Climat tendu au procès du frère de Mohamed Merah

avec
Le procès d'Abdelkader Merah, frère de Mohamed Merah qui a tué sept personnes en 2012, s'est ouvert lundi devant les assises spéciales de Paris. En mars 2012, Mohamed Merah tuait au nom du..
Climatisation
Réunion de crise et au sommet hier à Agen pour l'agence de l'eau Adour-Garonne. Ses responsables se projettent en 2050, et s'interrogent à voix..
Climatisation
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Buzin, ministre de la santé et Elisabeth Borne, ministre des Transports, se sont rendus vendredi 29 septembre dans la vallée de l'Arve en Haute-Savoie, pour rencontrer des élus et des associations. Trois ministres au..
Climatisation
« Dans l’enseignement supérieur en France, l’apprentissage est une filière d’excellence, souligne la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Il faut utiliser la très bonne image qu’a l’apprentissage dans le supérieur pour infléchir celle qu’il a dans le secondaire »
Climatisation
Après plusieurs années de baisse, le budget du ministère de la transition écologique et solidaire est revu à la hausse, à 10,4 milliards pour 2018 (+ 3,9 %).
Climatisation
Un nouveau documentaire revient sur l’action d’Al Gore avec enthousiasme.
Climatisation
Les vagues de chaleur qui ont affecté cet été le sud de l'Europe portent bien la trace du changement climatique. Selon un rapport de l'ONG scientifique Climate Central, paru mercredi 27 septembre, le dérèglement du climat généré par les activités humaines a rendu dix fois plus probable..
Climatisation
Les Kurdes irakiens doivent voter lundi sur leur indépendance dans un climat de forte appréhension en raison des menaces de représailles proférées tant en Irak que chez les voisins turcs et iraniens.
Climatisation
'L'accord de Paris ne sera pas renégocié', a martelé Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU. Le climat était une des priorités du président français. Selon lui, il ne faut pas fermer la porte aux Etats-Unis, mais au contraire, poursuivre le dialogue pour tenter de convaincre. 'Je continue à discuter avec le président des Etats-Unis, nous partageons nous désaccords mais avec l'espoir que les Etats-Unis reviennent dans le giron international, clarifie sa vision des choses puisqu'il reste au président Trump à dire comment il entend, juridiquement mettre en oeuvre les déclarations qui ont été les siennes sur ce sujet et qu'il prenne conscience de la nécessité morale, mais aussi économique et social qui est la nôtre sur ce sujet', a expliqué devant la presse le président français. De nombreuses autres voix se sont élevées en marge de l'assemblée générale pour exiger plus d'engagements, en premier lieu celle du secrétaire général de l'ONU. 'Les ouragans Harvey, Irma, et Maria, et les inondations massives dans le sud de l'Asie sont juste les plus récentes démonstrations de l'urgence de lutter contre le changement climatique', a dit Antonio Guterres La France prévoit le 12 décembre un nouveau sommet à Paris pour étudier le financement des engagements pris par les Etats signataires de l'accord de Paris.
Climatisation
Le sommet sur le climat de Montreal laisse planer le doute sur l'engagement des Etats-Unis sur l'accord de Paris. Un délégué américain s'est bien rendu au Canada ce weekend pour participer aux discussions et a même assuré que son pays ne renégocierait pas l'accord de 2015 mais qu'il allait passer en revue ses termes. Pourtant quelques heures plus tard, un tweet on ne peut plus clair de la porte-parole de la Maison Blanche expliquait que la position américaine n'avait pas changé et que Washington se retirait de l'accord à moins que celui-ci soit modifié en faveur des Etats-Unis. Mais plusieurs parties aux négociations, dont le ministre français Nicolas Hulot, assurent que les Etats-Unis vont jouer le jeu... De quoi susciter un certain suspense, en tous cas une véritable attente, à deux jours du premier discours de Donald Trump devant l'assemblée générale des Nations Unies. The U.S. sent a civil servant, Everett Eissenstat, as an observer. He has declined speaking to the media. pic.twitter.com/JQDEMRWQZ3- Clothilde Goujard (@clogouj) September 16, 2017 Our position on the Paris agreement has not changed. POTUS has been clear, US withdrawing unless we get pro-America terms.- Sarah Sanders (PressSec) September 16, 2017
Climatisation
