Société
Dans l'Oise, une jeune fille de 18 ans vient d'être arrêtée mardi matin. Elle est soupçonnée d'avoir voulu préparer un attentat sur le territoire français. 
Vidéos A la une
En Corée du Sud, les suites du vaste scandale de corruption qui éclabousse notamment l'entreprise Samsung. L'héritier du groupe, Lee Jae-Yong, qui occupe officiellement le poste de vice-président de Samsung Electronics a été inculpé ce mardi. Il est poursuivi pour corruption, abus de biens sociaux, dissimulation d'actifs à l'étranger et parjure. Il est en détention provisoire depuis 10 jours. Trois autres cadres dirigeants de l'entreprise ont également été inculpés ce mardi. Ils ont aussitôt démissionné de leur poste. Ce nouveau rebondissement ajoute aux inquiétudes pour le premier fabricant mondial de smartphones qui cherche à se remettre d'une humiliante opération de rappel planétaire. Ce scandale a déjà valu à la présidente Park Geun-hye d'être destituée. 'Au regard de accusations de corruption, la présidente sera probablement mise en examen' Lee Kyu-Chul, porte-parole du bureau du procureur en charge de l'enquête Le sort de la présidente Park Geun-hye est entre les mains de la cour constitutionnelle qui doit valider ou non sa destitution. La décision est attendue dans les prochaines semaines. Ce lundi, la présidente a fait part de ses 'regrets'. Son tort, reconnaît-elle : avoir fait trop confiance à son amie et confidente Choi Soon-Sil. Cette dernière, au coeur du scandale, est accusée d'avoir joué de son influence pour soutirer des millions de dollars à des entreprises et s'être immiscer dans les affaires de l'Etat. Mme Choi est actuellement jugée pour abus de pouvoir. Cette affaire a suscité une vive indignation dans le pays. Ces derniers mois, des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour réclamer le départ de la présidente. Si la destitution de la chef de l'Etat est validée, une élection présidentielle anticipée devra être organisée dans les deux mois. avec agences
Vidéos A la une
Malgré les manifestations de ses supporters, le correspondant du quotidien allemand Die Welt, Deniz Yücel, a été placé hier en détention provisoire par la justice turque. Incarcéré, de fait, depuis le 14 février dernier, ce ressortissant germano-turc est accusé de propagande terroriste. Appel en faveur de Deniz Yücel (Besser_Deniz), journaliste allemand en détention policière en Turquie https://t.co/aMtQFoJ30J pic.twitter.com/GD90eGnUad- Le Figaro (Le_Figaro) 23 février 2017 Accusation non fondée selon Baris Yarkadas, avocat de l'opposition sociale-démocrate turque qui soutient Deniz. 'L'arrestation de Deniz Yücel est une atteinte à la liberté d'expression. Deniz Yücel ne s'est pas enfuit, il est allé au commissariat avec ses avocats et s'est personnellement rendu à la police alors qu'il y avait un avis de recherche'. La UNE du journal allemand die Welt welt le 28 février Deniz Yücel en prison préventive ! (en #Turquie) pic.twitter.com/MRV7GchDbV- Yol (Yollar9) 27 février 2017 L'arrestation, après une publication très critique envers le parti islamo-conservateur au pouvoir, a jeté un froid dans les relations entre Ankara et Berlin. 'Il n'y a aucune raison de le mettre en détention, estime le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel en déplacement à Rome. Nos espoirs reposent à présent sur les preuves, que la justice respecte la liberté de la presse et que M. Yücel soit libéré aussi vite que possible.' Préoccupés par la détention de Besser_Deniz journaliste welt. La Turquie doit respecter ses engagements en matière de liberté de la presse- FranceDiplomatie (@francediplo) 23 février 2017 Deniz Yücel a également reçu le soutien de sa ville de Flörsheim, en Allemagne. Plusieurs journalistes étrangers, notamment du New York Times et du Wall Street Journal, ont été arrêtés ou expulsés ces derniers mois par Ankara.
