Vidéos A la une
Le journaliste de BFMTV Alain Marschall se trouvait à Nice au moment de l'attentat. Il a rencontré des témoins de l'attaque, qui lui ont 'raconté des scènes d'horreur', ainsi que l'interpellation et la mort du chauffeur. Jeudi soir sur la promenade des Anglais, devant les palaces, le moment de convivialité a tourné au drame.
Vidéos A la une
Aucune revendication n'a été exprimée vendredi midi sur l'attentat perpétré à Nice jeudi soir. Mais le mode opératoire, un individu seul dans une voiture, a été prôné il y a plusieurs mois déjà par Daesh, rappelle Régis Le Sommier, directeur adjoint de la rédaction de Paris Match. 'On peut se dire que là ils ont trouvé un mode opératoire qui ne sacrifie qu'une seule personne et qui fait un maximum de dégâts', craint le journaliste.
Vidéos A la une
'J'essaie de contenir ma colère', a expliqué Christian Estrosi vendredi sur BFMTV et RMC. Le président Les Républicains de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur demande des explications au gouvernement au lendemain de l'attentat qui a fait plus de 80 morts et des dizaines de blessés à Nice. 'Quels sont les moyens qui avaient été mis en oeuvre alors que notre pays est encore en état d'urgence, pour éviter cela?', s'interroge-t-il.
Vidéos A la une
Éric Ciotti a réagi au lendemain de l'attentat à Nice, lorsqu'un homme a foncé dans la foule réunie pour le feu d'artifice avec un camion. 'Ce qu'on a vécu est tout simplement épouvantable', se désole le député Les Républicains des Alpes-Maritimes, soulignant la présence d'enfants parmi les victimes.
Vidéos A la une
Brahim se trouvait sur la promenade des Anglais, à Nice, jeudi soir, lorsqu'un camion s'est dirigé à toute vitesse vers la foule, faisant des dizaines de morts et de blessés. Il raconte n'avoir pas vu le camion avant d'être touché: 'On ne l'a pas entendu venir du tout, rien'.
Vidéos A la une
Un camion a foncé sur la foule réunie sur la promenade des Anglais à Nice pour voir le feu d'artifices, jeudi 14 juillet. Suzy s'y trouvait en terrasse d'un café, lorsqu'elle a vu le camion arriver, et entendu les coups de feu. 'On a tous couru vers le fond du café, parce que ça tirait', raconte-t-elle au micro de BFMTV.
Vidéos A la une
Philippe s'était rendu à Nice jeudi soir pour voir le feu d'artifice, lorsqu'un camion a foncé sur la foule. Il n'a pas tout de suite compris ce qu'il se passait, pensant que le camion 'avait perdu ses freins'. Après s'être réfugié dans un hôtel en entendant les coups de feu, il a tenté de rentrer chez lui à pieds. 'Tout le long de la route, je n'ai vu que des corps', se souvient-il.
Publicité