. 90.000 personnes ont fui cette région dont le chef-lieu, Ramadi, théâtre de violents combats, est devenue ville-fantôme.
Vidéos A la une
Dans un centre commercial situé sur l'île touristique de Koh Samui, un attentat à la voiture piégée a fait sept blessés légers, dont une jeune italienne âgée de douze ans. L'explosion s'est produite ce vendredi soir, sur cette île très touristique du Golfe de Thaïlande, dans le Sud du pays. D'après la police, la bombe était placée dans un pick-up garé dans le parking souterrain du centre commercial. Les premiers éléments de l'enquête indiquent que le véhicule aurait été volé dans la province de Yala, frontalière de la Malaisie, dans l'extrême-sud du pays, une région traversée par un conflit opposant forces de l'ordre et insurgés d'ethnie malaise et de religion musulmane. L'explosion s'est produite la veille d'un long week-end férié, et après un défilé de mode. Elle aurait pu faire beaucoup plus de victimes.
Vidéos A la une
Dans le Sinaï, une voiture piégée a explosé mardi en fin de journée devant un restaurant de la ville d'Al-Arish. 10 personnes ont été blessées. Cette explosion n'a pas été revendiquée, mais le Sinaï est la proie de nombreuses attaques de groupes jihadistes depuis l'été 2013, depuis la destitution du président Mohamed Morsi et le début de la répression sanglante contre les Frères musulmans. Ces groupes prennent souvent pour cible les forces de sécurité. Ce jeudi, trois soldats ont été abattus après avoir été sortis de force d'un taxi collectif près d'Al-Arish. Deux policiers ont aussi été exécutés à l'entrée de la ville de Rafah. Un peu plus tôt, au Caire, une bombe assourdissante a explosé dans le métro, semant la panique et faisant 16 blessés. L'armée a par ailleurs annoncé que huit militaires étaient portés disparus depuis 'l'assaut terroriste' d'un de ses bateaux au large de Damiette, en méditerranée. Hier, quatre attaquants avaient été tués.
Vidéos A la une
Elles ne désarment pas... Appuyées par les frappes aériennes de la coalition, les forces kurdes de Kobané continuent de livrer une bataille acharnée contre le groupe Etat islamique. Les djihadistes, plus d'un mois après leur offensive dans cette ville kurde de Syrie, située à la frontière avec la Turquie, cherchent quant à eux à l'asphyxier davantage et gagnent chaque jour du terrain. Ils ont pu récupérer des cargaisons d'armes destinées aux Kurdes de Kobané et larguées par des avions américains à la lisière de la ville. Sur une vidéo, on les voit ouvrir des caisses contenant des roquettes et des grenades. Armes, munitions, médicaments... Les combattants kurdes manquent aussi d'hommes. Des renforts sont attendus depuis qu'Ankara a autorisé ce lundi le passage par sa frontière de combattants kurdes irakiens. Pour l'heure, toutefois, aucun Peshmerga n'a encore rejoint Kobané. Dans l'Irak voisin, le groupe Etat islamique, qui contrôle désormais l'immense majorité de la province d'Al-Anbar, frontalière avec la Syrie, s'étend vers le nord. La ville de Qara Tapah, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière iranienne, a été attaquée. Quant à Bagdad, des attentats ont fait au moins 18 morts ce mardi dans le quartier chiite de Talbiyah. La capitale irakienne est la cible de nombreuses attaques à l'approche de l'Achoura, une importante cérémonie religieuse chiite.
Vidéos A la une
Un double attentat à la voiture piégée près d'une école en Syrie a fait des dizaines de morts : au total 54 personnes, dont 47 enfants de moins de 12 ans. Une vidéo amateur sur internet montre la deuxième voiture qui explose tandis que les parents cherchent frénétiquement leurs fils et leurs filles dans une rue jonchée de sacs d'école et de cadavres. Les explosions se sont produites mercredi devant l'école élémentaire Ekremah al-Makhzoumi, dans une zone de Homs contrôlée par le gouvernement. Un quartier dominé par la minorité alaouite, la branche chiite à laquelle la famille du président Bachar al-Assad appartient. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté le lendemain de l'attentat à Homs appelant à la chute du gouverneur. Des manifestants considérés comme pro-régime mais qui réclament le départ du gouverneur accusé de mentir sur le bilan des victimes.