Société
Dans la ville de Lens, un homme a décidé de braquer le bar dans lequel il avait ses habitudes. Il n'a pas fallu longtemps pour que les clients le reconnaissent.
Société
Un trafiquant de drogue a été arrêté mercredi, dans un quartier marseillais, par deux policiers habillés en tenues traditionnelles islamiques. "L’idée est de se fondre dans la masse" indique un syndicat de la police nationale.
Société
Arrêté jeudi dernier à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, l'adolescent a été placé en détention samedi. Il est soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat.
International
Il y a quelques jours en Suède, une policière a procédé à l’arrestation musclée d’un voleur à l’arrachée en étant simplement vêtue d’un maillot de bain deux-pièces. Retour sur cette incroyable histoire. 
Vidéos A la une
Après les magistrats, l'armée...les purges conitnuent, s'intensifient même en Turquie. Ce sont désormais les secteurs de l'enseignement et des médias qui sont touchés. La chasse aux sympathisants de Fethullah Gulen bat son plein. D'après Reuters, 21 000 professeurs travaillant dans le privé vont voir leurs autorisations de travail annulées. Cela se rajoute aux plus de 1500 doyens d'universités à qui le Conseil de l'enseignement supérieur (YÖK) a demandé de démissionner et au 15 000 fonctionnaires du ministère de l'Education suspendus. LATEST Turkey's education ministry revokes the licences of 21,000 teachers working in private institutions, suspends 15,000 personnel.- CNN Türk ENG (@CNNTURK_ENG) 19 juillet 2016 Les médias aussi sont accusés d'avoir comploté. Les radios et télévisions jugées proches de Fethullah Gülen se sont vues retirer leur licence d'emettre. Depuis la tentative de putsch samedi, le Président Erdogan affirme que ce sont les forces favorables à Gülen, ancien allier de l'AKP devenu ennemi juré, qui en sont à l'origine. La purge en chiffres 21000 licences de professeurs annulées 15000 suspensions au ministère de l'Education 8000 agents de la police détenus ou suspendus 6000 soldat emprisonnés 1500 membres du ministère des Finances renvoyés 2745 juges renvoyés 1577 doyens appelés à démissionner
Vidéos A la une
Akin Ozturk nie être l'instigateur du coup d'Etat manqué en Turquie. L'ancien chef de l'armée de l'air a comparu avec 25 autres hauts gradés devant un tribunal d'Ankara. Tous ces généraux de l'armée ont été arrêtés comme plus de 7500 personnes. Des milliers de personnes arrêtées ou limogées La purge concerne également le monde judiciaire avec près de 3000 juges et procureurs interpellés. Par ailleurs, 9000 policiers gendarmes et fonctionnaires ont été limogés. De quoi inquiéter la communauté internationale (ONU, Otan, Union européenne, Etats-Unis) qui demande au président turc 'de respecter l'Etat de droit', alors que celui-ci n'exclut pas un rétablissement de la peine de mort, abolie en 2004. Turquie. Tout faire pour éviter le retour de la peine de mort https://t.co/UHy0NqQe6N pic.twitter.com/z0vTBq7JlY- Courrier inter (@courrierinter) 18 juillet 2016 D'après un nouveau bilan officiel, le putsch manqué a fait au moins 308 morts, dont 100 putschistes. Recep Tayyip Erdogan va par ailleurs demander officiellement l'extradition de l'imam Fethullah Gülen, présenté comme le cerveau du putsch. Washington a ainsi demandé des preuves de sa culpabilité pour étudier en temps voulu une demande formelle d'extradition. Cet ancien allié du président turc, réfugié aux Etats-Unis, rejette les accusations du régime et pointe du doigt son adversaire. Fethullah Gülen parle de son côté d'un faux coup d'Etat orchestré par Recep Tayyip Erdogan pour asseoir davantage son pouvoir en Turquie. Il semble ne pas être le seul à le penser : " Erdogan a les mains libres pour instaurer un régime autoritaire en Turquie " https://t.co/YRGsqJMoFG- Le Monde (@lemondefr) 18 juillet 2016
