Vidéos Alaune
Après plus de sept heures de débats nocturnes, le maintien de l'état d'urgence a été largement voté à l'Assemblée nationale avec 489 voix. La soirée avait commencé par une séance de commission de loi extrêmement mouvementée. Mais au final, la droite comme la gauche se sont mises d'accord sur les propositions de fouilles et de contrôles d'identité. Les députés ont également consenti à durcir l'application des peines concernant les terroristes. Par contre, la gauche refuse toujours de rejoindre la droite sur la rétention préventive. - Bourdin Direct, du mercredi 20 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
La prolongation de l'état d'urgence va probablement être adoptée à l'Assemblée nationale ce soir. En effet, toutes les classes politiques y sont favorables, et cela malgré les quelques conditions imposées par Les Républicains. Une question se pose: qui osera désormais arrêter l'état d'urgence ? Ce qui est sûre, c'est qu'il sera prolongé au moins jusqu'aux élections de 2017. - Bourdin Direct, du mardi 19 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Trois jours après l'attentat à Nice, la classe politique française est divisée. D'après Apolline de Malherbe, il n'y a pas eu d'unité nationale entre les politiques et actuellement, elle se dégrade. Les réponses du gouvernement face aux questions de terrorisme sont devenues classiques. L'état d'urgence est prolongé et l'opération "Sentinelle" est maintenue, mais cela n'a pas permis d'éviter ce massacre. Quelles solutions proposent les politiques ? Qu'attendent les Français ? - Bourdin Direct, du lundi 18 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Pour le lancement de sa campagne, Emmanuel Macron va tenir un premier meeting ce soir, à Paris. D'après Apolline de Malherbe, il s'agit d'un faux départ. Le président du mouvement "En Marche" avait prévu de quitter le gouvernement en juin et de faire son bilan en septembre avant de se lancer en automne. Son problème, c'est qu'il ne choisit jamais le bon moment. Jusque-là, on se demande toujours s'il va se lancer et avec qui il va le faire. Discours après discours, il vante la prise de risque et pourtant, il donne l'image d'un plongeur sur le plongeoir qui hésite au moment de sauter. Quoi qu'il en soit, la potentielle ambiguïté et l'indépendance d'Emmanuel Macron font toute sa force. - Bourdin Direct, du mardi 12 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
François Hollande sera présent au stade Vélodrome, à Marseille, pour assister à la demi-finale des Bleus contre l'Allemagne. Hormis sa passion du foot, le chef d'État joue gros. Que l'équipe de France gagne ou pas, il s'agit avant tout de prouver que malgré un contexte de sécurité difficile, la France est capable d'assurer l'organisation de l'Euro. Puis, il y a l'enjeu de sa réélection en 2017. Dans ce défi de l'Euro 2016, une réussite n'implique pas forcément sa victoire aux élections. Un échec garantit par contre sa défaite aux présidentielles. - Bourdin Direct, du jeudi 7 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Hier, Manuel Valls a une nouvelle fois utilisé le 49-3 pour faire adopter la controversée loi Travail à l'Assemblée nationale. Si la droite ne déposera pas de motion de censure, serait-ce aussi le cas à gauche ? En réalité, ce camp ne dispose pas de majorité pour le faire. Et les députés qui souhaiteraient s'associer aux frondeurs risquent d'être exclus du Parti socialiste. Selon toute vraisemblance, la gauche est largement divisée. Est-ce une stratégie de Manuel Valls ? - Bourdin Direct, du mercredi 6 juillet 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Dans une longue interview accordée aux "Échos", François Hollande n'a plus évoqué un ton hésitant mais plutôt un ton concurrent, celui d'un candidat. En effet, il n'y a presque plus de doute, le chef d'État se présentera à l'élection présidentielle de 2017. Le plus difficile pour lui sera de se faire aimer en tant que candidat étant donné qu'il est si mal aimé en tant que président. Mais pour une fois, dans cet entretien, François Hollande a osé dire "non". Si d'habitude il a du mal à trancher, cette fois il a affirmé que l'article 2 de la loi Travail sera maintenue. - Bourdin Direct, du jeudi 30 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Face au Brexit, la position ferme prise par François Hollande diverge sensiblement de celle d'Angela Merkel. Paris et Berlin affichent leur désaccord sur le rythme à suivre dans la procédure de divorce entre le la Grande-Bretagne et l'UE. Hier, Matteo Renzi s'est entretenu avec Angela Merkel et François Hollande à Berlin pour évoquer l'avenir de l'Europe. Finalement, la vision française est sortie gagnante de ce trio. D'après Nicolas Sarkozy, le couple franco-allemand est vital. La France et l'Allemagne sont condamnées à s'entendre. - Bourdin Direct, du mardi 28 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
