Vidéos A la une
David Hockney revient à la Royal Academy of Arts e Londres avec une exposition intitulée '82 portraits et une nature morte'. Dans le cadre de cette expo de l'intime l'artiste revisite le genre du portrait qui a été si important tout au long de sa carrière. Né en 1937 Hockney s'est installé à Los Angeles au début des années 70. C'est là qu'il y a réalisé toute cette galerie de portraits. Edith Devaney, commissaire de la Royal Academy of Arts : 'Les portraits ont été très importants dans sa carrière, dès 1954 il faisait des portraits, des auto portraits mais aussi des portraits de sa famille, ils ont toujours joué un rôle majeur. Il s'intéresse aussi à l'impact de la photo dans notre perception d'un portrait et d'une certaine façon c'est son défi ici. Il les appelle par exemple '20 heures de pause' c'est un commentaire ironique de la photographie.' Hockney est internationalement connu en tant que peintre, dessinateur, graveur et photographe toujours à la recherche de ses limites artistiques. Edith Devaney : 'Il présente cette curiosité intense ce n'est pas simplement une curiosité au sujet du monde qui l'entoure et sur la façon dont il peut le dépeindre mais au sujet de l'histoire de l'art, en regardant constamment du côté des maîtres anciens, en les lisant. Et tout ceci se retrouve dans son travail. Il est toujours à la recherche de défis personnels. Et c'est le signe d'un grand artiste qui dit 'que puis-je faire ensuite qui sera assez difficile pour moi.' En tout 82 portraits, principalement des amis, des relations de David Hockney présentés à la Royal Academy of Arts à Londres jusqu'en octobre.
Vidéos A la une
Jamais autant de portraits peints par Goya n'avait été rassemblés lors d'une même exposition. La National Gallery à Londres présentent 70 oeuvres de l'artiste espagnol né en 1746. L'exposition intitulée tout simplement 'Goya: les portraits', rend bien sûr hommage au peintre tout en proposant une étude approfondie de sa vie publique et privée. L'idée est aussi de 'réhabiliter Goya comme l'un des plus grands portraitistes de l'histoire', à la démarche 'novatrice et non conformiste'. 'Ce qui est vraiment étonnant, c'est de constater que ces portraits apportent beaucoup de lumière sur la vie de l'artiste souligne le commissaire de l'exposition Xavier Bray, ce qu'il connaissait, ce qu'il aimait, ce qu'il détestait, ce qu'il admirait; il y a donc de nombreux indices de la vie du peintre. Et puis non seulement on a l'impression de dialoguer avec ses modèles, mais on apprend aussi à les connaitre d'un point de vue presque psychologique.' L'un des joyaux de l'exposition est le portrait de la duchesse d'Albe peint en 1797. Il est présenté pour la première fois au Royaume-Uni. 'La duchesse d'Albe était l'une des plus importantes mécènes de Goya et je pense qu'il était obsédé par elle dit Xavier Bray. Elle était très belle, très riche, férue d'arts et dans une certaine mesure, elle l'employait comme un peintre à la cour. Il peignait beaucoup de portraits d'elle, il faisait beaucoup de dessins, et le fait qu'elle pointe le doigt vers le sol - sur lequel est inscrit 'Solo Goya', "seulement Goya" -.suggère que seul Goya pouvait la peindre.' Francisco de Goya était le peintre officiel de la cour du roi d'Espagne Charles IV et l'un des artistes préférés de l'aristocratie espagnole, combinant ce travail avec un art plus personnel dans les séries 'désastres de la guerre' ou 'peintures noires'. L'exposition 'Goya: les portraits' à la National Gallery de Londres, se termine le 10 janvier 2016.
Vidéos A la une
L'Orient et l'Occident se rencontrent à la foire d'art contemporain de Hong Kong. Longtemps connue comme la place financière internationale, la mégalopole chinoise occupe désormais la troisième place mondiale des enchères derrière New-York et Londres. À l'Art Basel Hong Kong, sont réunis près de 250 exposants de 39 pays. Si la dominante va à la représentation des créateurs d'Asie, les galeries occidentales installées à Hong Kong essaient, elles aussi de tirer leur épingle du jeu. 'Bon nombre de galeries participantes, notamment des galeries occidentales, maintenant, ne sont plus tentées de se plier aux goûts asiatiques, tels qu'on les imagine. Elles apportent simplement leurs meilleurs produits et c'est clairement la bonne marche à suivre', explique Magnus Renfrew, directeur de la manifestation. De nombreux collectionneurs et amateurs d'art occidentaux viennent découvrir ce que le marché asiatique a à offrir, pendant que les Asiatiques jettent un oeil vif sur ce que leurs homologues européens ont en magasin. 'Pour nous, c'est un dialogue. Je pense que les foires d'art sont une façon de s'ouvrir à des activités interculturelles. L'art n'est pas qu'une question de passeport. Il ne s'agit pas de nationalités ou de pays, mais de la qualité des artistes. Et chaque galerie a la responsabilité de refléter cela', explique la galeriste Peatl Lam. La Foire d'Art Contemporain de Hong Kong a attiré 60 000 visiteurs l'an dernier. Art Basel Hong Kong se déroule au Hong Kong Convention and Exhibition Centre jusqu'au 18 mai.
Vidéos A la une
C’est une lanterne composée de 7000 bouteilles d’eau en plastique recyclées à l’occasion de la fête annuelle de la lune. Créée par quatre architectes et designers locaux, cette lampe...
Vidéos A la une
Une esquisse de l’artiste catalan Joan Miro qui avait disparu depuis un an et demi a été retrouvée. Elle se trouvait dans les bureaux du propriétaire d’une entreprise de transport à...
Publicité