Vidéos A la une
En Turquie, trois jours après la tentative de coup d'Etat, la tension n'est pas retombée. Ce lundi matin, un homme a ouvert le feu devant le palais de justice d'Ankara où plusieurs généraux putschistes sont actuellement interrogés. Il a été tué. Plus tôt dans la matinée, des unités de la police antiterroriste ont effectué une descente à la prestigieuse académie de l'armée de l'air d'Istanbul à la recherche de mutins. Depuis vendredi soir, la purge voulue par Ankara se poursuit. Plus de 7500 suspects ont été arrêtés et placés en garde à vue. Dont plus de 6000 militaires et près de 800 magistrats. Depuis son exil aux Etats-Unis, le prédicateur musulman Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir fomenté le putsch avorté a dénoncé une manipulation : 'La situation d'ensemble démontre des signes d'un coup d'Etat mis en scène ou d'un canular. Si ça avait été un vrai coup d'Etat, les principaux dirigeants politiques auraient été arrêtés mais ils n'ont pas été touchés. Ils n'ont pas été poursuivis. Des bâtiments vides ont été bombardés, les gens ont tirés sur des civils innocents, des chars ont été positionnés dans plusieurs endroits et ils n'ont rien fait. Quand vous regardez ça, vous voyez que ça n'est pas l'image d'un vrai coup d'Etat.' Le gouvernement turc a demandé à Washington son extradition. Mais le secrétaire d'Etat américain en visite à Bruxelles a déclaré qu'aucune demande n'avait été transmise par voie officielle. John Kerry a ajouté que le régime turc devrait présenter 'des preuves, pas des allégations' contre l'opposant de 75 ans qui vit reclus dans le nord-est des Etats-Unis depuis 1999. La tentative de putsch aurait coûté la vie à au moins 308 personnes et fait plus de 1400 blessés.
Vidéos A la une
Deux personnes ont été interpellées dimanche matin dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice du 14 juillet. Ces interpellations s'ajoutent au quatre hommes encore gardés à vue. Quant à l'ex-épouse de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, elle a été remise en libérté dimanche matin. Les enquêteurs n'excluent pas que le chauffeur du camion aient bénéficié de complicités. Les témoignages établissent le profil d'un homme violent et un basculement récent et rapide vers l'islam radical. Mohamed Lahouaej-Bouhlel a par ailleurs été repéré la veille et l'avant-veille de l'attentat sur la Promenade des Anglais et tout porte à croire qu'il était en repérage. Selon Europe 1, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel apparaît sur des images de vidéo-surveillance, les 12 et 13 juillet, au volant de son camion 'en train d'observer les lieux très attentivement'. C'est le troisième attentat de grande ampleur qui frappe la France en dix-huit mois et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a lancé un appel 'à tous les Français patriotes qui le souhaitent' à rejoindre la réserve opérationnelle de l'armée et de la gendarmerie. Le ministre explique qu'il s'agit de mobiliser dans les jours qui viennent douze mille volontaires : neuf mille personnes dans la gendarmerie et trois mille dans la police pour épauler les forces de sécurité.
Vidéos A la une
Des dizaines de soldats arrêtés samedi à Ankara pour leur responsabilité supposée dans la tentative de coup d'Etat ont été transférés dans une salle de sport. A l'intérieur du bus qui assurait leur transfert, ils sont apparus menottés, en sous vêtements. Des passants les ont pris à partie, criant des insultes à travers les vitres du véhicule. 2.839 militaires ont été arrêtés en lien avec ce coup d'Etat avorté, il s'agit aussi bien de simples soldats que de cadres militaires.