La manifestation contre la loi Travail qui était dans un premier temps interdite est finalement autorisée grâce à un compromis trouvé entre le gouvernement et les syndicats. Manuel Valls, François Hollande et Bernard Cazeneuve prenaient ensemble cette décision mais en réalité, ils n'étaient pas tout à fait ensemble. Entre l'interdiction et l'impossibilité d'autoriser le parcours demandé par les syndicats, la gauche se déchire. Les manifestants tournent en rond autour de la place de la Bastille face à un gouvernement qui est incapable de gérer la situation. Au fond, tout le monde tourne en rond et au final chacun retrouve sa place, estime Apolline de Malherbe. - Bourdin Direct, du jeudi 23 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
La gauche et la droite organiseront des primaires pour désigner leurs candidats en vue de la présidentielle de 2017. Au début, la primaire a été mis en place afin d'éviter un éparpillement des voix. Actuellement, elle donne plus de transparence aux partis politiques tout en recréant un lien avec les Français. Pour Apolline de Malherbe, la primaire est surtout une prime pour celui qui saura se distinguer des autres. - Bourdin Direct, du mardi 21 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
À moins d'un an de la présidentielle, le PS a décidé d'organiser une primaire. François Hollande, président sortant, devra lui aussi se soumettre à cette consultation électorale, s'il décide de se porter candidat. Apolline de Malherbe estime que le chef de l'Etat n'a pas réussi à apparaître comme le candidat évident du parti car il n'a jamais voulu être président. C'est donc normal qu'il se soumette à une primaire. François Hollande pourrait même tendre un piège à ses adversaires, ajoute-t-elle. - Bourdin Direct, du lundi 20 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Au lendemain de l'assassinat du couple de policiers, le ton politique a repris ses droits. La droite demande des comptes au gouvernement sur les résultats obtenus en matière de terrorisme. Elle estime que le gouvernement ne maîtrise plus rien du tout. Dans le parti LR, Nicolas Sarkozy tape sur la CGT et veut leur faire payer des dommages causés par les manifestations. Alain Juppé, lui, veut incarner la rigueur. Il veut l'interdiction ponctuelle des manifestations. Dans le cas d'une présidence de droite, parviendra-t-on à éradiquer le terrorisme ? - Bourdin Direct, du jeudi 16 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Les manifestations contre la loi Travail deviennent de plus en plus violentes. Hier, la grève nationale a donné lieu à des débordements massifs, selon la préfecture. Comment en est-on arrivé là ? Selon Apolline de Malherbe, ces drames s'expliquent, en partie, par la faillite de l'autorité de l'État, en particulier celle de François Hollande. Il ne s'est jamais comporté comme un chef. En réalité, l'État donne l'impression qu'il est impuissant. - Bourdin Direct, du mercredi 15 juin 2016, sur RMC
Vidéos Alaune
Hier soir, un homme armé d'un couteau a tué un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Face à ce drame, François Hollande a très vite réagi. Dans quelques minutes, il organisera une réunion à l'Elysée avec Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Jean-Jacques Urvoas. L'Elysée considère qu'il faudrait d'abord comprendre ce qui s'est réellement passé avant de prendre des décisions. Apolline de Malherbe estime qu'actuellement, on fait face à deux formes de terrorisme: les terroristes classiques ainsi que les terroristes solitaires. - Bourdin Direct, du mardi 14 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Quelle est la véritable ligne économique du Front National ? D'un côté, Marion Maréchal-Le Pen veut que le FN se substitue littéralement à la droite. Car pour gagner, il faut selon elle, se placer face à la gauche. Libérale et pro-entreprise, elle a choisi le camp du patronat et adopte les mesures fiscales de droite. De l'autre côté, le parti semble suivre la ligne de Florian Philippot, celui à qui Marine Le Pen confie toutes les questions économiques. Aux yeux de la société et à l'international, ce parti se situe du côté de l'extrême droite. Mais économiquement, il tatonne entre droite et gauche. Il appartient à Marine Le Pen de trancher sur sa véritable position. - Bourdin Direct, du mercredi 8 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Aujourd'hui, François Ruffin lance une campagne contre le vote socialiste intitulée "Nous ne voteront plus PS". A l'origine du mouvement Nuit debout et réalisateur du film "Merci patron!", ce journaliste veut sortir d'une longue parenthèse libérale qui a débuté en 1983, quand le PS a basculé économiquement à droite. François Ruffin plaide en faveur d'un mouvement populiste de gauche dont le but est de réconcilier le peuple et les élites. - Bourdin Direct, du mardi 7 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