D'ici à la fin du siècle, la température des mers pourrait augmenter de 2 à 4 degrés, selon les prévisions les plus pessimistes du GIEC, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Quels seront les conséquences sur le poisson et les crustacés à forte valeure commerciale ? Pour trouver des réponses, les scientifiques se sont rendus dans un endroit comme celui-ci. Les biologistes marins veulent comprendre comment la hausse des températures, de la salinité et de l'acidité de l'eau pourrait affecter la physiologie des huîtres. Ils ont déjà quelques idées sur la question. Et les nouvelles ne sont pas bonne pour les ostréiculteurs. 'Dans les eaux plus chaudes, les huîtres augmentent de façon spéctaculaire leur activité de filtrage. Elles filtrent constamment l'eau pour pouvoir refroidir. Leur métabolisme accélère et cet effort de filtration continue leur prend beaucoup d'énergie. Cela joue sur leur croissance; leur coquille peut devenir plus petite, leurs corps moins charnu,' explique Domitilia Matias, biologiste marine à l'Institut portugais pour la mer et l'atmosphère. Des échantillons sont prélevés pour de plus amples analyses au laboratoire. Les chercheurs veulent aussi comprendre si et comment des températures plus chaudes peuvent affecter le cycle de reproduction et quel impact elles auraient à long terme. 'Nous évaluons l'impact de ces hausses de températures sur les cycles de reproduction des espèces. Et ensuite nous étudions aussi si les oeufs qui émanent de ces cycles de reproduction dans des eaux plus chaudes, sont viables ou non', explique-t-elle. Les huîtres et d'autres espèces à forte valeur commerciale sont étudiées dans un projet de recherche européen qui vise à comprendre quel impact les changements climatiques vont avoir sur les ressources en poissons et fruits de mer en Europe et comment l'industrie peut s'adapter à ces changements. 'Nous pouvons prévoir à quelle vitesse les poissons vont grandir et ce qui arrivera en fin de compte à certaines populations. Plusieurs modèles économiques sont impactés et c'est là qu'on peut voir les effets sur les ostréiculteurs ou les pêcheurs', explique Myron Peck, océanographe biologiste à l'université de Hambourg. Cette centrale électrique chauffe l'eau qui coule dans un élevage aquacole ici au Nord de la Pologne. Les chercheurs étudient comment les carpes, poisson local-clé, s'adaptent à un environnement plus chaud. Et ici aussi de nouveaux défis attendent les scientifiques. 'Plus l'eau se réchauffe, plus les carpes sont stressées. Et ce stress les rend vulnérables aux attaques de virus et de bactéries', explique Jacek Sadowski, nutritionniste de poissons à l'université de Poméranie. Des fermes d'aquaculture commerciale sont impliquées dans ces efforts de recherche. Celle-ci produit chaque année 25 tonnes de carpes, perches, tanches et brochets. Les exploitants agricoles pensent que le savoir scientifique peut les aider à minimiser les risques et optimiser les bénéfices potentiels. 'On sait que des eaux plus chaudes peuvent affecter la croissance des poissons. Mais nos clients exigent de grandes carpes, entre 2 et 2.5 kilos. Comprendre les modèles de changements climatiques peut nous permettre de développer des stratégies alimentaires plus efficaces pour aider nos carpes à se développer', estime Mateusz Gzyl, ichtyologiste au centre de Rybactwa en Pologne. Les chercheurs se servent de ce type d'activités sur le terrain pour créer des modèles leur permettant d'évaluer les risques, la vulnérabilité et les capacités d'adaptation des espèces étudiées.
Climatisation
Zoom sur la bataille plus rude que prévue pour les candidats de La République en Marche en Indre-et-Loire dans le cadre des prochaines élections sénatoriales.
Climatisation
ExxonMobil savait depuis les années 80 que le changement climatique était réel et causé par des activités humaines. Tout en ayant bien conscience de sa pollution, le groupe avait publiquement menti sur le sujet. Cependant, il reconnaissait dans des notes internes l'importance du phénomène, trompant ainsi ses actionnaires et les citoyens. Deux chercheurs d'Harvard ont exploré ce double jeu à travers des documents produits par la compagnie pétrolière. Que prouvent ces documents ? Quelles conséquences pour ExxonMobil ? - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Marie Dupin, dans Bourdin Direct, sur RMC.
Climatisation
Vous partez en vacances en voiture sous le soleil tapant du mois de juillet ? Préparez bouteilles d'eau... et climatisation. L'air conditionné est devenu un équipement indispensable de nos automobiles. Il y a 20 ans, seuls 4% des voitures en étaient équipées. Aujourd'hui, ce sont trois sur quatre.
