C'est le credo de Lucien Kalisz. Pour mieux combattre cette tendance, il vient de créer "Toulouse Intérim Senior". Cette agence de travail temporaire spécial senior est exclusivement dédiée à placer des plus (ou moins) de 50 ans car, sur l'échelle du boulot, l'âge de la "senioritude" varie souvent...

Arrêtez de "cost-killer" les seniors !

Lucien Kalisz est véhément quand il parle des seniors et de l'emploi. Parce qu'il est véhément de nature, certes, mais aussi - et peut-être avant tout - parce qu'il a été lui-même touché de plein fouet par le fléau.

"Je suis né en quarante. Juif polonais, j'ai vécu toute mon enfance à Ménilmontant. Ensuite, je suis entré dans l'armée de l'air. A vingt-cinq ans, j'ai repris des études scientifiques à Toulouse et j'ai été embauché dans une filiale de l'ONIA (connue aujourd'hui sous le nom d'AZF). A l'époque, il y avait plein d'argent et 3 000 salariés. Aujourd'hui, il y a 300 salariés et plus d'argent..."

Arrivent les années quatre-vingt et patatras ! Lucien se retrouve licencié économique à tout juste quarante ans. L'occasion de "rebondir" dans un nouveau secteur après soixante jours de chômage, l'intérim, et dans un grand groupe international.Il en sera éjecté douze ans plus tard. Re-chômage. Lucien Kalisz entame alors une formation à l'ISG et s'investit dans le caritatif. "Cela m'a permis d'oublier mon statut de demandeur d'emploi..."

Le moral est en berne. "Au creux du creux, j'ai monté une société d'intérim. René Char a écrit : ''Il faut raisonner en stratège et agir en primitif''. C'est ce que j'ai fait. J'ai réfléchi. J'ai fait un mini bilan et je me suis dit que je ne valais plus grand-chose en tant qu'ingénieur, que j'étais obsolète. Mais que je connaissais bien le métier de l'intérim. Et là, action ! Je me suis lancé à fond, en primitif de primitif", s'exclame-t-il en riant.

"J'espérais vivre peinard, mais j'ai été poussé par un client à créer une seconde agence en 1996". Aujourd'hui, Toulouse Intérim représente onze sociétés ultra-spécialisées, l'une dans le bâtiment, l'autre dans l'aéronautique et l'ingénierie, l'autre encore dans l'administratif...

Publicité
Et les seniors ? "L'idée m'est venue, il y a un peu plus de trois ans, lors de la fermeture de l'usine LU. Pourquoi fermer une usine qui gagnait de l'argent. Et puis, j'ai été soufflé par une remarque du fils Riboud : On va leur faire un plan social extraordinaire. Tout ça pour préserver un résultat à deux chiffres ! Or, c'est un mauvais raisonnement. Une enquête de Mercer Management Consulting, réalisée sur huit cents entreprises aux Etats-Unis sur six ans, le prouve : la réduction des coûts entraîne rarement de la croissance. Ce faisant, les entreprises se privent d'une véritable plus-value, tout cela pour respecter des critères financiers. Il faut arrêter de cost-killer les seniors !"

Lire aussi : "L'intérim, un opportunité ?"

Toulouse intérim senior : Téléphone : 05 62 30 22 10