François Baroin et Laurent Wauquiez ont annoncé qu'ils soutiendront Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017. D'après Apolline de Malherbe, François Baroin est un bel homme, très souriant et apprécié de tous, mais il ne tranche jamais. Il a décidé de soutenir le chef de file des Républicains car il déteste Alain Juppé. Ce n'est donc pas un choix mais une répulsion dont le motif reste incompréhensible. En cas de victoire, Nicolas Sarkozy a promis à François Baroin d'être son Premier ministre. Laurent Wauquiez, lui, sera le président du parti LR. A quoi joue Nicolas Sarkozy ? - Bourdin Direct, du lundi 6 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Ségolène Royal, qui était absente depuis un mois, est revenue. Elle était en retrait et même de retour, elle ne réapparaît que rarement. D'après Apolline de Malherbe, concernant les inondations, elle a annoncé la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle dans la ville de Nemours. Elle n'a pas dit grand-chose que d'être désolée. Par ailleurs, beaucoup de choses se sont produites ces dernières semaines notamment la pénurie d'essence. Mais en tant que ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie en charge des transports, Ségolène Royal ne s'est pas exprimée sur ce sujet. Elle estime en effet que la situation est trop politique et polémique et a mis Alain Vidalies sur le devant de la scène. - Bourdin Direct, du jeudi 2 juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Après des vérifications par le fisc, Emmanuel Macron va devoir payer des arriérés d'ISF. Il est devenu la cible absolue de tous. D'après Apolline de Malherbe, depuis la veille de son arrivée à Bercy, lui et ses équipes passent leur temps à envoyer des errata aux journalistes pour corriger ou récuser des propos qu'il avait tenus. Certes, le ministre de l'Economie a des ambitions, mais on ne sait pas si celles-ci sont collectives ou personnelles. À force de semer le doute, il se met tout le monde à dos. Il est temps pour lui de sortir de l'ambiguïté. - Bourdin Direct, du mercredi 1er juin 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Ce mardi, François Hollande se rendra à Bordeaux pour inaugurer la Cité du Vin et y rencontrera Alain Juppé, le maire de la ville. D'après Apolline de Malherbe, ces deux hommes politiques ont une très bonne relation et revendiquent un père commun : Jacques Chirac. Rapprochés par l'anti-sarkozysme, ils ont tous deux la volonté de ne pas brusquer la France notamment en l'apaisant et en réformant en douceur. Cependant, puisque le match de la présidentielle approche, Alain Juppé estime qu'il ne doit plus apparaître trop proche du président de la République. - Bourdin Direct, du mardi 31 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Face aux conflits autour de la loi Travail, Manuel Valls laisse la porte ouverte à la discussion. Invité de BFM Politique hier, Philippe Martinez a affirmé avoir reçu un appel téléphonique du Premier ministre. D'après Apolline de Malherbe, bien qu'ils n'aient pas forcément conclu un pacte, au moins ils se reparlent. On sent qu'un changement de ton est en train de s'opérer entre la CGT et le gouvernement. Le premier syndicat de France n'a plus comme mot d'ordre le retrait de la loi El Khomri. Il est passé de "on ne lâche rien" à "on discute". Désormais, la CGT n'attaque plus frontalement l'exécutif ni la CFDT. - Bourdin Direct, du lundi 30 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Hier à l'Assemblée nationale, l'exécutif a tenu à rester ferme en s'exprimant sur les blocages de raffineries par la CGT. D'après Apolline de Malherbe, plusieurs scénarios sont actuellement envisageables. Si le gouvernement finit par craquer et décide de retirer la loi Travail, Manuel Valls pourrait démissionner. Cette option serait humiliante pour lui car il aurait dû quitter Matignon lors de l'échec de la déchéance de nationalité. Mais si cela arrive, François Hollande pourrait désigner Emmanuel Macron à la tête du gouvernement. Ce serait d'ailleurs une manière pour lui d'éviter que le ministre de l'Economie se présente à la présidentielle de 2017. Que se passerait-il si la loi Travail est maintenue ? - Bourdin Direct, du jeudi 26 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Hier à l'Assemblée nationale, l'exécutif a tenu à rester ferme en s'exprimant sur les blocages de raffineries par la CGT. D'après Apolline de Malherbe, plusieurs scénarios sont actuellement envisageables. Si le gouvernement finit par craquer et décide de retirer la loi Travail, Manuel Valls pourrait démissionner. Cette option serait humiliante pour lui car il aurait dû quitter Matignon lors de l'échec de la déchéance de nationalité. Mais si cela arrive, François Hollande pourrait désigner Emmanuel Macron à la tête du gouvernement. Ce serait d'ailleurs une manière pour lui d'éviter que le ministre de l'Economie