Climatisation
"Ceux qui tournent le dos à l'accord de Paris sur le climat (...) ont peur du futur", le tacle d'Edouard Philippe à Donald Trump
Climatisation
Une semaine avant le sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne, Angela Merkel a réuni les responsables européens, notamment le président du Conseil européen, la Première ministre britannique ou encore le président français. L'occasion de réaffirmer que le cap sera maintenu dans la lutte contre le changement climatique, avec ou sans Donald Trump. 'Les Etats-Unis ont annoncé vouloir se retirer de l'accord de Paris alors que nous vivons le défi des migrations, alors que la lutte contre le terrorisme est un défi qui touche toutes nos sociétés et où le commerce est remis en cause par plusieurs puissances, nous devons aujourd'hui défendre ces biens communs qui sont les nôtres', a martelé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à l'issue de la rencontre. L'isolationnisme et le protectionnisme prônés par Donald Trump ont aussi creusé le fossé avec l'Europe, en particulier l'Allemagne, et le sommet s'annonce houleux. Mais la chancelière veut éviter le fiasco. 'En raison de la décision des Etats-Unis de se retirer de l'accord de Paris, il est notoire qu'il y a des sujets sur lesquels il y a des désaccords, mais les Etats-Unis sont importants au sein du G20, et nous ferons donc tout pour travailler ensemble, sans masquer les différences', a ainsi souligné Angela Merkel. Le dossier climatique est sans doute le plus symbolique pour la société civile. En témoigne une manifestation organisée par l'ONG Avaaz devant la chancellerie à Berlin. Sur la banderole, il n'est plus question de G20 mais de G19... Today in Berlin, citizens call on the G19: Don't Trump our Planet! Sign the open letter to Merkel! https://t.co/gYamVKKZf5 #G20 #Climate pic.twitter.com/QmfjOCs5Ar- Avaaz (@Avaaz) 29 juin 2017 Avant le #G20, politiques et experts rappellent l'enjeu du #climat https://t.co/JpcSwz95Le- lacroix.com (@LaCroix) 29 juin 2017
Climatisation
Direction la Tour de Part-Dieu à Lyon où les 1200 salariés sont privés de climatisation depuis 15 jours en cette période de forte chaleur.
Climatisation
Isolée sur la scène internationale, l'administration Trump a défendu vendredi son retrait de l'accord de Paris sur le climat, s'en prenant aux Européens, accusés de vouloir affaiblir l'économie américaine, et aux 'exagérateurs du climat'. Les réactions ont fusé des quatre coins de la planète, dans la sphère politique mais aussi économique, entre stupeur, colère et effarement, après le discours du président des Etats-Unis annonçant l'abandon de ce texte emblématique conclu fin 2015 par 195 pays. Mais cette décision-choc a aussi provoqué un véritable sursaut aux Etats-Unis. 'Le président a pris une décision très courageuse (...) Nous n'avons aucune raison de nous excuser', a lancé Scott Pruitt, administrateur de l'Agence de protection de l'environnement (EPA). Au moment où les pays européens s'affichaient, avec la Chine, comme les nouveaux porteurs de flambeau de la 'diplomatie climat', l'exécutif américain accusait ces derniers de monter au créneau sur ce thème pour nuire aux Etats-Unis. 'La raison pour laquelle les dirigeants européens veulent que nous restions dans l'accord est qu'ils savent que cela va continuer à brider notre économie', a avancé M. Pruitt, dénonçant par ailleurs ceux qu'il a qualifiés d''exagérateurs du climat'. Interrogé pour la énième fois sur la position du 45e président des Etats-Unis sur le réchauffement climatique, son porte-parole Sean Spicer a esquivé : 'Je n'ai pas eu l'occasion d'avoir cette discussion avec lui', a-t-il répondu devant une salle de presse médusée. De New York à la Californie, plusieurs dizaines de villes et d'Etats américains ont immédiatement organisé la résistance. L'ancien maire de New York Michael Bloomberg a lancé une coalition qui comptait vendredi en fin de journée 30 maires, trois gouverneurs, plus de 80 présidents d'universités et plus de 100 entreprises. Lors d'une rencontre impromptue à Paris avec le président français Emmanuel Macron, M. Bloomberg a assuré que les engagements des Etats-Unis seraient tenus, en dépit des choix de Donald Trump. 'Nous ne permettrons pas à Washington d'être sur notre chemin, c'est le message que les citoyens, les entreprises et les Etats fédérés envoient ce soir', a déclaré M. Bloomberg aux côtés du président Macron et de la maire de Paris, Anne Hidalgo. 