Vidéos A la une
Les stigmates d'une nuit d'affrontement étaient encore très visibles ce samedi à Ankara. Une nuit au cours de laquelle on a assisté à des scènes inédites dans la capitale administrative de la Turquie. Il y a eu ces milliers de citoyens turcs, qui, répondant à l'appel du président Erdogan, sont sortis pour barrer la route aux militaires putschistes, en opposant leur hostilité, leur défiance à ces hommes en arme désireux de renverser le pouvoir. Peu avant minuit, vendredi soir, on pouvait aussi observer des avions de chasse survoler la ville à basse altitude. Les tirs et autres explosions n'ont pas tardé à retenir, se prolongeant jusqu'au matin, surtout dans les quartiers abritant des bâtiments officiels, où des combats ont parfois opposé la police et l'armée. Le Parlement et le palais présidentiel ont été bombardés. Des avions de chasse F-16 ont quant à eux attaqué des chars des rebelles près de l'Assemblée nationale. Le bâtiment qui abrite les renseignements généraux et l'état major ont aussi été pris pour cible. _ Avec AFP_
Vidéos A la une
Un réseau de traite d'êtres humains a été démantelé en Roumanie. La police a libéré cinq personnes qui vivaient enchaînées dans une commune du centre du pays, à Berevoiesti, à 170 km au nord de Bucarest. Parmi elles, deux enfants contraints comme les adultes de faire le ménage, garder des animaux ou encore couper et transporter du bois. Les forces de l'ordre ont perquisitionné une quarantaine d'habitations et saisi plus de 50 000 euros. Quatre-vingt-dix personnes sont soupçonnées d'avoir participé à ce trafic d'êtres humains. Les suspects, appartenant au même cercle familial auraient réduit en esclavage au moins une quarantaine de personnes ces huit dernières années. Les victimes auraient été enlevées dans des lieux publics. Elles étaient 'battues', 'humiliées' et 'privées de nourriture', d'après un communiqué des procureurs chargés de la criminalité organisée.
Vidéos A la une
L'exposition universelle de Milan 2015 a-t-elle financé la mafia sicilienne? La justice italienne en est persuadée. La police mis la main sur un camion transportant 400 000 euros en liquide, entre Milan et l'île italienne. En tout pas moins de 5 millions d'euros ont été saisis. Onze personnes en lien avec des entreprises partenaires de l'événement ont été arrêtées. Les organisateurs de l'exposition universelle auraient fermé les yeux sur les pratiques du consortium d'entreprises Dominus Scarl, accusé d'avoir mis sur pied un large système de fausses factures. 'C'est une opération très importante, car elle montre une fois de plus la connexion étroite entre les organisations criminelles et la criminalité économique. Ces entreprises ont participé à la création de caisses noires à travers la fraude fiscale', a expliqué devant la presse le procureur Francesco Greco. L'argent de ces caisses noires allait selon les enquêteurs être blanchi en Sicile par la Cosa Nostra.
Vidéos A la une
La réponse de l'état hébreux était attendue face à la série de violences. Ces dernier mois des centaines d'Israéliens ont été attaqués par des Palestiniens, souvent au couteau. Deux Israéliens ont été tués et six autres blessés ces derniers jours. Les frères du Palestinien abattu après avoir tué une adolescente dans sa chambre jeudi dernier en Cisjordanie occupée ont été arrêtés. En tout les forces israéliennes ont mené une trentaine de raids similaires ces deux derniers jours. Autre réponse: les démolitions punitives. Les maisons de deux auteurs d'une attaque en décembre dernier ont été réduites en ruines dans le camp de réfugiés Kalandia, en Cisjordanie occupée. Des échanges de tirs ont éclatés entre Palestiniens et Israéliens en marge de cette opération. Quatre Palestiniens ont été légèrement blessés. La dernière réponse est politique: le gouvernement israélien a autorisé la construction de logements dans les colonies. 560 maisons en Cisjordanie, 240 habitations à Jérusalem Est, et 600 pour les Palestiniens, à Beit Safafa, un quartier arabe de la ville. La France a condamné ces annonces. Il y a quelques jours un rapport du Quartette international demandait aux Israéliens et aux Palestiniens de renoncer à la colonisation et à la violence, pour préserver les chances de paix.