Vidéos A la une
Le bilan encore provisoire fait état d'une vingtaine de morts. D'après les autorités, un kamikaze a fait exploser un premier véhicule à un poste de contrôle de la police dans le sud de la capitale irakienne. Ensuite, d'autres voitures piégées ont explosé dans différents quartiers de Bagdad, notamment dans une zone à majorité chiite. L'Irak est le théâtre d'une offensive des djihadistes de l'État islamique (EI). Ces insurgés sunnites ont pris le contrôle ces dernières semaines de plusieurs régions.
Vidéos A la une
En Somalie, les islamistes shebab ont revendiqué l'attentat-suicide à la voiture piégée qui a fait au moins quatre morts et une dizaine de blessés ce matin à Mogadiscio. Le kamikaze visait apparemment l'entrée du Parlement, mais il a été intercepté à temps par les forces de l'ordre. Il a alors actionné sa bombe, qui a tué principalement des policiers et des soldats. La plupart des blessés sont des civils. Les islamistes shebab avaient promis de multiplier les attaques durant le mois du ramadan, des attaques qui visent le plus souvent les institutions et les représentants de l'État. Ils ont revendiqué l'assassinat il y a deux jours d'un député et de son garde du corps à la sortie d'un hôtel de la capitale.
Vidéos A la une
Une voiture piégée a explosé ce matin à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, faisant au moins quatre morts et une dizaine de blessés. L'explosion du véhicule a eu lieu près du parlement somalien. L'attentat n'a pas été revendiqué, mais il pourrait être l'oeuvre des islamistes somaliens shebab, qui ont promis d'intensifier leurs attaques pendant le mois du ramadan. Ces derniers ont revendiqué le meurtre d'un député et de son garde du corps, il y a deux jours, à la sortie d'un hôtel de la capitale.
Vidéos A la une
Une voiture piégée a explosé ce matin à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, faisant au moins quatre morts et une dizaine de blessés. L'explosion du véhicule a eu lieu près du parlement somalien. L'attentat n'a pas été revendiqué, mais il pourrait être l'oeuvre des islamistes somaliens shebab, qui ont promis d'intensifier leurs attaques pendant le mois du ramadan. Ces derniers ont revendiqué le meurtre d'un député et de son garde du corps, il y a deux jours, à la sortie d'un hôtel de la capitale.
Vidéos A la une
Un quartier chiite du sud de Beyrouth a été le théâtre d'un attentat ce lundi soir. Peu avant minuit, un kamikaze a fait exploser sa voiture près d'un point de contrôle de l'armée. Un membre des services de sécurité a été tué, plusieurs autres personnes dans un café voisin ont été blessées. La banlieue sud de Beyrouth, fief du hezbollah, a été visée à plusieurs reprises par des attentats depuis l'engagement du mouvement chiite avec les forces loyales à Bachar al-Assad. Le Liban est en première ligne de la guerre qui se joue chez son voisin syrien. Cette attaque intervient trois jours après un autre attentat qui a fait un mort et une trentaine de blessés et auquel a échappé de peu le directeur de la sûreté générale au Liban.
Vidéos A la une
Un double attentat a décimé des dizaines de Nigérians dans une gare routière de la banlieue d’Abuja. Attention les images sont parfois difficilement soutenables. Les explosions se sont...
Vidéos A la une
Le cercle infernal de la violence a repris en Irak. Pour cette seule journée de mercredi, au moins 37 personnes ont été tuées dans diverses attaques essentiellement dans la région de Bagdad et...
Vidéos A la une
Une puissante explosion s’est produite près du centre culturel iranien dans le sud de Beyrouth mercredi tuant quatre personnes et en blessant 19 autres, indiquent les services de sécurité...
Vidéos A la une
La scène a été filmée. C’est un attentat à la bombe contre un car de touristes dans le Sinaï, au poste-frontière de Taba. L’explosion a arraché le toit et brisé les vitres du véhicule....
Vidéos A la une
Au moins trois touristes étrangers ont été tués et 14 blessés dans un attentat à la bombe visant leur autobus près de la station balnéaire de Taba, dans le Sinaï égyptien. Le bus...

Pages

Publicité