'Le gouvernement américain peut bien s'être retiré de l'accord, mais le peuple américain reste engagé envers lui. Nous atteindrons nos objectifs', a-t-il affirmé. Le milliardaire, 10e fortune mondiale selon Forbes, a annoncé que sa fondation, Bloomberg Philanthropies, allait fournir au bureau de l'ONU chargé du climat les 15 millions de dollars qui équivalent à la contribution que devaient apporter les Etats-Unis. L'objectif des Etats-Unis, fixé par l'administration Obama, est une réduction de 26% à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005. Coïncidence des agendas, le sommet annuel UE-Chine organisé vendredi à Bruxelles a offert une tribune aux deux partenaires pour clamer haut et fort leur engagement commun. 'Aujourd'hui, nous accroissons notre coopération sur le changement climatique avec la Chine', a assuré le président du Conseil européen à l'issue de la rencontre. 'Notre partenariat (avec la Chine) aujourd'hui est plus important que jamais', a souligné le patron de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. La Chine, plus discrète que l'UE, s'est tout de même dite prête à 'chérir le résultat chèrement gagné' à Paris. Aux côtés de Pékin, les Etats-Unis de Barack Obama avaient largement participé à la réussite de l'accord de Paris qui vise à contenir la hausse de la température moyenne mondiale 'bien en deçà' de 2 C par rapport à l'ère pré-industrielle. Le retrait américain de cet accord pourrait, 'dans le pire des scénarios', se traduire par une augmentation supplémentaire de 0,3 degré de la température du globe au cours du XXIe siècle, a estimé l'ONU. Avec agence (AFP)
Climatisation
Emmanuel Macron, qui reçoit ce samedi le Premier ministre indien Narendra Modi, a réaffirmé que "la France est pleinement engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique" et que le pays "continuera à être engagé, non seulement dans le cadre de l'accord de Paris, mais aussi dans celui des actions qu'il mène". Le président de la République a également assuré que l'Inde et la France "ont beaucoup à faire" contre le réchauffement climatique.
Climatisation
Le président russe s'est bien gardé de critiquer ouvertement Donald Trump au lendemain de sa décision de se retirer de l'accord de Paris sur le climat. Vendredi à Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine s'est contenté de rappeler sa volonté de travailler en commun avec Washington. Climat: pourquoi Poutine ne condamne pas Trump?https://t.co/Xg4N9fX14k pic.twitter.com/eqGH5sedrU- Le JDD (@leJDD) 2 juin 2017 Questionné parallèlement par une journaliste américaine sur l'influence de la Russie durant la campagne présidentielle Vladimir Poutine a minimisé les conclusions émises par dix-sept agences de renseignement américaines qui estiment que Moscou a tenté d'influencer les élections. 'J'ai lu ces rapports et même dans ces rapports il n'y a rien de concret', explique le président russe. 'Il n'y a que des suppositions et des conclusions fondées sur ces suppositions. C'est tout'. La journaliste vedette de NBC est néanmoins remontée au créneau : même si les preuves sont difficiles à trouver dans ce type de campagne de désinformation, dit-elle, les experts affirment qu'il existe une centaine de facteurs qui visent directement la Russie. Sur le ton de la plaisanterie, Vladimir Poutine a déclaré que n'importe quel expert était capable de créer de fausses adresses pour les ordinateurs. Une façon de prendre ses distances avec les graves accusations portées aux Etats-Unis contre la Russie. Avec Agences
Climatisation
La lutte contre le changement climatique et les questions commerciales étaient à l'ordre du jour du sommet annuel entre l'Union européenne et la Chine. Réunis à Bruxelles, les deux partenaires ont aussi évoqué les grands dossiers de politique internationale. Le Premier ministre chinois est ainsi revenu sur la situation en Corée du Nord. 'La position de la Chine est constante, nous sommes fermement engagés pour la dénucléarisation de la péninsule', a affirmé Li Keqiang. Le président du Conseil européen a de son côté exprimé sa déception de voir les États-Unis quitter l'accord de Paris sur le climat. 'La Chine et l'Europe ont montré leur solidarité avec les générations futures et leur responsabilité envers la planète entière. Nous sommes convaincus que la décision américaine de quitter l'accord de Paris est une grave erreur', précise Donald Tusk. With Premier Li Keqiang for this year's #EUChinaSummit. pic.twitter.com/7yvdsqRjOv- Donald Tusk (@eucopresident) 1 juin 2017 La question de l'acier reste en revanche un dossier difficile.'J'ai évoqué une nouvelle fois le problème de la surcapacité de la production d'acier. Nous pouvons rapprocher nos positions mais nous n'y sommes pas encore', explique le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Ce sommet permet ainsi à l'Union européenne et à la Chine d'affirmer leur volonté de peser sur les grands dossiers internationaux.
