Vidéos A la une
Les hommages aux victimes des attentats de Paris continuent à New York, près du Consulat de France. Dix jours après les attaques, les Américains viennent toujours déposer des fleurs. Mais certains d'entre eux pensent aussi qu'il est temps de passer à l'action sur le terrain, en Syrie et en Irak, pour lutter efficacement contre Daesh, alors que le groupe jihadiste a menacé de perpétrer des attentats aux Etats-Unis.
Vidéos A la une
Hayet, une amie de Jawad Bendaoud, suspecté d'avoir fourni un logement de repli à Saint-Denis à Abdelhamid Abaaoud, après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, s'est exprimée devant la caméra de BFMTV après sa garde à vue. Elle est notamment revenue sur cette soirée du 13 novembre, où, alors qu'elle se trouvait avec Jawad, celui-ci lui a confié: "je suis dans la merde, un pote m'a dit de les héberger".
Vidéos A la une
Depuis les attaques du 13 novembre, la Croix Rouge voit le nombre de demandes de stages de formation aux premiers secours augmenter. Une bonne nouvelle, car si un million de Français se forment chaque année, c'est encore insuffisant.
Vidéos A la une
Une semaine après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis, les mosquées de France étaient appelées ce vendredi à diffuser un texte condamnant toute "forme de violence." Les fidèles s'étaient réunis en nombre pour affirmer leur volonté de rester unis, à la Grande Mosquée de Paris comme à Marseille ou Toulouse.
Vidéos A la une
Depuis les attentats du 13 novembre, le nombre d'inscriptions par jour sur le site de recrutement de l'armée a triplé. Les événements de janvier et novembre ont décidé beaucoup de jeunes qui pensaient s'engager depuis un certain temps à pousser la porte des centres de recrutement. BFMTV les a rencontré à Montpellier.
Vidéos A la une
Invitée sur le plateau de BFMTV, la sénatrice des Bouches-du-Rhône est revenue sur la question des personnes faisant l'objet d'une fiche S, pour "sûreté du territoire". Selon elle, équiper ces suspects d'un bracelet électronique coûterait moins cher que de les faire surveiller par des agents du renseignement.
Publicité