Vidéos A la une
La police italienne dit avoir démantelé un réseau de trafiquants de migrants. Une quarantaine de personnes ont été arrêtées, dont une majorité d'Erythréens et d'Ethiopiens. Le coup de filet a été mené dans la région de Rome et en Sicile. Il s'agit là d'une troisième série d'interpellations dans le cadre d'une vaste enquête. Les autorités ont mis à jour un système complexe entre l'Europe et plusieurs pays africains, reposant entre autre sur des mariages blancs, permettant de faire venir des clandestins. 'Ce système était beaucoup plus cher car il était beaucoup plus sûr, a expliqué le procureur de Palerme, Franco Lo Voi. Les personnes avaient à débourser jusqu'à 15 000 dollars pour chaque opération.' La police s'est appuyée sur le témoignage d'un Erythréen repenti, un ancien passeur qui a décidé d'aider la justice. Il a ainsi détaillé les pratiques des passeurs qui apparemment n'hésitent pas à tuer ceux qui n'ont pas suffisamment d'argent pour payer la traversée de la Méditerranée. D'après la police, l'organisation clandestine s'adonnait aussi au trafic de drogue.
Vidéos A la une
Saisie record drogue de synthèse en Australie. Les gardes-côtes ont mis la main sur près de 275 kilos de méthamphétamine dans l'Etat de Victoria. Soit une perte de 187 millions d'euros pour les trafiquants. Australian police have charged eight people after 275 kilograms of crystal methamphetamine was seized https://t.co/Ly4j1o1UF2- The Telegraph (@Telegraph) 4 juillet 2016 Huit personnes ont été arrêtées. La drogue était dissimulée dans des caissons métalliques fixés sous la coque de trois porte-conteneurs battant pavillon chinois.
Vidéos A la une
La police malaisienne en est désormais convaincue. L'attaque à la grenade du 29 juin dans un restarurant de l'Etat de Selangor était bien l'oeuvre du groupe Etat Islamique. Deux suspects auraient reçu leurs instructions de Syrie. L'explosion avait fait huit blessés. L'Asie semble désormais être la nouvelle cible de Daech.
Vidéos A la une
Une interpellation musclée et surtout injustifiée aux Etats-Unis. Un homme d'affaires des Emirats arabes unis a été arrêté la semaine dernière près de Cleveland dans l'Ohio. Il a été pris à tord pour un jihadiste de l'Etat islamique. Une réceptionniste de l'hôtel, où il séjournait, avait donné l'alerte. Durant l'intervention, Ahmed Minhali, 41 ans, s'est évanoui et ne s'est réveillé qu'à l'hôpital où il a été transporté. Quelques jours plus tard, il a reçu les excuses du chef de la police locale, Richard Bosley. 'Aucun membre de la police ne doit vous manquer de respect. Ce n'était pas l'intention de nos officiers. Ce qui vous est arrivé est très regrettable', a t-il dit. UAE warns against traditional dress outside region after man detained in Ohio https://t.co/aNItXdWOZH pic.twitter.com/4RN7KBKvEG- The Hill (@thehill) July 3, 2016 Les Emirats ont offficiellement protesté. Abou Dhabi a également conseillé à ses ressortissants de ne plus porter la 'Gandoura', la robe traditionnelle, dans les lieux publics, quand ils voyagent en Occident.
Vidéos A la une
L'ancien Premier ministre de Moldavie Vlad Filat a été condamné à neuf ans de prison pour corruption et abus de pouvoir. Il était accusé d'avoir détourné 260 millions de dollars dans une affaire de fraude portant sur un total d'un milliard disparu des banques moldaves, ce qui représente 15 % du PIB du pays. Vlad Filat nie les faits et se considère comme un bouc émissaire. Le pays traverse une crise politique depuis la découverte de cette fraude.