se présente à la présidentielle de 2017. Que se passerait-il si la loi Travail est maintenue ? - Bourdin Direct, du jeudi 26 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Apolline de Malherbe est revenue sur la pénurie de carburant et le blocage des raffineries. De retour d'Israël, Manuel Valls est en réalité le seul à s'exprimer sur le conflit qui lie l'exécutif à la CGT. François Hollande a donné une interview sur France Culture à propos du sens de la culture. C'est comme si tout le monde a disparu: Ségolène Royal, Bernard Cazeneuve ou même les frondeurs qui grognaient contre la loi Travail. En revanche, Emmanuel Macron, lui, a mis de l'huile sur le feu lors de son interview d'hier aux Échos. Il estime qu'il faut aller plus loin sur la loi El Khomri en élargissant les champs des négociations des entreprises. - Bourdin Direct, du mercredi 25 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
À la suite des blocages des raffineries et des dépôts pétroliers par les militants de la CGT, le gouvernement est passé à l'action à Fos-sur-Mer. D'après Apolline de Malherbe, depuis deux jours, il y a une sorte de décalage entre la parole du gouvernement et la perception des Français. Face à la pénurie de carburants, Manuel Valls se veut être rassurant et affirme que tout va bien. Cependant, en voulant passer un tel message, il est tombé dans le piège du "ça va mieux", souvent répété par le Président de la République. - Bourdin Direct, du mardi 24 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
La haine anti-flics est devenue aussi bien barbare qu'incontrôlable. Hier, des casseurs ont saccagé et incendié une voiture de police à Paris. De telles violences marquent-elles le retour du procès en laxisme vis-à-vis du gouvernement ? D'après Apolline de Malherbe, depuis le début du quinquennat de François Hollande, le mot laxisme revient régulièrement et les images d'hier le ravivent. Face à cette situation, le président de la République ne peut cependant pas improviser avec autorité et c'est devenu une fatalité. À cela s'ajoutent des cas aggravants notamment celui de Notre-Dames-des-Landes que le gouvernement n'a jamais réglé jusqu'ici. - Bourdin Direct, du jeudi 19 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Hier, pendant une interview, François Hollande a essayé de repolitiser les débats en les renvoyant sur le programme économique de la droite. D'après Apolline de Malherbe, c'est plus confortable pour lui d'avoir la droite en face puisque le peuple de gauche et même certains de ses actuels ministres s'opposent à lui. Pour apparaître de gauche, le président de la République a besoin d'un match avec toute la droite et ne cible pas uniquement Nicolas Sarkozy ou un autre candidat en particulier. Cette stratégie n'est pas nouvelle car en 2012, François Hollande s'est fait élire par défaut en se présentant comme le candidat normal face à Nicolas Sarkozy - Bourdin Direct, du mercredi 18 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
En utilisant le 49-3 pour l'adoption de la loi El Khomri sans vote à l'Assemblée nationale, l'exécutif a bloqué les débats. Désormais, les manifestants ont décidé d'engager un bras de fer avec François Hollande et de lutter dans la rue. D'après Apolline de Malherbe, le président de la République tient à changer le niveau du dialogue social en France et comme d'habitude, il l'a fait assez discrètement. Il est à la fois la cause et la conséquence des manifestations qui ne ciblent plus uniquement la loi Travail. Celles-ci sont devenues une lutte hétérogène et générale engendrée par le même sentiment de trahison que "Nuit débout". - Bourdin Direct, du mardi 17 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Aujourd'hui, Arnaud Montebourg effectuera sa traditionnelle ascension du mont Beuvray. Il conclura la matinée par un discours pour donner sa vision de la France et du monde. Est-ce une première étape vers une candidature pour 2017 ? Apolline de Malherbe estime qu'Arnaud Montebourg n'est pas encore sûr de lui. Il teste d'abord sa capacité à rassembler avant de se lancer dans la course pour la présidentielle. D'après les informations, il devrait annoncer sa candidature à la Fête de la rose en mois d'août. - Bourdin Direct, du lundi 16 mai 2016, sur RMC.
Vidéos Alaune
Pour faire adopter la très contestée loi Travail à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a décidé de recourir au 49-3. Utilisé assez souvent par la gauche sous la Ve République, s'agit-il d'un acte de faiblesse ou de fermeté ? D'après Apolline de Malherbe, cette arme constitutionnelle est paradoxale. Si l'opposition la considère comme une faiblesse, l'exécutif estime que c'est un acte de fermeté. Le recours au 49-3 montre que le gouvernement n'est pas majoritaire, mais il reste un outil à la fois efficace, démocratique et légal. - Bourdin Direct, du mercredi 11 mai 2016, sur RMC.

Pages

Publicité