Climatisation
'Avançons ensemble, pas de retour en arrière', après l'annonce de Donald Trump reniant l'accord sur le climat, des protestataires se sont rassemblés devant la Maison Blanche pour crier leur colère. Parmi les orateurs, Michael Breen, président du groupe 'Truman National Security Project'. 'C'est une décision qui cède la direction du XXIème siècle à des pays comme la Chine, à nos concurrents économiques, Il n'y aura aucun avantage pour la classe ouvrière américaine et l'économie américaine. Chaque être humain sur terre a perdu aujourd'hui, mais personne n'a perdu autant que le peuple américain' Aux Etats-Unis, nombre de dirigeants politiques et surtout de grands patrons ont également affiché leur déception et se sont dits déterminés à poursuivre leurs efforts pour réduire les émissions de CO2 du pays. Ci-après, les réactions via twitter, de Jeff Immelt, PDG de General Electric, Elon Musk, PDG de Tesla et Robert Iger, PDG de Disney : Disappointed with today's decision on the Paris Agreement. Climate change is real. Industry must now lead and not depend on government.- Jeff Immelt (@JeffImmelt) 1 juin 2017 Am departing presidential councils. Climate change is real. Leaving Paris is not good for America or the world.- Elon Musk (@elonmusk) 1 juin 2017 As a matter of principle, I've resigned from the President's Council over the #ParisAgreement withdrawal.- Robert Iger (@RobertIger) 1 juin 2017
Climatisation
Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris pourrait considérablement mettre à mal les objectifs fixés, notamment celui de contenir la hausse de la température moyenne de la planète à 2 C d'ici 2100. Si ce cap est franchi, les conséquences seront considérables. Selon des études, entre 10.000 et 20.000 petites îles pourraient être totalement immergées et disparaître durant le XXIe siècle. Les épisodes caniculaires à travers le monde se multiplieraient également.
Climatisation
Le président américain Donald Trump a confirmé jeudi l'une de ses promesses de campagne en faisait sortir les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat obtenu en 2015 lors de la COP21.
Climatisation
Invité ce vendredi matin sur BFMTV et RMC, Pascal Canfin, directeur général de WWF, a réagi après le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris. "Comment peut-on imaginer un monde prospère et sûr s'il est frappé par le chaos climatique? C'est exactement le calcul que font tous les fonds de pension du monde entier (...) Ce sont nos territoires qui sont menacés".
Climatisation
Emmanuel Macron s'exprime après la décision de Donald Trump sur le climat
Climatisation
Emmanuel Macron s'exprime après l'annonce de Donald Trump sur le climat
Climatisation
Donlad Trump avait été le seul au sommet du G7 le week-end dernier à refuser de confirmer son engagement sur l'accord de Paris sur le climat. Aujourd'hui le monde entier attend l'annonce officielle du président américain. Il a communiqué comme à son habitude via un tweet. 'J'annoncerai ma décision sur l'accord de Paris jeudi à 15h00, 21h00 heure de Paris. RENDRE SA GRANDEUR A L'AMERIQUE!', a t-il écrit hier soir reprenant son slogan de campagne. 'Annuler' l'accord de Paris sur le climat, c'était une des promesses du candidat Trump. Un retrait américain serait lourd de conséquences pour ce texte signé fin 2015 par près de 200 pays. Son objectif est de limiter la hausse de la température mondiale, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Or les Etats-Unis sont le deuxième émetteur de CO2 derrière la Chine. Mais depuis son arrivée au pouvoir, le chef de la Maison Blanche affiche sa volonté de donner un coup de pouce aux énergies fossiles au nom de la défense des emplois américains. L'Union européenne, le Canada et la Chine ont en tout cas réaffirmé leur engagement à respecter l'accord de Paris même si les Etats-Unis renonçaient.