Vidéos A la une
Malgré l'interdiction, ils ont tenté de défiler, en petits groupes. Pour la deuxième année consécutive, la gay pride n'a pas pu se tenir à Istanbul. Raison invoquée cette fois par les autorités turques : la sécurité, le risque terroriste, en plein ramadan. 200 à 300 personnes ont bravé la police dans le centre-ville, et une douzaine ont été arrêtées. Dont ce député allemand, connu pour son militantisme homosexuel, et très ironique : 'Je ne sais pas pourquoi deux personnes de notre délégation, deux jeunes Allemands, ont été arrêtés, dit Volker Beck, député du parti Vert. Ils n'ont rien fait, à part être dans le paradis turc.' Un groupe ultra-nationaliste avait averti qu'il empêcherait la marche de se tenir pour ne pas voir les gays 'déambuler à moitié nus' et 'des bouteilles d'alcool à la main'. La Turquie a été frappée par plusieurs attentats kurdes et islamistes ces derniers mois.
Vidéos A la une
Le gouverneur de la région de Kirov, Nikita Belykh, est accusé de corruption et a été placé en détention provisoire pour deux mois. La décision été prise par le juge Artur Karpov qui s'est déjà illustré dans plusieurs affaires politiques. Nikita Belykh a été arrêté vendredi dans un restaurant de Moscou alors que lui étaient présentés 400 mille euros. Nikita Belyk est le troisième gouverneur arrêté en un peu plus de douze mois. Il assure être innocent.
Vidéos A la une
La capitale belge a été secouée ce mardi matin par une fausse alerte terroriste. Les forces de l'ordre ont interpellé un homme portant une soi-disant ceinture d'explosifs aux abords du centre commercial City 2. Le suspect avait lui-même appelé la police, expliquant avoir été enlevé et qu'une tierce personne allait actionner la ceinture. Finalement cette dernière était factice. L'homme, connu des services de police, souffre de problèmes psychiatriques. Les précisions de Rym Kechiche, porte-parole du Parquet : 'la personne est connue par les services de police, également pour des faits liés à des problèmes psychologiques. Il avait également été impliqué dans un dossier du Parquet fédéral en 2014. Et très récemment, il avait déjà pris contact avec la police en déclarant qu'il serait forcé de se rendre en Syrie pour combattre auprès de l'Etat islamique'. Document lesoir: les photos de la fausse ceinture explosive https://t.co/DxDoOGOvrj pic.twitter.com/Ug6XOykpmp- Le Soir (lesoir) 21 juin 2016 La ceinture contenait non pas des explosifs mais du sel et des biscuits. Plusieurs accès du métro situé sous le centre commercial ont été bloqués une partie de la matinée. Le niveau d'alerte anti-terroriste reste à un niveau élevé trois mois après les attentats à l'aéroport et à la station de métro Maelbeek.
Vidéos A la une
Un homme en possession d'une arme à feu a été arrêté lors d'un meeting de Donald Trump au Texas, près de Houston. L'homme portait un T-Shirt avec le nom du candidat à la primaire républicaine, mais on ignore s'il est réellement un de ses partisans. Après la tuerie d'Orlando, Donald Trump a affirmé qu'il allait rencontrer le lobby des armes qui le soutient, dans l'intention d'empêcher les personnes qui sont sur une liste de surveillance antiterroriste, ou sur une liste d'interdiction de vol, d'acheter des armes à feu.
Vidéos A la une
C'est un important coup de filet qui a eu lieu la nuit dernière en Belgique. 12 personnes soupçonnées de préparer un attentat ont été arrêtées, à la suite d'une quarantaine de perquisitions dans 16 communes, notamment à Bruxelles et ses alentours. Le parquet féderal a confirmé, précisant que quarante personnes avaient été interrogées. Ni armes ni explosifs n'ont été saisis lors des perquisitions. La police belge aurait reçu une alerte selon laquelle des djihadistes du groupe Etat islamique ayant récemment quitté la Syrie pour l'Europe planifiaient des attaques en Belgique et en France durant l'Euro 2016. En mars dernier, 32 personnes ont péri dans un double attentat à Bruxelles.
