Pour relancer son économie, la zone euro pourrait envisager de supprimer les billets de 500 euros. Plus de détails sur cette proposition.

Fini les billets mauves ? Une récente étude de la banque américaine Merrill Lyncho propose de supprimer les billets de 500 euros pour donner un coup de pouce à l’économie européenne. Selon elle, supprimer les plus grosses coupures permettrait de lutter contre les trafics illicites et la fraude fiscale.

Prouver la provenance légale des gros dépôts Très peu utilisé, ce billet ne représente qu’un tiers de la valeur des billets en circulation, soit près de 300 milliards d’euros. Selon la banque d’investissement d’outre-Atlantique, supprimer ce billet contraindrait les usagers à venir déposer ce qu'ils possèdent dans un délai d’un mois à la banque. Et alors que les dépôts de montants supérieurs à 10.000 euros doivent être justifiés, Merrill Lynch estime que de nombreux déposants ne pourraient prouver la provenance légale de ces sommes. Faute de justificatifs amenés avant la date butoir, ces dernières deviendraient alors des profits de la banque centrale.  "La zone euro pourrait alors utiliser ces sommes pour recapitaliser les banques de la périphérie, renforcer le Mécanisme européen de stabilité ou réduire la dette des pays les plus fragiles", ont détaillé les analystes.

Affaiblir la monnaie uniqueCes derniers ont par ailleurs estimé que faire disparaître les billets de 500 euros permettrait d’affaiblir la monnaie unique et donc, de répondre aux demandes répétées des exportateurs. Selon les analystes de Merrill Lynch, une telle mesure ferait perdre près de 65 milliards de dollars à l’euro, soit une baisse de 7,4%.

Publicité
Et alors que cette mesure n’en est encore qu’au stade de la proposition, plusieurs Etats membres pourraient s’y opposer comme l’Allemagne et l’Espagne qui sont très attachés à cette coupure. Selon le New York Times, un quart des billets de 500 euros se trouvait en Espagne en 2006.