Climatisation
Déçue par le protectionnisme et le rejet du modèle économique à faible émission de carbone de l'administration Trump, l'Union européenne attend beaucoup de la Chine. Elle espère que le géant asiatique s'engage à respecter l'Accord de Paris, lors du sommet bilatéral des 1er et 2 juin à Bruxelles. Plutôt rassurant, ce serait aussi dans l'intérêt de la Chine selon l'analyste politique Xinning Song, professeur de l'Académie de Bruxelles pour les études sino-européennes, une plate-forme d'échange académique destinée à améliorer la compréhension entre les peuples européens et chinois : 'La Chine a de gros problèmes de pollution de l'air, notamment à Pékin. Et je pense que la politique chinoise de développement économique est très claire : l'économie verte est l'une des priorités de la stratégie de la Chine.' Le commerce et l'investissement sont les autres grands thèmes de cette rencontre. Les Européens continuant d'accuser la Chine de pratiques de dumping et d'interférences gouvernementales dans l'économie. Mais l'Union européenne semble maintenant plus ouverte à accélérer la mise en place d'un futur accord d'investissement, en cours de négociation depuis 2013, estime le président de la délégation du Parlement européen chargé des relations avec la Chine, Jo Leinen, député allemand de centre gauche : 'Nous recherchons un commerce équitable et une concurrence loyale et, par conséquent, nous envisageons l'aboutissement de l'Accord d'investissement et une déclaration climatique qui approfondissent notre coopération. Nous ne devrions pas trop parler d'idéologies, mais plus sur de solutions pratiques'. Au programme également la sécurité, en matière de contre-terrorisme et de cybersécurité, et les efforts diplomatiques à fournir pour gérer la menace nucléaire nord-coréenne. EU and China strengthen climate ties to counter US retreat https://t.co/AXjtVLSoQd- FT Brussels (@ftbrussels) 31 mai 2017 EU-China share of world GDP (PPP) 1980 EU: 30% China: 2% 2014 EU: 17% China: 16.5% 2019 EU: 15% China: 19% pic.twitter.com/QVQQ6qDo4u- The Spectator Index (@spectatorindex) 27 mai 2017
Climatisation
Défendre coûte que coûte l'accord de Paris. C'est le mot d'ordre de l'Union européenne, qui entend jouer un rôle de leadership dans la lutte mondiale contre le réchauffement climatique. Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, n'a pas l'intention de rester passif en cas de retrait des Etats-Unis : 'Je suis un transatlantique, cela ne veut rien dire, même si pour moi cela veut tour dire. Mais je refuse qu'on se comporte comme les valets des Américains. Si, dans les prochaines heures, le président Trump déclare qu'il retire les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, alors c'est le devoir de l'Europe de dire : ce n'est pas correct'. Pour Greenpeace, un retrait américain devra conduire les nations à renforcer leurs efforts contre le réchauffement climatique. L'ONG salue la prise de conscience mondiale autour de cet enjeu : 'Un retrait des Etats-Unis serait un coup dur pour les citoyens, les organisations et les entreprises qui sont profondément préoccupés par les changements climatiques. Cela dit, ce ne serait pas la fin du monde, car on assiste actuellement à une transition vers des énergies plus propres, renouvelables. Et cette transition en cours est réelle. C'est une chose que Trump peut certes considérablement ralentir, mais qu'il ne pourra pas arrêter', indique la militante de Greenpeace, Faiza Oulahsen. Face aux atermoiements américains, la Chine et le Canada, deux des plus gros pollueurs de la planète, ont réaffirmé leur soutien à l'accord de Paris. Aux Etats-Unis, les démocrates font pression sur la Maison-Blanche. Dans un tweet, John Kerry, l'ancien secrétaire d'Etat, prévient Trump que sa décision aura des conséquences sur 'des milliards d'enfants'. Good question. But more importantly: billions of grandkids will have to live with this decision, however it lands. Think of them, please. https://t.co/mEFY1dKm1w- John Kerry (@JohnKerry) 31 mai 2017
Climatisation
C'est sans aucun doute le plus grand échec du G7 : les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont pas trouvé d'accord sur le climat lors du sommet qui s'est tenu en Italie cette semaine. La raison ? LE président américain Donald Trump a annoncé qu'il sa décision finale sur l'accord de Paris la semaine prochaine.

Pages