Vidéos A la une
Dix peines de prison ferme ont été prononcées par le tribunal correctionnel de Marseille à l'encontre de six supporters britanniques, trois Français et un Autrichien. Parmi eux Alexander Booth, un chef cuisinier britannique de 20 ans condamné à deux mois de prison et deux ans d'interdiction de territoire pour avoir jeté un gobelet de bière et fait un doit d'honneur en direction de la police. 'C'est ridicule et pathétique' dit Chris Booth, le père du jeune homme, qui parle d'un 'tribunal de Kangourou' pour exprimer toute l'injustice qu'il perçoit dans le jugement à l'encontre de son fils. De son côté, l'avocate du jeune homme, maître Marion Dutard pense que le tribunal à souhaité faire passer un message aux supporters. 'Je pense que c'est un verdict qui se veut exemplaire et qui veut envoyer un message. On est au début de l'Euro, peut être que c'est pour endiguer ce genre de comportement.' Le tribunal jugeait les supporters en comparution immédiate pour leur participation aux violences qui ont fait 35 blessés en marge du match Russie-Angleterre samedi. Environ 150 supporters russes ont participé aux violences. Aucun d'entre eux n'a pu être interpellé par la police.
Vidéos A la une
La terreur ce matin à Istanbul. Deux bus de la police ont été la cible d'un attentat à Istanbul. Il n'était pas encore six heures quand une voiture piégée a explosé au passage des véhicules. 12 personnes ont été tuées, et 42 autres blessées, deux sont dans un état grave. L'attaque, la quatrième du genre commise cette année à Istanbul, s'est produite dans le quartier de Vezneciler près du coeur historique de la cité. Quatre suspects ont été interpellés par la police. Signe de la puissance de la déflagration, le premier bus a été retourné et gisait sur le toit sur le bord de la rue. Un second bus a été endommagé et plusieurs véhicules ont été calcinés. Pour l'heure, pas de revendication. Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan désigne les séparatistes kurdes du parti des travailleurs du Kurdistan. Au chevet des blessés, il a qualifié cette attaque 'd'impardonnable' et a promis de lutter 'jusqu'au bout' contre le terrorisme. L'explosion a été entendue à des kilomètres à la ronde. Elle a soufflé les devantures des magasins avoisinants, et plusieurs voitures ont été endommagées. 'Je suis inquiet parce qu'il y a des gens qui travaillent ici tous les jours explique un témoin. Des civils ont été tués, nos policiers sont tués. Je ne sais pas comment ils vont en finir avec le terrorisme, mais ils doivent le faire.' 'On s'est tout de suite dit que ce devait être un attentat à la bombe explique Christian Gross, un touriste allemand, ça ne pouvait pas être le tonnerre ou un avion. On a ensuite appris ce qui s'était passé aux infos. Compte tenu de la situation actuelle ici, nous savions qu'il était possible que quelque chose arrive. Ce genre de chose peut se produire à tout moment ici à Istanbul '. La Turquie vit depuis plusieurs mois en état d'alerte maximale en raison d'une série d'attaques attribuées à l'organisation Etat islamique ou liées à la reprise du conflit kurde. Deux mois et demi après le dernier attentat, cette nouvelle attaque mortelle a conduit les autorités à relever à nouveau le niveau de menace terroriste. avec AFP et Reuters
Vidéos A la une
Le 21 mai dernier, un Français de 25 ans a été arrêté en Ukraine en possession d'armes et de 100 kg d'explosifs qu'il tentait de ramener vers la France. Selon les services de sécurité ukrainiens, l'homme préparait une quinzaine d'attentats avant et pendant l'Euro 2016. L'homme ne savait pas qu'il était sous surveillance. A son domicile en France, personne n'avait remarqué le jeune homme, salarié d'une coopérative. Selon Kiev, le jeune homme ciblait une mosquée et une synagogue mais les autorités françaises ne confirment pas ces faits.
Vidéos A la une
La police ukrainienne a publié sur Youtube les images de la spectaculaire arrestation d'un Français interpellé fin mai en possession d'armes et d'explosifs. Il projetait 15 attentats terroristes durant l'Euro en France. Selon les forces de l'ordre ukrainiennes, l'individu serait opposé à "la...

Pages

Publicité